Catégories
Uncategorized

Billet de troisième ronde. Que faire ? Cerner mes premières sources

Émile Laplante

Les archives numérisées du Cold War International History Project (CWIHP) contribuent à faire progresser ma recherche.

Le Woodrow Wilson International Center for Scholars (WWICS), basé à Washington D.C, a pour objectif, avec le CWIHP, de rendre accessible le matériel historique des participants de la Guerre Froide[1]. Plusieurs historiens collaborent au CWIHP en parcourant le monde dans le but de rassembler, transcrire et traduire divers fonds d’archives. Les trouvailles sont publiées par la suite dans un Working Paper et rendues accessibles via la plateforme Digital Archives: International History Declassified. Les archives numérisées du CWIHP constituent donc un gisement important de sources.

Les documents archivés par le CWIHP sont en grande partie des reproductions de documents trouvés dans les archives de divers ministères des affaires étrangères des participants à la Guerre Froide. L’accès à ces archives nationales varie beaucoup : certains pays sont plus ouverts que d’autres. Les archives en Chine, par exemple, étaient accessibles pendant que Deng Xiaoping dirigeait le pays, mais ne le sont plus. Par ailleurs, certains documents se trouvent dans les archives des sous-directions régionales du Parti Communiste de Chine (PCC). Ils y sont accessibles, mais d’une manière indirecte. Au Viêtnam, les archives sont généralement accessibles. Il suffit de s’y rendre… À l’inverse, la Russie, même si on s’y rend, conserve ses documents scellés dans les archives du Kremlin. Il faut plutôt se rendre dans les anciennes républiques de l’URSS. Ces documents y sont majoritairement accessibles.

Ces archives constituent un filon à exploiter. Leur abondance et leur accessibilité y contribuent. Leur nature également. La collection du CWIHP dédiée à la Guerre du Viêtnam rassemble trois cent vingt-six documents archivés numériquement[2]. Il s’agit majoritairement de transcriptions des rencontres bilatérales sino-nord-vietnamiennes consacrées au conflit indochinois.  Elles sont donc un témoin direct du processus décisionnel des dirigeants, mais également des tractations gouvernementales. Autrement dit, à mon avis, la valeur de ces archives n’est pas quantifiable. Elles permettent de cerner précisément les intérêts du gouvernement chinois et nord-vietnamien dans le conflit, tout en offrant un aperçu de l’ambiance et de la dynamique des échanges intergouvernementaux.

Ma recherche est organisée en tenant compte de l’information issue des archives numérisées du CWIHP. Les extraits accessibles des conversations bilatérales sino-vietnamiennes portant sur le conflit sont essentiels à mon propos. Compte tenu du fait que plusieurs documents officiels demeurent inaccessibles, les documents accessibles revêtent une importance particulière.  En fait, les documents accessibles contiennent plusieurs extraits de conversations dans lesquelles les différents dirigeants ne sous-entendent pas leur intention : ils l’énoncent clairement.

Les archives du CWIHP contiennent également des documents pertinents qui ne sont pas des transcriptions de rencontres bilatérales. Ces « autres » documents sont une source d’information inattendue pour moi, pour la simple et bonne raison qu’ils proviennent de pays indirectement impliqués dans le conflit sino-vietnamien et dans la Guerre Froide. Dans certains cas, par exemple, il s’agit de transcriptions de télégrammes émis durant la Guerre du Viêtnam, envoyés par le gouvernement chinois au gouvernement albanien ou tanzanien[3]. D’autres fois, ces documents sont des passages du journal personnel d’un diplomate polonais ou des extraits d’une conversation entre le Premier Ministre chinois Zhou Enlai et le Président pakistanais Ayub Khan[4]. Autrement dit, ce sont des documents davantage indirects que les transcriptions des rencontres bilatérales, mais néanmoins pertinents parce qu’ils révèlent les intérêts et les motifs des gouvernements investis dans le conflit, et ce, peu importe si la participation était directe ou indirecte.

L’utilisation de ces sources pose des défis. Le premier est de ne pas faire une simple traduction en français de ces transcriptions. Ce serait là un travail peu pertinent. Le deuxième défi, et à mon avis le plus important, est lié à une caractéristique de ces documents, à savoir leur accessibilité. Ces documents sont accessibles, mais cette accessibilité me désavantage également. Ces documents, accessibles, ont été utilisés à maintes reprises. Je dois donc consulter les ouvrages qui utilisent ces sources dans le but de voir ce qui a déjà été fait, et ce, avant même de les analyser. Il est impératif pour moi de produire une recherche originale qui n’est pas une reproduction d’ouvrages déjà publiés. Il s’agit de sources particulièrement pertinentes et intéressantes. Cependant, leur utilisation ajoute une étape supplémentaire à un travail qui est déjà assez complexe. Ceci dit, cette étape ajoutée me permet d’explorer de nouvelles avenues, d’en apprendre davantage sur le conflit sino-vietnamien et, bien sûr, d’apporter de nouvelles explications sur la participation du gouvernement chinois au le conflit entre 1966 et 1969.

Bibliographie

[1] « Cold War International History Project », https://www.wilsoncenter.org/program/cold-war-international-history-project, consulté le 25 novembre 2020.

[2] « Wilson Center Digital Archive », https://digitalarchive.wilsoncenter.org/collection/87/vietnam-war, consulté le 25 novembre 2020.

[3]« Wilson Center Digital Archive », Hoxha Enver, Telegram from the Enver Hoxha to Ho Chi Minh via Gac Mazi, the Albanian Ambassador to Moscow, History and Public Policy Program Digital Archive, 1961. History and Public Policy Program Digital Archive, AMPJSh, V. 1961 D.219, p.18. https://digitalarchive.wilsoncenter.org/document/110158, consulté le 23 novembre 2020.  

[4] « Wilson Center Digital Archive », Ayub Khan et Zhou Enlai, Excerpt from a Conversation between Zhou Enlai and Pakistani President Ayub Khan, History and Public Policy Program Digital Archive, 1965. The Diplomatic History Research Office of the People’s Republic of China Foreign Ministry, comp., Zhou Enlai waijiao huodong dashiji, 1949-1975 (Chronology of Zhou Enlai’s Major Diplomatic Activities, 1949-1975) (Beijing: World Knowledge Press, 1993), 445. https://digitalarchive.wilsoncenter.org/document/113057, consulté le 22 novembre 2020.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.