Catégories
Uncategorized

Billet de troisième ronde. Que faire ? Cerner mes premières sources

François Dubé

Le Vindicator : le pilier de ma recherche

Le journal bihebdomadaire The Vindicator constituera le pilier central de mon corpus de source. Fondé en décembre 1828 sous le titre The Irish Vindicator and Canada General Advertiser par le médecin irlandais Daniel Tracey, ce papier public avait pour ambition de défendre à la fois les intérêts de l’Irlande et du Bas-Canada[1]. À la mort de son fondateur et rédacteur en 1832, la rédaction fut prise en charge pendant quelque temps par un américain du nom de John Thomas avant de tomber entre les mains du médecin irlandais Edmund Bailey O’Callaghan[2]. Acheté en 1832 par le libraire patriote Edouard-Raymond Fabre, le journal changea de nom pour devenir The Vindicator and Canadian Advertiser signalant ainsi la place plus importante qu’allaient occuper les affaires locales au sein de ses colonnes. Cette source comporte un intérêt historique tout particulier en raison du fait qu’il fut le seul papier public de langue anglaise à avoir offert au lectorat de Montréal un discours favorable au mouvement réformiste durant la période qui précéda les Insurrections de 1837-1838.

The Vindicator and Canada Advertiser, 5 mars 1830.

Les numérisations des textes du Vindicator sont disponibles en ligne sur le site de la Bibliothèque et Archives nationales du Québec. Bien que l’accessibilité de cette source soit aisée, son traitement sera quelque peu difficile comme les publications furent numérisées en format JPG. Il ne me sera donc pas possible d’effectuer de recherche au sein de ces textes en utilisant des mots-clics. Cela impliquera par conséquent que je devrai recopier par moi-même les passages qui attireront mon attention afin de pouvoir par la suite les consulter plus facilement. À l’heure actuelle, je crois que le traitement de cette source dans le cadre de ma recherche se fera par la lecture complète des publications et par la retranscription des passages dont l’intérêt le justifiera dans un fichier Excel ou OneNote.

Cette source issue de la presse contient une abondance d’informations concernant l’actualité de l’époque et offre des portraits des travaux parlementaires en cours au Bas-Canada. De plus, comme les autres journaux de cette période, le Vindicator contient des textes éditoriaux à saveur partisane rédigés par ses rédacteurs ainsi qu’une correspondance qui leur était adressée par leur lectorat. Il nous informe donc à la fois des évènements en cours ainsi que de l’opinion de ses nombreux collaborateurs.

Cette source est d’un grand intérêt pour ma recherche puisqu’elle représente un témoignage direct de la culture politique de la communauté irlandaise du Bas-Canada. Les sources issues de la presse sont d’ailleurs souvent privilégiées par les historiens traitant de la culture politique de cette époque comme en témoigne l’étude ayant pour titre Habitants et Patriotes d’Allan Greer dans laquelle la lecture des journaux a permis à son auteur de mieux saisir la culture populaire du groupe qui l’intéressait[3]. Le Vindicator est aussi d’un grand intérêt pour ma recherche puisque les articles de ses éditeurs étaient orientés vers un lectorat anglophone d’origine irlandaise. Comme certains historiens l’ont souligné, ce papier public avait joué un rôle central dans la stratégie des patriotes visant à créer une cause commune entre la communauté irlandaise et les patriotes dont la majorité des adhérents était issue de la population canadienne-française[4]. Ainsi, ayant été principalement rédigé par des Irlandais et adressé aux individus de ce même groupe ethnique, le Vindicator est d’un grand intérêt au regard de mon questionnement puisqu’il constitue en soi une forme d’implication politique des Irlandais au Bas-Canada et montre la volonté de certains hommes de voir ce groupe ethnique pleinement engagé dans les affaires de la colonie.

The Canadian Spectator : le prédécesseur du Vindicator

Fondé en 1822 par John Lane en tant que version anglophone du journal le Spectateur Canadien, le Canadian Spectator vit rapidement sa rédaction prise en charge par l’aristocrate irlandais de grande réputation Jocelyn Waller[5]. Les articles bihebdomadaires de Waller publiés dans la foulée du projet d’union des deux Canada auraient d’ailleurs largement contribué à l’échec de ce dernier selon certains historiens[6]. En 1827, à la suite du départ précipité de John Jones, imprimeur du Canadian Spectator, le patriote Ludger Duvernay prit en charge la production de ce papier public dont les articles vinrent compléter ceux de La Minerve[7]. Cependant, le décès de Waller en 1828 à la suite de son arrestation pour avoir critiqué trop ouvertement le gouverneur Dalhousie ébranla ce papier public qui, malgré la prise en charge de l’éditorial par Duvernay, ne retrouva jamais le succès dont il avait pu jouir auparavant[8].

Canadian Spectator, 7 février 1829.

Cette source, également disponible en format numérique sur le site de la Bibliothèque et Archives nationales du Québec, sera aisément accessible et facile à traiter. Les fichiers sous la forme de PDF rendront possible la recherche par mot-clic. J’estime traiter ce journal de la même façon que le Vindicator et pour les mêmes raisons (à savoir que la rédaction relevait de sujets d’origine irlandaise et que les textes s’adressaient particulièrement à leur communauté). L’intérêt de cette source au regard de mon questionnement est également lié au fait que ce journal fut le prédécesseur direct du Vindicator comme le soulignèrent Beaulieu et Hamelin en énonçant que le « combat du Spectator [fut] repris par la suite par Daniel Tracey et E.-B. O’Callaghan »[9].

Ma recherche mobilisera certainement d’autres sources afin de pouvoir offrir un portrait général de la culture politique de la communauté irlandaise installée au Bas-Canada avant les Insurrections de 1837-1838. Je chercherai notamment à me procurer les journaux de scrutin qui ont eu la chance d’être préservés depuis l’époque afin de mesurer la polarisation du vote irlandais en tant que révélateur de la culture politique. Je devrais aussi éventuellement consulter des sources relatives à la Society of the Friends of Ireland et à la Hibernian Benevolent Society pour pouvoir observer des manifestations concrètes au Bas-Canada de la culture politique irlandaise. Ces sources restent toutefois à être localisées et leur accessibilité dans les temps actuels n’est certainement pas assurée.


[1] The Irish Vindicator and Canada General Advertiser, 12 décembre 1828.

[2] André Beaulieu et Jean Hamelin, La presse québécoise des origines à nos jours. Tome premier, 1764-1859, Québec, Presses de l’Université Laval, 1973, p. 65.

[3] Allan Greer, Habitants et Patriotes, La Rébellion de 1837 dans les campagnes du Bas-Canada, Montréal, Boréal, 1997, p. 10.

[4] Mary Haslam, « Ireland and Quebec 1822-1839: Rapprochement and Ambiguity », The Canadian Journal of Irish Studies, vol. 33, n°1, 2007, p. 78.

[5] James Jackson, « The Radicalization of the Montreal Irish: The Role of “The Vindicator” », The Canadian Journal of Irish Studies, vol. 31, n°1, 2005, p. 90.

[6] André Beaulieu et Jean Hamelin, op. cit., p. 31.

[7] James Jackson, op. cit., p. 90.

[8] Ibid.

[9] André Beaulieu et Jean Hamelin, op. cit., p. 31.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.