Catégories
Uncategorized

Billet de troisième ronde. Que faire ? Cerner mes premières sources

Lucie Arbour

Mes sources me sont pour le moment encore bien mystérieuses. En ces temps de pandémie, il faut dire que la question des archives est particulièrement angoissante. Comme plusieurs, celles-ci me sont, pour la plupart, inaccessibles.

En effet, l’ensemble des archives du RBF se trouvent au Rockefeller Archive Center (RAC), dans l’État de New York. Leur plan de réouverture le plus optimiste visant l’hiver 2021, je ne peux pour l’instant que patienter. Néanmoins, leur catalogue en ligne, DIMES, me permet de brosser un portrait approximatif de mes sources. 

L’arrêt obligé : le RAC

Il est impensable de s’intéresser à un programme du RBF sans se pencher sur ses archives institutionnelles. Celles-ci sont indispensables pour reconstituer les actions menées par la fondation en Europe centrale ainsi que pour identifier ses partenaires et son influence. Regroupées au RAC, elles contiennent plus d’informations que les rapports annuels du RBF, disponibles en ligne. Ces rapports, bien qu’utiles pour repérer les grands objectifs de la fondation et pour identifier des mots-clés potentiels pour naviguer sur DIMES, ne contiennent que de très brèves descriptions des donataires et des montants qui leur sont accordés. Pour plonger dans le sujet, il faut donc se tourner vers la collection du RAC. Les sources disponibles vont me permettre, je l’espère, de mieux comprendre les grands choix stratégiques (rapports des rencontres du board of trustees), la mise en place de l’action dans le bloc de l’Est (rapports de voyage, notamment celui de 1990-1991), et surtout la relation nouée entre la fondation et les organisations qui ont reçu ses financements (ententes, visites, comptes rendus, correspondance, etc.).

Le RAC (source: Rockefeller Archive Center)

Ces sources ne sont pas numérisées et ne peuvent donc être consultées qu’en personne. S’il est possible de m’y rendre au printemps 2021, je compte effectuer un premier voyage de reconnaissance au RAC. Puisque je ne peux pas rester sur place pendant une très longue période, principalement en raison des coûts, je compte photographier le plus de matériel possible pour ensuite l’analyser en détail une fois revenue. Je n’ai pour l’instant aucun moyen de connaître la taille du fonds d’archives qui m’intéresse, aspect que j’appréhende. En effet, les sources institutionnelles sont souvent très nombreuses. Les organiser de façon efficace est par conséquent un défi de taille — sans mauvais jeu de mots. J’essaie donc de réfléchir à quel logiciel pourrait faciliter mon travail, sans dépasser mes capacités informatiques assez limitées. 

En attendant la réouverture du RAC, j’ai fait il y a trois mois des demandes de numérisation pour quelques documents qui me semblaient importants, dont des rapports de voyage en Europe centrale au début des années 90. Toutefois, le service de numérisation est débordé et je n’ai pour l’instant rien reçu. Pour contrer l’angoisse de l’ignorance, je me suis entre temps tournée vers des sources moins traditionnelles. 

L’entrevue orale : réticences et considérations

Les difficultés associées à l’inaccessibilité de mes sources m’ont forcée à sortir de ma zone de confort. Alors que je rêvais du silence et du calme apporté par la compagnie de boîtes d’archives poussiéreuses, me voilà confrontée à une perspective bien plus terrifiante : les entrevues orales.

J’étais assez frileuse à l’idée de saisir cet avantage réservé à l’histoire contemporaine. Initialement, je croyais que les archives du RBF représentaient déjà une charge de travail considérable et que conduire des entrevues en parallèle était peut-être trop ambitieux. J’ai cependant dû reconsidérer ces réticences dans le cadre de mon séminaire portant sur les théories des relations internationales, lors duquel je devais mener une entrevue orale avec un professionnel de l’international. Après quelques recherches, j’ai retracé un ancien officier de programme du RBF, M. William S. Moody, avec qui j’entretiens une correspondance depuis environ un mois. Celui-ci était responsable du programme environnemental en Europe centrale pendant les années 90. J’ai conduit avec lui une entrevue de 2 heures la semaine dernière, lors de laquelle j’ai eu l’occasion de lui poser des questions intéressantes sur la relation nouée avec les donataires.  

William S. Moody (à gauche, manteau beige) en compagnie de participants à un projet dans le Parc national de Podyjí en République tchèque, 1999.
(source: RBF)

Évidemment, l’entrevue orale n’est pas dépourvue d’écueils potentiels, dont les biais inévitables de son interlocuteur et l’effritement, voire la réécriture, de ses souvenirs sont les plus flagrants. Toutefois, l’entrevue constitue également une fenêtre vers des éléments absents des sources institutionnelles : activités informelles entre donateurs et donataires, anecdotes de voyage sur le terrain, relations personnelles avec les employés d’autres fondations, etc. J’envisage donc plus sérieusement le fait de conduire d’autres entrevues. Si je m’aventure dans cette voie, M. Moody est un contact utile pour rencontrer d’anciens employés de la fondation, voire d’anciens donataires. Cela me permettrait d’atténuer les biais des sources institutionnelles, qui reflètent uniquement le point de vue du RBF.

Défis à prévoir 

À ceux déjà soulevés — le nombre élevé de sources, les coûts associés au voyage, l’inaccessibilité en temps de pandémie, etc. — s’ajoute un défi supplémentaire : la grande diversité des sources. En effet, les sources disponibles au RAC sont très variées, sans compter l’ajout potentiel d’entrevues. Comme je l’ai déjà mentionné, l’organisation de ces sources pour le dépouillement risque d’être assez complexe. De plus, cette diversité me limite évidemment à l’analyse qualitative. 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.