Catégories
Uncategorized

Billet de troisième ronde. Que faire ? Cerner mes premières sources

Katherine Fournier

Les changements corporels lors du pacte diabolique sont un thème souvent abordé dans les récits du Moyen Âge, particulièrement à partir du XIIe siècle. Mon projet de recherche se propose d’étudier le lien entre l’âme et le corps dans les changements corporels liés au pacte diabolique. Pour ce faire, les sources du travail seront les exempla médiévaux. L’exemplum est un genre narratif dont les origines remontent à la rhétorique antique, mais qui prend de l’ampleur aux XIIe et XIIIe siècles. Il s’agit d’une histoire à saveur anecdotique, racontée par les prédicateurs aux foules sur la place publique ou dans les églises.

Les gisements

Je prévois commencer mes recherches sur les sources en examinant les recueils écrits par des religieux qui ont été particulièrement actifs sur le plan des récits d’exemples. Mon choix initial s’est arrêté sur trois personnages qui ont été prolifiques dans la création d’ouvrages contenant des exempla. En premier lieu, Césaire de Heisterbach qui est un moine cistercien du XIIIe siècle. Celui-ci a écrit le Dialogus magnus visionum ac miraculorum, regroupant près de 750 exempla de thèmes variés. Ensuite, Étienne de Bourbon, un inquisiteur dominicain du XIIIe siècle, qui a rédigé le Tractatus de diversis materiis predicabilibus qui rassemble plus de 3000 histoires exemplaires. Finalement, Jacques de Vitry qui est un prédicateur populaire, surtout actif au XIIe et XIIIe siècle. Il a entre autres écrit plusieurs sermons riches en exempla, dont le Sermones feriales et communes, ainsi que le Sermones vulgares. Ces trois gisements de sources ont été choisis à la fois pour leur popularité et pour leur abondance. Il me sera plus facile de trouver des sources liées à mon hypothèse si je dispose d’un bassin plus large. Une autre source qui pourra être utile dans ce projet, mais qui sort du cadre des recueils d’exempla est la bulle papale Super illius specula de Jean XXII. C’est en effet à partir de ce moment que les rencontres entre démons et humains commencent à être considérées comme des faits réels. Le contenu de la bulle apporte donc des éléments contextuels au projet.

Trouver les sources

La fin du XIIe marque le début de la mise par écrit des récits exemplaires et le développement, par plusieurs prédicateurs, de gros recueils contenant les divers exempla. Certains d’entre eux, comme ceux de Césaire de Heisterbach et de Jacques de Vitry, sont disponibles en version papier à la bibliothèque de l’université Laval. Pour aider à l’identification de sources pertinentes, on peut aussi avoir recours à des index, qui présentent des résumés d’exemplum, divisés en ordre alphabétique et annotés d’abréviations qui renvoient aux recueils auxquels ils appartiennent. L’Index Exemplorum de Frederic C. Tubach est un bon exemple de tels index. En continuant sur les documents physiques, des historiens ont aussi publié des collections d’exempla dans le latin d’origine. Par exemple, le Corpus christianorum de Jean-Claude Schmitts et Marie Anne Polo de Beaulieu qui contient de nombreux exempla cisterciens. D’autres ouvrages papier destinés à un plus large public peuvent également être utiles en ce qui concerne l’identification de sources. On pense notamment aux ouvrages d’historiens qui ont publié des recueils comprenant des exempla traduits. Par exemple, Albert Lecoy de la Marche qui, dans son ouvrage Le rire du prédicateur de 1992, traduit et rassemble plusieurs exempla sous différents thèmes. Un autre exemple de ce type de recueil est l’ouvrage Prêcher d’exemples, récits de prédicateurs au Moyen Âge de Jean-Claude Schmitt publié en 1985. Dans celui-ci, Schmitt présente plusieurs prédicateurs et leurs exempla. Ces recueils sont importants, puisqu’ils permettent d’identifier plus facilement des récits exemplaires pertinents, par thèmes ou par prédicateurs. Dans une autre optique, il existe également une base de données électronique qui permet le repérage d’exempla par mots-clés. Le ThEMA : Thesaurus Exemplorum Medii Aevi regroupe plus de 10 000 exempla, ainsi que des numérisations des documents originaux. Ces outils sont essentiels, car ils permettent de repérer des exempla qui répondent au besoin de mon projet et de trouver dans quel recueil se trouvent ces sources. Puisque les exempla sont dispersés dans de nombreux recueils, il est plus rapide de pouvoir chercher par thème ou mots-clés dans des bases de données ou des index qui renvoient à des ouvrages spécifiques.

Les défis

Le défi majeur concernant les exempla sera sur le plan de la traduction. Certains historiens ont entrepris un travail de traduction concernant les exempla. On pense par exemple aux ouvrages de vulgarisation mentionnés ci-haut, qui ont bien sûr publié certains exempla en français. Toutefois, la plupart des exempla ne sont pas traduits et on les retrouve dans leur latin d’origine. Le défi est donc de faire la traduction de ces sources pour parvenir à les étudier adéquatement.


David Rochette

Sources principales

Pour rédiger mon mémoire, j’ai évidemment eu recours à plusieurs sources primaires me permettant d’analyser ma problématique. Parmi ces sources, certaines sont plus évidentes que d’autres. Celles-ci sont composées en grande partie des fonds d’archives de la Chambre des communes du gouvernement du Canada ainsi que ceux du sénat canadien. Les années étudiées vont de pair avec me problématique et iront donc de 1920 à 1931, soit de la 4e session de la 13e législature jusqu’à la 2e session de la 17e législature. Ces années couvrent donc les gouvernements de Borden, Mackenzie King, Meighen et brièvement celui de Bennet. En ce qui concerne ces fonds, je me concentrerai particulièrement sur ceux qui portent sur les débats parlementaires, ainsi que sur les projets de loi, autant dans le cas de la Chambre des communes que pour le sénat. La pertinence de ces sources se trouve dans le fait qu’elles vont clairement démontrer l’opinion du gouvernement à l’époque de l’entre-deux-guerres, et ce, sur la plupart des enjeux du moment.

Je pensais également consulter les archives nationales du Royaume-Uni, puisque plusieurs fonds contiennent des éléments assez intéressants au niveau de la Société des nations, des affaires étrangères britanniques et de la Conférence de Paris de 1919. Dans ce sens, les fonds mis en évidence sont History of the British Empire Delegation and its work in Paris during the Peace Conference, Foreign Office: Political Departments: General Correspondence from 1906-1966, Cabinet Papers (1915-1980), Parliamentary Papers (1715-present). Évidemment, pour ces fonds je ne consulterais que les années 1920 à 1931. Ceux-ci seraient très informatifs au niveau du rôle des Canadiens se trouvant au sein de la délégation britannique à Paris en 1919, ou encore pour donner le point de vue de l’Empire quant à la place du dominion. Finalement, je consulterai aussi le fond PA-200350 sur la Bibliothèque et Archives Canada qui traite du Statut de Westminster de 1931 afin de saisir toutes les formalités que celui-ci implique au niveau des relations que le dominion entretient avec les États-Unis et la Grande-Bretagne.

Une partie du très important Statut de Westminster de 1931 (source : https://www.thecanadianencyclopedia.ca/en/article/statute-of-westminster-canadas-declaration-of-independence-feature)

Sources inattendues

Il y a également d’autres sources que je ne m’attendais pas nécessairement à consulter. C’est particulièrement vrai dans le cas du journal personnel de William Lyon Mackenzie King. Je dois avouer qu’avant d’entamer ma maîtrise, mes connaissances sur la politique canadienne durant l’entre-deux-guerres étaient assez limitées, ce qui fait en sorte que je n’avais aucune idée que King avait tenu un journal pendant aussi longtemps et que ce dernier avait été publié. En effet, cette source est exceptionnelle puisqu’elle couvre une grande partie de la vie du premier ministre, c’est-à-dire de 1893 jusqu’à sa mort en 1950. De plus, ce journal est écrit en fonction d’entrées quotidiennes ce qui fait en sorte que tout est très détaillé. C’est d’ailleurs une des sources les plus importantes dans le domaine de la politique canadienne. Sa pertinence est donc évidente puisqu’il me permettra de consulter directement la pensée de King durant les évènements auxquels je m’intéresse.

La première page du journal de William Lyon Mackenzie King (source : https://www.bac-lac.gc.ca/fra/decouvrez/politique-gouvernement/premier-ministres/william-lyon-mackenzie-king/Pages/item.aspx?IdNumber=1&)

Emplacement des sources et difficultés rencontrées

Étant donné la pandémie actuelle, il va de soi que la grande majorité de mes sources se trouvent en ligne sur le site des archives nationales du Canada et de la Chambre des communes. C’est aussi le cas pour les fonds d’archives concernant le Royaume-Uni qui se trouvent majoritairement encore une fois sur le site des archives nationales et sur celui des archives du parlement. Heureusement, dans le cas du gouvernement canadien, une grande partie des archives sont numérisées et en accès libre, ce qui est aussi vrai pour le journal de King disponible sur Bibliothèque et Archives Canada. La recherche se fait aussi relativement facilement puisque la numérisation a été faite dans le but de permettre une recherche par mots clés. Je n’ai donc pas à lire l’entièreté des fonds. Pour le Royaume-Uni, c’est un peu plus compliqué puisque pour avoir accès à certains fonds je dois faire une demande et il y a un certain délai d’attente. De plus, la page d’accueil du site spécifie qu’il n’y a seulement que 5% des documents qui ont été numérisés, ce qui évidemment minime. Je vais donc probablement concentrer mon étude sur les sources canadiennes, puisqu’un voyage à Londres est également hors de question à cause de la situation actuelle.

Malgré tout, les éléments essentiels comme les fonds traitant des débats parlementaires britanniques sont disponibles assez facilement. Les difficultés concernent donc surtout les éléments un peu plus précis. Dans le meilleur des cas, je ferai un court voyage à Ottawa pour accéder aux quelques archives auxquelles je n’ai pas accès présentement. Cela devrait être possible l’année prochaine puisque la situation semble s’améliorer. Finalement, pour ce qui est de la façon dont je vais consulter ces sources, je vais procéder en grande partie par une simple recherche par mots clés puisque les fonds le permettent à l’aide de thèmes comme le rôle du Canada, ses relations avec les États-Unis et la Grande-Bretagne, ou encore sa position sur les réparations de guerre. Ceci va grandement faciliter ma sélection d’information en m’évitant de parcourir les bases de données pendant trop longtemps.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.