Catégories
Uncategorized

Billet quatrième ronde. Que faire ? Mettre mes sources au travail.

Katherine Fournier

Traitement des sources

Le traitement de mes sources se fera principalement par une analyse de texte. Pour démontrer à quoi une telle analyse pourrait ressembler, je peux prendre l’exemple d’un récit d’Étienne de Bourbon.

« Item, j’ai entendu de la bouche de maître Nicolas de Flavigny, archevêque de Besançon, qu’un homme riche soudain tomba dans la plus sombre misère. Il allait, sans but, désespéré, quand le diable se présenta à lui sous forme humaine lui disant que s’il voulait le servir et lui prêter hommage, il le ferait devenir riche. Il lui prêta hommage et mit sa main droite entre les mains du diable pour conclure le pacte. Elle devint noire comme du charbon. Ni les lavages ni d’autres moyens ne purent la faire redevenir blanche. Il servit longtemps le diable, mais conscient de sa faute il chercha refuge dans la confession que le diable lui avait interdite. Il se confessa en pleurant. Sa main retrouva sa couleur première. » [1]

Une analyse des critères externe de l’exemplum (auteur, recueil, etc.) permet de  m’informer sur la pertinence de la source quant à mon travail. Dans ce cas-ci, Étienne de Bourbon est un dominicain du XIIIe siècle qui écrit en pleine période d’essor de l’exemplum. Son ouvrage, le Tractatus de diversis materiis praedicabilibus dont est tiré l’exemplum ci-dessus, est un manuscrit contenant plus de 3000 récits englobant une grande partie de la vie chrétienne médiévale. L’objectif du Dominicain était de séparer son ouvrage en sept parties représentant les sept dons du Saint-Esprit. Toutefois, il mourut avant l’achèvement de son ouvrage. Le manuscrit original est perdu depuis le XVIe siècle, mais les récits réunis par Étienne de Bourbon ont malgré tout subi une grande diffusion dans l’Europe médiévale. Les exempla furent empruntés et réutilisés par d’autres prédicateurs, en partie ou complètement, marquant ainsi le début d’un usage plus courant des exempla dans les prédications. En ce qui concerne l’auteur et le recueil, l’ouvrage d’Étienne de Bourbon est particulièrement intéressant à explorer, non seulement parce que son auteur a été très prolifique sur le plan de la rédaction d’exempla, mais aussi parce que ses récits, malgré l’inachèvement du manuscrit, ont pour thèmes plusieurs facettes de la vie chrétienne.

Après avoir repéré un recueil ou un auteur intéressant, il me faudra lire le recueil ou le manuscrit pour délimiter quels exempla seront utiles à ma recherche. Pour ce faire, il faudra procéder à une analyse interne de la source et en faire ressortir les grands thèmes. On observe d’abord la présence du diable, attiré par la faiblesse d’un homme riche devenu pauvre, qui lui offre de faire un pacte. L’homme rend alors hommage au diable en mettant sa main droite entre les siennes. On observe alors deux éléments importants : celui du pacte diabolique en tant que tel, mais aussi celui du rituel d’hommage diabolique calqué sur celui de l’hommage vassalique féodal. Un autre élément présent dans le texte et pertinent pour ma recherche est la présence d’une transformation corporelle. La main qui servit à rendre hommage au diable change de couleur pour devenir noire. Ainsi, le récit tente de démontrer que le pacte diabolique entraine des conséquences corporelles sur la personne, venant ainsi rejoindre la pensée de Jérôme Baschet sur la dualité de l’âme et du corps.

Ce récit est présent dans la troisième partie de l’ouvrage, c’est-à-dire celle qui se consacre aux œuvres de pénitence. Parmi celles-ci, on compte la confession, qui occupe une place importante dans l’exemplum ci-dessus. En effet, c’est par la confession que la main de l’homme redevient blanche. Un des canons du concile de Latran de 1215 exigeait en effet que les individus se confessent au moins une fois par an à leur curé. L’objectif d’Étienne de Bourbon dans la rédaction de cet exemplum est donc de doter les prédicateurs de récits pouvant persuader les foules de l’utilité de la confession. On dit de la confession qu’elle lave et purge, qu’elle libère et protège, ce qui peut être observé dans les dernières lignes de l’exemplum où la main noire est blanchit par la confession de l’homme. Ceci vient rejoindre mon hypothèse selon laquelle la marque sur l’âme se traduit par une marque corporelle.

L’exemplum ci-dessus répond à tous mes critères quant à sa pertinence par rapport à ma recherche, mais il se peut aussi que je trouve des exempla qui présentent seulement quelques éléments ayant rapport avec mon sujet. Par exemple, un exemplum de Bernardin de Sienne mentionne un avare qui, à la suite d’un pacte diabolique, conservait les hosties pour les mettre dans sa ruche. À part le pacte, il semble ne pas y avoir de corrélation avec mon sujet. Pourtant il faut penser que l’hostie était alors considérée comme le corps du Christ. Il s’agit donc d’un corps et sa transformation dans la ruche pourrait se rattacher à mon hypothèse concernant les transformations corporelles.

Calendrier et outils

En ce qui concerne le calendrier, mon premier objectif pour le mois de janvier sera de lire le Dialogus magnus visionum ac miraculorum de Césaire de Heisterbach, un manuscrit du début du XIIIe siècle qui s’adresse autant aux nouveaux convertis qu’aux prédicateurs. Puis, le Tractatus de diversis materiis predicabilibus d’Étienne de Bourbon qui renferme plus de 3000 exempla. Ensuite, le Sermones feriales et communes, ainsi que le Sermones vulgares Jacques de Vitry, un recueil comportant plusieurs exempla. Jacques de Vitry a contribué à généraliser l’emploi de l’exemplum dans la prédication. À cela s’ajoute aussi la lecture du De miraculis de Pierre le Vénérable, puisque celui-ci mentionne le diable à de nombreuses reprises dans son recueil. Finalement, le Ci nous dit, écrit par un auteur anonyme du XIVe siècle et qui contient de nombreux exempla reliés à la vie morale chrétienne. L’Index Exemplorum de Tubach sera aussi une bonne manière de repérer des exempla concernant le diable ou le pacte, qui m’auraient échappé. Il s’agit d’un index qui présente des résumés d’exemplum, annotés et organisés par ordre alphabétique. Il sera donc question, pour le mois prochain, de lire ces recueils, mais également d’en faire une analyse externe, donc de préciser l’auteur des textes, à qu’ils s’adressent et leur diffusion interne ou externe. Une fois ces informations recueillies, les bases seront mises pour une analyse interne des documents. Les mois suivants serviront donc à identifier les exempla qui pourront être pertinents dans ma recherche et à les rassembler. Je compte me créer un corpus de sources en utilisant le logiciel Tropy. Celui-ci me permettra d’importer des exempla dans une base de données personnelle et d’y ajouter les informations que j’aurais recueillies dans mes analyses externes et internes.


[1] Étienne de Bourbon, Tractatus de diversis materiis praedicabilibus, t. III, De dono scientie, traduction de Jacques Berlioz, publié dans Jean-Claude Schmitt, Prêcher d’exemples, Récits de prédicateurs du Moyen Âge, France, Édition Stock, 1985, p.91-92


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.