Catégories
Uncategorized

Billet quatrième ronde. Que faire ? Mettre mes sources au travail.

Meggie Sue Cadrin

Depuis l’écriture du dernier billet, j’ai eu l’occasion de rencontrer mon directeur de recherche et plusieurs aspects de ma recherche se sont spécifiés. D’abord, pour la disponibilité des sources, il semble que je n’aurais pas besoin d’aller en centre d’archives trop fréquemment puisque mon directeur a eu la générosité de m’offrir sa base de données. Aussi, en raison de la quantité de sources, j’ai décidé d’utiliser un intervalle de 10 ans pour l’analyse. Pour les sources officielles (Cour du Recorder, rapports de police, Cour des sessions générales de la paix et les registres de la prison de Québec), je commencerai mon dépouillement en 1820. Pour les sources provenant de périodiques, j’ai décidé de commencer en 1815. Comme ce type de sources est vaste et que cela peut rapidement devenir « overwhelming » en bon français, j’ai décidé d’étudier les deux premières semaines de deux mois pour chaque année (par exemple, janvier et juin). Cette sélection permet d’avoir une idée large des crimes qui peuvent survenir en hiver et en été. L’utilisation d’un intervalle de 10 ans, mais qui commence à différentes années selon le type de source, me permet d’avoir une diversité dans mes données ce qui est très pertinent à ma recherche. 

J’utiliserai différents logiciels pour naviguer les multiples bases de données existantes et lorsque ma sélection d’échantillons sera terminée, j’insérerai mes données dans un document Excel. Comme je n’ai jamais utilisé de logiciels de données, mon directeur m’a proposé de me faire une démonstration pour que je puisse me familiariser. Pour ce qui est de mon analyse quantitative, elle sera relativement simple dans le sens qu’elle consistera surtout à compter et à faire des pourcentages. Évidemment, il faudra user de bon sens pour comprendre la vraie signification des données. Par exemple, dire que 3 cas sur 6 représentent 50 % de l’ensemble des phénomènes n’est pas réaliste. L’échantillon n’est pas assez large pour supposer une telle généralisation. Pour les archives de la Cour des sessions générales de la paix, j’utiliserai le logiciel Thémis 2 puisqu’il contient de très bons résumés des accusations/procès/cause que l’on peut retrouver dans les archives réelles. À l’heure actuelle, il n’est pas disponible en ligne, mais je sais qu’il sera possible de s’arranger avec mon directeur ou encore M. Rénald Lessard pour obtenir un quelconque accès numérique. Comme il est actuellement impossible d’aller en personne à la BAnQ, le logiciel Thémis 2 sera un bon début pour cibler et sélectionner un échantillon préliminaire. Ce qui est écrit dans Thémis 2 est relativement court, il s’agit de quelques phrases (2 ou 3) qui expliquent qui est l’accusé et le motif de sa présence devant la cour. Je pourrai donc lire toutes les causes. D’ailleurs, il est important de lire l’ensemble des cas puisque parfois, une femme sera accusée officiellement d’ivresse, mais dans les détails, nous voyons qu’elle a aussi poussé l’officier qui l’a arrêtée. Il est intéressant de voir ce genre de détail puisqu’il amène la réflexion que certains policiers n’osaient peut-être pas dire qu’ils avaient été assaillis par une femme et préféraient l’arrêter pour un motif plus « bancal ». Lorsqu’un homme agressait un policier, il était arrêté pour ce geste. Ainsi, il sera pertinent de voir s’il y a réellement un biais dans ce type d’accusation qui peut dépendre du genre de l’assaillant. Les registres de la prison de Québec sont disponibles sur la plateforme Advitam de la BAnQ ce qui facilite l’ensemble du travail. Comme abordé dans le dernier billet, la ville de Québec continue de prendre des rendez-vous pour une consultation en salle d’archives alors cela est aussi une bonne nouvelle. L’accessibilité à la base de données de mon directeur ainsi que la décision d’analyser les données avec un intervalle de 10 ans permettent réellement d’être réalistes de ce qu’il est possible de faire dans les circonstances actuelles. 

Pour constituer un échantillon et analyser efficacement la quantité importante des données qui existent, j’ai l’intention de commencer, lors de la période des fêtes, ma recherche dans les périodiques. Je veux notamment consulter le Quebec Chronicle, le Quebec Gazette, le Quebec Mercury et le Journal de Québec. Comme mon directeur me l’a dit, la section dédiée au type d’informations que je recherche est souvent sur la première page et est contenu dans la première page ce qui va faciliter le processus d’analyse. Aussi, la grande majorité des périodiques québécois du 19e siècle peuvent se trouver sur la plateforme numérique de la BAnQ ce qui permet de travailler malgré les circonstances et les jours fériés. Sinon, en janvier, j’aimerais me familiariser avec les bases de données et les logiciels pour m’assurer d’être capable de bien contenir mes données et rendre l’analyse efficace lorsque je serai rendu à cette étape. Je sais que pour plusieurs étudiants, l’analyse officielle des données se fait normalement en été, mais comme j’aurai un séminaire à cette période, j’aimerais commencer dès la semaine de lecture à explorer en profondeur mes archives. Je continue évidemment mes lectures d’ouvrages et d’articles pour m’assurer d’avoir une connaissance approfondie de mon sujet. 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.