Catégories
Uncategorized

Billet quatrième ronde. Que faire ? Mettre mes sources au travail.

Lucie Arbour

Comme je l’ai mentionné dans mon billet précédent, la question de l’accessibilité de mes sources est particulièrement délicate. Ainsi, jusqu’au 11 décembre dernier, je m’apprêtais à écrire un billet de blog plutôt défaitiste, axé sur mes incertitudes quant à leur réel contenu. Toutefois, un courriel inattendu est venu calmer mes appréhensions : les fichiers PDF des archives que j’avais commandées il y a quelques mois étaient disponibles. 

Analyser mes sources

J’ai en effet reçu environ 600 pages de matière première à exploiter. Il s’agit d’une partie des papiers de Colin Campbell, président du Rockefeller Brothers Fund (RBF) de 1988 à 2000. Ceux-ci concernent différents voyages effectués en Europe centrale et de l’Est entre la fin des années 80 et le début des années 90. Ils sont composés de correspondance, de notes prises à la hâte, de fiches de préparation pour des présentations, d’horaires de voyage, de coupures de journaux… et j’en passe. 

À ces papiers laissés par Colin Campbell risque notamment de s’ajouter plus tard la correspondance entre le RBF et ses donataires ainsi que des rapports rédigés avec d’autres fondations. De plus, j’ai également mené une entrevue avec un ancien officier de programme que j’aimerais mobiliser dans le cadre de mon mémoire. 

Cette très grande hétérogénéité me limite évidemment à l’analyse qualitative. Je devrai donc m’attarder aux critères externes et internes de mes différentes sources pour comprendre en quoi elles sont pertinentes — ou non — pour ma problématique. Ainsi, dans le cas de la correspondance par exemple, je devrai entre autres identifier l’auteur ainsi que la date d’envoi (critères externes). Je m’attarderai ensuite au destinataire et au sujet abordé pour déterminer quelles informations contient cette lettre sur le programme du RBF en Europe centrale (critères internes).  

Quels outils utiliser ?

Pour repérer les sources potentiellement intéressantes, j’utilise les rapports annuels du RBF ainsi que le catalogue du Rockefeller Archives Center (RAC), DIMES. Les rapports me servent principalement à identifier les noms des donataires de la fondation ainsi que leur importance relative dans l’ensemble du programme. En effet, une organisation qui reçoit 100 000 $ pendant quatre ans risque d’être plus significative à observer qu’une autre qui ne reçoit qu’une seule bourse de 10 000 $. Les rapports sont également utiles pour identifier des mots-clés pour chercher sur DIMES. Néanmoins, les listes produites (finding aids) par le RAC se sont pour le moment révélées bien plus efficaces. Ce repérage me sera surtout utile lorsque je pourrai effectuer un premier voyage au centre d’archives.

Extrait du rapport annuel du RBF, 1995 (Source: RBF)

En outre, pour organiser mes sources, je compte utiliser un logiciel qui me permet d’identifier clairement chacune d’entre elles. FileMaker me semble être le meilleur choix potentiel de par sa grande flexibilité. L’indexation par mots-clés m’apparait aussi prometteuse. Plusieurs étudiants de mon directeur l’ont utilisé et me l’ont recommandé. Cependant, son utilisation m’a l’air complexe, ce qui me fait hésiter. Si cela m’est possible, je compte tester cette option pour la critique des sources à remettre cet hiver. Si je n’ai pas accès à FileMaker ou si celui-ci ne me convient pas, je pense utiliser Tropy, un logiciel construit spécifiquement pour l’analyse d’archives. Les options de classement y sont plus limitées, mais plus intuitives — je pense notamment à l’utilisation d’étiquettes. Il me permettrait également d’organiser facilement mes photos d’archives.

Calendrier

Je n’ai pas encore eu la chance de me plonger dans les sources que j’ai reçues récemment. En effet, mon séminaire est très énergivore en cette fin de session. Je compte donc regarder tout cela plus en détail au début du mois de janvier. En outre, si tout se passe bien, j’espère pouvoir effectuer un premier voyage de reconnaissance au RAC vers la fin du printemps. J’aimerais y passer entre 7 et 10 jours pour repérer le matériel important et prendre des photos de mes sources. Comme je n’ai pas de séminaire cet hiver, je pense me dévouer plus activement à cette tâche, tout en continuant mes lectures. Dans un monde idéal, je retournerais ensuite au RAC pendant l’été pour une période un peu plus longue. Évidemment, ce plan est entièrement dépendant de l’évolution de la situation actuelle.

En ce qui concerne mon dépouillement, j’ai encore de la difficulté à estimer le temps nécessaire. En effet, la taille finale de mon corpus est pour l’instant bien mystérieuse et je ne suis donc pas certaine de ce qui constitue un objectif raisonnable. J’espère toutefois que la critique de source me permettra de mieux cerner cet aspect. 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.