Catégories
Uncategorized

Billet quatrième ronde. Que faire ? Mettre mes sources au travail.

Émile Laplante

L’analyse de mes sources

Je dois faire une analyse qualitative de mes sources afin de trouver les réponses à mes questions. Pour ce faire, j’ai besoin d’analyser mes sources à partir d’une grille d’analyse unique. À cette étape de ma réflexion, je n’ai qu’une ébauche de cette grille d’analyse : quelques mots, quelques références et une multitude de points d’interrogation. Ceci dit, j’ai quelques idées.

Cette ébauche de grille prend la forme d’une fiche. On y trouve le titre et la référence bibliographique des sources. Quelque part, probablement du côté droit de cette fiche, on retrouve des mots-clés. Chacun de ces derniers s’accompagne d’une case, question d’être capable de la cocher si la source contient le mot. Cette fiche prévoit également un espace pour la référence bibliographique des mots-clés retenus. Ces derniers incluent des mots couramment employés dans de telles sources, tel que, « aid » et « guerrila », des noms propres, comme par exemple « Mao Zedong » et « Lyndon Baines Johnson », et des mots davantage « conceptuels » comme « revisionist » et « containment ».

Des critères internes et externes occupent l’espace restant de la fiche. Ces critères internes et externes se divisent en trois groupes : les éléments descriptifs, les éléments de contenu et les éléments de dispositif. La signification de ces éléments va se préciser au fur et à mesure de leur utilisation pour analyser mes sources.

J’utilise quatre éléments d’ordre descriptif : la date, le lieu, la production et le type de source. Ces éléments permettent de situer chronologiquement et géographiquement la source, d’identifier l’émetteur et de discerner sa nature. La source doit être abordée différemment selon s’il s’agit d’une version originale, d’une traduction ou d’une reproduction. L’intention cachée derrière une traduction ou une reproduction est naturellement différente de l’originale.

Pour les éléments de contenu, j’ai isolé quatre éléments d’analyse : les acteurs, la nature du propos, le ton employé par les acteurs et le contexte de production de la source. Il s’agit d’identifier si ce sont des acteurs politiques ou institutionnels et s’ils parlent d’aide, de collaboration ou s’ils expriment d’autres préoccupations. La nature du propos révèle le sujet discuté, par exemple s’il y a des contributions financières ou matérielles ou des projets de collaboration entre les acteurs. Plusieurs de ces sources sont composées de transcriptions de conversations bilatérales. La manière dont les acteurs échangent est importante. Les conversations possèdent un ton : elles sont parfois condescendantes, parfois moralisantes et, d’autres fois, conviviales. Cette « tonalité » est révélatrice de l’ambiance des échanges entre les acteurs. Le contexte de production influence également cette tonalité. S’agit-il d’une rencontre annuelle ? Y a-t-il eu un incident qui engendre la production de cette source ? Si un acteur n’écoute pas les conseils de l’autre, par exemple, la rencontre suivante entre ces mêmes acteurs aura fréquemment une tonalité différente. Identifier ces éléments est donc quelque chose de pertinent.

Enfin, il est question des éléments de dispositif. Ces derniers sont des éléments contribuant à identifier les caractéristiques présentes dans les échanges, mais non verbalisées. Quelles sont les intentions des acteurs ? Existe-t-il une hiérarchie entre eux ? Répondre à ces deux questions, par exemple, constitue quelque chose d’utile pour élaborer mon projet de recherche dans la mesure où il me permet de structurer mes idées.

Ces différents éléments d’analyse me permettent d’organiser mes sources. Il s’agit d’une manière de mettre en série mes sources, c’est-à-dire de les rassembler thématiquement afin que je puisse en tirer les réponses à mes questions.

Des outils… mais quels outils ?

J’hésite encore sur le choix des outils me permettant de soutenir l’exercice d’analyse de mes sources. Je dois être capable de créer une fiche par source. Ma source numérisée doit se joindre informatiquement à ma fiche. Je connais FileMaker Pro, mais pas suffisamment pour savoir si ce logiciel répond à mes besoins. Peut-être devrais-je utiliser un logiciel avec lequel je suis plus familier, par exemple Word ou OneNote.

Je vais compléter d’ici la semaine prochaine une ébauche de ma grille d’analyse. Je devrais rencontrer mon directeur de recherche bientôt. Après cette rencontre, je serais en mesure de débuter l’analyse de mes sources. Durant le temps des fêtes, j’analyserai toutes les sources retenues, soit une quarantaine. Cela me permettra de faire les premiers regroupements thématiques de ma banque de données. Ces regroupements constituent des réponses à ma problématique. Si une source indique que Zhou Enlai craint un éventuel encerclement de la Chine, je placerai cette source et sa fiche dans le regroupement « endiguement », et ainsi de suite pour chacune des sources.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.