Catégories
Uncategorized

Billet quatrième ronde. Que faire ? Mettre mes sources au travail.

David Rochette

Le problème principal en ce qui concerne ma recherche est la quantité impressionnante de documents. Je devrai donc mettre en place un système assez efficace de traitement des sources afin de ne pas me perdre dans la réalisation de ma tâche et dans le but de mettre en évidence des informations qui sont pertinentes par rapport à ma problématique.

Le traitement de mes sources

Comme déjà brièvement abordé à l’intérieur de quelques billets précédents, le fait que la plupart de mes sources soient numérisées fait en sorte que je pourrai faire la majorité de mes recherches à partir de chez moi, ce qui est un bon avantage au niveau du temps. Aussi, l’analyse de ces sources se fera en grande partie par la recherche par mots-clés qui est permise par le site des archives du Parlement canadien et par celui de bibliothèques et archives Canada. Ces mots-clés seront évidemment des critères et des thèmes bien précis et traiteront notamment des réparations de guerre, de politique coloniale et des relations entre la Grande-Bretagne, le Canada et les États-Unis. Cette recherche me permettra d’éviter de lire les milliers de pages qui composent chaque volume des débats des différentes législatures. En ce qui concerne la période analysée, je vais me concentrer sur les années allant de 1920 à 1931 afin de faciliter ma recherche et de me focaliser sur les éléments menant vers l’autonomie canadienne dans le domaine de la politique étrangère. Étant donné qu’il n’y a seulement que deux législatures dans la période étudiée, je pensais plutôt diviser l’information trouvée en fonction des sessions parlementaires et selon différents thèmes. Ceci voudrait donc dire que j’aurais quatre sections par législature, pour un total de huit. Les thèmes selon lesquelles l’information sera regroupée seront ceux identifiés dans mon bilan historiographique, c’est-à-dire ce qui touche au domaine de la politique étrangère, ce qui concerne plus le domaine économique et ce qui concerne les relations avec la Grande-Bretagne, les États-Unis et la place du dominion dans l’empire. Évidemment, l’analyse devra être assez exhaustive et ne devra pas seulement se baser sur les témoignages de certains ministres. Je devrai vraiment sélectionner le lus d’information pertinente possible afin que le résultat soit fidèle à la réalité de l’époque. Les différents fonds d’archives que je vais consulter sont aussi très bien divisés. En effet, dans le cas de ceux traitant des débats de la Chambre des communes, ils sont déjà répertoriés en fonction des sessions parlementaires et sont également subdivisés en plusieurs volumes. Ceci enlève donc un certain poids à mon analyse. L’information disponible à l’intérieur des documents est également très facile à comprendre puisqu’elle est présentée sous la forme de débat. Nous savons donc toujours qui a la parole et à quel parti cette personne appartient. Ceci est aussi vrai dans le cas du journal personnel de W.L. Mackenzie King qui est divisé selon ses entrées quotidiennes sur le site de BAC.

Outils et calendrier de planification

Comme la plupart de mes collègues, je vais opter pour des tableaux excel pour regrouper toutes ces informations et pour me permettre d’avoir une représentation graphique de l’évolution des différents thèmes à travers le temps. Dans ce sens, il sera beaucoup plus facile de percevoir l’évolution de la place du dominion du Canada au sein de l’Empire britannique, ou encore l’évolution de l’opinion canadienne en ce qui concerne la question des réparations de guerre par exemple. L’analyse de me document sera donc faite, dans un premier temps, dans le but de trouver la position du dominion en ce qui concerne les thèmes mentionnés plus haut, et, dans un deuxième temps, de cerner l’évolution de cette position.

En ce qui concerne ma planification, je vais évidemment faire la lecture de mes sources durant la période des fêtes. Je pensais faire les lectures des débats parlementaires en parallèle avec celles du journal personnel du premier ministre. C’est-à-dire que pour chaque volume des sessions parlementaires des archives de la Chambre des communes, je pensais lire l’équivalent en publications de ce journal personnel afin de voir l’opinion réelle de Mackenzie King. Je pensais donc lire environ trois ou quatre volumes à chaque deux semaines durant les prochains mois, afin de pouvoir procéder à l’écriture de ma critique dans le cadre du prochain travail pour le 1er février. Aussi, je pensais finir la lecture de quelques ouvrages essentiels que je n’avais pas eu le temps de consulter en détail, tels que Canada and the British Empire de Phillip Buckner ou encore Britains’ Experience of Empire in the Twentieth Century d’Andrew Thompson.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.