Catégories
Uncategorized

Billet cinquième ronde. Mon bilan, mon programme

Aimée Dion

Plan de travail pour la session d’hiver et constitution du corpus de sources :

Lors du mois de janvier, j’ai procédé au repérage d’un premier corpus de sources, notamment en puisant dans les collections web du dépôt numérique Calypso de l’Université de Montréal, du Musée canadien de la guerre, du Musée McCord, de la bibliothèque numérique de l’Université McGill, de l’Imperial War Museum de Londres et du catalogue de la National Library of Ireland. J’ai pu repérer environ 150 affiches en tout, à partir desquelles je procéderai au traitement d’un échantillonnage d’affiches pour confirmer la viabilité de ma méthode d’analyse lors du travail à remettre prochainement. Je pense retenir les deux affiches ci-dessous comme échantillon pour ce travail, puisqu’elles me permettront de montrer en quoi les affiches de guerre font appel aux mythes historiques nationaux pour inciter à la mobilisation. Les mois de février et de mars seront consacrés au traitement du corpus général et à la poursuite de mes recherches bibliographiques. La fin du mois de mars et le mois d’avril seront eux consacrés à la rédaction de la page Wikipédia afin de faire la synthèse du travail effectué en cette première année de maîtrise.

La méthodologie :

Je devrai procéder à l’analyse de contenu des affiches, tout en soulevant les régularités dans les séries d’affiches pour catégoriser les types de messages déployés dans les affiches de guerre. En empruntant la méthode d’analyse iconographique, je compte montrer comment l’utilisation répétée d’images choquantes faisant appel au civisme et à la nationalité incite les sociétés canadienne-française et irlandaise à se mobiliser pour l’Empire britannique au cours de la Première Guerre mondiale. Depuis le dernier blogue, j’ai révisé et mis à jour ma grille d’analyse afin de mieux pouvoir relever et catégoriser les informations dont recèlent les affiches. Cette analyse se fondera sur trois volets, soit l’identification de l’affiche, l’analyse iconographique de celle-ci (les thèmes, images et slogans utilisés) et enfin son contexte de production. Je me fierai d’abord au mémoire de maîtrise d’Alexandre Dubé[1], dont le projet est semblable au mien, pour construire ma méthodologie pour analyser mes sources et former mon corpus en fonction de la pertinence des affiches pour ma problématique.

Mes impressions après l’analyse provisoire des sources :

Pour le moment, j’ai pu relever quelques thèmes employés dans les affiches de guerre qui pourront justifier la sélection des affiches pour mon corpus. Alors que les affiches provenant de l’Irlande misent davantage sur le volontariat pour mobiliser les hommes à s’enrôler, les affiches canadiennes misent beaucoup sur le nationalisme économique pour inciter la population à souscrire aux bons de la victoire. L’effort de guerre financier y est davantage mis en valeur. Les affiches canadiennes usent également de bilinguisme en utilisant une même image accompagnée de slogans rédigés à la fois en anglais et en français pour rejoindre le plus de gens possible, laissant entendre que l’enjeu de la langue serait un facteur important à la mobilisation. Les affiches font également appel à la citoyenneté et à l’ethnie pour mobiliser ces sociétés, notamment en rappelant des valeurs communes propres à celles-ci. L’appel à la justice et à la défense des valeurs civiques contre la « barbarie » des Allemands figurent dans les affiches à plusieurs reprises. Les images du naufrage du Lusitania en 1915 y jouent donc un rôle important pour mobiliser l’empathie de la population et l’exhorter à agir. Il y a esthétisation de la violence comme instrument à la mobilisation. Les images montrant la guerre comme libératrice et la glorification du sacrifice, tant individuel que collectif, visent à réorienter la psyché collective vers la mobilisation à l’effort de guerre. La construction du discours de la guerre puise donc dans l’identité de ces sociétés en faisant appel aux mythes, héritages culturels et idéologiques de ces sociétés pour expliquer la guerre par un registre visuel, amenant ainsi une mobilisation de la nation en temps de guerre.


[1] DUBÉ, Alexandre. « Construire la guerre totale par l’image au Canada (1914-1918): Acceptation différenciée d’un discours de guerre «totalisé » ». Maîtrise en histoire, Montréal, Université de Montréal, 2016, 189 p.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.