Catégories
Uncategorized

Billet sixième ronde. Rapport d’étape et état des lieux. (1)

Meggie Sue Cadrin

Depuis la remise de ma critique des sources, je dois avouer que mon niveau de productivité a été plutôt nul et ça m’a véritablement fait du bien.

Les difficultés et les obstacles

Je pensais que la critique serait plus facile que le bilan historiographique, mais c’était tout le contraire. Avant de commencer la rédaction de ma critique, je me sentais déjà un peu « paralysée » devant l’ampleur de mon corpus. Je ne savais simplement pas comment amorcer la critique d’autant de documents différents. Tout semblait très complexe. L’une des difficultés que j’ai rencontrées était de décider quel angle d’approche adopter pour l’ensemble de mon corpus. Toutes mes sources étaient numérisées, mais certaines avaient été traitées préalablement et d’autres étaient dans leur état original. J’avais alors beaucoup de difficultés à les présenter, mais aussi les critiquer selon leur format et leur contenu. La partie « présentation du corpus » a été ardue à écrire et je pouvais passer une journée devant mon ordinateur à réécrire les quatre mêmes phrases. Finir une journée avec seulement 200 mots de plus est toujours décourageant…

Épiphanie? Pas exactement…

Lorsque j’ai commencé à penser aux méthodes d’analyse et à l’échantillon, j’ai réalisé que je devais sortir de cette « torpeur » sinon je ne réussirais jamais à finir cette critique. J’ai écrit à d’autres étudiants (allô Lucie !) pour partager mes vagues de découragements, mais aussi mes petites illuminations. J’ai aussi pris contact avec l’une des étudiantes de mon directeur qui m’a conseillé et guidé dans le choix des méthodes d’analyse et la sélection de l’échantillon. Ces prises de contact m’ont beaucoup aidé et m’ont aussi donné le petit coup de pied nécessaire pour mener à terme ce travail.

Et après?

Pour l’instant, j’attends les commentaires de mon directeur sur ma critique des sources et je crois être en mesure de la solidifier par la suite. J’aimerais éventuellement me concentrer sur les nombreux ouvrages, articles, mémoires et thèses qui, depuis ma bibliothèque Zotero, implorent mon attention depuis l’automne dernier. Je veux également commencer le traitement des sources qui ne sont pas encore dans des bases de données. Finalement, je veux tranquillement me familiariser avec les consignes du prochain travail pour ne pas être prise au dépourvu lorsqu’il sera temps de le remettre. 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.