Catégories
Uncategorized

Billet sixième ronde. Rapport d’étape et état des lieux. (1)

Katherine Fournier

Mon travail de critique des sources m’a permis de découvrir une version électronique du manuscrit du Ci nous dit. En effet, une de mes difficultés concernant ce recueil était que la bibliothèque de l’université ne détenait qu’un exemplaire en consultation sur place. Compte tenu du climat actuel, il est plus complexe pour moi de me déplacer et donc je cherchais un moyen de pouvoir consulter l’ouvrage sans avoir à constamment faire le chemin jusqu’à l’université. En recherchant des informations sur le recueil, j’ai eu la chance d’en repérer un exemplaire sur le site Gallica. Il s’agit d’une numérisation complète de l’ouvrage, qui contient également les enluminures en couleur. Cette découverte est extrêmement bénéfique pour la suite de mon projet. Le seul bémol est que le manuscrit original est en vieux français. De plus, il est écrit dans un style qui s’approche du gothique livresque du XVe siècle. La lecture de l’ouvrage demandera donc un double effort de traduction et de paléographie pour permettre de bien l’analyser. Je participe présentement à un séminaire sur la paléographie médiévale et j’ai bon espoir de pouvoir en tirer les outils nécessaires pour améliorer ma compréhension du Ci nous dit. 

En ce qui concerne les lectures, j’en suis au point où je jongle entre le dépouillement des manuscrits à la recherche d’exempla et la lecture d’ouvrages savants sur les notions qui ont rapport avec mon sujet. Dans un premier temps, j’ai déjà repéré quelques exempla dans l’Index exemplorum de Tubach. Il me reste à identifier les manuscrits dans lesquels ces exempla apparaissent dans le but d’obtenir la version complète des récits. Parallèlement, en fouillant pour trouver des exempla, j’ai constaté que beaucoup d’entre eux mentionnent la maladie après un pacte diabolique. J’ai donc décidé de m’informer un peu plus sur la conception du corps, de l’âme et de la maladie au Moyen Âge pour voir si je pourrais traiter ces exempla comme des récits de marques corporelles. Dans un deuxième temps, je tente d’améliorer ma compréhension de la représentation médiévale du corps et de l’âme.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.