Catégories
Uncategorized

Billet septième ronde. Rapport d’étape et état des lieux. (2)

François Dubé

Au cours des deux dernières semaines, ma vie personnelle a occupé l’essentiel de mon temps et de mon énergie. La préparation en vue de mon déménagement du mois d’avril prochain m’a notamment demandé pas mal de temps tout comme mon implication au sein du comité organisateur du 21e colloque étudiant du département des sciences historiques. J’ai tout de même profité de certains moments de répit afin de me replonger dans l’historiographie de mon sujet de recherche.

La lecture de la thèse doctorale de Robert Daley portant sur la vie d’Edmund Bailey O’Callaghan devrait s’avérer très utile dans le cadre du présent travail[1]. Daley y analyse minutieusement le contenu du Vindicator qu’il remet dans le contexte de l’époque. Cette thèse m’est utile puisqu’elle me permet de mieux comprendre le contexte dans lequel les publications du Vindicator ont paru. Cette lecture me permet aussi de mieux cerner les réseaux de solidarité dans lesquels les rédacteurs de ce journal étaient intégrés. L’auteur retrace bien les liens entretenus par O’Callaghan (et même Tracey) avec la communauté irlandaise de Montréal d’une part et le mouvement réformiste d’autre part. L’analyse de Daley au sujet du positionnement politique de la diaspora irlandaise de Montréal au cours des années 1830 a également nourri certaines réflexions chez moi. Ces réflexions devraient me permettre de formuler une hypothèse partielle dans le cadre du travail en cours. J’en suis notamment venu à la conclusion qu’une étude de la culture politique de la diaspora irlandaise de Montréal devrait se révéler fructueuse afin d’expliquer, dans une certaine mesure, la réaction politique des Irlandais à la veille des Insurrections de 1837-1838. Mon analyse des éléments de la culture politique de cette diaspora (croyances, normes, valeurs et représentations) devrait vraisemblablement me permettre d’approfondir les raisons culturelles expliquant l’absence de mobilisation significative de cette communauté dans le cadre des conflits politiques de la fin des années 1830. Cet apport potentiel de ma recherche à l’historiographie ne serait pas négligeable puisque, à ma connaissance, peu d’historiens se sont directement intéressés à cette question. Cette dernière a cependant suscité certaines hypothèses vraisemblables qui ne furent pas véritablement étayées.  Il nous est permis de penser à James Jackson pour qui l’épidémie de choléra de 1832 et les manœuvres politiques du parti tory en vue de saper l’union des Canadiens et des Irlandais auraient été les principales causes de cet immobilisme politique irlandais au Bas-Canada[2]. La poursuite de la lecture de la thèse de Daley devrait certainement me permettre de trouver d’autres éléments de réponse à cette question.


[1] Robert C. Daley, Edmund Bailey O’Callaghan : Irish Patriote, Ph.D. (histoire), Concordia University, 1986, 483 p.

[2] James Jackson, « The radicalization of Montreal Irish : The role of The Vindicator », The Canadian Journal of Irish Studies, vol. 31, n°1, 2005, p. 93-94.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.