Catégories
Uncategorized

Billet huitième ronde. Bye bye HST 6000

Émile Laplante

J’ai l’impression que certains aspects de mon projet de recherche se sont précisés depuis l’automne dernier. Cela dit, après deux sessions de HST-6000, je ne sais pas si ce sont les aspects de mon projet plus que mon projet de recherche en tant que tel qui s’est précisé et, du coup, certains aspects semblent plus précis.

Parmi les éléments qui apparaissent plus précisément, je crois que le plus important est ma problématique. Prenez la première entrée de blogue : « en étudiant le passage de la relation sino-vietnamienne d’une position de fraternité à l’une d’animosité, l’étendue de l’engagement chinois, en ce qui a trait au conflit, devient éloquente ». Je ne sais pas trop ce qu’il y a d’éloquent là-dedans, mais bon… Aujourd’hui, si quelqu’un me demandait d’écrire une ou deux phrases pour expliquer ce dont je travaille sur, j’écrirais : « j’essaie de réaliser une étude des relations internationales axée sur la relation bilatérale entre l’État chinois et l’État nord-vietnamien en prenant pour objet d’étude la politique étrangère vietnamienne du gouvernement chinois entre 1966 et 1969 ». Ça me semble un peu plus précis… Du moins, je l’espère !

Un autre aspect qui s’est précisé est le rôle du corpus de sources dans ma recherche. À un certain point au cours des deux dernières sessions, j’avais l’impression que je devais faire travailler mes sources afin qu’elles corroborent avec la littérature existante. J’avais également l’impression qu’afin de réaliser un projet de recherche pertinent, il me fallait une quantité phénoménale de sources. Je me disais que les centaines de sources mises en ligne par le CWIHP, je devais les consulter et les prendre en considération. Au bout du compte, ce qui semble davantage pertinent pour moi, c’est que mes quarante-six sources possèdent amplement de contenu pour réaliser un projet de recherche et, peut-être l’aspect le plus important, c’est que mes sources n’aient pas besoin d’être forcées à mettre de l’avant quoi que ce soit, puisqu’elles le font déjà par elles-mêmes.

Pour la prochaine année, il est évident que j’ai encore beaucoup de boulot à faire. J’ai plusieurs ouvrages que je n’ai pas eu le temps de consulter en entier et qui mériteraient cela. J’espère également qu’en réalisant ces lectures supplémentaires, je serai en mesure de peaufiner ma méthode d’analyse. Je crois être dans la bonne direction, mais certains ajustements devront être faits. À cet effet, j’espère que la consultation des ouvrages me permettra de soit valider l’état actuel de ma problématique ou, au contraire, de la modifier en considération de mes futures découvertes.

Pour la consultation des sources, j’attends de voir si dans les ouvrages que j’ai besoin de consulter certains d’entre eux font mention de méthodologie. Très peu des ouvrages qui se trouvent dans ma bibliothèque actuelle font état de la méthodologie employée et, du coup, j’espère que ceux que j’ai à consulter offriront davantage d’indices. Cela dit, durant les derniers mois, j’ai consulté, consulté et consulté mes sources, alors mon programme de travail pour les prochains mois consiste davantage à lire, lire et lire.

Au plaisir de vous… lire.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.