Catégories
Uncategorized

Billet huitième ronde. Bye bye HST 6000

Lucie Arbour

Au cœur de la tempête, ce dernier billet est une occasion de réfléchir au chemin parcouru. En effet, l’annonce du Rockefeller Archive Center concernant le report de leur ouverture à l’automne, voire peut-être au début de l’hiver, a été dure à avaler. Néanmoins, les progrès réalisés cette année m’ont outillée pour m’adapter à cette nouvelle contrainte.

Une meilleure compréhension du sujet de recherche 

Au cours de l’année, ma problématique s’est considérablement affinée. À l’automne, je percevais surtout ma problématique en termes d’actions et de conséquences. Toutefois, mon contact avec les sources ainsi que mes lectures m’ont amené à m’intéresser davantage aux processus qui caractérisent la relation donateur-donataire : imposition, imitation, compromis, négociation, etc. Les objectifs du RBF, comme la démocratisation ou le renforcement de la société civile, me semblaient également plus clairs qu’ils ne le sont réellement, conséquence d’un discours institutionnel fort qui tend à faire oublier la complexité du processus décisionnel. 

Mes lectures m’ont également permis de mieux situer mon sujet dans l’historiographie existante. Mon rapport à la littérature issue des sciences politiques en particulier a beaucoup évolué. Mon séminaire sur les théories des relations internationales m’a aidé à penser mes lectures en fonction des courants de pensée de la discipline, ce qui m’a permis de mieux cerner la diversité des cadres théoriques dans le traitement de mon sujet.

Réflexions en vues

Évidemment, la nouvelle concernant mon centre d’archives est venue mêler les cartes. La planification de ma démarche est donc pour l’instant centrée sur le court terme. Je suis actuellement en train de relire mes notes de lecture, dans lesquelles j’avais noté des pistes à explorer. J’espère ainsi alimenter ma réflexion sur comment repenser ma problématique en fonction de l’accès plus restreint aux sources du RBF. 

J’envisage plusieurs solutions de rechange, dont celle de me diriger vers une étude comparative portant sur plusieurs fondations actives dans le domaine environnemental en Europe centrale pendant les années 1990. Réaliser davantage d’entrevues avec d’autres officiers de programme serait également une solution potentielle. Toutefois, j’en suis encore à l’étape du brainstorming.

Un programme de travail pour le moins incertain 

Je prévois toujours d’aller au Rockefeller Archive Center dès que possible. Cependant, il s’agira peut-être d’une visite davantage axée sur des cas précis et ciblés d’avance. En attendant l’automne, je compte commencer mes entrevues avec un ancien officier de programme. Je dois toutefois définir plus clairement la direction que je souhaite donner à ma recherche avant de me lancer dans cette entreprise. Me replonger dans les rapports annuels du RBF, et peut-être dans ceux d’autres fondations, sera sans aucun doute un premier pas dans cette direction. 

Malgré les changements en vue, je crois être bien outillée pour poursuivre mon cheminement à la maîtrise. Ma compréhension de mon domaine de recherche s’est développée et complexifiée, ce qui facilite ma réflexion pour surmonter la difficulté d’accès aux sources. 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.