Catégories
Uncategorized

Billet huitième ronde. Bye bye HST 6000

Katherine Fournier

Après deux sessions passées à me plonger dans mon sujet de recherche, certains aspects de mon projet sont devenus plus clairs et j’ai surtout l’impression d’avoir une meilleure idée du chemin qu’il reste à faire.

Dans les derniers mois, j’ai eu l’occasion de me pencher plus en profondeur sur les travaux de Jérôme Baschet et de replonger dans les deux ouvrages d’Alain Boureau. Puisque les conclusions de Baschet sont au cœur de mon hypothèse, il me semblait primordial d’améliorer ma compréhension de la conception du corps et de l’âme au Moyen Âge pour la suite des choses. Parallèlement, les travaux de Boureau sur la théologie du pacte diabolique me paraissent de plus en plus clairs. Grâce, entre autres, à ces lectures, j’ai le sentiment de mieux saisir mon sujet de recherche, ainsi que ma problématique. En effet, au tout début de ma recherche, j’avais tenté une analyse de certains exempla que j’avais repérés dans l’Index Exemplorum. J’en étais alors au commencement de mes lectures et l’exercice avait été plutôt ardu. J’avais l’impression que mon analyse était très superficielle et j’avais du mal à faire des connexions entre les éléments. Toutefois, le mois passé je me suis plongé dans la lecture du De Miraculis de Pierre le Vénérable pour faire une analyse interne de l’œuvre et des exempla pertinents à ma recherche. Je me suis aperçue que j’avais une plus grande facilité étudier le contenu des exempla et faire des liens entre les lectures et les différents éléments présentés dans les récits.

J’ai également modifié certains aspects de mon projet. En ce qui concerne la sélection des exempla, j’ai modifié certains critères à la lumière de mes lectures et de conseils de mon directeur. Je retiens désormais les mentions de pactes formées par des intermédiaires, souvent décrit comme des sorciers. En effet, même si le personnage du diable n’est pas directement présent dans ces récits, il s’agit tout de même de pacte où l’intermédiaire agit comme figure diabolique. De plus, je retiens désormais les pactes qu’on pourrait qualifier d’ « implicites ». Autrement dit, même si l’exemplum ne mentionne pas directement le pacte, les éléments contextuels permettent de déduire que c’en est un. Parallèlement, j’ai ouvert mes critères par rapport à ce que je considère comme étant des marques corporelles. Je pensais d’abord à des changements de couleurs ou des traces physiques visibles. J’ai ensuite rajouté les maladies soudaines, que je considère maintenant comme étant autant une transformation corporelle que toutes autres traces physiques.

Pour le futur, je compte d’abord continuer mon étude des exempla de Pierre le Vénérable et d’en faire une analyse interne complète. J’ai déjà commencé un document Word à cet effet, que je compte étoffer dans les prochaines semaines. Par la suite, la meilleure avenue serait de continuer la lecture des recueils choisis dans mon corpus de manière chronologique. Je compte donc passer au recueil de Jacques de Vitry et faire un document Word pour lui également, contenant les exempla qui sont pertinents à ma recherche, ainsi qu’une analyse interne. Je crois qu’un tel exercice sera bénéfique à long terme, surtout lorsqu’il s’agira de rédiger mon mémoire, puisqu’une partie des analyses sera déjà faite.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.