Catégories
Uncategorized

Billet première ronde. Que faire ? Préciser mon questionnement

Dans ce billet de 750 mots minimum, rédigé au « je », dans un style libre et agrémenté de toute image ou contenu multimedia licite que vous jugerez adéquat, vous direz pourquoi ce projet existe et pour quoi il existe: ce qui l’a fait naitre, ce qui en constitue l’armature intellectuelle et ce qu’il peut devenir.

* Mettez sur la table les curiosités, opportunités, questions, concepts qui structurent votre volonté de développer ce projet de recherche.

* Quelle question générale, quelles questions partielles président-elles à votre recherche ?

* Avez vous déjà des hypothèses de réponse à ces questions, hypothèses susceptibles de guider le choix des sources, le travail dans les sources, le traitement des éléments recueillis dans ces sources ?

* Quelles approches, directions de recherche pensez vous mettre en oeuvre pour travailler autour de ces questions et hypothèses ?

Katherine Fournier

Les débuts

Théophile et le diable. Extrait du Psautier d’Ingeburge de Danemark, reine de France, début du XIIIe siècle. Photographie de René-Gabriel Ojeda. Musée Condé, Chatilly, France.

Lorsqu’il a été question d’entreprendre ma maîtrise, j’étais encore incertaine du sujet que je souhaitais explorer. D’un côté, j’avais envie de travailler sur les fables et les contes, un sujet qui m’a toujours intéressé. Toutefois, lors de mon baccalauréat j’ai eu la chance de suivre un séminaire avec M. Didier Méhu où j’ai pu travailler sur Le Miracle de Théophile de Rutebeuf, qui m’a ouvert la porte sur le sujet de l’exemplum, de même que celui du pacte diabolique. Sous les conseils de M. Méhu, je me suis mise à la lecture de quelques recueils d’exempla traduits en français. Cela m’a permis de faire ressortir différents thèmes et d’en trouver un qui m’intéressait. Dans cette optique, j’ai pu lire quelques exempla qui parlaient de marquage corporel et j’ai trouvé le sujet très pertinent. J’ai donc décidé d’orienter ma recherche vers les changements corporels qui s’opèrent lors de la contraction d’un pacte diabolique.

Le questionnement

À partir de ces lectures, un questionnement est ressorti. Comment le marquage corporel, visible ou caché, est-il devenu un signe de pacte avec le diable dans l’Occident médiéval du XIIIe et XIVe siècle ? Il faut donner quelques précisions sur les balises temporelles choisies. Le XIIIe siècle, décrit comme « le temps de l’exemplum » par Jacques Le Goff dans l’ouvrage Le temps chrétien de la fin de l’Antiquité au Moyen Âge, IIIe-XIIIe siècle, marque l’introduction et l’accroissement de l’usage de l’exemplum par les ordres mendiants, entre autres dominicains et cisterciens, dans les prédications. Quant au XIVe siècle, la première moitié de celui-ci est une période de répression de l’hérésie et de poursuite du démon, notamment par le pape Jean XXII avec sa bulle Super illius specula. Des pratiques autrefois admises sont désormais diabolisées. Par ailleurs, on observe la mise en place d’une réflexion sur les sacrements diaboliques et la construction d’une théologie du pacte où il n’y a plus de victime innocente, puisque l’adhésion devient volontaire.  Le cadre spatial est assez large pour l’instant, car le dépouillement des exempla latin n’a pas encore permis de définir un lieu précis. En plus de cette question générale, on peut se demander comment le marquage corporel dans les exempla est devenu un outil pour ostraciser certains groupes considérés comme extérieurs à la société, tels les Juifs, les sorciers ou les hérétiques et à quel moment ce marquage corporel est apparu. On peut par ailleurs creuser plus loin et se questionner non seulement sur les relations entre le corps et l’âme, mais aussi sur le concept de marque corporelle en soi, en plus du dualisme entre marque positive et négative.

L’hypothèse

Berthold de Ratisbonne prêchant en plein air. Dessin à la plume, XVe siècle. Österreish Nationalbibliothek, Vienne.

Pour répondre à ce questionnement, on peut émettre l’hypothèse que la marque du corps soit un miroir de la « marque » spirituelle faite sur l’âme lors du pacte avec le diable et serve ainsi à illustrer, pour les foules réunies sur la place publique, l’importance des actes terrestres sur le statut de l’âme spirituelle. Il s’agirait d’un moyen de proscrire les hérésies et les associations avec les hérétiques, mais également de reconnaitre ceux-ci, car ils arborent à la fois une marque sur le corps et leur âme, soulignant ainsi la dualité du spirituel et du physique, de l’âme et du corps. Pour explorer cette hypothèse, les sources utilisées seront les exempla, ces courtes histoires utilisées lors des prédications par les ordres mendiants et qui avaient pour but de faciliter la compréhension du peuple lors des sermons. L’exemplum retient aisément l’attention de la population, qui est attirée par son côté anecdotique. Le prédicateur commence fréquemment son exposé par des marqueurs tels que « j’ai vu », « j’ai entendu », « je me souviens », aidant ainsi à dépeindre son récit comme un fait vécu. Le pacte y est décrit comme une histoire vraie, mais moralisatrice, qui sert à mettre en garde contre les dangers du diable tentateur.

L’approche

Cette hypothèse sera travaillée avec une approche qui se réclame de l’anthropologie historique. En effet, la recherche repose entre autres sur les travaux de Alain Boureau, notamment avec son ouvrage Satan hérétique. Naissance de la démonologie dans l’Occident médiéval qui explore la présence croissante du diable dans la société médiévale, mais aussi la mise en place d’une réflexion poussée sur la théologie du pacte, différenciant pacte faible et fort, réversible et irréversible. Par ailleurs, Boureau démontre bien l’engouement de plus en plus marqué pour la chasse aux hérétiques, qui vient rejoindre mon questionnement de recherche sur les marques corporelles. Il faut ajouter à cela Jérôme Baschet, qui a publié en 2016 son ouvrage Corps et âmes. Une histoire de la personne au Moyen Âge. Dans celui-ci, il analyse la conception de l’union non figée du corps et de l’âme, ainsi que la manière dont certains rituels qui impliquent le corps, tels le baptême et les sacrements, ont un impact sur l’âme. De plus, Baschet analyse la tendance croissante du Moyen Âge tardif à représenter l’âme avec les mêmes traits (marques de statut social, âge, etc.) que le corps terrestre. Dans cette optique, ma recherche relève de l’histoire culturelle, approchée de manière anthropologique.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.