Catégories
Uncategorized

Billet première ronde. Que faire ? Préciser mon questionnement

Dans ce billet de 750 mots minimum, rédigé au « je », dans un style libre et agrémenté de toute image ou contenu multimedia licite que vous jugerez adéquat, vous direz pourquoi ce projet existe et pour quoi il existe: ce qui l’a fait naitre, ce qui en constitue l’armature intellectuelle et ce qu’il peut devenir.

* Mettez sur la table les curiosités, opportunités, questions, concepts qui structurent votre volonté de développer ce projet de recherche.

* Quelle question générale, quelles questions partielles président-elles à votre recherche ?

* Avez vous déjà des hypothèses de réponse à ces questions, hypothèses susceptibles de guider le choix des sources, le travail dans les sources, le traitement des éléments recueillis dans ces sources ?

* Quelles approches, directions de recherche pensez vous mettre en oeuvre pour travailler autour de ces questions et hypothèses ?

Aimée Dion

Les débuts de mon projet :

Mon projet est né à la suite d’un voyage en Irlande qui m’a amené à me questionner quant à la divergence des destinées historiques canadienne-française et irlandaise. Ces deux sociétés partagent un passé caractérisé par la domination britannique au sein de l’Empire qui laisse une importante mémoire historique collective. Elles partagent également des caractéristiques socioculturelles semblables telles qu’un sentiment d’exceptionnalisme et un clivage religieux et linguistique avec la majorité anglo-britannique. Ces sociétés connaissent chacun des soubresauts de nationalisme au cours des décennies précédant la guerre et traversent des crises importantes au cours de la guerre liées à la dynamique d’une société minoritaire vivant dans le cadre d’une société majoritaire. Tandis que l’Irlande emprunte la voie de l’indépendance politique après la Première Guerre mondiale, la situation potentiellement explosive au Québec est désamorcée et la province retourne à des relations pacifiques avec la Confédération canadienne. Je veux savoir pourquoi la guerre propulse l’indépendance dans une société tandis que l’autre retrouve le statu quo. Comment peut-on expliquer la divergence de leurs destinées politiques au sortir de la guerre ? 

Mon questionnement :

La Grande Guerre de 1914-18 influence l’opinion publique de ces deux sociétés, où le mécontentement est cristallisé par les événements Easter Rising irlandais en 1916 et au Québec avec la crise de la conscription en 1917-18. Ces deux événements marquent un point de non-retour quant à leurs relations avec l’Empire britannique et où le mécontentement populaire envers l’Empire atteint son paroxysme. Des tensions accumulées depuis des décennies sont attisées par la guerre et le bien-fondé des liens avec l’Empire est mis en doute. Mon questionnement sera le suivant : De quelle façon la Première Guerre mondiale a-t-elle eu un impact sur les nationalismes canadien-français et irlandais ? Le cadre temporel étudiera les deux premières décennies du XXe siècle afin de montrer l’état des nationalismes avant et après la Grande Guerre. On insistera sur le phénomène du Home Rule en Irlande qui fut abandonné en 1914 et de la quête d’autonomie qui en découle ainsi que sur les débats entourant la conscription au Canada. L’étude étudiera le déploiement des mouvements nationalistes sous l’effet du contexte de la guerre des deux côtés de l’Atlantique ; soit au Canada français et au Royaume-Uni (Irlande et Grande-Bretagne). Quant aux sources, les affiches de guerre me permettront de répondre à la question suivante : De quelle façon les autorités s’appuient-elles sur la mémoire historique pour rallier les peuples Canadien français et Irlandais à la guerre ?

Mon hypothèse :

Je pense que la guerre aurait servi de catalyseur pour le rejet des options nationalistes et anti-impérialistes plus modérées qui circulaient depuis quelques décennies dans les deux sociétés et amènerait une plus vive volonté de rupture avec l’Empire britannique. Cela permettrait l’émergence d’identités canadienne-française et irlandaise qui se distinguent de l’Empire. Les affiches de guerre confirmeraient l’émergence d’identités nationales canadienne-française et irlandaise distinctes qui amèneraient la volonté d’une identité politique qui se dessine en dehors de l’Empire, soit une autonomie politique canadienne et l’indépendance irlandaise. La guerre deviendrait une circonstance opportune à la réorganisation des relations à l’intérieur de l’Empire et servirait de tremplin à l’atteinte d’une reconnaissance politique proprement canadienne et irlandaise sur la scène internationale, sonnant le glas de la fragilisation de la puissance de l’Empire britannique. Il semblerait que le point de grief commun entre les sociétés canadienne-française et irlandaise serait leur relation tumultueuse avec l’Empire britannique qui motiverait les mouvements contestataires nationalistes. Les stratégies de mobilisation mises en œuvre par les autorités serviront de clé de lecture des affiches qui tentent de simplifier la guerre et de convaincre les citoyens de l’impératif à se joindre à la guerre, malgré le manque d’enthousiasme populaire devant celle-ci. Les affiches matérialiseraient également les mémoires historiques nationales qui résonnent auprès des peuples canadiens-français et irlandais.  

Mes approches utilisées :

L’approche d’histoire comparative permettra de dresser des parallèles entre les histoires canadienne-française et irlandaise et d’étudier leurs relations avec l’Empire britannique pour en dégager les causes expliquant la divergence de destinée politique. Cette approche empruntée par Simon Jolivet, Garth Stevenson et Ronald Rudin me permettra de relever les éléments spécifiques à chaque société pour éviter les fausses singularités provenant d’une étude à vase clos. En regardant l’impact de la Grande Guerre sur les nationalismes des deux côtés de l’Atlantique, je pourrai montrer comment des crises similaires ont été gérées par les autorités et comment cela impacte les dynamiques de la société civile et des résultats politiques au sortir de la guerre. La comparaison sera ici profitable pour relever ce qui appartient singulièrement à l’Irlande ou au Québec, tout en dressant des parallèles entre des caractéristiques semblables qui se dessinent des deux côtés de l’Atlantique. L’histoire de la culture politique me permettra également d’étudier l’histoire des représentations des valeurs, des symboles et de la mémoire historique et politique dont les affiches de guerre recèlent.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.