Catégories
Uncategorized

Billet première ronde. Que faire ? Préciser mon questionnement

Dans ce billet de 750 mots minimum, rédigé au « je », dans un style libre et agrémenté de toute image ou contenu multimedia licite que vous jugerez adéquat, vous direz pourquoi ce projet existe et pour quoi il existe: ce qui l’a fait naitre, ce qui en constitue l’armature intellectuelle et ce qu’il peut devenir.

* Mettez sur la table les curiosités, opportunités, questions, concepts qui structurent votre volonté de développer ce projet de recherche.

* Quelle question générale, quelles questions partielles président-elles à votre recherche ?

* Avez vous déjà des hypothèses de réponse à ces questions, hypothèses susceptibles de guider le choix des sources, le travail dans les sources, le traitement des éléments recueillis dans ces sources ?

* Quelles approches, directions de recherche pensez vous mettre en oeuvre pour travailler autour de ces questions et hypothèses ?

Émile Laplante

De 2014 à 2016, alors que j’habitais en Malaisie péninsulaire, je conduisais fréquemment mes étudiants au Vietnamese Wreck afin de compléter leur cours de plongée profonde. Il s’agissait d’une étape incontournable du Advanced Open Water Course. L’épave était encore intacte, le courant faible et la vie marine incroyablement diversifiée : hippocampe, nudibranche, requin-nourrice, tout pour faire plaisir à un fanatique de la plongée et, même, à un adepte de l’histoire.

Cette épave est un navire de débarquement militaire échoué lors de la mousson de 1976 et porte son nom avec certaines contradictions. Oui, le navire provient du Viêtnam, mais les locaux, présents lors de son naufrage, le croyaient plutôt américain en raison de son équipage. Puis, en y allant plusieurs fois par semaine, j’ai fouillé, j’ai regardé et, un jour, flanqué de mon binôme, nous avons découvert sur la coque des inscriptions en cantonais.

Je me suis posé la question : est-il possible que le navire nommé vietnamien, prétendument américain, soit réellement chinois ?

Mon propos ne réside pas dans la dénomination du site de plongée ni dans son histoire. Plutôt, cette histoire sert d’analogie à quelque chose d’autre : mon questionnement quant à la Guerre du Viêtnam. Est-il possible que le conflit nommé vietnamien, à savoir celui qui sévit de 1955 à 1975 et qui est largement défini par ses déterminants américano-vietnamiens, soit davantage chinois que ce que l’on croyait initialement ?

Dès le début des années 1980, par le biais de l’accès aux archives nationales des pays militarisés, les recherches académiques et scientifiques se sont multipliées[1]. Il est devenu indéniable que la République Populaire de Chine (RPC) a joué un rôle important dans la Guerre du Viêtnam, autant par l’intermédiaire de son soutien économique, que politique et militaire. Toutefois, force est de constater qu’à ce jour il n’existe pas une interprétation uniformément acceptée quant à la participation chinoise dans le conflit.

Durant les années de conflit, le gouvernement chinois semble effectuer un changement d’approche quant à la Guerre du Viêtnam. À certains moments, on dirait que le gouvernement chinois se déplace d’une position d’amitié à l’une d’animosité en qui a trait au Viêtnam. Tant et si bien que son approche générale apparaît parfois évidente, parfois inexistante, parfois dans l’ombre, mais il n’en demeure pas moins qu’elle se solde toujours par une invasion du territoire vietnamien par les troupes chinoises. En ce sens, il me paraît pertinent de se demander ce qui explique et ce qui influence le changement de position du gouvernement chinois à l’égard de la Guerre du Viêtnam durant un moment déterminant du conflit, à savoir de 1966 à 1969.

Jusqu’à présent, plusieurs ouvrages ont influencé ma réflexion, mais nul ne l’a fait comme les transcriptions des conversations diplomatiques entre les dirigeants des pays militarisés[2]. Elles sont centrales à ma recherche, car elles sont, à défaut d’avoir un autre mot, révélatrices. Ces transcriptions mettent au grand jour le changement d’approche réalisé par la RPC entre 1966 et 1969, mais elles permettent aussi, j’espère, de faire des liaisons avec ce que l’historiographie du conflit nous dévoile.

La multiplication des recherches portant sur la participation chinoise à la Guerre du Viêtnam a donné naissance à différents courants de pensée en ce qui a trait au rôle de la RPC. Une hypothèse se dégage de cette littérature : deux grands courants de pensée coexistent quant au rôle de la Chine dans la Guerre du Viêtnam. Le premier suggère que ce sont les enjeux internationaux qui influencent directement le gouvernement chinois, ainsi que sa position au Viêtnam[3] [4] [5]. Le second suggère que ce sont davantage les enjeux domestiques qui poussent la RPC au Viêtnam[6] [7] [8] [9].

Cette hypothèse constitue l’approche que j’aimerais emprunter dans le cadre de cette recherche. Au lieu de confronter la politique extérieure à la politique intérieure du gouvernement chinois durant les années de conflit, j’aimerais les entrelacer afin de voir s’il n’y a pas des liens qui s’en dégagent. Le cas échéant, les transcriptions viendraient simplement corroborer les liens mis de l’avant.

L’approche que je propose s’apparente à l’une de l’histoire des relations internationales. Je ferai appel à des études interdisciplinaires qui traitent autant d’histoire diplomatique, politique, culturelle ou militaire afin de composer une histoire englobante de la Guerre du Viêtnam. La pièce motrice de ma recherche réside en une analyse portant sur le jeu des acteurs et les rapports de force que ces derniers entretiennent. En procédant de cette manière, il sera possible, je l’espère, d’aborder une large gamme de thèmes : la perspective nationale, les conditions économiques, les calculs stratégiques, les rapports de force, les intérêts nationaux et internationaux et, enfin, les forces sociales.

Bibliographie

Chen, Jian. « China’s Involvement in the Vietnam War, 1964-69 », The China Quarterly, no. 142, 1995, pp. 356-387.

Connolly, Chris. « The American Factor: Sino-American Rapprochement and the Chinese Attitudes to the Vietnam War, 1968-72 », Cold War History, vol. 5, no. 4, 2006, pp. 501-527.

Garver, John W. « Sino-Vietnamese Conflict and the Sino-American Rapprochment », Political Science Quarterly, vol. 96, no. 3, 1981, pp. 445-464.

Nguyen, Lien-Hang T. The Sino-Vietnamese split and the Indochina War, 1968-1975, dans Odd Arne Westad et Sophie Quinn-Judge, sous la dir. de, The Third Indochina War: conflict between China, Vietnam and Cambodia, 1972-79, New York, Routledge, 2006, p. 12-32.

Path, Kosal. « The Politics of China’s Aid to North Vietnam during the Anti-American Resistance, 1965-69 », Diplomacy & Statecraft, vol. 27, no. 4, 2016, pp. 682-700.

Rogers, Frank E. « Sino-American Relations and the Vietnam War, 1964-66 », The China Quarterly, no. 66, 1976, pp. 293-314.

Zhai, Qiang. Reassessing China’s Role in the Vietnam War: Some Mysteries Explored, dans Xiaobing Li et Honhshan Li, sous la dir. de, China and the United States: A new Cold War History, New York, University Press of America, 1998, p. 97-112.

Zhang, Xiaoming. « The Vietnam War, 1964-1969 : A Chinese Perspective », The Journal of Military History, vol. 60, no. 4, 1996, pp. 731-762.


[1] Jian Chen, « China’s Involvement in the Vietnam War, 1964-69 », The China Quarterly, no. 142, 1995, p. 356.

[2] Odd Arne Westad et al., « 77 Conversations between Chinese and Foreign Leaders on the Wars in Indochina, 1964-1977 », Cold War Internation History Project (CWIHP), Working Paper, no. 22, 194 p.

[3] Xiaoming Zhang, « The Vietnam War, 1964-1969 : A Chinese Perspective », The Journal of Military History, vol. 60, no. 4, 1996, p. 735.

[4] John W. Garver, « Sino-Vietnamese Conflict and the Sino-American Rapprochement », Political Science Quarterly, vol. 96, no. 3, 1981, p. 447.

[5] Chris Connolly, « The American Factor: Sino-American Rapprochement and the Chinese Attitudes to the Vietnam War, 1968-72 », Cold War History, vol. 5, no. 4, 2006, p. 504.

[6] Frank E. Rogers, « Sino-American Relations and the Vietnam War, 1964-66 », The China Quarterly, no. 66, 1976, p. 314.

[7] Kosal Path, « The Politics of China’s Aid to North Vietnam during the Anti-American Resistance, 1965-69 », Diplomacy & Statecraft, vol. 27, no. 4, 2016, p. 682.

[8] Lien-Hang T. Nguyen, The Sino-Vietnamese split and the Indochina War, 1968-1975, dans Odd Arne Westad et Sophie Quinn-Judge, sous la dir. de, The Third Indochina War: conflict between China, Vietnam and Cambodia, 1972-79, New York, Routledge, 2006, p. 11.

[9] Qiang Zhai, Reassessing China’s Role in the Vietnam War: Some Mysteries Explored, dans Xiaobing Li et Honhshan Li, sous la dir. de, China and the United States: A new Cold War History, New York, University Press of America, 1998, p. 102.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.