Catégories
Uncategorized

Billet première ronde. Que faire ? Préciser mon questionnement

Dans ce billet de 750 mots minimum, rédigé au « je », dans un style libre et agrémenté de toute image ou contenu multimedia licite que vous jugerez adéquat, vous direz pourquoi ce projet existe et pour quoi il existe: ce qui l’a fait naitre, ce qui en constitue l’armature intellectuelle et ce qu’il peut devenir.

* Mettez sur la table les curiosités, opportunités, questions, concepts qui structurent votre volonté de développer ce projet de recherche.

* Quelle question générale, quelles questions partielles président-elles à votre recherche ?

* Avez vous déjà des hypothèses de réponse à ces questions, hypothèses susceptibles de guider le choix des sources, le travail dans les sources, le traitement des éléments recueillis dans ces sources ?

* Quelles approches, directions de recherche pensez vous mettre en oeuvre pour travailler autour de ces questions et hypothèses ?

Lucie Arbour

À l’hiver 2019, j’ai approché mon directeur de recherche actuel dans l’objectif de réaliser une lecture dirigée sur un sujet bien précis, combinant mon amour inexpliqué pour la Russie et pour le Moyen-Orient : le pèlerinage russe à Jérusalem vers la fin du XIXe siècle. Oui, vous avez bien lu. 

De Jérusalem à New York ?

Après environ deux mois de lecture, j’en suis arrivée à l’accablante réalisation que, bien que rempli de potentiel, ce sujet ne me passionnait pas. Après un bref moment de panique, j’ai décidé d’écrire une liste de mes intérêts auxquels j’aimerais potentiellement relier un sujet de maîtrise. On y retrouvait notamment les thèmes suivants : 

  • Europe de l’Est/Russie
  • Après 1918
  • Sciences politiques
  • Histoire transnationale

Armée de ces exigences et des recommandations de mon directeur, j’ai recommencé ma lecture dirigée. M. Saunier est celui qui m’a aiguillée vers la possibilité d’utiliser les archives d’une philanthropie états-unienne pour travailler sur l’ancien bloc de l’Est tout en contournant la limite évidente de la langue.

Pourquoi étudier l’action environnementale des philanthropies ?

David Rockefeller (à gauche), l’un des fondateurs du RBF, à une réunion de la Fédération pour le développement de l’agriculture en Pologne, Pologne, 1988. Source: Rockefeller Archive Center.

Les fondations philanthropiques états-uniennes jouent un rôle important dans la promotion et l’exportation de la démocratie et des droits de la personne en tant que concepts hégémoniques et, de ce fait, dans la politique internationale des États-Unis. Après la chute du mur de Berlin, l’activité de ces fondations dans le bloc de l’Est augmente considérablement. Les fondations cherchent entre autres à développer les sociétés civiles des pays de l’ancien bloc soviétique par le financement d’organisations dans divers domaines. Elles participent aussi à la construction d’une société capitaliste de libre marché en assurant le transfert de la responsabilité sociale de l’État au privé ou à la société civile.

Le choix de travailler plus précisément sur l’action environnementale des philanthropies états-uniennes s’est imposé à moi progressivement. D’abord, parce qu’il s’agit d’un thème peu étudié malgré l’importance des mouvements environnementaux dans l’ancien bloc de l’Est au moment de la chute des régimes communistes. Ensuite, parce qu’il constitue selon moi un angle privilégié pour comprendre la démarche de démocratisation évoquée précédemment. Celle-ci s’appuie sur deux piliers : le renforcement de la société civile et la construction d’une économie de libre marché stable. L’action environnementale, qui combine notamment la création d’ONG et la promotion du développement durable, constitue un sujet idéal pour observer cette relation entre la reconstruction démocratique et économique.

J’ai choisi de me pencher plus spécifiquement sur le Rockefeller Brothers Fund (RBF) en raison de l’importance de son programme en environnement dans la région de l’ancien bloc de l’Est, qui prend de l’ampleur vers 1989 et se termine en 2003. Cette fondation états-unienne demeure peu étudiée, malgré son appartenance à l’ensemble philanthropique rockefellerien. À partir des rapports annuels du RBF, j’ai pu délimiter mon sujet dans l’espace. En effet, la fondation concentre ses efforts dans quatre pays : la Pologne, la Hongrie, la Slovaquie et la République tchèque.

Questionnements, hypothèses et approche théorique 

De cette définition de mon sujet a émergé un questionnement : comment l’intervention du RBF a-t-elle modifié la façon de concevoir l’action environnementale dans l’ancien bloc de l’Est entre 1989 et 2003 ? À cette grande question s’en rattache une autre : comment cette action s’insère-t-elle dans une démarche de démocratisation de la région ? Ces deux questions sont inextricablement liées, puisque les lignes directrices du programme environnemental du RBF dans l’ancien bloc de l’Est ne peuvent se comprendre qu’en relation avec l’engagement de la fondation pour la diffusion de la démocratie. 

Mes archives étant pour l’instant séquestrées dans un manoir d’une contrée lointaine et inaccessible en ces temps de pandémie — le Rockefeller Archive Center dans l’état de New York — je ne peux offrir que des hypothèses basées sur la littérature existante pour répondre à ces questionnements. Je crois que la correspondance ainsi que les comptes-rendus de visites entre le RBF et les organisations de la région vont me permettre d’observer une certaine tension entre les objectifs de la fondation et ceux des acteurs locaux. En effet, les objectifs du RBF me semblent chargés et orientés par leur désir de diffuser les normes, les valeurs et les façons de faire états-uniennes. Toutefois, les organisations locales ne sont pas des acteurs passifs et cherchent aussi à faire avancer leurs propres intérêts. Mon hypothèse est donc que la relation établie serait marquée par différents processus selon les contextes : imposition, imitation, compromis, etc. 

Ma recherche s’insère pleinement dans une approche d’histoire transnationale. En effet, je m’intéresse aux acteurs non étatiques — philanthropie, ONG, associations, etc. — et à leurs relations. Les acteurs étatiques, bien que présents, sont plutôt à l’arrière-plan. Cette approche historique m’amène à utiliser plusieurs concepts et angles d’analyse issus des sciences politiques, comme le soft power et l’hégémonie. Ces derniers constituent selon moi des outils d’analyse pertinents pour comprendre les objectifs du RBF. 

Ainsi se termine pour l’instant le récit de mon pèlerinage vers un possible sujet de recherche. Évidemment, le voyage n’en est qu’à ces débuts. 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.