Catégories
Uncategorized

Billet première ronde. Que faire ? Préciser mon questionnement

Dans ce billet de 750 mots minimum, rédigé au « je », dans un style libre et agrémenté de toute image ou contenu multimedia licite que vous jugerez adéquat, vous direz pourquoi ce projet existe et pour quoi il existe: ce qui l’a fait naitre, ce qui en constitue l’armature intellectuelle et ce qu’il peut devenir.

* Mettez sur la table les curiosités, opportunités, questions, concepts qui structurent votre volonté de développer ce projet de recherche.

* Quelle question générale, quelles questions partielles président-elles à votre recherche ?

* Avez vous déjà des hypothèses de réponse à ces questions, hypothèses susceptibles de guider le choix des sources, le travail dans les sources, le traitement des éléments recueillis dans ces sources ?

* Quelles approches, directions de recherche pensez vous mettre en oeuvre pour travailler autour de ces questions et hypothèses ?

Meggie Sue Cadrin

Élaboration du projet de recherche

Lorsque j’ai décidé d’entreprendre des études à la maîtrise, je savais que je voulais travailler avec M. Donald Fyson puisque j’avais suivi et réellement apprécié son cours sur l’histoire de la ville de Québec. Au courant de ma dernière année au baccalauréat, j’ai aussi fait un stage au Morrin Centre qui consistait à réécrire l’exposition muséale de l’ancienne prison de Québec. J’ai également, au cours de mes études, acquis un intérêt marqué pour l’histoire des femmes. C’est avec ces idées en tête que j’ai approché M. Fyson et nous avons discuté de plusieurs options pour finalement décider qu’il serait pertinent de s’intéresser au rapport que les femmes entretenaient avec la justice et plus précisément au traitement judiciaire des femmes accusées d’avoir commis des crimes de violence dite « mineure ». L’historiographie actuelle s’est surtout concentrée sur les femmes comme victimes de violence ou encore sur les femmes qui désobéissaient aux « bonnes » mœurs de l’époque. En entreprenant cette recherche, j’ai la volonté d’apporter des nuances au rapport qu’entretenaient les femmes avec la justice du XIXe siècle.  

Questionnements

À la lueur de la connaissance actuelle et des lectures effectuées, la question principale qui dirigera mes recherches est la suivante : comment expliquer le traitement judiciaire des femmes accusées de violence dite « mineure » entre 1815 et 1870 dans la ville de Québec ? J’ai décidé de m’intéresser principalement à Québec d’abord par intérêt personnel, mais aussi parce que le sujet n’a pas encore été étudié en profondeur pour cette agglomération. Pour ce qui est du cadre temporel, j’ai choisi l’année 1815 puisqu’elle marque le début d’importantes vagues d’immigration provenant particulièrement de la Grande-Bretagne et transitant par la ville de Québec. En plus de diversifier la population de la ville, ce changement démographique amène son lot de défis aux autorités de l’époque. L’année 1815 est également une importante borne temporelle utilisée et acceptée par de nombreux historiens comme John A. Dickinson et Brian Young dans Brève histoire socio-économique du Québec ou encore Margaret Conrad, Alvin Finkel et Donald Fyson dans History of the Canadian Peoples : Beginnings to 1867, Vol. 1. Je terminerai mes recherches en 1870 puisque c’est à cette période que la ville de Québec stagne d’un point de vue démographique et économique. Elle perd notamment son statut de capitale économique, religieux et même politique. En plus de mon questionnement principal, j’aimerais mieux comprendre comment ces femmes commettaient leur crime. Quelle était la motivation première ? Qui étaient les victimes ? Étaient-elles seules lors de l’acte ? Est-ce que certaines femmes étaient plus portées à être violentes ? Comment est-ce que la classe sociale et la race influençaient le traitement judiciaire des femmes ? Quelle est la réaction de la population et des tribunaux face à ces femmes violentes ? 

Hypothèses

Je pense que le traitement judiciaire des femmes accusées de violence mineure pourrait être expliqué, entre autres, par le fait qu’il était peut-être difficile pour les autorités et la population d’accepter que des femmes qu’ils considéraient comme honorables puissent commettre des assauts. Je pense que le contexte de l’agression, comme la proximité entre la victime et l’agresseuse, pourrait aussi expliquer la manière dont les femmes étaient traitées par les autorités. Il serait possible de vérifier ces hypothèses en consultant les transcriptions et autres documents judiciaires de la cour du Recorder de la ville de Québec et de la cour des sessions générales de la paix du district de Québec. La consultation de journaux de presse permettrait aussi de faire un portrait des mentalités dominantes de l’époque. Il se peut aussi que les femmes accusées de violence mineure proviennent de différentes classes sociales. Bien que les femmes arrêtées pour des crimes contre les mœurs proviennent surtout de la classe populaire, je pense que celles accusées d’assaut pouvaient provenir de tous les milieux confondus. Les registres d’écrou de la prison de Québec permettront de compléter les informations trouvées dans les archives des différentes cours judiciaires. Par ailleurs, comme les crimes ne se rendaient pas tous devant la cour, il serait pertinent de consulter les rapports quotidiens de la police de l’époque puisqu’ils relatent toutes les interventions policières même celles qui finissent sans accusation officielle. 

Aperçu d’un rapport de « Statistics of Crime, Quebec » de 1854.
Source : Service du greffe et des archives de la ville de Québec
(dossier: Q-C1-01-B-1370-01)

Approche historique

Je pense que l’histoire sociale dominera plusieurs aspects de ma recherche. Je compte étudier les différentes statistiques disponibles dans les archives ciblées puisque connaître notamment le nombre de femmes arrêtées par année pour Assault and Battery est essentiel à ma recherche. Un peu à l’image des travaux de mon directeur de recherche, j’adopterai donc une approche socio-judiciaire puisque c’est au travers des archives judiciaires que j’étudierai les femmes accusées d’assaut. D’ailleurs, j’analyserai aussi mes résultats avec une approche genrée puisque je m’interrogerai sur la construction sociale des rôles genrés, et à quel point ces constructions ont formé les perceptions de la population de l’époque. J’étudierai aussi le rapport de pouvoir entre les sexes ce qui est tout à fait en lien avec l’histoire du genre. J’adopterai également une approche intersectionnelle au courant de ma recherche puisque je porterai attention à la manière dont le genre, la classe sociale et même la race pourraient contribuer à la discrimination d’un individu se retrouvant devant les autorités.

Ainsi, ma pratique historique se situe aux frontières de l’histoire socio-judiciaire et du genre tout en y ajoutant un aspect d’intersectionnalité.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.