Catégories
Uncategorized

Billet première ronde. Que faire ? Préciser mon questionnement

Dans ce billet de 750 mots minimum, rédigé au « je », dans un style libre et agrémenté de toute image ou contenu multimedia licite que vous jugerez adéquat, vous direz pourquoi ce projet existe et pour quoi il existe: ce qui l’a fait naitre, ce qui en constitue l’armature intellectuelle et ce qu’il peut devenir.

* Mettez sur la table les curiosités, opportunités, questions, concepts qui structurent votre volonté de développer ce projet de recherche.

* Quelle question générale, quelles questions partielles président-elles à votre recherche ?

* Avez vous déjà des hypothèses de réponse à ces questions, hypothèses susceptibles de guider le choix des sources, le travail dans les sources, le traitement des éléments recueillis dans ces sources ?

* Quelles approches, directions de recherche pensez vous mettre en oeuvre pour travailler autour de ces questions et hypothèses ?

David Rochette

Point de départ

Le cheminement m’ayant mené vers le choix de mon sujet actuel est un peu compliqué. Au départ, il faut savoir que je ne pensais pas faire mon mémoire sur un aspect de l’histoire canadienne. En effet, je pensais plutôt aller vers l’histoire de la première moitié du XXe siècle. J’ai toujours été intéressé par cette période étant donné les nombreux cours de M. Talbot C. Imlay que j’ai suivi. Le plus influent fut celui de Lecture Dirigée dans lequel j’ai étudié les tentatives de reconstruction de l’Europe par les Alliés après 1918. Cependant, j’ai rencontré des embuches lors de mon parcours initial, notamment au niveau des circonstances de la pandémie et du manque d’originalité. Monsieur Imlay m’a donc conseillé de me tourner vers le Canada qui est souvent laissé de côté en ce qui concerne cette période. Mon sujet a donc évolué vers le rôle du Canada dans la prise de décision par rapport à la reconstruction européenne entre 1918 et 1930 et la manifestation de ses liens avec la Grande-Bretagne à travers les délibérations.

Question générale et questions partielles

Présentement ma problématique centrale est la suivante : Quel fut le rôle du Dominion du Canada dans la prise de décision durant la période de l’entre-deux-guerres au XXe siècle et qu’est-ce que ça implique au niveau de sa relation avec la Grande-Bretagne? La pertinence de ces balises temporelles est mise en lumière par le fait que les années 1918 à 1930 représentent une période charnière dans l’étude de la place du Canada au sein de la communauté internationale. En effet, la Première Guerre mondiale, avec la Guerre des Boers de 1899, incarne le premier grand conflit auquel le jeune Dominion du Canada peut participer et avoir une certaine influence. Évidemment, j’ai choisi le premier des deux conflits puisqu’il se situe dans mon champ d’intérêt. Dans ce sens, on voit apparaître un désir de distanciation avec la Grande-Bretagne de plus en plus important, au profit d’une plus grande autonomie du dominion qui dépend encore beaucoup de Londres. Ce sujet amène son lot de questions, notamment au niveau de la dualité canadienne entre la britishness et le désir d’indépendance et la façon dont celle-ci se manifeste dans le milieu politique. On peut également s’intéresser à la relation qu’avait le dominion avec les États-Unis et la comparée avec celle qu’il entretient avec Londres, puisque le grand voisin du sud était un peu l’équivalent économique du centre politique qu’était la Grande-Bretagne.

Hypothèse

Selon moi le rôle du Dominion du Canada fut relativement moindre, surtout si on le compare aux autres grandes puissances qui dirigeaient les négociations. En effet, le désintérêt des historiens par rapport à ce rôle semble aller dans cette direction. Cependant, ce n’est pas parce que les actions ont moins d’impacts que celles-ci ne sont pas intéressantes à analyser. Je pense donc que l’intérêt de ma problématique se trouve surtout dans la deuxième partie, puisque selon moi l’importance du rôle du dominion ne se situe pas dans son influence sur les décisions mais plutôt dans la symbolique de celui-ci. À première vue, c’est ce que semblent indiquées certaines sources comme les débats de la Chambre des Communes, ou encore les ouvrages du Ministère des affaires extérieures du Canada. C’est-à-dire que le fait de prendre part à la reconstruction de l’Europe, même si c’est de façon mineure, indique que le dominion prend tranquillement sa place au sein de la communauté internationale en se distanciant lentement de la Grande-Bretagne. Un évènement critique dans cette distanciation est d’ailleurs la Conférence de paix de Paris à laquelle prend part le Canada. Ce rôle représenterait donc l’apparition, ou plutôt la continuation, du désir d’indépendance par rapport à la métropole, ainsi que l’affirmation de l’identité canadienne au niveau international.

Photo prise à la Conférence de la paix de Paris (source : https://canadianautonomy.files.wordpress.com/2017/04/csm_9b_paris_9c77570c9a.jpg?w=980&h=613&crop=1 )

Approche

L’approche utilisée afin d’effectuer mon mémoire sera l’approche centre-périphérie. Cette approche me semblait grandement pertinente étant donné la relation complexe entre la Grande-Bretagne et le Dominion du Canada. Évidemment, dans ce cas le centre est Londres et la périphérie est représentée par le dominion. L’idée d’utiliser cette approche m’est venu après avoir lu le mémoire de Marie-Michèle Pagé qui porte sur un tout autre sujet mais qui présente la relation entre Rome et ses périphéries d’une façon très originale. En effet, cette approche permet à Madame Pagé de très bien démontrer la complexité des liens qui unissent les acteurs, ainsi que d’indiquer les différents jeux de pouvoir qui caractérisent la relation. C’est donc un peu de la même façon que je veux aborder la relation entre Londres et Ottawa. De plus, je ne me pencherai pas seulement sur les relations entre ces deux entités, puisque je vais grandement me pencher sur la politique intérieure et extérieure canadienne afin de bien saisir ce qu’un rôle dans le règlement du conflit représente pour le dominion et ses leaders. Finalement, en plus de ces approches plus concentrées sur l’histoire politique et sur les relations étrangères, j’en utiliserai possiblement une qui touche plus à l’histoire comparée en analysant les différences et les similitudes des relations entretenus avec les États-Unis.

Le livre de Marie-Michèle Pagé écrit à la suite de son mémoire (source : https://www.pulaval.com/media/books/details_L97827637949141.jpg )


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.