Categories
Uncategorized

Affiches de guerre, guerre d’affiches 1914- 1918

Une étude de cas comparée des nationalismes canadien-français et irlandais pendant la Première Guerre mondiale

Aimée Dion

1. Le sujet

Image 1: 
Irish Workers Co-operative Society Press, Irish Provisional Government, Proclamation of the Irish Republic, avril 1916, encre sur papier. Dublin, Trinity College Library. 
Tiré de « The provisional government of the Irish Republic to the people of Ireland ». Trinity College Library Digital Collections. Irish Workers Co-operative Society Press, 1916b. https://digitalcollections.tcd.ie/concern/parent/hd76s006h/works/cc08hf60z.

La Trinity College Library abrite une copie particulière de la Proclamation de la république irlandaise de 1916 (Image 1) plaquée sur les murs du Bureau de poste général de Dublin. Cette affiche est collée sur des affiches de recrutement de l’armée britannique (Images 2 et 3) pendant le soulèvement du Easter Rising avant d’être retirée par un membre de l’armée royale. Celle-ci témoigne de la guerre d’influence qui s’opère entre les autorités impériales et les groupes contestataires républicains en Irlande.

Image 2: 
Department of Recruiting for Ireland, Victory – Put Your Back Into It, 1916, encre sur papier. Dublin, Trinity College Library. 
Tiré de « Victory: put your back into it ». Trinity College Library Digital Collections. 1916a. https://digitalcollections.tcd.ie/concern/parent/hd76s006h/works/9306sz28s.
Image 3: 
Department of Recruiting for Ireland, Men Required for the Inland Water Transport Section of the Royal Engineers, 1916, encre sur papier, Dublin, Trinity College Library.
Tiré de « Men required for the Inland Water Transport Section of the Royal Engineers, for the period of the war ». Trinity College Library Digital Collections. https://digitalcollections.tcd.ie/concern/parent/hd76s006h/works/2n49t1681.

Jérôme ann de Wiel montre comment la participation irlandaise à la guerre devient le cheval de bataille des nationalistes irlandais modérés de l’Irish Parliamentary Party de John Redmond et des autorités britanniques. Ceux-ci y trouvent un point de coopération pour convaincre les Irlandais de rejoindre l’effort de guerre britannique.

Les autorités impériales et l’IPP ont pu mesurer les limites de leur influence en Irlande avec la production d’affiches non officielles par les groupes contestataires républicains. L’Irish Republican Brotherhood et Sinn Féin mènent une campagne vitriolique antiguerre (Image 4), engendrant une guerre d’affiches qui vise à conquérir l’opinion publique par la propagande. Témoignant des sensibilités des autorités impériales et des groupes nationalistes, les affiches de guerre montrent les différentes cultures nationales et l’univers culturel de la guerre.

Image 5: 
A. G. R., Consolidated Lithographing and Manufacturing Co Ltd., 150ième Bataillon, Canadiens Français Venez-Avez Nous Dans Le 150e Bataillon C.M.R., 1915, lithographie sur papier, 104,7 x 68,9 cm. Ottawa, Musée canadien de la guerre. 
Tiré de « Canadiens français venez avec nous dans le 150ième bataillon ». Musée canadien de la guerre. https://www.warmuseum.ca/collections/artifact/1027422/, consulté le 15 avril 2021.

Image 4: 
The First Irish Conscript, carte postale, 9 x 14 cm. Dublin, National Library of Ireland. 
Tiré de « First Irish conscript ». National Library of Ireland. http://catalogue.nli.ie/Record/vtls000516262.

Si l’Empire britannique doit déployer une vaste campagne de propagande pour mobiliser les Irlandais à l’effort de guerre, il doit faire de même au dominion du Canada pour encourager les Canadiens français à adhérer à la guerre totale (Image 5). Petites sociétés à majorité catholique colonisées par les Anglais/Britanniques, l’Irlande et le Canada français détiennent un passé conflictuel avec l’Empire britannique et une mémoire historique caractérisée par la résistance à l’assimilation. La mobilisation de guerre s’y heurte à des difficultés particulières où les questions de la participation militaire et de la conscription créent de frustrations considérables envers l’Empire. Les tensions accumulées depuis des décennies dans ces différentes entités de l’Empire sont attisées par la guerre et le bien-fondé des liens avec l’Empire est mis en doute par des mouvements nationalistes.

Idéologie exprimant le sentiment d’appartenance d’un groupe à l’aide d’une histoire commune, d’une identité ethnique, religieuse, raciale ou linguistique sur un territoire donné, le nationalisme permet la mobilisation d’individus autour d’une conception identitaire de la nation. Au Canada, la guerre exacerbe les tensions entre les deux traditions nationalistes canadiennes au sujet de l’appartenance à l’Empire britannique. La première tradition réfère au sentiment impérialiste du Dominion où la Britishness est rehaussée pour construire la communauté nationale à la fin du XIXe siècle (Image 6). John Darwin montre que le lien identitaire supranational avec la Grande-Bretagne sert de mythe d’origine du Dominion où les impérialistes valorisent leurs racines britanniques pour fonder une tradition nationale. Concevant le Canada comme nation britannique, les nationalistes impérialistes postulent que l’avenir du Dominion se joue à l’intérieur de l’espace géographique et culturel de l’Empire.

Image 6: 
Les Héros De St-Julien Et De Festubert, 1917-1918. Montréal, Université de Montréal. 
Tiré de « Les Héros de St-Julien et de Festubert. Suivrons-nous leur exemple? » Calypso – Université de Montréal. https://calypso.bib.umontreal.ca/digital/collection/_guerre/id/3074, consulté le 15 avril 2021.

La seconde tradition nationaliste canadienne se déploie en réponse à l’ambition nationale impériale des Canadiens anglais. N’entrevoyant pas de rupture avec l’Empire, les nationalistes autonomistes demandent l’octroi de plus d’autonomie au Canada pour accéder au statut de nation. L’autonomisme conçoit l’avenir de la Confédération comme étant ancré sur le territoire américain, affirmant un certain recul par rapport à l’Empire. Alors que l’autonomisme porte les revendications des Canadiens français sur la scène politique fédérale, le nationalisme canadien-français fait valoir les traits singuliers de la nation canadienne-française pour marquer sa différence de culture, de langue, de religion et d’institutions. Si la guerre exacerbe les tensions entre ces deux traditions nationalistes canadiennes au sujet de l’appartenance à l’Empire, une tendance similaire se dessine en Irlande lorsque s’opposent les nationalismes constitutionnel et séparatiste au sujet de la coexistence de la Britishness et de la Irishness.

Les nationalistes constitutionnels modérés se réclament d’une identité irlandaise dualiste qui combine le patriotisme britannique au nationalisme irlandais (Image 7). Ceux-ci demandent l’obtention du Home Rule dans l’espoir de réconcilier l’Irlande au sein de l’Empire britannique multinational en devenant partenaires dans la mission impériale britannique. Souhaitant importer la vie politique britannique en Irlande, ils réclament des institutions politiques représentatives. L’option constitutionnelle gagne du terrain sous l’impulsion de Charles Parnell et John Redmond à l’aube du XXe siècle et plusieurs projets de loi sont étudiés pour restaurer la souveraineté irlandaise par voie légale.

Image 7: 
Dangerfield Printing Co., The Guards Museum, Smart Men Wanted For The Irish Guards, lithographie et typographie sur papier, 76,3 x 50,3 cm. Londres, Imperial War Museum. 
Tiré de « Smart Men Wanted for the Irish Guards ». Imperial War Museums. https://www.iwm.org.uk/collections/item/object/28030, consulté le 15 avril 2021.

Cette identité irlandaise plurielle est refusée par les nationalistes républicains qui écartent toute fraternisation avec la Grande-Bretagne. Ceux-ci demandent l’établissement d’une république irlandaise indépendante et sont disposés à utiliser l’action violente pour arriver à leurs fins. Les séparatistes mettent en valeur la civilisation distincte qu’incarne l’Irlande en affirmant les caractéristiques nationales, les coutumes, la religion et la langue irlandaises pour rejeter une conception hybride anglo-irlandaise de la nation.

La question du Home Rule focalise également les critiques des unionistes de la province d’Ulster. Devant le troisième projet d’autonomie irlandaise soumis en 1912, les unionistes, menés par Edward Carson, organisent une milice armée (UVF) pour faire pression sur Londres. À l’éclatement de la guerre en 1914, l’Irlande se retrouve sur le précipice d’une guerre civile quant à la question épineuse de l’autonomie politique irlandaise. L’éclatement du conflit mondial met sur glace ce conflit intérieur, mais l’Irlande retrouve la guerre civile au sortir de la guerre, cette fois-ci au sujet de l’indépendance.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.