Catégories
Uncategorized

Affiches de guerre, guerre d’affiches 1914- 1918

2. La problématique :

À l’ouverture des hostilités, le Canada et l’Irlande sont automatiquement précipités dans la guerre. Les autorités canadiennes et irlandaises affirment le devoir national de défendre l’Empire, mais ceux-ci participent aussi à la guerre pour arriver à leurs fins politiques. Le premier ministre canadien, Robert Borden, espère que la participation à la guerre permettra au Canada d’assumer plus de responsabilités en matière de défense en prouvant sa loyauté à l’Empire. John Redmond, le leader de l’IPP, espère que le Royaume-Uni récompensera le sacrifice des Irlandais et leur fidélité envers la Couronne par l’obtention du Home Rule après la guerre. Si la guerre est précipitée par les élites politiques, elle doit être soutenue par les masses pour assurer une mobilisation des ressources humaines et matérielles. Puisque la guerre ne menace pas directement le Canada et l’Irlande, les autorités impériales orchestrent une campagne de propagande pour rationaliser le conflit et stimuler la mobilisation. Utilisées comme instruments de légitimation de la guerre, les affiches sont aussi produites par les citoyens qui se mobilisent ardemment contre les objectifs de la guerre totale, donnant lieu à des crises importantes au cours de la Grande Guerre. Alors que le dominion du Canada se prépare à signer la paix à Versailles en 1919, l’épilogue de la guerre en Irlande est caractérisé par une guerre d’indépendance entre 1919 et 1921, suivie d’une guerre civile qui fait rage de 1922 à 1923. L’accession sanglante des Irlandais à l’indépendance contraste fortement avec le climat de fin de guerre au Canada où les émeutes de la crise de la conscription s’estompent et laissent place à une sortie de guerre pacifique. Tandis que les Irlandais refusent leur appartenance au Royaume-Uni, la situation potentiellement explosive au Québec est désamorcée et les Canadiens français retournent à des relations pacifiques avec la Confédération canadienne.

Devant ces parcours politiques divergents, de quelle façon la Grande Guerre alimente-t-elle les nationalismes irlandais et canadien-français ? L’étude de cas fondée sur une analyse comparée des affiches de guerre pourrait mettre en lumière la façon dont les autorités impériales et divers groupes sociaux puisent dans les mythes culturels et historiques nationaux pour engendrer la mobilisation à leurs causes à l’heure d’une recrudescence nationaliste. Cette étude pourrait évaluer si les campagnes d’affiches ont été efficaces pour réaliser les objectifs de mobilisation. La comparaison entre l’Irlande et le Canada français pourrait aussi montrer si les citoyens acceptent ou rejettent l’univers symbolique de la guerre totale. Le choix des affiches de guerre comme source colmate des lacunes dans l’historiographie, mais offre également des possibilités novatrices quant à l’histoire comparée. 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.