Catégories
Uncategorized

Affiches de guerre, guerre d’affiches 1914- 1918

3. L’historiographie

L’histoire comparée dégage l’étude de la guerre du vase clos de l’histoire nationale pour considérer les réactions sociales et politiques des sociétés canadienne-française et irlandaise en réaction aux dynamiques de l’Empire britannique. Le modèle référentiel élaboré par Gérard Bouchard pourrait permettre d’envisager celles-ci comme sous-ensembles d’un macro-système impérial. Cette approche pourrait relever des conjectures quant à l’impact de la guerre sur les nationalismes canadien-français et irlandais.

Simon Jolivet souligne le potentiel de l’histoire comparée irlando-québécoise avec Le vert et le bleu où il montre la parenté entre les histoires des Irlandais catholiques et de leurs homologues canadiens-français dans les décennies entourant la Grande Guerre. À l’aide de sources journalistiques, Jolivet analyse les discours et pratiques qui forment l’identité de ces communautés au tournant du siècle. Dans Parallel Paths, Garth Stevenson étudie les acteurs politiques irlandais et canadien-français/québécois du XXe siècle pour montrer comment l’autonomie politique du Canada empêche l’éclatement d’un conflit civil. À l’inverse, le vécu historique conflictuel irlandais explique l’avènement de l’indépendance irlandaise. Philippe Cormier et Jeffrey Couton empruntent plutôt une approche sociologique pour expliquer la différence entre ces trajectoires sociohistoriques. Ils affirment l’impact de l’activité organisationnelle sur l’avènement de nationalismes plus radicaux. Ces chercheurs éclairent la mobilisation nationaliste de ces sociétés et analysent la divergence des trajectoires de l’Irlande et du Canada français après la guerre, mais aucun ne se fonde sur les affiches.

Ronald Rudin s’appuie sur l’approche comparative pour analyser l’instrumentalisation de la mémoire à des fins mobilisatrices. Il montre comment divers manipulent le passé à des fins politiques à l’aide des monuments et la mémoire. Dans History and memory in modern Ireland, Ian McBride insiste sur les différentes interprétations de la mémoire nationale irlandaise, où les groupes nationalistes s’appuient sur un passif historique pour asseoir leurs revendications politiques. Cette idée s’applique aux affiches de propagande de la Grande Guerre, où la mémoire officielle promue par les autorités impériales tranche avec l’interprétation des nationalistes radicaux qui s’appuient sur la mémoire populaire. La déformation du passé par ces groupes s’insère dans une problématique plus générale portant sur la culture politique où les mythes, l’héritage culturel et l’histoire sont instrumentalisés pour mobiliser.

La culture politique désigne le système de représentations et de valeurs d’une société qui guident son comportement. Celle-ci se manifeste par le discours, les symboles et les rites politiques et puise dans le passé historique qui lui fournit un panthéon d’événements symboliques et de personnages à commémorer. Serge Berstein montre comment la mémoire est instrumentalisée dans les affiches. Les campagnes de propagande fournissent des référents historiques, des valeurs normatives et une interprétation commune du conflit pour consolider la fibre nationaliste de la communauté et la préparer à s’enrôler dans la guerre. Les affiches de guerre réduisent des processus historiques complexes à des narratifs simples pour mobiliser. Appliquée à la problématique, cette idée pourrait expliquer comment les dirigeants misent sur la solidarité communautaire en exploitant la culture politique pour mobiliser le peuple. Stéphane Savard présente l’influence des civils dans l’évolution de la culture politique, où celle-ci dépend des individus qui l’intériorisent et qui la véhiculent quotidiennement. Jonathan Vance montre comment la culture de guerre est encouragée par les autorités impériales qui organisent la mobilisation nationale, mais est aussi l’œuvre des civils qui participent activement au mythe de la guerre et qui financent plusieurs campagnes de propagande.

Déclinaison de la propagande étudiée par Edward Bernays, l’utilisation politique des images entend changer par le discours la façon dont le spectateur conçoit la guerre en manipulant l’opinion publique. James Aulich montre comment les autorités impériales s’appuient sur les affiches pour vendre la guerre à la nation en dépeignant une réalité altérée pour provoquer un changement dans le comportement du public. Jérôme ann de Wiel montre plutôt comment les affiches sont aussi utilisées par des groupes nationalistes irlandais contestataires à des fins mobilisatrices. S’effectuant par le biais des affiches, le combat pour conquérir l’opinion publique dans l’Empire gagne aussi au Canada. Dans Propaganda and Censorship, Jeff Keshen montre comment ces efforts de propagande créent une déconnexion importante entre le homefront canadien et la réalité de la guerre au front grâce à la mise en place d’un système de contrôle de l’information.

Pourtant loin des champs de bataille, les Canadiens et les Irlandais subissent les effets de la Première Guerre mondiale lorsque les enjeux de la guerre sont importés en leurs territoires. Thomas Hennessey dégage les principales conséquences de la Grande Guerre sur la question irlandaise en montrant comment elle convainc les Irlandais, jusqu’alors partisans du nationalisme constitutionnel, d’adhérer à l’option républicaine. Pour Hennessey, la guerre rend l’indépendance possible en persuadant les Irlandais de la viabilité de l’indépendance devant les antagonismes avec la Grande-Bretagne. Keith Jefferey, David Harkness et David Fitzpatrick confirment l’impact de la guerre sur l’indépendance irlandaise en montrant comment la guerre crée des frustrations importantes chez les nationalistes républicains, se soldant par le Easter Rising. Les difficultés subies par l’Empire pendant la guerre sont interprétées en guise d’opportunité de révolte pour les séparatistes qui souhaitent revigorer le sentiment nationaliste irlandais auprès de la nation. John Ellis montre comment le sentiment d’urgence des nationalistes républicains pousse l’action du Easter Rising. Concevant la nation irlandaise comme apathique devant l’impérialisme britannique, l’IRB souhaite ragaillardir la fibre nationaliste irlandaise par la révolte avant qu’elle ne s’essouffle. Catriona Pennell montre comment la guerre n’introduit dès lors pas de rupture majeure entre les Irlandais et l’Empire, mais que ce serait les retombées du Easter Rising qui agissent sur le désenchantement de l’opinion publique irlandaise. Le soulèvement consoliderait la défaillance du Home Rule tandis que l’amertume devant l’Empire gagne du terrain.

Au Canada, la Grande Guerre est interprétée comme porte d’entrée du Canada sur la scène internationale. Marcel Bellavance montre comment le Canada prend les allures d’un État binational où le sentiment de Britishness est en déclin. Mark Choko, Daniel Francis, Annie Pastor confirment cette idée par l’étude des affiches de guerre. Par l’expérience de guerre, le Dominion passe de colonie à nation et est reconnu de la sorte par d’autres États, offrant les prémices d’un Canada indépendant.

Toutefois, cette conception néglige l’important fossé qui s’est creusé entre les deux solitudes canadiennes pendant la guerre. Les affiches de guerre présentent une image unifiée de la nation canadienne, mais négligent le fait que la guerre n’est pas consensuelle pour la majorité des Canadiens français. Alexandre Dubé montre comment les Canadiens français sont exclus du reste du Canada par leur refus des buts de guerre totalisants. Dubé montre la militarisation des relations politiques entre Québec et Ottawa où le refus des buts totalisants de la guerre amène l’aliénation du quart de la population du Dominion. Certes, les Canadiens n’empruntent pas le chemin sanglant de l’indépendance politique et de la guerre civile à l’instar des Irlandais, mais ces deux sociétés connaissent des tensions similaires quant au recrutement et la participation à la guerre. La comparaison des expériences de guerre du Canada et de l’Irlande pourrait permettre de relativiser la conception d’une guerre unificatrice en montrant les dissensions populaires qu’a entraînées la guerre.

Je devrai donc étudier comment la guerre influence les différents courants nationalistes dans ces sociétés pour mieux comprendre comment s’articulent ces mouvements de contestation. Plusieurs chercheurs en sciences sociales proposent des modèles pour étudier les liens entre le nationalisme et la culture de guerre. Bien que ces modèles ne permettent pas de dégager la réalité historique, ils offrent des pistes importantes quant à l’édification du discours de guerre totale dans les affiches. L’approche ethnosymboliste développée par Anthony Smith montre l’importance des symboles, mythes, valeurs et traditions dans la formation de l’État nation. Smith révèle l’influence du passé dans la construction du nationalisme où la mobilisation de symboles historiques exhorteles individus à s’identifier à la nation. Appliquée à ma problématique, cette théorie pourrait expliquer comment les propagandistes mobilisent ces éléments culturels pour encourager l’individu à s’identifier à la nation, puis à adhérer à ses buts de guerre. Élève de Smith, John Hutchinson reprend cette approche en y approfondissant le phénomène du nationalisme culturel. Devant un sentiment d’infériorité politique, la communauté nationale est renforcée par l’héritage culturel et historique de la nation qui permet la régénération morale. Les travaux de Hutchinson pourraient montrer comment les affiches de guerre exploitent le nationalisme culturel à l’aide des mythes collectifs, les mémoires historiques et les symboles pour encourager la mobilisation. Ce type de nationalisme propose une vision romantique de la communauté nationale qui s’appuie sur les éléments culturels de la nation tels que sa langue, sa religion et son passé distincts pour manifester la spécificité nationale. Hutchinson délaisse la typologie traditionnelle des nationalismes irlandais constitutionnels et républicains en opérant plutôt une distinction entre les nationalismes politique et culturel où l’héritage culturel national est interprété comme le vecteur principal du nationalisme.

Benedict Anderson montre comment l’imaginaire national participe à la création du nationalisme politique. La nation repose sur représentation mentale d’une affinité collective socialement construite par les référents historiques et les traditions. Ces repères ancestraux permettent de manipuler la mémoire pour influencer le comportement des citoyens à l’aide de rituels collectifs. Eric Hobsbawm renchérit sur cette idée en montrant comment l’invention de la tradition par certains acteurs permet de manipuler la mémoire historique de la nation. C’est ainsi que les référents historiques, par exemple le geste hardi de Dollard des Ormeaux (Image 8), sont réinterprétés pour satisfaire les buts de la guerre.

Image 8: 
Canadiens Suivez l’exemple de Dollard des Ormeaux, 1915-1917, encre sur papier de lin, 91 x 58 cm. Ottawa, Musée canadien de la guerre. 
Tiré de « Canadiens Suivez l’exemple de Dollard des Ormeaux ». Musée canadien de la guerre. https://www.warmuseum.ca/collections/artifact/1029367/, consulté le 15 avril 2021.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.