Catégories
Uncategorized

Affiches de guerre, guerre d’affiches 1914- 1918

4. Les sources

Image 9: 
Arthur H. HIDIER, Canadiens-Français Enrôlez-Vous!, 1914, encre sur papier de lin, 102,5 x 68,5 cm. Ottawa, Musée canadien de la guerre. 
Tiré de « Canadiens-Français Enrôlez-Vous! » Musée canadien de la guerre. https://www.warmuseum.ca/collections/artifact/1026931/, consulté le 15 avril 2021.

Conscientes du potentiel contradictoire du recrutement auprès des Canadiens français et des Irlandais, les autorités impériales confortent les identités nationales de ces sociétés à l’aide des affiches de guerre. Moyen principal de communication employé par les autorités impériales, les affiches donnent des rappels constants sur le recrutement, l’épargne et l’enthousiasme populaire pour la guerre pour stimuler l’engagement quotidien des citoyens dans la mission de l’Empire.

Avec l’éclatement de la Grande Guerre, l’Empire britannique se lance dans une première grande campagne de propagande pour pourvoir aux besoins du Royaume-Uni. Les affiches revêtent une valeur éminemment culturelle puisqu’elles mobilisent des récits chargés d’imaginaires nationaux. C’est ainsi que les affiches appellent aux identités nationales socialement construites pour à l’aide des attributs, mythes et symboles des identités canadienne-française ou irlandaise pour encourager l’individu à s’identifier à la nation (Images 9 et 10).

Image 10:
McCaw, Stevenson and Orr Ltd, Department of Recruiting for Ireland, The Isle of Saints and Soldiers, mai 1915, lithographie sur papier, 74,2 x 51 cm. Londres, Imperial War Museum. 
Tiré de « The Isle of Saints and Soldiers ». Imperial War Museums. https://www.iwm.org.uk/collections/item/object/31637, consulté le 15 avril 2021.

Dispositifs de séduction et de persuasion, les affiches permettent aux autorités impériales de construire une mythologie autour de la guerre pour y véhiculer un sentiment de normalité et faire accepter celle-ci auprès des citoyens. Les affiches tentent de faire accepter la violence et les buts de guerre de l’Empire en produisant des messages positifs sur la guerre (Image 11). Ces efforts se doublent d’une entreprise de censure pour cacher les informations négatives qui pourraient miner l’effort militaire ou le moral du public. Les propagandistes doivent omettre ce qui pourrait perturber le spectateur, créant une conception idéalisée de la guerre en éliminant une partie de la réalité de la guerre. Les affiches maquillent la guerre pour former l’opinion publique en interpellant les croyances et les valeurs communautaires, rendant tangibles des nuances au discours de guerre qui ne figurent pas dans les déclarations officielles. Il est plausible que la comparaison des slogans et des images employées dans les affiches de guerre puisse éclairer les différentes stratégies employées par les commanditaires d’affiches pour tenter de former l’opinion publique.

Image 11: 
James Walker Ltd., Her Majesty’s Stationery Office, Come And Join This Happy Throng, 1915-1916, lithographie et typographie sur papier, 76,1 x 101,5 cm. Londres, Imperial War Museum. 
Tiré de « Come and Join this Happy Throng ». Imperial War Museums. https://www.iwm.org.uk/collections/item/object/31634, consulté le 15 avril 2021.
  • Provenance de mes sources :

Pour former mon corpus de sources, j’ai sélectionné les affiches à l’aide de critères spatiotemporels et linguistiques. Mon corpus est relativement homogène et comprend environ 160 affiches datant de la Première Guerre mondiale (1914-1918) et déployées en Irlande et au Canada français. Celles-ci proviennent des sites web de l’Imperial War Museum, de la National Library of Ireland, de la Trinity College Library, du Musée canadien de la guerre, du Musée McCord, de la bibliothèque de l’Université McGill et du dépôt numérique Calypso de l’Université de Montréal. Ces sources me sont facilement accessibles en ligne et téléchargeables en format JPEG et PDF. Mon corpus regroupe des affiches officielles diffusées par les autorités impériales au Canada et en Irlande, mais aussi des affiches non officielles créées par des groupes contestataires (Image 12).

Image 12: 
Conscription, Not Damn Likely!, encre sur papier, badge, 1917-1918, 3 x 7 cm. Dublin, National Library of Ireland. 
Tiré de « Conscription? not damn likely! » National Library of Ireland. http://catalogue.nli.ie/Record/vtls000508316.
  • Justification des sources :

Si la guerre appelle au patriotisme des citoyens, les affiches exploitent le sentiment d’appartenance de l’individu à son groupe social pour provoquer son soutien à l’effort de guerre. Randall Collins relève le rôle indirect du nationalisme quant à l’efficacité de l’armée. Il explique que les autorités impériales misent sur le nationalisme et le patriotisme pour mobiliser de grands nombres de volontaires en faisant appel à la nation. Les propagandistes fondent ainsi des communautés émotionnelles et misent sur le sentiment d’appartenance national pour rallier le peuple. Un registre commun de symboles et la personnification de la nation par l’affiche permettent aux citoyens d’intérioriser le discours de la guerre. Les affiches peuvent reconstituer l’univers culturel et intangible de la guerre où le phénomène civil de la Grande Guerre y est transposé par les mots, mythes et symboles.

D’abord fondées sur le volontariat, les campagnes de recrutement dans ces sociétés cherchent à fortifier le lien avec le Royaume-Uni pour persuader les jeunes hommes de s’engager dans l’armée britannique et pour convaincre les citoyens de financer la guerre. Alors que l’Empire souffre d’un certain déficit de légitimité auprès des Canadiens français et Irlandais, les affiches insistent sur la dimension fédératrice de la guerre pour affermir le lien avec l’Empire et convaincre de la nécessité de s’y engager(Image 13).

Image 13: 
Arthur WARDLE, The Empire Needs Men, 1914-1918, 75,1 x 50,8 cm. Montréal, Musée McCord. 
Tiré de « The Empire needs Men! (…) Enlist Now ». Musée McCord. http://collections.musee-mccord.qc.ca/en/collection/artifacts/M24608.34, consulté le 15 avril 2021. 

La sémantique associée au recrutement vise à ancrer la guerre dans un contexte local, notamment pour convaincre les Canadiens français et les Irlandais de s’engager dans le conflit de l’Empire. Devant la difficulté de faire prévaloir un registre commun de symboles nationaux qui interpellent l’ensemble des citoyens de l’Empire, les propagandistes ciblent des groupes précis par des critères d’ethnicité et de géographie pour favoriser le recrutement local (Image 14). Chaque nation s’appuie sur son propre vocabulaire d’images et de slogans évocateurs pour mobiliser et créer un imaginaire autour de la guerre. Créées par des campagnes locales, les affiches revendiquent l’appartenance à la guerre de l’Empire.

Image 14: 
Roberts and Leete Ltd., Parliamentary Recruiting Committee, Is Your Home Here? Defend It!, 1915, lithographie sur papier, 95,4 x 95,5 cm. Londres, Imperial War Museum. 
Tiré de « Is Your Home Here? Defend it! » Imperial War Museums. https://www.iwm.org.uk/collections/item/object/30675, consulté le 15 avril 2021.

Pour tenter de rallier ces sociétés à l’effort de guerre britannique, les affiches montrent les attributs des groupes qu’elles ciblent, il est donc plausible qu’elles renseignent sur les nationalismes canadiens-français et irlandais (Images 15 et 16). Mark Wollaeger montre comment les autorités impériales insistent sur le devoir national irlandais et la Irishness dans les affiches pour voiler les contradictions potentielles de la participation irlandaise à la guerre de l’Empire.

L’évocation de l’histoire, des mythes et de la mémoire nationale permettent d’exploiter le sentiment d’appartenance d’un individu à son groupe social pour engendrer la mobilisation à l’aide de repères culturels. Les affiches dressent le portrait des sociétés en manifestant l’évolution de leurs besoins, anxiétés et espoirs.

Un premier survol du corpus atteste de la diversité des thèmes présents dans les affiches, parmi lequel figure l’utilisation du genre pour encourager la mobilisation nationale (Images 17 et 18). L’accent sur la virilité masculine, la vulnérabilité des femmes et la féminisation des réfractaires produisent une rhétorique du genre fondée sur les rôles sociaux pour mobiliser.

Images 17: 
Hely’s Ltd., For The Glory of Ireland, lithographie sur papier, 73,9 x 50,5 cm. Londres, Imperial War Museum. 
Tiré de « For the Glory of Ireland ». Imperial War Museums. https://www.iwm.org.uk/collections/item/object/31652, consulté le 15 avril 2021.

L’accent sur la virilité masculine, la vulnérabilité des femmes et la féminisation des réfractaires produisent une rhétorique du genre fondée sur les rôles sociaux pour mobiliser.

Les propagandistes insistent sur le devoir des hommes envers leur famille et leurs compatriotes, dépeignant la guerre comme épreuve nationale. Les images de filiation et de fraternité visent à responsabiliser l’ensemble des membres de la communauté.

Image 20: 
The Mortimer Co. Ltd., Le 178ième Bataillon Canadien-Français des Cantons de l’Est, 1914-1916, encre sur carton, 102 x 68 cm. Ottawa, Musée canadien de la guerre. 
Tiré de « Le 178ième Bataillon Canadien-Français des Cantons de l’Est ». Musée canadien de la guerre. https://www.warmuseum.ca/collections/artifact/1027084/, consulté le 15 avril 2021.

D’autres affiches interpellent le citoyen en faisant appel aux valeurs de justice, d’humanité et de liberté pour assurer la mobilisation (Image 21). Ces affiches présentent la guerre comme lutte existentielle pour défendre la civilisation contre la barbarie. Les propagandistes insistent sur l’autorité morale des pays en guerre contre l’oppression, intégrant un aspect civilisationnel à la guerre. Les affiches sont présentées dans un cadre national, mais font appel à des valeurs universelles pour montrer l’image d’une guerre juste. Celles-ci présentent une image aseptisée de la guerre en évitant de montrer la violence de façon explicite. Les propagandistes souhaitent généralement épargner les familles et la nation des détails sanglants du combat.

Toutefois, la violence est parfois utilisée dans la propagande d’atrocité en tant que repoussoir pour polariser l’opinion publique en intégrant la guerre dans un univers manichéen. Les thèmes du Lusitania (Image 22) et du meurtre d’Édith Cavell (Image 23) sont présentés dans les affiches par les autorités impériales pour désigner l’Allemagne à titre de menace dangereuse et existentielle pour le Canada et l’Irlande.

Image 23: 
Souscrire à l’Emprunt de la Victoire C’est Mettre Fin À La Piraterie, 1918, encre sur papier, 91,3 x 61 cm. Ottawa, Musée canadien de la guerre. 
Tiré de « Souscrire à l’Emprunt de la Victoire C’est Mettre Fin À La Piraterie ». Musée canadien de la guerre. https://www.warmuseum.ca/collections/artifact/1325113/, consulté le 15 avril 2021.

Le Bryce Report attise l’imaginaire violent associé à l’ennemi allemand et convainc de la légitimité d’user de la violence extrême contre l’Allemagne. En inscrivant le pillage et la destruction dans un décor local, les propagandistes importent la menace pour convaincre les citoyens de la nécessité de s’enrôler par la hantise (Images 24 et 25).

Image 15: 
James Walker Ltd., Will You Answer The Call?, juin 1915, lithographie sur papier, 75,9 x 50,2 cm. Londres, Imperial War Museum. 
Tiré de « Will You Answer the Call? » Imperial War Museums. https://www.iwm.org.uk/collections/item/object/31607, consulté le 15 avril 2021.
Image 16: 
W. H. T., Howell Lith, Attendrons-Nous Que Les Nôtres Brûlent?, 1916-1917 encre sur papier, 110,1 x 68,9 cm. Ottawa, Musée canadien de la guerre. 
Tiré de « Attendrons-Nous Que Les Nôtres Brûlent? » Musée canadien de la guerre. https://www.warmuseum.ca/collections/artifact/1910058/, consulté le 15 avril 2021.
Image 18: 
La Compagnie de Publication “Le Soleil”, Ltée, Association Civile de Recrutement du District de Québec, Aux Femmes Du Canada, 1916, 92,8 x 62,2 cm. Ottawa, Musée canadien de la guerre. 
Tiré de « Aux Femmes Du Canada ». Musée canadien de la guerre. https://www.warmuseum.ca/collections/artifact/1029220/, consulté le 15 avril 2021.
Image 19: 
Central Council for the Organization of Recruiting in Ireland, I’ll Go Too! The Real Irish Spirit, 1915, encre sur carton, 73,5 x 50,1 cm. Dublin, National Library of Ireland. 
Tiré de « I’ll Go Too! The Real Irish Spirit ». National Library of Ireland. http://catalogue.nli.ie/Record/vtls000019631, consulté le 15 avril 2021.

Ces affiches font appel aux caractéristiques physiques et morales de la nation (Images 19 et 20) pour faire l’éloge du courage et du patriotisme des citoyens.

Image 21: 
Bernard PARTRIDGE, David Allen and Sons Ltd., Parliamentary Recruiting Committee, Take Up The Sword Of Justice, juin 1915, lithographie sur papier, 152,5 x 100,9 cm. Londres, Imperial War Museum. 
Tiré de « Take Up the Sword of Justice ». Imperial War Museums. https://www.iwm.org.uk/collections/item/object/21145, consulté le 15 avril 2021.
Image 22: 
W. E. T., John Shuley and Co., Central Council for the Organization of Recruiting in Ireland, Irishmen Avenge The Lusitania, mai 1915, lithographie sur papier, 76,3 x 50,2 cm. Londres, Imperial War Museum. 
Tiré de « Irishmen Avenge the Lusitania ». Imperial War Museums. https://www.iwm.org.uk/collections/item/object/37105, consulté le 15 avril 2021.
Image 24: 
Hely’s Ltd., Is Your Home Worth Fighting For?, juillet 1915, lithographie et typographie sur papier, 75,7 x 50,3 cm. Londres, Imperial War Museum. 
Tiré de « Is Your Home Worth Fighting For? » Imperial War Museums. https://www.iwm.org.uk/collections/item/object/31611, consulté le 15 avril 2021.
Image 25:
Charles DAVID (1890-1962), Comité de recrutement Canadien-Français, Canadiens – C’est Le Moment D’Agir, 1915-1917. Montréal, Université de Montréal. 
Tiré de « Canadiens c’est le moment d’agir. N’attendez pas que les boches viennent mettre tout a feu et à sang au Canada ». Calypso – Université de Montréal. https://calypso.bib.umontreal.ca/digital/collection/_guerre/id/546, consulté le 15 avril 2021.

La violence est aussi utilisée pour appeler au sacrifice du peuple en représentant la guerre comme romantique et libératrice. L’esthétisation de la violence dans les affiches puise dans l’héritage mythique national pour glorifier la mort et le sacrifice (Image 26). L’image de la violence salvatrice s’appuie sur un passé idéalisé pour convaincre les citoyens de leur devoir militaire envers l’Empire. Les thèmes d’ennemi barbare à abattre, de lutte divine contre le mal et l’éloge du martyrisme puisent dans les mythes historiques pour faire intérioriser le discours de guerre totale par les citoyens. Ces différents thèmes confirment l’intérêt du corpus d’affiches à l’étude et renseignent sur les sociétés canadienne-française et irlandaise pendant la guerre.

Image 26: 
Frank Lucien NICOLET, Pour Que La Terre Leur Soit Légère, 1918, encre sur papier, 61 x 89,5 cm. Ottawa, Musée canadien de la guerre. 
Tiré de « Pour Que La Terre Leur Soit Légère ». Musée canadien de la guerre. https://www.warmuseum.ca/collections/artifact/1026857/, consulté le 15 avril 2021.
  • Limites de mes sources :

La première limite de mes sources s’avère les restrictions d’accès aux sources originelles vu le contexte de crise sanitaire. Devant l’impossibilité de visiter les musées et banques d’archives en personne, je devrai me contenter des reproductions numériques des documents sur les sites des banques d’archives. La matérialité authentique du document disparaît avec l’entreprise de reconstitution par le numérique, rendant plus ardue la tâche d’imaginer l’affiche dans son contexte d’origine. Les sources numériques s’avèrent très accessibles en temps de pandémie, mais requièrent l’intermédiaire de l’écran, ce qui sacrifie leur authenticité et leur matérialité originale. La transformation numérique du document originel par les éditeurs et les archivistes ne peut restituer fidèlement la taille et les matériaux de l’affiche et empêche l’évaluation fidèle de son état matériel original.

Les banques d’archives numériques offrent de nombreux avantages qui facilitent le travail de l’historien par la recherche par mots-clés, la possibilité de comparer rapidement des œuvres et la grande disponibilité de documents. Toutefois, ces sites sont parfois mal organisés pour le travail du chercheur, comptent plusieurs doublons et offrent peu de mise en contexte sur les sources. L’accès web aux sources numériques peut aussi se voir restreint et les fichiers des images disponibles en lignes peuvent être supprimés sans préavis. La consultation des sources en ligne est certes pratique, mais présente certaines limites.

 La propagande de la Grande Guerre étant très décentralisée, la création des affiches devient l’apanage des commandants des unités et des organisations civiles de recrutement qui opèrent des discussions avec les imprimeurs sur la conception des affiches. Les traces matérielles de ces entretiens ayant disparu, le repérage de l’origine des affiches et des intentions des créateurs s’avère plus difficile. Bien que la diversité des campagnes locales pourrait me fournir matière à faire une riche analyse iconographique des affiches, retracer le contexte de production des affiches s’avère une tâche ardue lorsque les créateurs et les commanditaires des affiches demeurent souvent anonymes. À ces difficultés s’ajoutent des lacunes quant à la date de production des affiches et au nombre de tirages effectués. Le contexte de production flou rajoute un obstacle quant à l’étude de l’évolution de la guerre et de son impact sur les sociétés canadienne-française et irlandaise. Je dois donc accepter que les sources soient partielles et incomplètes, rendant plus difficile la tâche de saisir l’impact des affiches sur les sociétés canadienne-française et irlandaise.

La consultation de recueils d’affiches peut résoudre ce problème en offrant des informations plus approfondies, mais le Canada et l’Irlande y sont rarement représentés. Ces recueils sont soumis au même problème qui guette les banques d’archives numériques ; leur consultation place l’historien à la merci des choix faits par l’éditeur et l’archiviste. Les critères de cette sélection étant difficiles à retracer, la représentativité du corpus est mise en cause par les choix faits par d’autres et par les aléas du temps. Les affiches qui habitent les centres d’archives et les musées ne représentent qu’une partie (inconnue) de ce qui a été. Souvent faites en matériaux peu durables et exposées à l’extérieur, plusieurs affiches ont été perdues, détruites ou endommagées. La représentativité de mon corpus, critère important dans la méthodologie et dans la sélection des sources, ne peut être garantie en raison des choix de numérisation faits par les éditeurs et les archivistes. À cela s’ajoutent les hasards du temps qui ont pu abîmer les affiches plus fragiles, notamment les affiches non officielles des groupes marginaux.

Enfin, le contexte de réception des affiches se veut également difficile à retracer, rendant leur efficacité difficile à évaluer. Le raisonnement ad hoc pour évaluer le succès ou l’échec des campagnes de propagande de l’Empire se veut problématique, puisqu’il serait faux de prétendre que les affiches ont engendré la mobilisation à elles seules. Les citoyens ont effectivement participé au financement de la guerre et au recrutement, mais il ne faut pas surestimer la capacité mobilisatrice des affiches. La consultation de sources journalistiques pourrait être nécessaire pour mieux comprendre les motifs qui poussent les Canadiens français et les Irlandais à se mobiliser.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.