Catégories
Uncategorized

Affiches de guerre, guerre d’affiches 1914- 1918

5. La méthodologie

Les créateurs des affiches de guerre emploient deux tactiques pour engendrer la mobilisation de la nation. La première, la répétition du message, vise à marteler la culture de guerre auprès du public en diffusant quotidiennement des discours patriotiques incitant à rejoindre l’effort de guerre national. Les autorités impériales veulent répandre un sentiment de normalité entourant la guerre afin d’obtenir le consentement des citoyens aux mesures de guerre. L’analyse sérielle me permettra d’analyser les régularités et les discontinuités dans les messages promulgués aux citoyens par les affiches. Devant la taille du corpus, le logiciel Portabase me permettra d’effectuer une analyse combinatoire pour faire des croisements entre les affiches et faire ressortir les éléments communs des documents. Cela me permettra de condenser les thèmes présents dans les affiches afin de mieux cibler les types de messages envoyés aux citoyens pour répondre à ma problématique.

La seconde stratégie des propagandistes vise à susciter l’émotion chez le public en produisant des images choquantes pour engendrer la mobilisation. L’utilisation d’images marquantes et de slogans expressifs crée une amorce pour encourager le spectateur à changer son comportement et lui inculquer une interprétation simplifiée de la réalité. L’analyse de contenu montrera comment les affiches se servent de thèmes nationalistes pour émouvoir les citoyens. Cette analyse qualitative se découpe en trois étapes telles que relevées par Laurence Bardin. La première étape concerne la sélection des sources selon leur pertinence à ma problématique. J’ai parcouru les sites des banques d’archives numériques pour répertorier les affiches pertinentes à ma problématique selon les critères spatiotemporels et linguistiques. La deuxième étape s’avère la préparation du matériel, soit le rassemblement des sources en vue de leur analyse. J’utiliserai le logiciel Portabase pour dresser des fiches numériques pouvant rassembler et catégoriser mon corpus d’affiches. J’ai téléchargé les fichiers des images à partir des banques d’archives numériques, puis j’ai numéroté et classé celles-ci pour en faire l’inventaire. Enfin, la troisième étape sera le traitement des résultats et leur interprétation. Je m’appuierai sur ma propre grille d’analyse afin de compiler les informations et les condenser dans Portabase pour en relever les tendances. L’utilisation de rubriques dans le logiciel me permettra de ventiler les différents thèmes pour en dégager leurs ressemblances et différences (Image 27).

Image 27: 
Exemple de la grille d’analyse transférée sur le logiciel Portabase.

Je m’inspirerai aussi de l’analyse discursive faite par Alexandre Dubé pour relever la création d’un vocabulaire international de la guerre totale. Cette déclinaison de l’analyse de contenu examine les images, mythes et mots-clés qui parsèment le discours de la guerre au Canada et au Royaume-Uni, particulièrement ceux dirigés envers les sociétés canadienne-française et irlandaise. Instrument de légitimation, le discours de guerre doit convaincre les citoyens de la nécessité de se mobiliser. Les discours des autorités impériales cherchent à présenter une vision consensuelle de la guerre pour convaincre les citoyens de son bien-fondé. L’unanimité de ce discours est toutefois mise en cause par les voix dissidentes qui remettent en cause la participation de la nation à la guerre. L’analyse du discours traitée par Laurence Bardin me permettra de repérer les connotations et les références culturelles et historiques de ces sociétés. Par la comparaison des affiches et de leurs messages, je devrai prêter attention au choix des mots pour relever les dénotations, réticences, dénégations, précisions, qualificatifs ou généralisations.

Enfin, la méthode d’analyse issue du domaine de l’histoire de l’art proposée par Laurent Gervereau me permettra d’étudier l’image. Cette méthode me permettra d’interroger l’image et le contenu des affiches en faisant la description de l’œuvre, puis l’étude de son contexte avant d’en faire une analyse formelle, stylistique et iconographique. En bref, je privilégierai l’analyse de contenu en empruntant des éléments de l’analyse du discours et de l’analyse formelle, stylistique et iconographique pour me bricoler une grille d’interprétation des affiches. Ensuite, je ferai une analyse sérielle pour constater l’évolution des thèmes et des messages des affiches à travers le temps. Cela devrait me permettre de voir l’impact de la guerre sur les nationalismes.

  • Ma grille d’analyse :

La première section de ma grille est consacrée à la description de l’œuvre et a pour but de présenter et d’identifier l’affiche. Je retiendrai le titre, la localisation, le lieu de conservation, le numéro de l’affiche dans le catalogue d’archives et sa source sur Internet (Image 28).

Image 28: 
Section de ma grille d’analyse portant sur l’identification de l’affiche.

La deuxième section de ma grille creuse le contexte de production. L’étude du contexte en amont témoignera des conditions de production et des intentions de l’émetteur du message en relevant l’artiste, l’imprimeur et le commanditaire de l’affiche. Le contexte en aval étudiera la diffusion de l’affiche et sa réception auprès du destinataire visé. J’anticipe que cette section sera la plus difficile à compléter, du fait que les informations sur le contexte de production et de réception sont souvent manquantes. Je devrai faire preuve d’imagination et d’esprit critique pour reconstituer la réception positive ou négative des affiches auprès de leurs publics cibles, tout en consultant des sources spécialisées pouvant fournir des éléments de contexte (Image 29).

Image 29: 
Section de ma grille d’analyse portant sur le contexte de production.

La dernière section de ma grille d’analyse porte sur l’interprétation de l’œuvre et elle se découpe en deux, soit l’analyse formelle et stylistique, puis l’analyse iconographique. Je ferai l’inventaire de ce qui est montré dans l’affiche, puis j’extrapolerai le sens plus profond du message. L’analyse formelle et stylistique proposée par Roelof van Straten et Patricia de Man a pour but d’énumérer les aspects propres à la forme et à la matière du document. Je devrai repérer la nature et le type d’affiche, sa taille et les matériaux utilisés. Ensuite, je devrai répertorier les éléments stylistiques utilisés par le créateur, soit les couleurs et les effets d’ombre et de lumière qui créent l’ambiance de l’œuvre. Le rendu des formes et la facture montreront le style de l’artiste et l’effet qu’il veut donner au spectateur. L’étude de la composition me permettra d’analyser l’emploi des volumes et des espaces, l’organisation iconique des éléments et l’emploi des lignes de force. Le recensement de l’organisation des plans me permettra de relever la hiérarchisation des informations visuelles et textuelles dans l’image par l’artiste. Le choix de cadrage et la relation entre le texte et l’image montreront ce qui est mis en valeur et ce qui est secondaire (Image 30).

Image 30: 
Section de ma grille d’analyse portant sur l’analyse formelle et stylistique.

La section portant sur l’analyse iconographique décompose la formulation du sujet et du thème dans la représentation. L’interprétation iconographique sert à dégager un sens plus profond et symbolique aux affiches en reconstituant l’univers culturel et historique du corpus. Les messages véhiculés dans ces affiches reposent sur un code visuel et un vocabulaire particulier qui diffusent l’imaginaire de la guerre. Les propagandistes s’appuient sur les affiches pour inspirer la peur, rassurer la nation, flatter l’orgueil national ou encore convaincre de l’approbation populaire de l’effort de guerre. Je devrai interpréter comment ce code visuel est déchiffré par le récepteur pour en comprendre sa signification. Le discours belliciste des affiches mobilise des mythes, symboles, systèmes de valeurs et institutions pour convaincre le public de la nécessité de rejoindre la cause. L’iconographie recensera donc les personnages, objets et décors qui apparaissent dans l’affiche pour en dégager les références culturelles et historiques (Image 31).

Image 31: 
Section de ma grille d’analyse portant sur l’analyse iconographique.

Les affiches transmettent parfois des réalités inconscientes, simplifiées ou imaginées à inférer. Les éléments de sémiotique visuelle et de rhétorique accordent une connotation particulière aux messages véhiculés et je devrai faire preuve de discernement pour retracer l’univers réel et culturel auquel les affiches font référence. Cette section considère le contenu et le sens de l’affiche pour renseigner sur l’action de divers acteurs historiques. Ronald Rudin montre que la mémoire de ces sociétés est interprétée et instrumentalisée par divers groupes à des fins politiques pour mobiliser. Le passif historique de ces sociétés est donc mis en valeur par l’emploi de figures de style et de rhétorique dans les affiches. À partir des observations de Garth Stevenson quant aux fonctions de la mémoire, je pourrai montrer de quelle façon le passé est instrumentalisé dans les affiches. Le contenu visuel et textuel sera mis en relation avec le contexte de production pour voir en quoi l’affiche cherche à illustrer, à expliquer et à convaincre. C’est ici que je soulèverai l’intérêt historique du document pour montrer en quoi l’affiche représente son époque. Je devrai lire l’image comme le reflet de son époque et des préoccupations des contemporains pour comprendre la portée du document. Symptômes de l’effort de mobilisation qui prend d’assaut ces sociétés, il est possible de voir dans les affiches l’empreinte de la guerre sur les nationalismes.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.