Catégories
Uncategorized

Affiches de guerre, guerre d’affiches 1914- 1918

6. Les grandes lignes de ma recherche

En m’appuyant sur l’analyse comparative, l’hypothèse du travail pourrait faire un rapprochement entre les nationalismes canadien-français et irlandais. Il est plausible que l’analyse des affiches puisse révéler les éléments communs et ceux qui se distinguent quant à l’impact de la Grande Guerre sur les nationalismes de ces sociétés. Selon l’état des connaissances actuelles, il est possible que la guerre permette de réorganiser les relations de ces sociétés avec la Couronne, fragilisant la puissance de l’Empire. Cela se solderait par la revendication d’une autonomie canadienne plus importante sur la scène internationale et par l’indépendance irlandaise. La mise en relation des affiches de guerre pourrait confirmer l’émergence d’identités nationales qui se dessinent en dehors du cadre de l’Empire. Si les objectifs de guerre des Canadiens évoluaient vers une conception nationale des motifs de la guerre, les Irlandais deviendraient désillusionnés par leur participation à la guerre et se tourneraient vers le nationalisme républicain séparatiste. Alors que les affiches de guerre officielles véhiculeraient le nationalisme constitutionnel modéré en Irlande et le nationalisme impérialiste au Canada, la sortie de guerre consoliderait la montée des nationalismes républicains irlandais et autonomistes canadiens. Les affiches sembleraient témoigner d’un clivage distinct entre le nationalisme constitutionnel prôné par les autorités impériales aux fins de la guerre et les affiches non officielles qui fortifiaient le nationalisme républicain. L’analyse des affiches de guerre pourrait montrer la reddition tranquille des nationalismes impérialistes et constitutionnels.

Il est plausible que l’expérience de guerre irlandaise attise l’option nationaliste radicale et mène au rejet de l’option modérée du Home Rule. Devant l’échec de la raison d’être de la participation irlandaise à la guerre et des réverbérations sanglantes du Easter Rising, les Irlandais se tourneraient vers le républicanisme, délaissant le nationalisme modéré. La répression en Irlande serait une motivation à l’engagement nationaliste séparatiste, où l’animosité populaire envers le Royaume-Uni quant à la marginalisation politique de l’Irlande aboutirait à la guerre d’indépendance irlandaise. L’après-guerre s’ouvrirait sur la défaite définitive de l’IPP aux élections de 1918, montrant que l’amertume des Irlandais envers l’Empire dépasserait le cadre de la guerre. Ce serait l’ensemble des liens avec la Couronne qui seraient mis en cause. Sinn Féin, qui bénéficierait de l’appui populaire irlandais aux élections, canaliserait le mécontentement des Irlandais et deviendrait un porte-voix aux idées nationalistes républicaines et anti-impériales (Image 32). À l’inverse des Canadiens français qui disposeraient d’une certaine identité politique domestique reconnue, l’exclusion des Irlandais dans les institutions britanniques exacerberait leur quête d’identité politique indépendante pendant la guerre.

Image 32: 
G.B./C.B., Sinn Fein, encre sur carte postale. Dublin, Trinity College Library. 
Tiré de « Sinn Fein ». Trinity College Library Digital Collections. https://digitalcollections.tcd.ie/concern/works/9w0324647?locale=en.

Avec la guerre, le Canada serait appelé à faire ses premières incursions sur des domaines autrefois sous le contrôle de la Couronne, désormais délégués au pays par les exigences de la guerre totale. L’expérience de guerre affirmerait la compétence canadienne en matière de mobilisation de recrues, d’organisation de la conscription, de la gestion de l’armée et de l’économie de guerre telle que manifesté par les affiches bilingues produites à cet effet. Il est possible que l’iconographie des affiches évolue avec la guerre où les propagandistes délaisseraient peu à peu la filiation à l’Empire et revendiqueraient davantage une identité canadienne bilingue (Image 33). La nationalisation de ce discours de guerre véhiculerait une identité militaire canadienne. Avec l’expérience des batailles de Vimy, Passchendaele, ce ne serait plus la guerre de l’Empire, mais plutôt la guerre pour le Canada.

Image 33: 
Enlist/Enrôlez-Vous, 36 x 76 cm. Montréal, Bibliothèque de l’Université McGill. 
Tiré de « Enlist/Enrôlez-Vous ». Bibliothèque de l’Université McGill. https://digital.library.mcgill.ca/warposters/search/searchdetail.php?ID=8666&version=f, consulté le 15 avril 2021.

Toutefois, cette conception de la sortie de guerre passerait sous silence le fait que la participation militaire à la guerre n’était pas consensuelle pour plusieurs Canadiens français, montrant qu’une réinterprétation s’impose. Alors que les relations entre les Canadiens français et anglais se sont pacifiées au sortir de la guerre, il est plausible que la conscription représente un traumatisme important pour les Canadiens français. La comparaison entre les événements de Pâques 1916 à Dublin et de Pâques 1918 à Québec pourrait potentiellement montrer en quoi la crise de la conscription aurait pu s’aggraver davantage. Il est plausible que la comparaison de ces événements puisse montrer la portée de tels événements nationalistes pendant la guerre (Images 34 et 35).

Image 34: 
La presse, Cinq civils sont tués par les soldats à Québec, 2 avril 1918, journal. Québec, Bibliothèque et Archives nationales du Québec.
Tiré de « La presse, mardi 2 avril 1918 ». Bibliothèque et Archives nationales du Québec. https://numerique.banq.qc.ca/patrimoine/details/52327/3197533, consulté le 15 avril 2021.
Image 35: 
The Birth of the Irish Republic, 1916, encre sur papier. Dublin, Trinity College Library. 
Tiré de « The birth of the Irish Republic, 1916 ». Trinity College Library Digital Collections. https://digitalcollections.tcd.ie/concern/works/h989r456p?locale=en, consulté le 15 avril 2021.

Au Canada, le manque de retombées militaires de la conscription, la distanciation progressive avec l’Empire et la nouvelle autonomie relative du Canada permettraient de calmer une situation potentiellement explosive. En Irlande, le Easter Rising attiserait des frustrations présentes depuis des décennies entre les Irlandais et la Couronne. Alors que les Irlandais subiraient des frustrations quant à l’échec du Home Rule, le Easter Rising réactiverait les esprits nationalistes républicains en rappelant le passif historique conflictuel avec la Grande-Bretagne. Cela pourrait expliquer la formation d’une plus vive volonté de séparation avec le Royaume-Uni.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.