Catégories
Uncategorized

Le Vindicator et les Irlandais catholiques du Bas-Canada : témoignage d’une culture politique à la veille des Insurrections de 1837-1838

1. Problématique

Dans le cadre de notre recherche, nous avons l’intention de répondre à la question suivante : de quelle manière la culture politique de la diaspora irlandaise catholique installée au Bas-Canada au début du XIXe siècle a-t-elle influencé l’implication de cette communauté dans le cadre des conflits politiques ayant culminé avec les Insurrections des Patriotes?

La notion de culture politique qui se retrouve au cœur de notre problématique peut être définie comme étant l’ensemble « des acquis communs d’une communauté, ici politique, que sont les croyances, les normes, les valeurs et les représentations, les expressions et les réalisations issues de ce système d’acquis »[1]. Notre recherche emprunte ainsi à Breton sa façon de considérer les communautés ethniques comme des constructions socio-politiques[2]. Comme l’explique cet auteur :

La communauté ethnique n’est pas uniquement un phénomène social ; elle est également une entité politique à la fois dans le sens qu’elle se gouverne elle-même et dans le sens qu’elle est une construction socio-politique. Ceci est manifeste, par exemple, au niveau de l’identité collective et de la définition des frontières de la collectivité et de la communauté ; de l’organisation pour la conduite des affaires publiques du groupe ; de la gestion des conflits ; et de l’acquisition des ressources nécessaires, processus qui requiert la participation des membres[3].

Cette perspective permet à notre recherche de mener une analyse politique de la communauté qui nous intéresse. Elle suscite notamment des réflexions relatives aux « mécanismes et procédures pour la formulation des politiques communautaires, [aux] façon[s] dont on traite l’opposition et les dissidents, [au] rôle politique de la presse ethnique, et [à] l’activité au sein de la communauté ethnique de la part […] d’organisations qui lui sont extérieurs »[4].

Portrait d’Edmund Bailey O’Callaghan (1797-1880)
Provenance : Avec la permission de Wikimedia Commons

Pour aborder la notion de culture politique, notre recherche a recours aux méthodes de l’anthropologie culturelle et historique. Notre démarche s’inspire d’ailleurs de celle décrite par Pâquet dans le chapitre d’introduction de son ouvrage Tracer les marges de la Cité[5]. Tel que le propose ce dernier, la première étape visant à mettre en lumière la culture politique d’une communauté consiste à identifier ses acteurs politiques influents[6]. Dans le cas de notre recherche qui porte un regard sur les années 1828 à 1837, ce processus d’identification nous a permis de relever les noms de deux hommes ayant joué un rôle politique d’importance au sein de la diaspora irlandaise et ayant laissé des traces sur lesquels un travail historique peut s’appuyer : Daniel Tracey et Edmund Bailey O’Callaghan. Ces derniers ont tous deux quitté l’Irlande afin de s’établir au Bas-Canada où ils y ont mené des vies publiques et politiques fortement engagées. Ayant respectivement agi à titre de rédacteur au sein du Vindicator de 1828 à 1832 et de 1833 à 1837, l’essentiel des documents dont nous disposons pour retracer le parcours de ces hommes est issu de la presse écrite[7].

Pierre tombale de Daniel Tracey (1794-1832), cimetière Notre-Dame-des-Neiges (C39)
Provenance : Avec la permission de Wikimedia Commons

L’enquête historique dans le domaine de la culture politique requiert également de déterminer le « contexte de production des documents » sélectionnés et de reconstituer patiemment « les réseaux de solidarité dans lesquels les acteurs [précédemment identifiés] se meuvent »[8]. Cet exercice rend nécessaire à notre recherche de porter un regard sur l’intervention d’acteurs externes dont l’influence a pesé sur les manifestations de la culture politique de la communauté catholique irlandaise[9]. L’influence exercée par certains patriotes comme Édouard-Raymond Fabre et Ludger Duvernay est ainsi pris en considération dans notre recherche[10].

Dans le cadre de notre recherche, nous avons volontairement décidé d’aborder uniquement la culture politique de la communauté irlandaise de confession catholique. Cela est notamment dû à certains travaux qui suggèrent l’existence d’un important clivage confessionnel au sein de la diaspora irlandaise[11]. L’historien Roy F. Foster affirmait à ce sujet qu’à partir des années 1830 « the confessional basis of Irish political identification had become highly accentuated »[12]. Ce chercheur notait même qu’une culture politique protestante distincte s’était formé en Irlande au cours des premières décennies de l’Union[13]. Cette décision résulte également de la lecture d’une lettre adressée par le protestant James Hamilton à la Society of the Friends of Ireland dans le Vindicator qui révèle l’existence d’un clivage important au sein de la communauté irlandaise du Bas-Canada sur des bases confessionnelles[14].

Source : Vindicator, Montréal, 12 décembre 1828.

[1] Martin Pâquet, « Appréhender le problème historique de l’État sous l’approche de la culture politique. Éléments de réflexion », Anuario Colombiano de Historia Social y de la Cultura, n°25, 1998, p. 322-323.

[2] Raymond Breton, « La communauté ethnique, communauté politique », Sociologie et sociétés, vol. 15,

n°2, 1983, p. 36. 

[3] Ibid.

[4] Ibid.

[5] Martin Pâquet, Tracer les marges de la Cité : Étranger, Immigrants et État au Québec (1627-1981), Montréal, Boréal, 2005, p. 26-27.

[6] Ibid., p. 26.

[7] André Beaulieu et Jean Hamelin, op.cit., p. 65.

[8] Martin Pâquet, op. cit., p. 26.

[9] Raymond Breton, Ethnic Relations in Canada : Institutional Dynamics, Montréal, McGill-Queen’s University Press, 2005, p. 213-214.

[10] Jack Verney, O’Callaghan: The Making and Unmaking of a Rebel, Ottawa, Carleton University Press, 1994, p. 65-67.

[11] Aidan McQuillan, « Pouvoir et perception : une communauté irlandaise au Québec au dix-neuvième siècle », Recherches sociographiques, vol. 40, n°2, 1999, p. 267.

[12] Roy F. Foster, Modern Ireland, 1600-1972, Londres, Penguin Books, 1989, p. 302.

[13] Ibid.

[14] Vindicator, Montréal, 12 décembre 1828.


Une réponse sur « Le Vindicator et les Irlandais catholiques du Bas-Canada : témoignage d’une culture politique à la veille des Insurrections de 1837-1838 »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.