Catégories
Uncategorized

Le Vindicator et les Irlandais catholiques du Bas-Canada : témoignage d’une culture politique à la veille des Insurrections de 1837-1838

2. Historiographie

En ce qui a trait au champ de connaissance de la communauté irlandaise installée au Bas-Canada au cours de la première moitié du XIXe siècle, de nombreuses pistes de travail restent à être explorées par les historiens. C’est le constat qui ressort de l’ouvrage The Irish in Quebec : An Introduction to the Historiography de l’historien Robert Grace[1]. Publiée en 1993, cette étude cherchait à faire le bilan des connaissances acquises par les historiens sur le sujet de la communauté irlandaise du Québec[2]. L’un des chapitres de cet ouvrage a particulièrement suscité notre intérêt puisque les grands travaux menés dans le domaine de la vie politique de cette communauté y sont présentés[3]. Grace y soulève le constat que des études plus approfondies mériteraient d’être menées dans ce domaine notamment afin de mieux comprendre les décisions des électeurs irlandais au cours des élections des années 1830 ainsi que le rôle qu’ils ont joué au moment ultime des Insurrections[4]. Notre recherche s’avère particulièrement pertinente à cet égard puisqu’elle a pour ambition de palier à cette situation en étudiant la culture politique des Irlandais catholiques du Bas-Canada. Une meilleure compréhension de cette culture politique devrait nous permettre d’identifier certains facteurs ayant eu une influence sur la mobilisation politique de cette communauté à la veille des troubles de 1837. Notre recherche se distingue des travaux menés jusqu’à présent qui ont surtout insisté sur les facteurs circonstanciels afin d’expliquer l’attitude politique des Irlandais au cours de cette période. Dans le cas de notre recherche, les facteurs culturels occuperont une place de premier plan afin de chercher à comprendre le phénomène en question.

Sur ce sujet, Grace suggère la lecture de la thèse de doctorat de Robert C. Daley portant sur Edmund Bailey O’Callaghan, figure dont le rôle est majeur dans le cadre de notre recherche en raison de son implication politique auprès du mouvement patriote et de son travail de rédacteur pour le Vindicator[5].

Dans cette thèse déposée en 1986 au département d’histoire de l’Université Concordia, Daley consacre un chapitre à l’année 1837 durant laquelle les Insurrections éclatèrent au Bas-Canada[6]. Au cours de ce chapitre, Daley cherche à expliquer le faible support de la communauté irlandaise à l’égard du mouvement patriote au cours de cette période charnière[7]. En se référant à des travaux menés par ses prédécesseurs, l’auteur suggère que ce phénomène s’expliquerait en partie par le sentiment d’isolation « which Irish immigrants must have felt in a new land, as well as the growing suspicion and resentment felt for them by the importation of cholera, their competition for the same jobs, and their use of the language of the conquerors »[8]. Daley ne se limite toutefois pas à ces éléments pour expliquer la réaction des Irlandais du Bas-Canada à la veille des Insurrections. Pour cet auteur, la dénonciation par le clergé de toute forme de soulèvement aurait calmé les ardeurs de plusieurs Irlandais pour lesquels l’appartenance au catholicisme était intimement liée au sentiment d’identité nationale[9]. La concentration des supporteurs d’O’Callaghan à Montréal et Québec aurait également joué en la faveur des autorités coloniales selon Daley. Il argumente à juste titre que la forte présence des troupes britanniques et des supporteurs tories dans ces villes aurait empêché tout soulèvement de la part des réformistes[10]. Enfin, les manœuvres politiques des tories dont la finalité aurait été de provoquer des dissensions au sein des rangs patriotes aurait bien porter fruit selon Daley[11]. Notre projet de recherche cherche à poursuivre ces réflexions en favorisant un angle d’approche différent, soit celui de la culture politique. Nous postulons qu’une meilleure connaissance de la culture politique de la communauté irlandaise de confession catholique devrait être en mesure de fournir de nouveaux éléments expliquant la réaction des membres de cette communauté lors de la prise des armes en 1837 et 1838.

Une seconde étude consacrée à la vie d’Edmund Bailey O’Callaghan éclaire notre connaissance de la période qui nous intéresse. Il s’agit de l’ouvrage O’Callaghan : The Making and Unmaking of a Rebel qui fut publié en 1994 par Jack Verney[12]. Cette biographie offre un récit détaillé de la vie du médecin irlandais dont on se souvient au Bas-Canada pour son rôle de premier plan au sein du mouvement patriote. L’intention de l’auteur avec cette étude était de réexaminer la vie d’O’Callaghan afin de remédier aux lacunes de la thèse doctorale du révérend Francis Shaw Guy publiée en 1934[13]. Il est intéressant de relever le fait que Verney ne semble pas avoir eu connaissance de l’existence de la thèse de Daley. Ceci se démontre par un passage inclus dans la préface de son ouvrage qui présente la biographie rédigée par Guy comme étant le seul effort en vue de brosser un portrait détaillé de la vie d’O’Callaghan[14]. La thèse doctorale de Daley ne figure d’ailleurs pas parmi les notes fournies en fin d’ouvrage par l’auteur. Pierre Tousignant attribua cette faille dans le travail de Verney à son manque d’expérience « avec les instruments d’investigation bibliographique utilisés en milieu universitaire »[15]. Étant un directeur d’école à la retraite, Verney semble effectivement avoir manqué d’expérience dans le domaine de la recherche. Cela se manifeste notamment par l’absence d’une problématique au sein de son ouvrage et certaines faiblesses au niveau de son approche analytique qui donne parfois lieu à des « explications générales et passe-partout »[16]. Néanmoins, la biographie de Verney s’avère somme toute assez bien documentée et rend disponibles certains éléments n’ayant pas été couvert auparavant par les auteurs qui se sont penchés sur le parcours d’O’Callaghan. Ayant attentivement consulté la correspondance de ce dernier, Verney est en mesure de reconstituer les réseaux de solidarité d’O’Callaghan à travers son ouvrage. L’auteur présente notamment la relation de confiance et d’amitié existante entre O’Callaghan et le libraire patriote Édouard-Raymond Fabre comme ayant eu une influence sur le contenu du Vindicator[17].

Portrait d’Édouard-Raymond Fabre (1799-1854)
Provenance : Avec la permission de Wikimedia Commons

Comme l’explique Verney, le rédacteur d’origine irlandaise aurait gravité au sein d’un groupe d’hommes incluant des personnages bien connus de l’histoire canadienne tel que George-Étienne Cartier, Charles-Ovide Perrault, Louis-Hippolyte Lafontaine, Auguste-Norbert Morin, Édouard-Étienne Rodier et Ludger Duvernay[18]. Ce groupe qui se rencontrait régulièrement derrière la librairie de Fabre à Montréal aurait même constitué « a kind of informal board of directors of the Patriote newspapers in Montreal » selon Verney[19]. Cet aspect de cette biographie rend sa lecture pertinente dans le cadre de notre recherche. Ceci est dû au fait que la reconstitution des réseaux de solidarité des acteurs historiques constitue une étape importante dans l’étude de la culture politique[20]. Les faits amassés par Verney au sujet de l’entourage d’O’Callaghan seront donc mis à profit au sein de notre recherche lorsque viendra le temps de traiter des années 1833 à 1837 durant lesquelles ce dernier fût à la barre du Vindicator[21].

Les travaux menés en 1999 par le géographe Aidan McQuillan dans le domaine des relations entre les Canadiens français et les Irlandais du Bas-Canada s’avèrent également pertinents pour le propos de notre recherche[22]. Selon cet auteur, les nombreuses similarités existantes entre les communautés irlandaise et canadienne-française n’auraient pas mené à la formation d’une cause commune entre ces deux groupes. Sur le plan politique, McQuillan affirme que l’adhésion des catholiques irlandais au mouvement patriote semble avoir beaucoup varié d’une région à l’autre[23]. En énonçant cette thèse, l’auteur nous lance sur la piste des variations de l’intégration irlandaise sur le plan régional. Ainsi, l’approche privilégiée par Gilles Laporte dans son analyse des Insurrections s’avère utile pour notre recherche, car les Irlandais catholiques ne semblent pas avoir réagi en bloc face aux évènements politiques des années 1830[24]. Les travaux de McQuillan nous incitent donc à mener des réflexions sur les causes locales expliquant l’adhésion ou l’opposition de cette communauté au mouvement réformiste bas-canadien.

Dans un article publié en 2008, l’historien Simon Jolivet proposait de dresser un nouveau bilan de l’état des connaissances portant sur les Irlandais installés au Québec[25]. Dans cet article, il fait état d’une diversification des réflexions menées par les savants dans ce domaine depuis la publication en 2006 de l’ouvrage Parallel Paths, The Development of Nationalism in Ireland and in Quebec du politologue Garth Stevenson[26]. Jolivet souligne que ce volume fut l’un des premiers à « mettre sur papier une idée de plus en plus répandue : celle que l’Irlande et le Québec partageraient des destins plus ou moins similaires méritant avantageusement d’être étudiés »[27]. Cet ouvrage aurait insufflé une nouvelle vigueur au champ des connaissances de la communauté irlandaise au Québec en incitant les chercheurs à comparer le destin de l’Irlande à celui du Québec et à réfléchir autour de la question des relations ayant existé à l’époque entre les Irlandais et les Canadiens français[28]. Notre démarche s’inscrit dans cette perspective puisque notre problématique nous porte à traiter la question de la nature des relations entretenues par la communauté irlandaise avec la majorité canadienne-française à l’époque des luttes politiques des années 1830. Notre recherche contribue donc à poursuivre le chantier inauguré par Stevenson en 2006.

Malgré le développement des réflexions dans ce domaine, Jason King souligne dans un article à saveur historiographique que la révision de l’historiographie des Insurrections de 1837-1838 attend toujours d’être menée en ce qui a trait au rôle des Irlandais[29]. Le constat de King selon lequel les chercheurs devraient s’intéresser plus en détail aux idées mises de l’avant par les leaders d’origine irlandaise au Bas-Canada dans le but de « mieux comprendre la coopération interethnique et politique possible entre la majorité et la minorité » est en lien direct avec notre projet de recherche. En effet, nous portons une attention particulière aux discours des principaux leaders de la communauté irlandaise catholique du Bas-Canada pour saisir l’état de la culture politique de cette communauté à la veille des Insurrections.

En ce qui a trait à l’état des connaissances relatives à l’histoire des Insurrections de 1837-1838, notre recherche se meut dans un courant historiographique relativement récent. Il s’agit de celui initié autour des années 2000 par Yvan Lamonde qui cherche à mettre en lumière les relations entretenues par le discours patriote avec le monde extérieur[30]. L’analyse de Lamonde a été formulée en réponse à celle de l’historien Fernand Ouellet qui postulait en 1976 que le discours patriote était rétrograde et typique d’une société d’Ancien Régime[31]. Pour Ouellet, l’absence de conscience de classe au Bas-Canada au début du XIXe siècle aurait permis aux élites patriotes de manipuler la masse en développant une idéologie axée autour du nationalisme[32]. Comme le démontre la citation suivante, Ouellet présentait une thèse niant toute influence libérale sur le discours patriote en provenance de l’extérieur de la colonie :

Les insurrections de 1837-38 peuvent être définies d’abord comme un mouvement d’indépendance nationale dirigé par les classes moyennes canadiennes-françaises et à leur profit. La mise en place d’un gouvernement de type républicain vise à faire passer le pouvoir économique et l’influence sociale détenus par les anglophones dans les mains d’une minorité francophone. Mais cette minorité, éminemment sensible aux disparités économiques entre les groupes ethniques, non seulement fait dépendre la puissance économique du contrôle politique, mais possède une vision du développement économique qui suppose la possession de la terre et idéalise l’activité agricole[33]

Étant parvenu à démontrer l’influence états-unienne sur l’évolution du mouvement patriote, l’analyse de Lamonde a suscité un grand intérêt chez les historiens depuis sa première formulation. Elle a également valu à Ouellet d’être critiqué par plusieurs historiens qui lui succédèrent et qui virent dans son interprétation une reprise du propos de Durham selon lequel le discours patriote était rétrograde et antidémocratique[34]. Notre recherche suscite des réflexions similaires à celles de Lamonde quant au poids des idées étrangères sur le développement du discours patriote. Nous voulons notamment évaluer la part des référents irlandais au sein de la culture politique de la diaspora irlandaise de confession catholique du Bas-Canada. Notre recherche poursuit donc la démarche de Lamonde qui s’intéressait à l’influence des idées étrangères sur le territoire québécois.

La publication en 2005 de l’ouvrage Le Printemps de l’Amérique française par Louis-Georges Harvey est un cas illustrant bien le nouvel intérêt des historiens pour l’élargissement du cadre d’analyse de l’histoire québécoise [35]. Dans cette étude, l’auteur arrive à montrer que les apports étrangers, notamment en provenance des États-Unis, ont grandement pesé sur l’évolution du mouvement réformiste au Bas-Canada qui vint à intégrer des éléments d’américanité, d’anticolonialisme et de républicanisme au sein de son discours. Cette étude a marqué l’historiographie des Insurrections de 1837-1838 puisqu’elle a été l’un des premiers ouvrages à concrètement intégrer le Québec dans un contexte atlantique. En raison de la mobilisation de nombreuses sources issues de la presse de l’époque, la démarche adoptée par Harvey dans cet ouvrage est très éclairante dans le cadre de notre recherche. En effet, en ayant recours à des « brochures politiques et [des] textes tirés » de journaux, notre recherche partage un corpus de sources assez similaire à celui de Harvey[36]. De surcroit, son approche s’inscrit dans le champ de la culture politique tout comme notre recherche. Harvey offre ainsi un exemple de qualité quant à la manière de traiter les sources issues de la presse dans le but d’éclairer la culture politique de l’époque.

L’apport de Harvey à notre recherche ne se limite pas seulement à l’ouvrage cité précédemment. Dans un article intitulé « L’exception irlandaise » : la représentation de l’Irlande et des Irlandais dans la presse anglophone du Bas-Canada, 1823-1836, Harvey aborde de front des questions que nous voulons approfondir dans le cadre de notre recherche[37]. L’historien y avance notamment l’idée selon laquelle « le Vindicator se [situait] à l’avant-plan de la radicalisation du discours anticolonial »[38]. Comme ce journal occupe une place importante dans notre recherche, les thèses avancées par Harvey à cet égard ne sont pas sans importance. En somme, cet article s’avère pertinent, car il touche à des questions dont l’importance semble justifier des études plus approfondies comme celle que nous nous proposons de mener. Notre analyse du contenu du Vindicator devrait être en mesure de vérifier la justesse de ces affirmations et d’estimer le poids de la culture politique de la diaspora irlandaise de confession catholique sur l’évolution du phénomène traité par Harvey dans son article.

Notre recherche a également pour ambition de poursuivre le chantier initié en 1993 par Allan Greer avec son ouvrage The Patriots and the People[39]. Dans cette étude, Greer parvient à montrer le caractère révolutionnaire des troubles de 1837 en étudiant concrètement la culture politique des habitants ruraux canadiens qui s’exprima notamment à l’époque à travers la tenue de charivaris et la célébration du mai. Ainsi, en s’intéressant à l’héritage culturel et aux institutions de ce groupe social, Greer parvient à mettre en évidence l’apport concret des habitants dans le cadre de la lutte politique menée à l’époque. La démarche de Greer inspire donc notre recherche qui s’intéresse pour sa part à la culture politique des Irlandais catholiques installés au Bas-Canada. Nous estimons qu’une meilleure connaissance de la culture politique des groupes sociaux engagés dans les luttes des années 1830 est susceptible d’apporter un éclairage nouveau sur cette période de l’histoire canadienne. Notre intérêt envers cette étude s’explique enfin par la nature des sources mobilisées par Greer et par la justification qu’il offre à cet égard[40].

L’ouvrage Le concept de liberté au Canada à l’époque des Révolutions atlantiques, 1776-1838 de l’historien Michel Ducharme poursuit également l’analyse de Greer selon laquelle les Insurrections de 1837-1838 furent une période révolutionnaire au Canada[41]. Cependant, plutôt que de s’intéresser à la période des troubles de 1837 et à la culture des habitants, Ducharme arrive avec cette étude à mettre en lumière le caractère révolutionnaire des Insurrections en analysant l’évolution et les différentes variantes du concept de liberté présente au Canada à l’époque. Cette approche issue du champ de l’histoire sociale des idées arrive à appuyer la thèse formulée précédemment par Greer selon laquelle le Canada a vécu une crise révolutionnaire s’inscrivant dans le mouvement des Révolutions atlantiques[42]. À cet égard, l’ouvrage de Ducharme parvient bien à insérer la période précédant les Insurrections de 1837-1838 dans son cadre atlantique. En effet, l’étude tient compte des diverses influences françaises, britanniques et américaines sur le développement de la pensée dans les deux Canadas. Ducharme se distingue ainsi des chercheurs l’ayant précédé qui, parmi les premiers à élargir le cadre d’analyse de la trame historique canadienne, ont surtout privilégié la thèse de l’américanité et des sociétés neuves[43]. Ducharme fait donc figure de pionnier grâce à sa démarche novatrice qui cherche à réintégrer l’histoire canadienne « dans le cadre atlantique à la manière d’une « Cis-Atlantic History », [c’est-à-dire] d’une histoire locale remise dans le cadre atlantique »[44]. À sa manière, notre recherche cherche également à aborder l’histoire canadienne en prenant en considération son intégration au sein du monde atlantique. Cette composante de notre recherche se retrouve notamment à travers le regard que nous portons sur l’Irlande en tant que lieu façonnant la culture politique d’un groupe social établi au Bas-Canada.


[1] Robert Grace, The Irish in Quebec : an introduction to the historiography, Québec, Institut québécois de recherche sur la culture, 1993, 265 p.

[2] Ibid., p. 19.

[3] Ibid., p. 191-200.

[4] Ibid., p. 115.

[5] Robert C. Daley, « Edmund Bailey O’Callaghan : Irish Patriote », Ph.D., Montréal, Concordia University, 1986, 483 p.

[6] Ibid., p. 274-279.

[7] Ibid.

[8] Ibid., p. 274.

[9] Ibid., p. 275.

[10] Ibid., p. 278-279.

[11] Ibid., p. 276-277.

[12] Jack Verney, op. cit., 258 p.

[13] Ibid., p. 1. ; Francis Shaw Guy, Edmund Bailey O’Callaghan: A Study in American Historiography, (1797-1880), Washington, The Catholic University of America, 1934, 93 p.

[14] Jack Verney, op. cit., p. 1.

[15] Pierre Tousignant, « VERNEY, Jack, O’Callaghan: the Making and Unmaking of a Rebel (Ottawa, Carleton University Press, «The Carleton Library Series», n° 179, 1994), 258 p. », Revue d’histoire de l’Amérique française, vol. 50, n°3, 1997, p. 479.

[16] Ibid.

[17] Jack Verney, op. cit., p. 65-67.

[18] Ibid., p. 66.

[19] Ibid., p. 67.

[20] Martin Pâquet, op. cit., 2005, p. 26.

[21] André Beaulieu et Jean Hamelin, op. cit., p. 65.

[22] Aidan McQuillan, « Des chemins divergents : les Irlandais et les Canadiens français au XIXe siècle », Le dialogue avec les cultures minoritaires, Québec, Les Presses de l’Université Laval, 1999, p. 133-166. ;

Aidan McQuillan, « Pouvoir et perception : une communauté irlandaise au Québec au dix-neuvième siècle », op. cit., p. 263-283.

[23] Aidan McQuillan, « Des chemins divergents : les Irlandais et les Canadiens français au XIXe siècle », op. cit., p. 147.

[24] Gilles Laporte, Patriotes et Loyaux : Leadership régional et mobilisation politique en 1837 et 1838, Sillery, Septentrion, 2004, 414 p.

[25] Simon Jolivet, « Survol d’une historiographie irlando-québécoise en développement », Mens: revue d’histoire intellectuelle de l’Amérique française, vol. 9, n° 1, 2008, p. 81-115.

[26] Garth Stevenson, Parallel Paths : The Development of Nationalism in Ireland and Quebec, Montréal, McGill-Queen’s University Press, 2006, 437 p.

[27] Simon Jolivet, op. cit., p. 82.

[28] Ibid., p. 81.

[29] Jason King, « L’historiographie irlando-québécoise : Conflits et conciliations entre Canadiens français et Irlandais », Bulletin d’histoire politique, vol. 18, n°3, 2010, p. 13-36.

[30] Yvan Lamonde, Histoire sociale des idées au Québec : 1760-1896, Montréal, Fides, 2014 [2000], 572 p. ; Yvan Lamonde, « La vie culturelle et intellectuelle dans le Québec des XVIIIe et XIXe siècles : quelques pistes de recherche », Revue d’histoire de l’Amérique française, vol. 54, n°2, 2000, p. 269-279.

[31] Fernand Ouellet, Le Bas-Canada 1791-1840 : Changements structuraux et crise, Ottawa, Éditions de l’Université d’Ottawa, 1976, 541 p.

[32] Fernand Ouellet, « Les insurrections de 1837-1838: un phénomène social », Histoire sociale/Social History, vol. 1, n°2, 1968, p. 55.

[33] Fernand Ouellet, op. cit., 1976, p. 484.

[34] Charles-Philippe Courtois, « Nation et république chez les patriotes », dans Charles-Philippe Courtois et Julie Guyot (dir.), La culture des patriotes, Québec, Septentrion, 2012, p. 103.

[35] Louis Georges Harvey, Le printemps de l’Amérique française : Américanité, anticolonialisme et républicanisme dans le discours politique québécois, 1805-1837, Montréal, Boréal, 2005, p. 296.

[36] Ibid., p. 19

[37] Louis-Georges Harvey, « L’exception irlandaise : la représentation de l’Irlande et des Irlandais dans la presse anglophone du Bas-Canada, 1823-1836 », Les Cahiers des dix, n°65, 2011, p. 117-139.

[38] Ibid., p. 139.

[39] Allan Greer, The Patriots and the People: The Rebellion of 1837 in Rural Lower Canada, Toronto, University of Toronto Press, 1993, 385 p.

[40] Allan Greer, Habitants et Patriotes, La Rébellion de 1837 dans les campagnes du Bas-Canada, Montréal, Boréal, 1997, p. 10.

[41] Michel Ducharme, Le concept de liberté au Canada à l’époque des Révolutions atlantiques, 1776-1838, Montréal, McGill-Queen’s University Press, 2010, 350 p.

[42] Ibid., p. 7.

[43] Ibid., p. 3.

[44] Ibid.


Une réponse sur « Le Vindicator et les Irlandais catholiques du Bas-Canada : témoignage d’une culture politique à la veille des Insurrections de 1837-1838 »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.