Catégories
Uncategorized

Le Vindicator et les Irlandais catholiques du Bas-Canada : témoignage d’une culture politique à la veille des Insurrections de 1837-1838

3. Sources

3.1 Sélection du corpus de sources

Le Vindicator constitue le cœur de notre corpus de sources. En prenant en considération les travaux du sociologue Raymond Breton abordant le concept de la complétude institutionnelle des communautés ethniques, le choix d’un journal comme le Vindicator s’avère particulièrement pertinent dans le cadre d’une recherche portant sur la culture politique d’un groupe issu de l’immigration[1]. En effet, Breton est parvenu à démontrer que les institutions des minorités ethnoculturelles contribuent à l’épanouissement de ces dernières[2]. De surcroît, les travaux de Breton ont révélé que les organes de presse, en tant qu’institutions, jouent un rôle de première importance dans le développement du réseau interpersonnelle des immigrants[3]. L’influence de la presse à cet égard serait d’ailleurs surpassée uniquement par les institutions religieuses[4]. La description suivante du rôle des journaux offerte par Breton justifie d’autant plus l’utilisation du Vindicator dans le but de faire ressortir des éléments de la culture politique : 

Newspapers have a role in promoting the national ideology and keeping alive the national symbols and values, national heroes, and their historical achievements. Moreover, they interpret many of the events occurring in the country of adoption in terms of the survival or interests of the ethnic community. It is the very business of the national periodical or newspaper to be concerned with the events and personalities of the ethnic group[5].

Il ressort que le Vindicator a constitué au cours de ses années d’existence un pilier du réseau institutionnel de la communauté irlandaise. Cela est notamment attribuable à son rôle de diffusion d’une culture politique collective auprès de la communauté irlandaise et de sa capacité, en tant qu’institution ethnique, à renforcer les liens sociaux de ce groupe[6]. Le choix du recours à ce journal s’explique aussi par le fait que très peu de documents permettant une analyse de l’implication politique de la diaspora irlandaise du Bas-Canada ne nous soient parvenus à ce jour. Daley note à cet égard que le Vindicator constitue la principale source d’information nous éclairant sur le rôle politique joué par Edmund Bailey O’Callaghan à la veille des Insurrections[7]. Ce choix semble également aller de soi tant les sources issues de la presse sont généralement privilégiées par les historiens traitant de la culture politique. C’est notamment le cas d’Allan Greer qui a approfondi certains aspects de la culture populaire grâce à la lecture des journaux de l’époque dans son ouvrage Habitants et Patriotes[8].  Louis-Georges Harvey dont l’approche s’inscrit dans le champ de la culture politique mobilise également plusieurs sources issues de la presse dans son ouvrage Le Printemps de l’Amérique française[9].

L’analyse du Vindicator dans le cadre de notre recherche s’avère d’autant plus pertinente en raison du lectorat irlandais qui était directement ciblé par ses rédacteurs[10]. Le Vindicator intégrait le code langagier de cette communauté. En effet, comme l’explique le linguiste Dominique Maingueneau, l’usage fait de la langue par un locuteur demeure toujours inséparable de la formation discursive au sein de laquelle le discours a été transmis[11]. En tant que producteur de discours, le Vindicator se devait d’intégrer le code langagier de la communauté irlandaise du Bas-Canada afin d’être compris par cette dernière et de faire sens auprès de son lectorat. Daniel Cefaï notait à cet égard que les acteurs politiques sont toujours forcés à « respecter des séries de contraintes juridiques et sémantiques, plus ou moins formalisées, s’ils veulent accomplir des performances qui aient du sens, qui soient intelligibles et recevables par les protagonistes et les antagonistes auxquels ils ont affaire, et par les publics auxquels ils s’adressent »[12].

Notre recherche considère le Vindicator comme une expression de la culture politique irlandaise dont les publications du journal ont su participer à sa redéfinition. Cette idée s’appuie sur le concept de la mémoire discursive, tel qu’énoncé par Maingueneau, qui sous-entend que les discours s’ancrent dans la tradition de la formation discursive dont ils sont issus tout en participant à sa redéfinition[13]. Il serait cependant inadéquat de considérer le Vindicator comme étant l’unique représentant de la culture politique irlandaise tant les oppositions et les divergences sont souvent inhérentes aux communautés ethniques[14]. Breton mentionne à ce sujet qu’il est trompeur de considérer les communautés ethniques comme des groupes d’intérêts puisque cela occulte généralement les clivages existant au sein de ces groupes[15]. C’est dans cette perspective que nous avons décidé de concentrer notre recherche sur les sujets irlandais de confession catholique. En effet, plutôt que de nier le clivage existant au sein de cette communauté ethnique sur des bases confessionnelle, nous considérons que cette ligne de division doit dicter les limites de notre objet d’étude.

Le lectorat du Vindicator ne se limitait pas qu’aux Irlandais installés au Bas-Canada. Ce journalcomptait également parmi son lectorat des souscripteurs anglophones de tendance libérale ainsi qu’un nombre plus limité de souscripteurs canadiens-français disposant d’une bonne connaissance de la langue anglaise[16]. De plus, le journal montréalais couvrait un territoire allant bien au-delà de la ville où il était imprimé[17]. Comme le souligne Daley dans sa thèse doctorale, le Vindicator pouvait compter sur des agents à Québec, Trois-Rivières, Bytown (Ottawa), Berthier, Beauharnois, Saint-Hyacinthe, Boucherville, Châteauguay, Chambly, Kingston, York, New York et la Nouvelle-Orléans[18]. Le journal couvrait ainsi plusieurs régions rurales et urbaines du Bas-Canada en plus de diffuser son contenu au Haut-Canada ainsi qu’aux États-Unis.

Le Vindicator s’avère être un document fort pertinent pour aborder la culture politique des sujets irlandais de confession catholique au Bas-Canada entre 1828 et 1837. L’accessibilité aux numérisations des publications du Vindicator sur le site de la Bibliothèque et Archives nationales du Québec rend ce choix des plus faciles tant les contraintes actuelles liées à la pandémie de coronavirus compliquent l’accès à des sources dont la consultation ne peut se faire que physiquement.

3.2 Le Vindicator au fil du temps

Le Vindicator a été fondé en 1828 par le docteur Daniel Tracey quelque jours seulement à la suite du décès de Jocelyn Waller qui s’était fait connaître au Bas-Canada pour son appui indéfectible envers le mouvement réformiste[19]. Publié à ses débuts sous le titre The Irish Vindicator and Canada General Advertiser, le journal de Tracey devait servir, comme l’énonçait son rédacteur à l’occasion de sa toute première publication, à mettre de l’avant les idées issues du courant réformiste irlandais et d’appuyer les intérêts de la masse[20].

Source : Vindicator, Montréal, 12 décembre 1828.

Les modalités de publication du Vindicator sont demeurées assez stables au cours de son existence[21]. Les numéros de ce journal comptaient généralement quatre pages et étaient publiés de manière bihebdomadaire sauf à certaines occasions où une troisième publication s’ajoutait à la production habituelle[22]. Daley offre dans sa thèse doctorale une description assez éclairante de la composition du journal :

The Vindicator under O’Callaghan maintained the format established by Tracey. It habitually contained four pages, almost half of them devoted to advertisements and notices. Aside from editorial comments, it was made up largely of excerpts from the radical press in Great Britain or the United States, official documents or accounts of parliamentary debates, reports of speeches or the proceedings of meetings, and letters from foreign correspondents or local readers. It gave Irish affairs, especially the speeches and actions of O’Connell, coverage second only to its reporting on Lower Canada[23].

Source : La Minerve, Montréal, 11 décembre 1828.

Le journal et ses rédacteurs pouvaient compter sur un réseau de solidarité comprenant à la fois des journaux, des institutions et des hommes[24]. Il convient d’abord de souligner le lien étroit existant entre le Vindicator et le journal La Minerve dirigé alors par le patriote Ludger Duvernay[25]. Ce dernier avait établi son journal de langue française dans les anciens locaux du Canadian Spectator après avoir loué pendant un certain temps « les ateliers de Bernard avec la charge d’imprimer le Canadian Spectator et de payer un salaire de 150 livres à son rédacteur, Jocelyn Waller »[26]. Comme Waller s’adressait principalement aux Irlandais du Bas-Canada à travers ses articles et qu’il était lui-même natif du comté de Tipperary en Irlande, les liens existants entre Duvernay et la communauté irlandaise étaient déjà bien présents avant que ne s’établisse une collaboration entre le Vindicator et La Minerve en 1828[27]. Cette collaboration se manifestait notamment par l’insertion de publicités à travers leurs colonnes respectives et par les causes communes adoptées par ces journaux[28]. De manière générale, il est possible de souligner le facteur idéologique qui unissait ces deux journaux au sein d’un réseau d’institutions réformistes[29]. Daley énonce cette idée de la manière suivante : « Both newspapers backed Papineau and his policies, and both favoured O’Connell’s program in Ireland. They were, in effect, part of a network of reformist institutions in the province which were linked together by ideology and personal interconnections »[30]. Enfin, le Vindicator a maintenu d’étroits liens au cours de son existence avec des institutions comme la Society of Friends of Ireland ou encore la Hibernian Benevolent Society dans lesquelles étaient personnellement impliqués Tracey et O’Callaghan[31]. Comptant à la fois des francophones, des anglophones, des catholiques et des protestants parmi leurs rangs, ces institutions partageaient une volonté commune de mettre fin aux barrières de la langue et de la religion[32]. C’est d’ailleurs dans cette perspective que le journal, connu jusqu’alors sous le titre The Irish Vindicator and Canada Advertiser, a vu son nom être changé en juillet 1829 pour devenir le Vindicator and Canada Advertiser[33]. Motivée par l’adoption à Londres en 1828 de « la loi d’émancipation [qui] permettait aux catholiques d’être élus au Parlement et de remplir toutes les fonctions publiques »[34], cette décision semble également avoir pris effet de la crainte partagée par certains réformistes de voir le Vindicator inapte à atteindre indistinctement le public anglophone présent dans la colonie[35]. Ce changement de nom n’a pas pour autant mené Tracey à mettre de côté le contenu irlandais au sein des colonnes de son journal[36]. Pour sa part, James Jackson associe l’abandon du terme Irish à la crise financière occasionnée par la dissolution de la Society of the Friends of Ireland[37]. La disparition de cette institution en tant qu’appui financier du journal aurait, selon cet auteur, forcé Tracey à accepter le plan de secours d’influents patriotes[38]. Ces derniers auraient donc racheté les parts de Tracey et lui auraient imposé de porter plus d’attention aux enjeux chers au mouvement patriote[39]. Cette réorientation du Vindicator est perceptible à travers l’extrait suivant tiré de la publication du 28 juillet 1829 : « it is our intention to apply ourselves more directly to the affairs of the country from which we draw our subsistence »[40].

De 1828 à 1837, le Vindicator est resté un journal de combat au service de ses rédacteurs qui ont appuyé tour à tour les positions défendues par le parti de Papineau au Bas-Canada[41]. L’attachement idéologique de Tracey puis O’Callaghan à l’égard du Parti patriote les a d’ailleurs menés à se lancer en politique au sein des rangs de la formation politique majoritaire à la Chambre d’assemblée. Le ton fort critique de certains éditoriaux a même valu à Tracey d’être emprisonné en janvier 1832 aux côtés de l’imprimeur de La Minerve, le patriote Ludger Duvernay, pour avoir tenu des propos considérés alors diffamatoires à l’endroit du Conseil législatif[42].

Portrait de Ludger Duvernay (1799-1852)
Provenance : Avec la permission de Wikimedia Commons

Avec l’appui du Parti patriote, Tracey a été élu en mai 1832 à l’occasion d’une élection partielle particulièrement tendue à Montréal-Ouest[43]. Cette élection au cours de laquelle trois Canadiens ont perdu la vie sous les balles de soldats britanniques a d’ailleurs fait l’objet d’études approfondies[44]. Cet évènement a aussi fait l’objet de plusieurs articles au sein des colonnes du Vindicator jusqu’au moment de l’annonce des premiers cas de choléra en provenance d’Irlande[45]. Cette épidémie a d’ailleurs eu raison de Tracey qui a passé les derniers moments de sa vie à produire son journal et à soigner les victimes du choléra avant de lui-même en mourir[46].

Le choléra à Québec en 1832, huile sur toile de Joseph Légaré, Musée des beaux-arts du Canada, no 7157.
Provenance : Avec la permission de Wikimedia Commons

Confronté à la perte de son rédacteur et de son fondateur, le Vindicator a cessé de paraître à partir de juillet 1832[47]. Il a fallu attendre le mois de novembre 1832 pour que la rédaction soit reprise par John Thomas dont les origines étatsuniennes devaient permettre au parti réformiste d’atteindre un public plus diversifié[48]. Cependant, les éléments patriotes à la barre du journal ont rapidement dû revoir leur décision face à une chute des ventes attribuable notamment à la nomination de Thomas qui avait suscité du ressentiment chez la communauté irlandaise de la colonie[49]. Les propriétaires du journal se sont finalement résignés en mai 1833 à remplacer Thomas en tant que rédacteur en chef du journal par le médecin d’origine irlandaise Edmund Bailey O’Callaghan[50]. À l’occasion de son tout premier éditorial dont il est possible d’offrir ici un extrait, O’Callaghan a cherché à rassurer son lectorat irlandais en expliquant qu’il chercherait toujours à rester fidèle à la tradition de Waller et Tracey : « Chosen to succeed men of such intellectual superiority as these, it shall be our earnest endeavor, as far as our limited abilities will permit, to support that cause which they consecrated by the loss of liberty and life »[51].

Sous la plume acerbe d’O’Callaghan, le Vindicator est devenu le journal de langue anglaise le plus répandu à Montréal[52]. C’est aussi à cette époque qu’O’Callaghan a consacré de nombreux articles à la défense des Quatre-vingt-douze résolutions[53]. Daley souligne à ce sujet que le Vindicator était destiné à « rally the mass of the patriotes behind the leadership, and to help the prospects of victory in the 1834 elections »[54]. Les liens de proximité existant entre le Parti patriote et le Vindicator ne saurait être plus explicitement établis. Le journal a également joué un rôle central dans la stratégie des patriotes visant à créer une cause commune entre la communauté irlandaise et les Patriotes dont la majorité des adhérents était issue de la population canadienne-française[55]. En effet, O’Callaghan a mis à profit les colonnes de son journal afin de répondre aux attaques des journaux tories accusant les Patriotes d’être défavorables à l’immigration en provenance d’Irlande dans un contexte où la montée des tensions ethniques avait mené plusieurs Irlandais à revoir leurs attitudes politiques[56]. Cette flambée des tensions ethniques a notamment mené à la formation en 1835 d’une alliance entre certaines factions de la communauté irlandaise et les éléments tories de Montréal[57]. Ces derniers ont même formé le journal The Irish Advocate qui devait rivaliser le Vindicator et influencer les Irlandais à tourner le dos au Parti patriote[58]. Malgré cette nouvelle organisation des Irlandais tories, le Vindicator a continué à défendre les idées portées par Papineau à la Chambre d’assemblée jusqu’en 1837[59]. C’est le saccage des presses du Vindicator par des émeutiers tories le 6 novembre 1837 qui a mis fin au périple initié par Tracey en 1828[60].

Affrontement du Doric Club contre les Fils de la Liberté en 1837(Dessin de T. Giret Bognet publié en 1890)
Provenance : DAGENAIS, Maxime, « Doric Club », L’Encyclopédie canadienne, https://www.thecanadianencyclopedia.ca/fr/article/doric-club (consulté le 30 mars 2021)

[1] Raymond Breton, « Institutional Completeness of Ethnic Communities and the Personal Relations of Immigrants », American Journal of Sociology, vol. 70, n°2, 1964, p. 193-205. 

[2] Linda Cardinal et Rémi Léger, « La complétude institutionnelle en perspective », Politiques et Sociétés, vol. 36, n°3, 2017, p. 3.

[3] Raymond Breton, op. cit., 1964, p. 201.

[4] Ibid., p. 200-201.

[5] Ibid., p. 201.

[6] Ibid.

[7] Robert Charles Daley, op. cit., p. ix.

[8] Allan Greer, op. cit., 1997, p. 10.

[9] Louis Georges Harvey, op. cit., 2005, p. 19.

[10] Robert Charles Daley, op. cit., p. 89.

[11] Dominique Maingueneau, Les termes clés de l’analyse du discours, Paris, Seuil, 1996, p. 14-15.

[12] Daniel Cefaï, « Expérience, culture et politique », dans Daniel Cefaï (dir.), Cultures politiques, Paris, Presses Universitaires de France, p. 100.

[13] Dominique Maingueneau, op. cit., p. 56.

[14] Raymond Breton, op. cit., 2005, p. 206.

[15] Ibid.

[16] Robert Charles Daley, op. cit., p. 89.

[17] Ibid.,p. 89-90.

[18] Ibid.

[19] Ibid., p. 88.

[20] Vindicator, Montréal, 12 décembre 1828.

[21] Robert Charles Daley, op. cit., p. 89.

[22] Ibid.

[23] Ibid., p. 140-141.

[24] Ibid., p. 90.

[25] André Beaulieu et Jean Hamelin, op. cit., p. 56.

[26] Ibid., p. 56-57.

[27] Robert Charles Daley, op. cit., p. 89.

[28] Ibid., p. 90.

[29] Ibid.

[30] Ibid.

[31] Ibid.

[32] Ibid., p. 90-91.

[33] Vindicator, Montréal, 28 juillet 1829.

[34] Jean Guiffan, La Question d’Irlande, Bruxelles, Éditions Complexe, 2006, p. 38.

[35] Robert Charles Daley, op. cit., p. 97.

[36] Ibid.

[37] James Jackson, « The Radicalization of Montreal Irish: The role of The Vindicator », The Canadian Journal of Irish Studies, vol. 31, n°1, 2005, p. 91.

[38] Ibid.

[39] Ibid.

[40] Vindicator, Montréal, 28 juillet 1829.

[41] André Beaulieu et Jean Hamelin, op. cit., p. 65.

[42] James Jackson, op. cit., p. 92.

[43] Ibid., p. 92-93.

[44] James Jackson, L’émeute inventée : la mort de trois Montréalais sous les balles de l’armée britannique en 1832 et son camouflage par les autorités, Montréal, VLB éditeur, 2014, 332 p.

[45] James Jackson, op. cit., 2005, p. 93.

[46] Ibid.

[47] Ibid.

[48] Ibid.

[49] Ibid.

[50] André Beaulieu et Jean Hamelin, op. cit., p. 65.

[51] Vindicator, Montréal, 14 mai 1833.

[52] James Jackson, op. cit., 2005, p. 93.

[53] Robert Charles Daley, op. cit., p. 149.

[54] Ibid.

[55] Mary Haslam, « Ireland and Quebec 1822-1839: Rapprochement and Ambiguity », The Canadian Journal of Irish Studies, vol. 33, n°1, 2007, p. 78.

[56] James Jackson, op. cit., 2005, p. 94.

[57] Ibid., p. 95.

[58] Ibid.

[59] Ibid., p. 96.

[60] Ibid.


Une réponse sur « Le Vindicator et les Irlandais catholiques du Bas-Canada : témoignage d’une culture politique à la veille des Insurrections de 1837-1838 »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.