Catégories
Uncategorized

Le programme environnemental du Rockefeller Brothers Fund dans l’ancien bloc de l’Est (1989 à 2003)

La problématique

La recherche menée cherche à définir l’action environnementale du RBF en Europe centrale de façon à mettre en évidence les processus impliqués ainsi que son insertion dans une démarche plus large de démocratisation de la région. 

Elle repose sur l’hypothèse que les objectifs environnementaux du RBF sont fortement orientés par leur volonté de démocratiser les pays d’Europe centrale. En effet, il semble que les différentes thématiques de leur programme environnemental soient liées à leur intention de renforcer la société civile et de construire une économie capitaliste de libre-marché. Ces deux objectifs constituent, selon la littérature existante, les piliers de l’aide à la démocratisation états-unienne. En prolongeant cette hypothèse, il est également possible de supposer qu’il existe une certaine tension entre les objectifs de la fondation et ceux des acteurs locaux. Les objectifs du RBF semblent chargés et orientés par leur désir de diffuser les normes, les valeurs et les façons de faire états-uniennes. Toutefois, les organisations locales ne sont pas des acteurs passifs et cherchent aussi à faire avancer leurs propres intérêts. Ainsi, il est possible de supposer que la relation établie est marquée par différents processus selon les contextes : imposition, imitation, compromis, négociation, etc.

Deux concepts clés de la problématique doivent être définis afin de préciser le cadre théorique. Le premier est celui de démocratisation. Dans le cas de l’aide à la démocratisation offerte par les fondations philanthropiques états-uniennes, il est généralement question de consolidation de la démocratie. En effet, le processus de démocratisation dans son ensemble peut être divisé en deux phases : la transition politique et la consolidation. La transition est un passage d’un régime à un autre. Une fois celle-ci terminée, il reste encore beaucoup à faire pour assurer le maintien de la démocratie ; il est alors question de consolidation[1]. Suivant la définition établie par Linz et Stepan, la consolidation est complète quand la démocratie devient la seule option présente dans le paysage politique[2]. Le processus de consolidation est alors un processus hégémonique. Ces auteurs identifient également cinq conditions nécessaires à la consolidation : une société civile libre et active, une société politique relativement autonome et respectée, des règles de droit assurant la liberté des citoyens et l’existence d’une vie associative, une bureaucratie d’État fonctionnelle et, finalement, une sphère économique institutionnalisée[3]. Comme souligné dans la présentation de l’hypothèse, l’aide à la démocratisation offerte par les fondations philanthropiques états-uniennes se concentre généralement sur le renforcement de la société civile et la construction d’une économie capitaliste de libre-marché. C’est surtout le cas à partir des années 80, période marquée par un intérêt renouvelé pour le concept de société civile. La force de celle-ci est alors de plus en plus présentée comme un élément clé d’une transition démocratique réussie[4]. Les acteurs de la promotion de la démocratie à l’international perçoivent notamment le soutien de la société civile comme un moyen de stimuler les pressions externes en faveur des réformes des institutions étatiques.

Le concept de société civile est lui aussi mobilisé dans le cadre de ma recherche. Celle-ci est définie largement par Michael Edwards comme « the sphere of uncoerced human association between the individual and the state, in which people undertake collective action for normative and substantive purposes, relatively independent of governement and the market[5] ». Comme le laisse entrevoir cette définition, il s’agit d’un concept flou et élastique, qui laisse beaucoup de place à l’interprétation. L’utilité de ce concept réside toutefois dans cette flexibilité. Comme le souligne Edwards, étudier la société civile implique d’abandonner l’idée que celle-ci doit avoir une définition unique et universelle[6]. Ainsi, dans le cadre de ma recherche, il sera question de la société civile comme « projet à l’origine de représentations, de pratiques sociales concrètes[7] ». En effet, je m’intéresse avant tout à la façon dont le RBF perçoit et mobilise lui-même ce concept, tout comme celui de démocratisation. Dans les deux cas, je vais chercher à comprendre comment, de façon explicite ou implicite, le RBF met en action ces notions.


[1] Juan J. Linz et Alfred Stepan, Problems of Democratic Transition and Consolidation: Southern Europe, South America, and Post-Communist Europe, JHU Press, 1996, p. 5-6.  

[2] Linz et Stepan utilisent l’expression « the only game in town ». 

[3] Juan J. Linz et Alfred Stepan, op. cit., 1996, p. 7.

[4] Thomas Carothers, Aiding Democracy Abroad: The Learning Curve, Canergie Endowment for International Peace, 1999, p. 208.

[5] Edwards s’inspire fortement de la description de Michael Walzer. Michael Edwards, The Oxford Handbook of Civil Society, Oxford University Press, USA, 2011, p. 4.  

[6] Ibid., p. 13.  

[7] Pirotte Gauthier, La notion de société civile, Paris, La Découverte, 2007, p. 109.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.