Catégories
Uncategorized

Le programme environnemental du Rockefeller Brothers Fund dans l’ancien bloc de l’Est (1989 à 2003)

L’historiographie 

Ma recherche s’insère dans une approche d’histoire transnationale et d’histoire politique. Je m’intéresse aux acteurs non étatiques — philanthropie, ONG, associations, etc. — et à leurs relations. Les acteurs étatiques, bien que présents, sont plutôt secondaires. Le terrain d’enquête est plutôt celui de la société civile. La littérature scientifique en lien avec la problématique choisie est quant à elle interdisciplinaire. Les études connexes proviennent souvent des sciences politiques — en particulier des relations internationales et du courant constructiviste — et de la sociologie. Les chercheurs issus de ces disciplines se sont notamment intéressés davantage que les historiens à la diffusion des normes et aux pratiques d’aide à la démocratisation. Bien que plusieurs concepts issus de cette littérature soient mobilisés dans le cadre de ma recherche, celle-ci se distingue des études existantes de par ma méthodologie. En effet, ces études mobilisent majoritairement des approches modélisantes et déductives, reposant sur des études de cas. Ma recherche s’appuie quant à elle sur les méthodes propres à l’histoire, qui relèvent de l’abduction et ne cherchent donc pas à valider ou à construire un modèle.

Cette interdisciplinarité est toutefois un aspect essentiel de l’historiographie de mon sujet. Elle teinte fortement chacun des domaines de recherche en lien avec ma problématique : l’histoire des fondations philanthropiques états-uniennes, l’histoire de l’aide à la transition démocratique, l’histoire de la société civile en Europe centrale et l’étude de la diffusion des normes.

Les fondations philanthropiques états-uniennes

L’ouvrage d’Andrews a été publié grâce à la Russell Sage Foundation.

L’étude des fondations philanthropiques états-uniennes, qui relève notamment de l’histoire des institutions, est d’abord définie comme champ d’études dans les années 50. Les premières œuvres notables, dont l’ouvrage de Frank Emerson Andrews, sont publiées grâce au soutien de fondations philanthropiques[1]. Ce n’est toutefois qu’à partir des années 1980 que la littérature sur la philanthropie états-unienne et plus particulièrement sur les fondations se diversifie réellement. C’est d’ailleurs au début de cette période que s’amorce un véritable débat académique portant sur la finalité des fondations philanthropiques en tant qu’institutions. Ce débat est incarné par l’opposition entre les sociologues Donald Fisher et Martin Bulmer[2]. Fisher, ancré dans une perspective marxiste d’obédience gramscienne, défend une conception de la philanthropie comme un outil reflétant les intérêts de la classe dirigeante américaine et menant à la reproduction sociale. Bulmer, quant à lui, s’appuie plutôt sur une approche libérale et pluraliste et perçoit la philanthropie comme une institution de la société civile dont l’objectif est de contribuer au bien public[3]. Les échanges entre ces deux auteurs sont publiés dans la revue Sociology dans les années 80 et sont au cœur de l’étude des fondations philanthropiques pendant cette période.

Les deux auteurs se répondent mutuellement dans la revue Sociology. Source: Martin Bulmer, « Philanthropic Foundations and the Development of the Social Sciences in the Early Twentieth Century: A Reply to Donald Fisher. » Sociology 18, 4 (1984), p 572–579. 

Ces deux perspectives ont évoluées et données naissance à des courants de recherche. Les travaux de Fisher sont notamment suivis de plusieurs études critiques de la philanthropie. Le courant libéral et pluraliste qu’incarne Bulmer laisse quant à lui place à des études concevant la philanthropie comme un facteur contribuant au pluralisme démocratique et à la force de la société civile. Cette perspective est incarnée par des auteurs comme Fleishman[4] et Zunz[5]. Leurs idées sont diffusées au sein des milieux académiques, mais également dans celui des fondations philanthropiques. La littérature produite par ces dernières est en effet fermement ancrée dans cette approche libérale et pluraliste[6]. À ces deux courants principaux s’ajoute aussi, au début des années 1990, une nouvelle perspective : l’approche relationnelle de la philanthropie. Celle-ci, personnifiée principalement par des auteurs comme Ostrander et Schervish[7], se différencie par son intérêt pour la relation entre donateur et donataire[8]. L’influence de ce courant est visible dans l’hypothèse présentée.

Financiers, philanthropes: Sociologie de Wall Street de Guilhot.

Depuis le début des années 2000, l’approche de la sociologie politique est devenue dominante dans l’étude des fondations philanthropiques. Incarnée par des auteurs comme Guilhot, cette approche tend à présenter la philanthropie comme un « effort de rationalisation du traitement de la question sociale[9] ». Elle s’insère, sous plusieurs aspects, dans la lignée du courant critique de l’étude de la philanthropie. Selon Guilhot en particulier, la philanthropie fait partie de « l’arsenal de la reproduction du capital » et contribue donc à définir un rapport de domination[10]. Il établit aussi un lien intéressant entre l’action des fondations philanthropiques et la défaillance de l’État dans la définition de nouvelles questions sociales, dont l’environnement.

À ces ouvrages classiques s’ajoutent de nombreuses publications portant sur des fondations états-uniennes spécifiques, dont le répertoire des boursiers du Rockefeller Archive Center (RAC) donne un aperçu[11]. Parmi ces divers travaux sur la philanthropie, notons le mémoire de maîtrise de Jenna Lee Wachtmann, qui présente le fonctionnement de l’intervention des fondations dans un ancien pays communiste[12]. Même s’il est vrai que le cas russe est assez différent de celui de l’Europe centrale, ce mémoire met en évidence des stratégies et actions qui commencent à dessiner un répertoire qui pourra servir de point de comparaison. Il présente également le fonctionnement interne de trois fondations ainsi que les facteurs pouvant influencer les stratégies que ces dernières adoptent. L’analyse de l’auteure est donc intéressante pour réfléchir à comment comprendre l’action du RBF. 

Le processus de démocratisation 

L’action du RBF s’inscrit dans une démarche plus large de démocratisation du monde sous l’hégémonie américaine. Déjà déployés au Japon et en Allemagne après la Deuxième Guerre mondiale, les programmes d’aide à la transition démocratique deviennent plus systématiques aux États-Unis dans les années 60 dans le cadre de la lutte contre le communisme. Ils connaissent cependant un déclin dans les années 70, avant de connaître un renouveau dans les années 80, puis un véritable apogée dans les années 90. De manière progressive, la démocratisation se détache de la lutte contre le communisme. La fin de la guerre froide crée effectivement des opportunités et provoque un regain d’idéalisme pour la démocratie[13]. Celle-ci devient un but en soi, motivé par des idées stratégiques telles que la « paix démocratique » et une association de plus en plus forte avec le succès économique[14]. Cette évolution de l’aide à la transition démocratique est importante pour mon projet, puisqu’elle révèle, comme l’écrit Thomas Carothers, une « courbe d’apprentissage ». En effet, les acteurs de l’aide à la transition démocratique tirent de leurs expériences des apprentissages qui changent leur façon de concevoir la transition.

Aiding Democracy Abroad: The Learning Curve de Carothers.

Il est d’abord impossible de parler des théories de la démocratisation sans passer par l’ouvrage de Linz et Stepan, utilisé précédemment pour définir ce concept[15]. Cependant, puisque la démocratisation est un sujet de recherche très vaste, la bibliographie sélectionnée se concentre davantage sur les études portant sur l’aide à la transition démocratique. Sur ce sujet, les travaux de Carothers sont un bon point de départ. Son ouvrage Aiding Democracy Abroad : The Learning Curve[16] présente les différents aspects de l’aide à la transition démocratique à travers quatre études de cas. Il aborde notamment l’évolution des stratégies de différents acteurs, ce qui permet de situer le RBF dans un paysage plus large. L’auteur présente également l’évolution du lien entre la société civile, l’économie de marché et la démocratie telle que perçue par les acteurs de l’aide à la démocratisation. 

Carothers se penche toutefois très peu sur le cas spécifique de l’aide à la transition démocratique en Europe centrale offerte par les fondations états-uniennes. Pour explorer ce sujet, il faut d’abord s’attarder à l’ouvrage de Kevin Quigley[17]. Ce dernier présente le rôle et les stratégies de démocratisation adoptés par les grandes fondations philanthropiques en Europe centrale après la chute du mur de Berlin. Il permet ainsi de situer l’action du RBF parmi celles des autres fondations. Il est intéressant de noter que, bien le RBF ne soit pas une « grande fondation » au même titre que la Ford Foundation ou la Rockefeller Foundation, son intérêt particulier pour l’international en fait un acteur significatif sur ce front. De plus, l’ouvrage met en évidence des différences entre les types de programmes, les stratégies et les résultats selon les pays, ce qui met en garde contre une vision homogénéisante de l’Europe centrale. Quigley effleure également le concept de société civile, qui est inextricablement lié à l’aide à la transition démocratique.

La société civile

Le concept de société civile a d’abord regagné en popularité grâce aux dissidents d’Europe de l’Est des années 1980, qui définissent leurs actions comme une « révolte de la société civile contre l’État »[18]. La chute du mur de Berlin et la multiplication des opportunités de démocratisation qui suivit propulsèrent ensuite ce concept au centre des débats politiques et intellectuels. Sa popularité croissante est facilitée par l’apparition de tendances plus larges qui cherchent des alternatives aux effets négatifs de la centralisation des États tout en souhaitant contrer les conséquences humaines d’une dépendance excessive au marché[19]. Ainsi, dès la fin des années 80, la construction d’une société civile est de plus en plus perçue comme un élément clé du succès d’un processus de démocratisation. La majorité des travaux présentés dans la section précédente mentionne cette dimension de l’aide à la transition démocratique. Néanmoins, il est nécessaire de prendre en compte la littérature portant plus explicitement sur l’état de la société civile en Europe centrale pour comprendre le contexte dans lequel l’action du RBF s’insère.

L’ouvrage de Marc Morjé Howard, intitulé The Weakness of Civil Society in Post-Communist Europe[20], constitue un bon point de départ. Dans celui-ci, l’auteur cherche à expliquer la faiblesse de la société civile — qu’il met en lien avec les difficultés démocratiques — dans les pays de l’ancien bloc de l’Est en adoptant une approche comparative. Il dresse ainsi un portrait général de la situation qui rejoint par moment des difficultés concrètes rencontrées par le RBF dans ces pays. En effet, les fondations philanthropiques qui financent des organisations non gouvernementales (ONG) doivent s’assurer que celles-ci rejoignent la population, ce qui pose un défi important dans les anciens pays communistes. 

Pour explorer l’impact et les stratégies des fondations philanthropiques états-uniennes sur la société civile d’Europe centrale, il faut toutefois se pencher sur un texte écrit par Quigley et Popson[21]. Ces auteurs abordent les stratégies des fondations pour consolider la société civile ainsi que leur préférence générale pour le travail avec les ONG. Il s’agit donc d’une référence intéressante pour comprendre les choix du RBF dans leur programme. Le cas spécifique du RBF à quant à lui été traité par Siegel et Yancey dans The Rebirth of Civil Society : The Development of the Nonprofit Sector in East Central Europe and the Role of Western Assistance[22]. Édité par le RBF lui-même, cet ouvrage accorde inévitablement une place importante à cette fondation. Il apporte des informations précieuses sur les différents programmes existants en Europe centrale et sur leurs objectifs. Il s’agit d’une source à mi-chemin entre les sources de première main et les études secondaires, puisqu’elle a initialement été commandée par le RBF. Bien qu’il soit donc à considérer avec un œil informé, cet ouvrage demeure un incontournable pour mettre en relation la fondation, ses stratégies et le contexte en Europe centrale.  Siegel et Yancey accordent d’ailleurs une attention particulière aux organisations ainsi qu’aux mouvements environnementaux de la région, aspects peu appondis par les ouvrages présentés précédemment. 

Il existe assez peu de littérature en langue anglaise ou française sur cet aspect plus spécifique de la société civile, puisque la plupart des études marquantes sur les mouvements environnementaux dans le bloc de l’Est concernent uniquement la Russie[23]. Néanmoins, il est possible de s’appuyer sur l’ouvrage collectif dirigé par Baker et Jehlička[24]Dans celui-ci, les auteurs expliquent l’effet de la transition vers la démocratie sur l’environnement ainsi que sur le rôle des organisations environnementales en Europe centrale. Ils abordent également l’impact de l’intervention d’acteurs extérieurs sur la définition des enjeux environnementaux, ce qui donne un point de repère pour comprendre l’influence des fondations philanthropiques.

La diffusion des normes

Depuis les années 90, l’aide occidentale pour le développement de la société civile et les liens existants entre différents acteurs impliqués font partie d’un débat plus large dans la littérature existante en relations internationales[25]. En effet, plusieurs auteurs, surtout issus du courant constructiviste, tentent d’expliquer différents comportements et phénomènes par la diffusion des normes. Les cas des droits de la personne, des normes de sécurité et des politiques environnementales sont les plus étudiés pour comprendre les mécanismes à l’origine de cette diffusion. Cette littérature est importante pour la problématique présentée, puisque les fondations philanthropiques font partie d’un ensemble spécifique d’acteurs travaillant activement à la diffusion de normes.

Activists Beyond Borders : Advocacy Networks in International Politics de Keck et Sikkink.

Un ouvrage classique sur ce sujet est celui de Keck et Sikkink, intitulé Activists Beyond Borders : Advocacy Networks in International Politics[26]. Dans celui-ci, les auteures étudient l’influence des réseaux de plaidoyers transnationaux, définie comme une forme d’organisation caractérisée par des échanges volontaires, réciproques et horizontaux ainsi qu’orientée vers la promotion d’une cause, de principes ou de normes. L’existence de ces réseaux implique, dans le cas du RBF, de prendre en compte ses échanges avec d’autres fondations philanthropiques, d’autres acteurs de la société civile états-unienne et ses donataires pour mieux comprendre son action et son influence. 

Dans la foulée de Keck et Sikkink, notons l’ouvrage de Mendelson et Glenn[27], qui est centré sur l’Europe centrale. En effet, cet ouvrage collectif explore le rôle des ONG intégrées à des réseaux transnationaux dans le changement à l’échelle national. Les auteurs soulignent notamment que les études sur la diffusion des normes et des pratiques reliées à la démocratie devraient prendre davantage en compte le contexte local pour expliquer l’adoption, l’adaptation ou le rejet de ces normes. Cet ouvrage constitue aussi une critique de la littérature traditionnelle et déterministe, à laquelle se rattachent Finnemore, Sikkink et Keck. Celles-ci présentent trop souvent la diffusion des normes comme une ligne droite, menant vers un progrès inévitable – phénomène bien illustré par leur métaphore de la « cascade ». En postulant la possibilité de régressions dans la diffusion de normes, les auteurs offrent un cadre d’analyse plus efficace pour comprendre l’évolution des normes environnementales en Europe centrale. En effet, les années de transition dans cette région sont caractérisées par des changements rapides et un foisonnement de normes nouvelles. Ces dernières entrent à la fois en compétition entre elles et avec les normes préexistantes. Les régressions sont donc tout aussi importantes à prendre en compte que les avancées, qui semblent généralement lentes et difficiles dans le domaine environnemental.

Un deuxième cadre théorique lié à la diffusion des normes est lui aussi important à prendre en compte dans l’étude de l’action du RBF. En effet, les ressemblances entre la fondation et les organisations donataires, observable notamment dans les rapports annuels, est abordée par certains auteurs issus du courant de l’isomorphisme institutionnel. S’inspirant des écrits de Powell et DiMaggio[28], Sada Aksartova cherche à mettre en évidence les enjeux de légitimité impliqués dans les choix des fondations[29]. Son article souligne que les fondations cherchent à acquérir de la légitimité par les causes et les organisations qu’elles financent. Elles créent ainsi leur propre environnement institutionnel en tissant des liens avec leurs donataires. Selon Aksartova, cette dynamique explique le fait que les fondations préfèrent soutenir des organisations professionnelles, qui ont une structure semblable à la leur, que des mouvements sociaux, qui représentent un risque à leur légitimité. Cette théorie permet de mieux comprendre les choix de donataires du RBF. 

Dans la même lignée, l’ouvrage collectif Globalization, Philanthropy, and Civil Society[30] offre lui aussi des réflexions intéressantes sur le rôle des fondations dans la mondialisation et dans la diffusion des normes. Les auteurs se penchent sur la projection de logiques institutionnelles à l’étranger par les fondations philanthropiques. Ils s’intéressent plus particulièrement à la diffusion de modèles d’organisations, qui portent en eux des attributs qui conservent l’empreinte de leur lieu d’origine, et à leur adaptation aux différents contextes locaux. Les différentes contributions de l’ouvrage permettent de mieux comprendre ce processus de diffusion, qu’il soit intentionnel ou non.  Elles permettent ainsi de mieux saisir l’action des fondations philanthropiques états-uniennes et leur choix de donataires. De plus, deux contributions, soient celles d’Aksartova et de Slocum, se penchent spécifiquement sur la diffusion de modèles états-uniens et sur leur contexte de réception dans l’ancien bloc de l’Est. 


[1] Frank Emerson Andrews, Philanthropic Giving., New York, Russell Sage Foundation, 1950, 322 p.

[2] Maxim Fortin, La philanthropie d’investissement au coeur de la gouvernance du social: une comparaison Québec/New York, thèse, Université Laval, 2019, p. 25.

[3] Ibid., p. 18. 

[4] Joel L. Fleishman, The Foundation: A Great American Secret : How Private Wealth is Changing the World, New York, Public Affairs, 2009, 446 p.

[5] Olivier Zunz, Philanthropy in America : A History, Princeton, N.J, Princeton University Press, 2012, 381p.

[6] Ibid., p. 22.  

[7]  Susan Ostrander et Paul G. Schervish, « Giving and getting: Philanthropy as a social relation », Jon Van Til, dir., Critical issues in American philanthropy: Strengthening theory practice, 1990 San Francisco, Jossey-Bass, p. 67-98.

[8] Ibid.

[9] Nicolas Guilhot, Financiers, philanthropes: sociologie de Wall Street, Paris, Raisons d’agir, 2006, p. 8.  

[10] Ibid.

[11] Le répertoire des boursiers du RAC témoigne de l’attractivité importante du centre au niveau national et international et de la diversité des recherches menées sur les fondations états-uniennes : https://rockarch.issuelab.org/?coverage=&author=&funder=&publisher=&wikitopic_categories=&keywords=&pubdate_start_year=1&pubdate_end_year=1&sort=&categories

[12] Jenna Lee Wachtmann, Democracy aid in post-communist Russia: case studies of the Ford Foundation, the C.S. Mott Foundation, and the National Endowment for Democracy, mémoire, IUPUI, 2015, 219 p. 

[13] Thomas Carothers, op. cit., 1999, p. 45.

[14] Ibid., p. 55.

[15] Juan J. Linz et Alfred Stepan, op. cit., 1996.

[16] Thomas Carothers, op. cit., 1999.

[17] Kevin F. F. Quigley, For Democracy’s Sake: Foundations and Democracy Assistance in Central Europe, Woodrow Wilson Center Press, 1997, 220 p.

[18] John Ehrenberg, « The History of Civil Society Idea », Michael Edwards, dir., The Oxford Handbook of Civil Society, Oxford University Press, USA, 2011, p. 23.

[19] Michael Edwards, op. cit., p. 4-5. 

[20] Marc Morjé Howard, The Weakness of Civil Society in Post-Communist Europe, Cambridge, U.K, Cambridge University Press, 2003, 206 p.  

[21] Kevin F. F. Quigley et Nancy E. Popson, « Rebuilding Civil Society in Eastern and Central Europe », Helmut K. Anheier et Stefan Toepler, éd., Private Funds, Public Purpose: Philanthropic Foundations in International Perspective, Boston, MA, Springer US, 1999, p. 235‑252

[22] David Siegel et Jenny Yancey, The Rebirth of Civil Society: The Development of the Nonprofit Sector in East Central Europe and the Role of Western Assistance, Rockefeller Brothers Fund, 1992, 84 p.  

[23] C’est le cas des travaux de Laura Henry et de Jo Crotty, qui ont tous deux contribué de façon significative aux savoirs sur les mouvements environnementaux russes.

[24] Susan Baker et Petr Jehlička, Dilemmas of Transition : the Environment, Democracy and Economic Reform in East Central Europe, London, Frank Cass, 1998, 214 p.  

[25] Sarah Elizabeth Mendelson et John K. Glenn, The Power and Limits of NGOs : a Critical Look at Building Democracy in Eastern Europe and Eurasia, New York, Columbia University Press, 2002, p. 7.  

[26] Margaret E. Keck et Kathryn Sikkink, Activists beyond Borders: Advocacy Networks in International Politics, Ithaca, Cornell University Press, 1998, 228 p.  

[27] Sarah Elizabeth Mendelson et John K. Glenn, op. cit., 2002.

[28] Voir notamment Paul J. DiMaggio et Walter W. Powell, « The Iron Cage Revisited: Institutional Isomorphism and Collective Rationality in Organizational Fields », American Sociological Review, 48, 2 (1983), p. 147‑160.

[29] Sada Aksartova, « In Search of Legitimacy: Peace Grant Making of U.S. Philanthropic Foundations, 1988-1996 », Nonprofit and Voluntary Sector Quarterly, 32, 1 (2003), p. 25‑46.

[30] David C. Hammack et Steven Heydemann, Globalization, Philanthropy, and Civil Society: Projecting Institutional Logics Abroad, Bloomington, Indiana University Press, 2009, 304 p.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.