Catégories
Uncategorized

Le programme environnemental du Rockefeller Brothers Fund dans l’ancien bloc de l’Est (1989 à 2003)

Les sources

Ce travail s’appuie principalement sur les archives du RBF, disponibles au RAC dans l’État de New York. En raison des circonstances actuelles, celles-ci me sont pour le moment inaccessibles. Néanmoins, leur catalogue en ligne, DIMES, offre un aperçu des sources disponibles sur place. Il est possible de s’y repérer en se référant aux rapports annuels de la fondation ainsi qu’aux Finding Aids, qui contiennent de brèves descriptions des collections. L’accessibilité demeure toutefois un enjeu important, notamment en raison des coûts et des délais associés au service de numérisation. Le voyage sur place étant pour l’instant impossible, il s’agit toutefois d’une solution temporaire salvatrice. 

En raison de ces problèmes d’accessibilité, il est difficile d’estimer la taille précise de mon corpus. Comme il s’agit de sources institutionnelles, il est probable qu’elles soient nombreuses. Cette supposition est confortée par les rapports annuels ainsi que par les descriptions des collections présentes sur DIMES, qui laissent aussi présager une documentation importante et très diversifiée. Les archives du RBF contiennent en effet des sources variées, qui se déclinent en trois grandes catégories : les documents produits par les partenaires du RBF (correspondance, demandes, invitations à des événements, pamphlets, etc.), les documents produits par les officiers de programme et par d’autres employés (rapports, mémos, notes personnelles, correspondance, horaires de voyages, etc.) et les documents émis par ses organes décisionnels (rapports du board of trustees). Ces sources permettent de discerner les choix, les stratégies et les adaptations de la fondation. Elles mettent donc en évidence l’influence et les modalités de sa relation avec ses donataires d’Europe centrale. Elles constituent également un moyen privilégié pour observer avec plus de précision les caractéristiques du programme environnemental du RBF, puisque l’information disponible sur les donataires permet de mieux comprendre leur sélection. 

Les rapports annuels de la fondation, disponibles en ligne, seront aussi utilisés. Ceux-ci orientent la recherche puisqu’ils fournissent à la fois les grandes lignes de la philosophie de la fondation et la liste des donataires dans chaque programme. Cette dernière facilite notamment l’identification des donataires du programme environnemental. De plus, les rapports permettent d’anticiper la présence de certains thèmes importants dans les archives du RBF, comme celui du développement durable —qui relie à la fois protection de l’environnement, renforcement de la société civile et construction d’une économie de libre-marché. Ils pointent également déjà vers une certaine organisation du programme environnemental. Celui-ci semble particulièrement dirigé vers quatre types de donataires : les fondations locales, les instituts de recherches, les ONG et, plus rarement, certains projets locaux spécifiques. 

Notes prises par Colin G. Campbell, 11 janvier 1991. Source: RAC

Ces sources, de par leur diversité, impliquent un grand nombre de difficultés différentes.  L’une des plus évidentes concerne le décodage de l’information manuscrite. En effet, certaines notes sont prises à la hâte, raturées ou même abîmées, ce qui peut rendre la lecture ardue. C’est généralement le cas des notes prises lors d’événements ou de rencontres. La correspondance comporte elle aussi des limites importantes. Celle-ci n’est pas toujours complète et contient majoritairement des lettres envoyées en réponse par le RBF, ce qui rend plus complexe la reconstitution du rapport donateur-donataire. Une autre difficulté, plutôt reliée aux mémos et aux rapports, est d’identifier les auteurs des documents. Ceux-ci sont parfois absents ou, plus souvent, désignés seulement par leurs initiales. Il est donc nécessaire de bien connaître les noms des individus employés par le RBF ainsi que leur position dans la hiérarchie de la fondation.

Extrait d’un plan d’action d’une fondation donataire du RBF
(« Action Plan 1992-94 » Hungarian Foundation for Self-Reliance). Source: RAC

En outre, les sources produites par le RBF reflètent évidemment son propre discours institutionnel. Néanmoins, celui-ci est moins abouti dans les documents conservés au RAC que dans les rapports annuels. Ces documents permettent de discerner les choix, les stratégies et les adaptations de la fondation, qui sont invisibles dans les rapports. Ils mettent donc en évidence l’influence et les modalités de la relation du RBF avec ses donataires d’Europe centrale.

Pour compléter mon corpus, je compte avoir recours aux entrevues. J’envisage de mener quatre entretiens avec William S. Moody, un ancien officier puis directeur de programme au RBF. Moody était responsable du programme « One World : Sustainable Resources Use » en Europe centrale pendant l’ensemble de la période étudiée. Je me suis d’abord procuré son autobiographie, intitulée Staying the Course : Reflections on 40 Years of Grantmakings at the Rockefeller Brothers Fund[1]. Celle-ci constitue une « mise en récit » de l’action du RBF — notamment en Europe centrale — et est destinée à un public assez large, impliqué ou intéressé par le milieu philanthropique. Elle offre une meilleure compréhension des grands principes guidant l’action de la fondation au quotidien. Cette source me permet donc d’approfondir le discours déjà présent dans les rapports annuels. Voulant exploiter davantage ce filon, j’ai pris contact avec M. Moody, qui s’est révélé ouvert à l’idée d’effectuer une série d’entretiens. La décision de limiter mon enquête orale à un seul participant relève surtout de considérations pratiques. Il serait en effet irréaliste de me lancer dans une grande série d’entrevues en plus de dépouiller mon corpus de sources écrites dans le cadre d’un projet de mémoire. 

William S. Moody (à gauche, manteau beige) en compagnie de participants à un projet dans le Parc national de Podyjí en République tchèque, 1999.  
(source: RBF)

Néanmoins, cette décision implique certaines lacunes. D’abord, elle me limite au point de vue de l’officier de programme. Bien que celui-ci soit bien placé pour expliquer le fonctionnement du programme de la fondation et en particulier le lien établi avec les donataires, il possède un point de vue différent de celui de l’administrateur siégeant au board of trustees.  Cette deuxième perspective est donc moins explorée. Reposer sur une seule perspective interne a également pour conséquence d’augmenter la vulnérabilité aux défaillances de la mémoire humaine. Il est en effet probable que le participant ait transformé certains de ses souvenirs ou qu’il ait oublié des éléments au fil du temps.  La personnalité de la personne interrogée joue aussi un rôle important dans la formation du témoignage. Le statut de directeur de programme ainsi que la longue carrière du participant laissent présager une forte intériorisation du discours institutionnel de la fondation, ce qui risque d’influencer et de modeler sa perception du passé. Toutefois, la plupart de ses limites sont réduites par le recours à des sources écrites. 

Dans leur ensemble, ces sources constituent un moyen privilégié pour observer avec plus de précision les caractéristiques du programme environnemental du RBF, puisque l’information disponible sur les donataires permet de mieux comprendre leur sélection. L’interdépendance entre les différents objectifs de la fondation — renforcement de la société civile, construction d’une économie de libre-marché et protection de l’environnement — semble aussi visible, entre autres dans les rapports.


[1] William Moody, Staying the Course : Reflections on 40 Years of Grantmaking at the Rockefeller Brothers Fund, Londres, Alliance Publishing Trust, 2014, 304 p.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.