Catégories
Uncategorized

Le programme environnemental du Rockefeller Brothers Fund dans l’ancien bloc de l’Est (1989 à 2003)

La méthodologie

L’analyse de contenu

Mon choix de méthode est guidé par les caractéristiques de mon corpus. En effet, la très grande diversité de mes sources, abordée dans la section précédente, m’amène à adopter l’analyse de contenu de type qualitative. Cette diversité rend également impossible la mise sur pied d’une grille d’analyse généralisable à l’ensemble de mon corpus. C’est donc ma problématique qui guide ma démarche et me permet de trier l’information. Dans l’ensemble, la valeur de mon corpus repose très peu sur les pièces individuelles qui le composent. C’est davantage la toile tissée par leur croisement et leur mise en relation qui me permettra de répondre à ma problématique de départ.

Je devrai prendre certaines précautions pour guider mon interprétation des sources. Le plus grand danger réside dans la confusion potentielle entre le discours institutionnel et la réalité du programme. En effet, il est possible que le discours officiel de la fondation — visible notamment dans les rapports annuels — exagère la relation entre le renforcement de la démocratie et la protection de l’environnement en voulant mettre l’accent sur la synergie de ses différentes activités philanthropiques. Néanmoins, je ne peux pas tenir pour acquis que l’existence de ce discours institutionnel très fort se manifeste obligatoirement par des mesures concrètes. Le programme environnemental du RBF s’appuie probablement sur d’autres considérations, plus discrètes, que sa seule complémentarité avec la mission d’aide à la démocratisation. Il est donc nécessaire de considérer le discours institutionnel du RBF avec une certaine prudence pour éviter d’être aveugle à des dimensions moins évidentes de son action.

Une autre précaution nécessaire à l’interprétation des sources est la prise en compte de l’existence d’une relation de pouvoir entre le donateur et les donataires. En effet, les donataires doivent se conformer à une certaine norme établie par le RBF pour recevoir du financement. Il leur est donc impossible de s’opposer fermement à certaines demandes, bien que des négociations soient toujours possibles. Cette relation peut également se traduire par un mimétisme des organisations locales envers le modèle états-unien pour obtenir du financement. Bien qu’il ne s’agit pour l’instant que d’interprétations devant être soumises à la validation empirique, ces considérations influenceront l’interprétation de la relation existante entre le RBF et ses donataires.

Les spécificités de l’entretien

La série d’entretiens que je compte réaliser avec un officier de programme sera divisée en différents thèmes, établis selon les résultats de mes premières interprétations des sources archivistiques. Deux des quatre entrevues seront conduites avant ma visite des archives et me permettront donc de mieux orienter mon analyse de ces dernières. Elles serviront à bien comprendre le fonctionnement interne du RBF — notamment en identifiant les membres du personnel et leurs responsabilités respectives — ainsi qu’à brosser un portrait préalable du programme environnemental. Les thèmes abordés dans les deux autres entrevues seront quant à eux déterminés selon les conclusions tirées de ma visite aux archives. Les entretiens seront semi-directifs pour encourager le participant à développer ses réponses librement et à soulever lui-même de nouveaux éléments. De plus, ce format facilite l’approfondissement de certains points en permettant au chercheur de relancer le participant. Toutefois, l’entretien demeure guidé par à des questions générales préparées à l’avance, qui structurent la discussion autour du sujet de recherche et limitent les risques de digressions associés à cette méthode. Il s’agit donc du type d’entretien le plus approprié pour mon objectif de recherche.

Certains points plus spécifiques à mon cas d’étude influencent ma méthode d’entretien. De par sa longue carrière au sein de la fondation, il est raisonnable d’assumer que Moody adhère largement au discours officiel du RBF. Pour sortir de ce discours, plusieurs méthodes peuvent être utilisées lors des entrevues, dont le recours à des documents d’archives et à des photographies pour pousser la discussion vers des exemples concrets plutôt que vers la théorie. Il s’agit d’une technique recommandée par Sylvain Laurens, qui explique que « [l]es traces laissées par le travail administratif pouvant difficilement être occultées par l’enquêté, leur exhumation permet […] de confronter deux registres de vérité : celui qu’assume provisoirement l’enquêteur en se faisant le gardien de la réalité historique telle qu’elle transparaît des archives, et celui auquel prétend l’enquêté en vertu de son expérience particulière[1]. »

Références méthodologiques et outils mobilisés 

Ma méthodologie diffère de celle d’autres auteurs ayant travaillé sur des sujets semblables. Cette différence s’explique entre autres par le choix d’étudier une période récente, surtout abordée par les politologues, les sociologues et les anthropologues. Ceux-ci ont notamment privilégié l’étude de terrain (Hemment, 2004), l’utilisation de sondages (Sundstrom, 2005), les entrevues et l’étude de la presse (Henry, 2001). Plusieurs ont également utilisé les rapports annuels. Ces travaux mettent souvent l’accent sur les résultats de l’aide offerte par les fondations ou d’autres acteurs états-uniens plutôt que sur ses processus. De plus, les auteurs cherchent souvent à valider un modèle ou une hypothèse préétablie, selon une méthodologie typique des sciences sociales. L’utilisation d’archives et l’analyse de contenu sont cependant plus communes dans les travaux portant sur l’action des fondations avant les années 70. 

Ma référence méthodologique la plus utile demeure toutefois le mémoire de Watchmann. L’auteure mobilise à la fois les archives des fondations, les rapports annuels et des entrevues avec le personnel impliqué. Elle effectue donc une analyse de contenu et croise sources écrites et histoire orale[2]. Je compte moi aussi m’appuyer sur des entrevues semi-directives réalisées avec un membre du personnel du RBF.

D’un point de vue plus technique, je compte utiliser Zotero lors de mon dépouillement pour m’aider à gérer la diversité et la taille de mon corpus. Ce logiciel me permet de regrouper mes fichiers PDF et mes notes au même endroit. L’existence des « étiquettes » facilite les va-et-vient entre différentes sources. Cette fonction va me permettre, à titre d’exemple, de voir à un même endroit l’ensemble des documents que j’aurais étiqueté « Hongrie » et « développement durable » pour parler des donataires hongrois évoluant dans ce domaine. Les retranscriptions d’entrevues seront classées suivant le même modèle. 


[1] Sylvain Laurens, « “‘Pourquoi’ et ‘comment’ poser les questions qui fâchent ?”. Réflexions sur les dilemmes récurrents que posent les entretiens avec des “imposants” »., Genèses, 69, 4 (2007), p. 118. 

[2] Jenna Lee Wachtmann, op. cit., 2015. 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.