Catégories
Uncategorized

Les femmes et la justice pénale à Québec (1815-1870) : implication dans les crimes de violence mineure

Meggie Sue Cadrin

LE SUJET

Le soir du 31 octobre 1860, Catherine O’Brien est arrêtée[1] pour ivresse et pour avoir agressé le sous-constable Marcotte dans l’exercice de ses fonctions. Ce qui aurait pu être qu’une simple arrestation pour désordre public devient alors un incident de violence mineure. Détenue probablement à la station de police, O’Brien est ensuite amenée devant la Cour du Recorder le 2 novembre 1860. Le Recorder la condamne à 20 $ d’amende ou deux mois d’emprisonnement[2]. Sans doute incapable de payer, elle est écrouée dans la prison commune de Québec[3] le jour même, et est libérée le 17 janvier 1861. L’expérience judiciaire de Catherine O’Brien est loin d’être « typique ». En réalité, ce ne sont pas toutes les femmes arrêtées qui sont formellement accusées et encore moins emprisonnées. Ce cas illustre néanmoins l’entièreté du processus judiciaire par lequel passent plusieurs femmes accusées de violence mineure.

La prison commune de Québec sur la rue Saint-Stanislas, vers 1830
Source : James Pattison Cockburn, Bibliothèque et Archives Canada, no d’Acc 1970-188-329

Dans ce mémoire, je m’intéresserai à la criminalité féminine et au système de justice pénale québécois du XIXe siècle. Ma recherche portera précisément sur l’implication des femmes dans les crimes de violence dite « mineure » à Québec entre 1815 et 1870.  

La ville de Québec, au XIXe siècle, est l’un des ports les plus importants de l’Amérique du Nord.  À partir de 1815, la population accroît au rythme d’importantes vagues d’immigration provenant majoritairement de la Grande-Bretagne et transitant par la ville de Québec. Les activités portuaires et l’immigration provoquent une diversification de la population où les tensions sociales entrainent de multiples conflits qui se retrouvent fréquemment devant les tribunaux[4]. L’année 1870 conclue la recherche puisqu’à cette période, la ville de Québec vit un important ralentissement économique et démographique[5]. Dans son ensemble, l’étude du XIXe siècle permet d’observer la transition entre l’ancien régime et la modernité, en ce qui a trait à la justice pénale[6]. Ces années sont aussi marquées par l’avènement d’une économie industrielle qui influence profondément les rapports sociaux de l’époque[7].


[1]   Archives de la ville de Québec (A.V.Q.), Série QC1 (Sécurité publique), Registre d’arrestations de 1860, QC1‑11 1433.

[2]   A.V.Q., Série FF (Recorder), Registre des actions pénales de 1860, 2FF 3, p.228.

[3]   Bibliothèque et Archives nationales du Québec, centre d’archives de Québec (BAnQ-Q), Fonds Ministère de la Justice, E17, S1, Registre d’écrou de la prison de Québec de 1860.

[4]   Donald Fyson, Magistrats, police et société : la justice criminelle ordinaire au Québec et au Bas Canada (1764-1837), Montréal, Hurtubise, 2010, p.544.   

[5]   Marc Vallières, Québec, Québec, Presses de l’Université Laval, 2010, p. 96.

[6]   Fyson, Magistrats, p.37.

[7]   Denyse Baillargeon, Brève histoire des femmes au Québec, Montréal, Les Éditions du Boréal, 2012, p.57.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.