Catégories
Uncategorized

Les femmes et la justice pénale à Québec (1815-1870) : implication dans les crimes de violence mineure

L’HISTORIOGRAPHIE

Histoire du crime et du système judiciaire criminel

Les quatre approches de l’histoire socio-judiciaire

L’étude du crime et de la justice criminelle comme champ d’études spécifique est relativement récente. La majorité des recherches menées avant le XIXe siècle s’intéressait à des évènements précis[1]. C’est seulement vers la fin de ce siècle que l’étude générale du crime et du système judiciaire prend de l’ampleur[2].

Source : LAWRENCE, Paul. « The Historiography of Crime and Criminal Justice ». KNEPPER, Paul et Anja JOHANSEN, éd. The Oxford Handbook of the History of Crime and Criminal Justice. New York, Oxford University Press, 2016, p. 24‑3

Dans la littérature existante, quatre approches conceptuelles[3] sont adoptées. La première, la « positiviste » a une vision progressiste où le passé est considéré comme désuet. La deuxième est « théorique » et s’intéresse surtout au lien entre l’objectif des châtiments et leur influence. L’approche sociale, quant à elle, se concentre sur l’expérience des gens ordinaires et étudie le système de justice criminelle comme une représentation à petite échelle du pouvoir des classes. L’approche culturelle, finalement, s’intéresse aux facteurs extérieurs et leur influence sur la notion du crime. Les historiens[4] adoptant cette approche considèrent que le crime est une construction sociale et que ce sont les normes culturelles d’une époque qui influencent la notion du crime.

De manière générale, ces approches se chevauchent et forment une histoire du crime et du système judiciaire développée et diversifiée. Dans le cadre de la recherche, l’approche sociale ainsi que l’approche culturelle seront privilégiées puisqu’elles concordent avec les objectifs du mémoire, c’est-à-dire l’étude de l’expérience des femmes accusées de crime de violence dite « mineure » et l’influence de leur condition féminine sur leur traitement judiciaire[5]

L’histoire de la violence

Pour comprendre le traitement judiciaire de la violence, il faut d’abord comprendre comment d’autres historiens l’ont définie puis traitée. De fait, le concept de « violence » peut être interprété différemment selon la discipline du chercheur et l’objectif du projet. À cet égard, il n’existe pas de méthodologie précise pour l’étudier[6].

Source : FYSON, Donald. Magistrats, police et société : la justice criminelle ordinaire au Québec et au Bas-Canada (1764 – 1837). Montréal, Hurtubise, 2010, 592 p., Coll. Cahiers du Québec Collection Histoire, 153.

L’histoire de la violence en Europe et celle au Canada, depuis le XVIIIe, sont plutôt semblables. Les deux relatent le passage d’une pratique fréquente de la violence à une plus modérée. Beaucoup d’hypothèses sont avancées pour expliquer cette diminution que ce soit les changements sociaux, économiques, culturels ou encore politiques survenus depuis le XVIIIe siècle. Les États-Unis, pour leur part, observent historiquement une diminution plus subtile de la violence[7]. Au Québec, Donald Fyson note que la violence du début du XIXe siècle est surtout mineure et ponctuelle. Selon ses recherches, les gestes de violence sont perpétrés par toutes les classes sociales[8].

       Selon Fyson, l’histoire générale de la violence au Canada et au Québec reste à faire[9]. À travers ce mémoire, j’aimerais vérifier et même valider les tendances relevées par les historiens du crime et du système judiciaire. Je pense qu’étudier précisément l’implication des femmes dans la violence mineure permettra de nuancer les recherches qui portent exclusivement sur les hommes. 

Histoire des femmes « déviantes »

Les femmes dans l’ombre

Avant d’aborder les femmes qui sont considérées comme « déviantes », il faut comprendre la place générale des femmes dans les sociétés du XIXe siècle.

Influencée par l’émergence de tendances essentiellement patriarcales en Occident, cette période est caractérisée par une régulation sévère des pratiques et des droits de la population féminine. Ces changements influencent alors la structure des rapports sociaux, comme la thèse des sphères privée et publique le révèle. Celle-ci est d’ailleurs contestée par plusieurs historiens contemporains qui affirment que la séparation entre le privé et le public est une mentalité idéale de l’époque plutôt que la réalité. De fait, Denyse Baillargeon avance qu’au Québec, la frontière entre les deux sphères était floue et mouvante[10]. Dominique Godineau, Susie Steinbach et Gail Cuthbert Brandt en viennent aux mêmes conclusions dans leur recherche respective sur la France, la Grande-Bretagne et le Canada[11]. Baillargeon précise cependant que le retrait des femmes était une forte mentalité de l’époque puisque l’attachement des femmes à la sphère privée était prétendument représentatif de leur respectabilité. Lorsqu’elle parle de la perception des femmes à la période des Rébellions, elle écrit que : « s’aventurer dans l’espace public témoigne au contraire d’une impudence qui frise l’indécence et ne peut qu’encourager la corruption des mœurs… »[12]. Est-ce que cette mentalité a contribué à la construction du concept de femmes « déviantes » ? Plusieurs historiens semblent de cet avis et ont concentré une grande partie leur recherche sur cette représentation typique de la criminalité féminine.

Les femmes déviantes et les crimes « typiquement » féminins

En Grande-Bretagne et dans les colonies britanniques, les normes morales de l’époque victorienne constituent un cadre pour les femmes auquel elles doivent se conformer au risque d’être mises à l’écart et se faire catégoriser comme « déviantes »[13]. Cette particularité a probablement influencé la production d’un savoir limité aux crimes typiques aux femmes comme la prostitution, l’infanticide et le « maricide ».

Source : POUTANEN, Mary Anne. Beyond brutal passions: prostitution in early nineteenth-century Montreal. Montréal ; Kingston ; London ; Ithaca, McGill-Queen’s University Press, 2015, 409 p., Coll. Études d’histoire du Québec = Studies on the history of Quebec, 30.

Que ce soit en Amérique ou en Europe, la prostitution est l’un des délits les plus étudiés en histoire du crime et de la justice au féminin. Au Québec, les recherches sur la prostitution, surtout menées par Mary Anne Poutanen, dévoilent que les prostituées ont parfois recours aux tribunaux pour être dédommagées des vols et assauts dont elles sont victimes[14]. L’infanticide est un autre crime typiquement féminin. Les diverses recherches menées au Canada[15], en Angleterre[16] et en France[17] concluent que la pratique de l’infanticide ne change pas vraiment de la moitié du XVIIe au XXe siècle. Les recherches[18] sur le « maricide », c’est-à-dire l’homicide conjugal au féminin, montrent comment le caractère moral des femmes « déviantes » influence les verdicts rendus.

Ce bref résumé des recherches menées et de leurs résultats montre comment l’étude de la criminalité féminine est demeurée balisée aux crimes typiquement féminins. Pour d’autres historiens, le sujet des femmes déviantes est resté secondaire. Ainsi, une histoire propre aux femmes violentes reste à écrire. Dans cette perspective, ce mémoire cherche à compléter le portrait des femmes criminelles souvent restreint à des délits précis.

Les femmes et la violence

En histoire du crime, les femmes ont souvent été étudiées comme des victimes comme dans les cas de violence conjugale. Dans ses recherches sur l’Angleterre, Clive Emsley affirme que les femmes représentent généralement une minorité des accusées et une majorité des victimes[19]. Malgré cette présence « moindre » en tant qu’accusées dans les archives judiciaires, les femmes commettent des crimes et sont arrêtées, même pour violence.

Dans ses recherches sur Montréal, Kathryn Harvey observe que les gestes violents commis par les femmes sont plus communs que plusieurs historiens le pensaient auparavant. Les femmes du XIXsiècle pouvaient se quereller avec d’autres femmes, des marchands, le corps policier et même leur mari. De fait, à Montréal de 1869 à 1879, 15 % des cas de violence conjugale impliquaient de la violence faite à l’homme[20]. Les femmes n’étaient pas que des victimes inertes, elles pouvaient se défendre[21]. Anne-Marie Kilday et Philippe Chassaigne en viennent aux mêmes conclusions pour la Grande-Bretagne. Les deux précisent néanmoins qu’il est difficile d’évaluer l’ampleur de la violence féminine puisqu’elle se produisait souvent à l’intérieur de résidences privées. L’abus des domestiques ou même des enfants était alors presque imperceptible. La discipline des enfants, peu importe sa forme, est d’ailleurs considérée comme légitime jusqu’à la fin des années 1830[22]. Chassaigne observe également que les femmes violentes à l’extérieur de leur domicile étaient souvent accompagnées lors du crime[23].

Le traitement judiciaire des femmes violentes a été étudié par quelques historiens. Dans son étude sur les femmes meurtrières britanniques, Kathy Callahan relève que les normes en lien au genre étaient centrales au jugement donné. Elle explique, par exemple, que certaines femmes essayaient de prouver leur innocence en se présentant comme des femmes « faibles » sans malice. À l’inverse, elle remarque que les femmes « masculines » étaient jugées plus sévèrement[24]. Ses résultats de recherche rejoignent ceux d’autres historiens[25] qui analysent aussi les éléments influençant le traitement judiciaire des femmes « déviantes » et violentes.

Ma recherche s’inscrit directement dans cette historiographie puisqu’elle cherche à comprendre la violence féminine et son traitement judiciaire. Il sera intéressant d’observer comment le cadre normatif québécois influence les jugements des femmes violentes. Aussi, connaître les pratiques de violence féminine du district de Québec permettra de faire des comparaisons avec l’Europe et les autres villes du Québec ou provinces du Canada. 


[1]   Paul Lawrence, «The Historiography of Crime and Criminal Justice», Paul Knepper et Anja Johansen, dir., The Oxford Handbook of the History of Crime and Criminal Justice, New York, Oxford University       Press, 2016, p.19.

[2]   Xavier Rousseaux, « A History of Crime and Criminal Justice in Europe », Sophie Body-Gendrot et al., dir., The Routledge Handbook of European Criminology, New York, Routledge, 2013, p.38.

[3]   Lawrence, «The Historiography of Crime and Criminal Justice», p.17.

[4]   Clive Emsley, Crime and Society in England, 1750–1900, 3e éd., Harlow, Longman, 2005 (1987), p.293. ; Shani D’Cruze et Louise A. Jackson, Women, Crime and Justice in England Since 1660, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2009, viii, p.2.

[5]   Lawrence, «The Historiography of Crime and Criminal Justice », p.27.

[6]   Philip Dwyer, « Violence And its Histories: Meanings, Methods, Problems », History and Theory, 56, 4 (2017), p. 9.

[7]   Richard McMahon, «Histories of Interpersonal Violence in Europe and North America, 1700-Present », Paul Knepper et Anja Johansen, dir., The Oxford Handbook of the History of Crime and Criminal Justice, New York,   Oxford University Press, 2016, p. 111‑131.

[8]   Donald Fyson, « La violence entre hommes et la justice au Québec », Antoine Follain, dir., La violence et le judiciaire: du Moyen Âge à nos jours ; discours, perception, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2008.

[9]   Donald Fyson, « Criminal Justice History in Canada: Some Thoughts on Future Developments », Crime, Histoire & Sociétés, Vol. 21, n°2 (2017), p. 174.

[10] Baillargeon, Brève histoire des femmes, p.8 et 57. ; Gail Cuthbert Brandt et al., Canadian Women: A History, 3e éd., Toronto, Nelson Education, 2011, p.98. 

[11] Dominique Godineau, Les femmes dans la France moderne: XVIe-XVIIIe siècle, Paris, A. Colin, 2015, p.61. ; Cuthbert Brandt, Canadian Women, p.98. ; Susie Steinbach, Women in England 1760-1914: a social history, New York, Palgrave Macmillan, 2004, p.13.

[12] Baillargeon, Brève histoire des femmes, p.57.

[13] Constance Backhouse, Petticoats and Prejudice: Women and Law in Nineteenth‑Century Canada, Toronto, Osgoode Society and Women’s Press, 1991, xiv, p.327. ; Lucia Zedner, Women, Crime, and Custody in Victorian England, Oxford, Oxford University Press, 2002(1991), p.11.

[14] Mary Anne Poutanen, Beyond Brutal Passions: Prostitution in Early Nineteenth-Century Montreal, Montreal, McGill-Queen’s University Press, 2015, xviii.

[15] Marie-Aimée Cliche, « L’infanticide dans la région de Québec (1660-1969) », Revue d’histoire de l’Amérique française, 44, 1 (1990), p.58. ; Helen Boritch, Fallen Women: Female Crime and Criminal Justice in          Canada, Toronto, Nelson, 1997, xiii, p.34-35.

[16] Emsley, Crime and Society, p.157.

[17] Cliche, « L’infanticide », p.51.

[18] D’Cruze et Jackson, Women, Crime and Justice, p.56 ; Emsley, Crime and Society, p.156. ; Sylvie Frigon, L’homicide conjugal au féminin, d’hier à aujourd’hui, Montréal, Éditions du remue-ménage, 2003, p.23.

[19] Emsley, Crime and Society, p.155.

[20] Kathryn Harvey, « Amazons and Victims: Resisting Wife-Abuse in Working-Class Montréal, 1869-1879 », Journal of the Canadian Historical Association, 2, 1 (1991), p. 147.

[21]   Emsley, Crime and Society, p.155.

[22] Anne Marie Kilday, « Just Who Was Wearing the Trousers in Victorian Britain? Violent Wives and Violent Women », Cahiers victoriens et édouardiens, 61 (2005), p.264-265. ; Philippe Chassaigne, « Violences de femmes et violences contre les femmes dans la Grande-Bretagne victorienne », Christine Bard, dir., Femmes et justice pénale: XIXe-XXe siècle, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2002, p.150.

[23] Chassaigne, « Violences de femmes », p.155.

[24] Kathy Callahan, « Women Who Kill: An Analysis of Cases in Late Eighteenth- and Early Nineteenth-Century London », Journal of Social History, 46, 4 (2013), p.1031.

[25] Helen Boritch, «Gender and Criminal Court Outcomes: An Historical Analysis», Criminology, 30,3 (1992), p.293-326.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.