Catégories
Uncategorized

Les femmes et la justice pénale à Québec (1815-1870) : implication dans les crimes de violence mineure

LA MÉTHODOLOGIE

Avant d’identifier la méthode d’analyse qui sera privilégiée pour la recherche, certains éléments doivent être considérés. D’abord, comme je cherche à établir des tendances, il n’est pas pertinent d’analyser chaque personne impliquée dans un incident de violence mineure. De toute façon, l’importance du corpus ne permet pas de le faire. Juste dans ma base de données tirée de Thémis 2, 5 737 femmes sont répertoriées pour divers délits de violence mineure entre 1815 et 1870. Aussi, même si l’étude des cas plus « captivants » et qui sortent de l’ordinaire semble intéressante, la problématique de la recherche est de connaître et éventuellement comprendre l’expérience judiciaire générale des femmes accusées de crime de violence mineure. Il s’agit d’offrir le portrait le plus représentatif possible du phénomène grâce à l’enquête historique. De fait, cette considération s’inspire directement des travaux de Donald Fyson, qui « abord[e] l’expérience dans une perspective collective, à l’aide des mesures quantitatives, tout en intégrant le vécu individuel des gens ordinaires confrontés au système judiciaire »[1].

Considérant ces réflexions, il semble que l’une des méthodes les plus adaptées à la problématique est l’analyse quantitative. Ce type d’analyse a pour but d’observer des phénomènes précis grâce à la compilation de données ainsi que leur mise en série. De cette méthode, il est possible de ressortir des tableaux et des graphiques qui facilitent l’étude et l’analyse des tendances à long terme[2]. Comparer, pour deux années distinctes, le nombre de femmes incarcérées pour le même crime peut révéler les tendances liées à l’activité criminelle connue pour ce type de crime. Plusieurs autres types d’analyse sont possibles avec la méthode quantitative. Lorsque c’est faisable, il est intéressant de croiser les sources entre elles pour avoir les résultats les plus complets et représentatifs possibles. Comme le corpus comprend des sources traitées et d’autres non, il est d’abord nécessaire de saisir celles qui ne le sont pas. Ensuite, il sera possible de commencer à les mettre en série et à les analyser en profondeur[3]. Je concevrai donc des modèles pour les banques de données (voir annexe 1, p.8) [4] et des grilles afin d’analyser les documents textuels de la Cour du Recorder et de la série « Sécurité publique ». Au-delà du côté pratique, la saisie des données nourrit ma réflexion et m’amène à interroger davantage mon corpus[5].

Afin d’approfondir l’analyse des données, j’ai aussi décidé de m’inspirer de la méthode d’analyse « quasi » qualitative adoptée par Julie Francoeur dans son mémoire sur la prison des femmes de Québec[6]. Dans sa recherche, Francoeur a combiné « les méthodes quantitatives à des fins de mesure et les méthodes qualitatives en ce qui concerne la lecture et l’interprétation des données »[7]. Elle s’est d’ailleurs elle-même inspirée des écrits du sociologue et philosophe Alex Mucchielli[8]. Dans son mémoire, Francoeur a utilisé cette méthode pour décrire la population de femmes incarcérées à la prison de Québec entre 1931 et 1972. Bien que mon cadre temporel diffère du sien, la problématique de son mémoire résonne considérablement avec la mienne. C’est pour cette raison que je pense adopter cette méthode. L’analyse quantitative permet d’évaluer l’activité criminelle connue dans son ensemble. L’analyse qualitative, quant à elle, permet de prolonger l’analyse quantitative. 

L’une des richesses de mon corpus est sa diversité et sa représentativité du processus judiciaire dans son ensemble. Il serait donc intéressant de voir s’il est possible, en croisant les sources, de suivre certaines femmes de leur arrestation à leur procès et même jusqu’à leur incarcération. Je pense qu’étudier quelques cas de femmes « ordinaires » et retracer leur expérience judiciaire pourrait permettre à la recherche d’acquérir un visage plus humain. En enquête historique, il y a un entre-deux entre l’analyse générale de l’activité criminelle et la fixation sur un individu précis par simple voyeurisme. Je pense être en mesure d’atteindre ce juste milieu en basant mes méthodes d’analyse sur celles de Donald Fyson, c’est-à-dire « en combinant le nombre à l’histoire personnelle, la moyenne à l’individu… »[9]. À la fin de ce mémoire, j’aimerais avoir conçu une base de données d’incidents qui témoignerait du passage d’à peu près 300 ou 400 femmes à travers le système judiciaire criminel de l’époque. Il s’agirait d’un amas de tout ce qui peut être trouvé dans les sources sur ces femmes pour comprendre en quoi « consiste » l’expérience judiciaire « générale » des femmes accusées de violence mineure.


[1]   Fyson, Magistrats, p.46.

[2]   Dwyer, « Violence And its Histories », History and Theory, 56, 4 (2017), p. 7.

[3]    Claire Lemercier et Claire Zalc, Méthodes quantitatives pour l’historien, Paris, Éd. La Découverte, 2008, p.34‑35.

[4]   Voir annexe 1 : Modèles pour les banques de données

[5]   Lemercier et Zalc, Méthodes quantitatives, p.36.

[6]   Julie Francoeur, « Réhabiliter les « brebis égarées » La prison des femmes de Québec (Refuge Notre-Dame de la Merci des Sœurs du Bon-Pasteur de Québec), 1931-1972 », Mémoire de maîtrise, Québec, Université Laval, 2019, 146 p.

[7]   Francoeur, « Réhabiliter les « brebis égarées » », p.21.

[8]   Cité dans Francoeur, « Réhabiliter les « brebis égarées » », p.21. : Alex Mucchielli, dir., Dictionnaire des méthodes qualitatives en sciences humaines et sociales, Paris, Armand Colin, 2004, p. 210.

[9] Fyson, Magistrats, police et société, p.46.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.