Catégories
Uncategorized

Les femmes et la justice pénale à Québec (1815-1870) : implication dans les crimes de violence mineure

LES GRANDES LIGNES DE LA RECHERCHE

Afin de répondre à la problématique de ce mémoire, l’argumentation sera divisée en trois parties. Le plan adopté est typique des études socio-judiciaires contemporaines.

Je commencerai par m’intéresser à l’incident en tant que tel. Cette approche est logique considérant que pour étudier le processus et le traitement judiciaire des femmes accusées de violence mineure, il faut qu’un acte de violence soit commis. Dans ce chapitre, j’analyserai précisément le délit, mais je m’intéresserai aussi au contexte dans lequel il est commis. Quelle est la nature des crimes ? À quel moment de l’année ou même de la journée surviennent-ils ? Est-ce qu’ils se passent dans des lieux publics ou plutôt dans la sphère privée ? Est-ce que l’environnement urbain influence l’occurrence d’incidents violents ? Ce premier chapitre cherchera à comprendre la nature des incidents et ce qu’ils révèlent sur les tensions sociales.

La deuxième partie du mémoire se penchera sur les femmes accusées. Comme il a été noté précédemment, l’historiographie actuelle sur les femmes « déviantes » est plutôt limitée à ce qui est « typiquement féminin ». Cette connaissance fragmentaire provoque des généralisations infondées et de fausses associations. Est-ce que les femmes accusées de violence mineure étaient nécessairement des prostituées ou des vagabondes ? Est-ce que certains groupes ethniques avaient plus tendance à utiliser la violence pour régler leurs problèmes ? Est-ce que les femmes célibataires étaient plus accusées de violence mineure que les femmes mariées ? Dans ce chapitre, je tenterai de mieux comprendre ces femmes et ce qui les amenait à commettre ce type de crime. 

Je conclurai mon mémoire par une analyse du traitement judiciaire des femmes accusées de violence mineure. Dans cette dernière partie, il sera question de la manière dont le système de justice criminel traite ces femmes. La complexité du traitement judiciaire sera reflétée dans ce chapitre. Ce ne sont pas toutes les femmes qui passent par toutes les étapes du traitement judiciaires. À cet égard, l’analyse commencera dès la première intervention, c’est-à-dire l’arrestation policière. Je m’intéresserai ensuite à la cour de justice criminelle pour analyser comment les juges de paix interprétaient ces incidents. L’emprisonnement des accusées complètera l’analyse. L’étude de chacune de ces étapes permettra d’observer les tendances générales dans le traitement des femmes considérées comme « criminelles ».


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.