Catégories
Uncategorized

Billet de deuxième ronde : Dessiner mon paysage historiographique

Meggie Sue Cadrin

Principaux domaines de savoir

Lorsque j’ai commencé à penser à mes différents champs d’études, j’avais plusieurs idées. Je savais que l’histoire sociale ainsi que l’histoire judiciaire seraient au centre de mes recherches. Toutefois, j’ai réalisé rapidement qu’il était plus pertinent d’associer ces deux champs afin qu’ils ne deviennent qu’un, c’est-à-dire le champ sociojudiciaire. Ce choix m’a permis de préciser mes recherches bibliographiques pour avoir un portrait historiographique plus spécifique à mon sujet. 

La sélection de mon deuxième champ de recherche a été plus ardue puisque j’hésitais entre l’histoire du genre et l’histoire des femmes. L’ampleur de la recherche associée à l’histoire du genre, soit l’étude équitable de la féminité et de la masculinité, m’a poussé à me concentrer principalement sur les femmes. Il fait aussi plus de sens de concentrer mes recherches sur ce champ considérant mon sujet de mémoire. Néanmoins, je pense que l’histoire du genre aura sa place dans l’ensemble de ma recherche puisque comme je l’expliquerai dans mon bilan historiographique, l’existence d’une dichotomie entre l’histoire du genre et l’histoire des femmes a longtemps été débattue par de nombreux historiens. 

Quelques travaux importants

L’ouvrage The Oxford Handbook of the History of Crime and Criminal Justice, dirigé par Paul Knepper et Anja Johansen, a certainement été l’un des plus contributoires à ma compréhension de l’historiographie sociojudiciaire. Cet ouvrage collectif touche en détail plusieurs sujets comme les institutions judiciaires, les représentations culturelles du crime, l’avènement de la criminologie et bien plus encore. Le chapitre de Paul Lawrence, « The Historiography of Crime and Criminal Justice », présente les quatre principales approches adoptées par les historiens et criminologues à travers les années. Ce chapitre est une base importante puisque j’ai moi-même repéré ces approches dans mes autres lectures. Les chapitres « Women and Crime, 1750–2000 » par Manon Van Der Heijden et « Histories of Interpersonal Violence in Europe and North America, 1700-Present » par Richard McMahon m’ont permis de faire un survol assez détaillé des principales recherches effectuées dans le passé ainsi que des difficultés en lien avec l’utilisation des sources primaires. Les différentes publications de Donald Fyson sur la justice criminelle ordinaire ont aussi été essentielles à mes recherches en raison de mon sujet et du cadre spatio-temporel de celui-ci. Je pense notamment à son ouvrage Magistrats, police et société : la justice criminelle ordinaire au Québec et au Bas-Canada qui explique bien les différents rapports entre l’État, les institutions judiciaires et la société. Sa contribution, « The Judicial Prosecution of Crime in the Longue Durée: Québec, 1712-1925 », m’a également permis de formuler une typologie claire des différents types de crime en plus d’en apprendre davantage sur le facteur genré de ses recherches. Le chapitre « A History of Crime and Criminal Justice in Europe » de Xavier Rousseaux ainsi que l’ouvrage Women, Crime and Justice in England Since 1660, co-écrit par Shani D’Cruze et Louise A. Jackson, m’ont aussi permis de dresser une historiographie complète en ajoutant à ma recherche une approche comparée avec l’Europe. 

Comme je n’avais pas de connaissances approfondies sur l’histoire des femmes, j’ai commencé par lire Brève histoire des femmes au Québec de Denyse Baillargeon. Cette lecture m’a éclairé sur la condition des femmes au Québec à l’époque du Régime britannique. J’ai aussi lu plusieurs articles théoriques écrits par Joan Sangster, Karen Dubinsky, Lynne Marks, Franca Iacovetta et Linda Kealey qui remettent en question le caractère dichotomique de l’histoire du genre et de l’histoire des femmes. Ces lectures témoignent d’un débat crucial de la fin des années 90 entre plusieurs historiens du genre et des femmes. Comme pour le champ sociojudiciaire, j’ai élargi mes recherches bibliographiques à l’Europe afin de mieux comprendre ce qui s’est écrit outre-mer. Les travaux de Françoise Thébaud sur la France et ceux de June Purvis sur le Royaume-Uni ont donc complété mes recherches. 

Pour finir cette section, je dois préciser que plusieurs travaux consultés peuvent se classer autant dans le champ de l’histoire des femmes que dans celui de l’histoire sociojudiciaire. Je pense notamment à Women, Crime, and Custody in Victorian England de Lucia Zedner et Petticoats and Prejudice : Women and Law in Nineteeth-Century Canada de Constance Backhouse qui abordent autant l’aspect sociojudiciaire que l’aspect féminin de ma recherche. 

Mise en veille scientifique

Comme la majorité des travaux lus jusqu’à maintenant traitent surtout de l’ensemble du Canada et de l’Europe, je pense que je bonifierai mes lectures avec les travaux de Jean-Marie Fecteau, Marie-Aimée Cliche et Mary-Anne Poutanen qui abordent respectivement la pauvreté et le crime, l’infanticide et la prostitution au Québec. J’aimerais aussi me renseigner sur l’historiographie américaine en consultant Crime and Punishment in American History de Lawrence Friedman et Criminal Justice in the United States, 1789-1939 d’Elizabeth Dale. Il me restera également à consulter Canadian Women : A History de Gail Cuthberg Brandt ainsi que Gender History : Canadian Perspectives de Willeen G. Keough et Lara Campbell pour compléter mon historiographie féminine canadienne. 

À la lueur des lectures déjà terminées, je pense que les prochaines préciseront mes connaissances et me permettront d’acquérir une meilleure compréhension du paysage historiographique en lien avec mon sujet et mon cadre spatio-temporel. Finalement, tous les travaux consultés serviront à valider ma propre recherche.

Travaux mentionnés :

Histoire socio-judiciaire

BACKHOUSE, Constance. Petticoats and Prejudice: Women and Law in Nineteenth‑Century Canada. Toronto, Osgoode Society and Women’s Press, 1991, xiv, 468 p.

BORITCH, Helen. Fallen Women: Female Crime and Criminal Justice in Canada. Toronto, Nelson, 1997, xiii, 288 p.

DALE, Elizabeth. Criminal Justice in the United States, 1789-1939. Cambridge, Cambridge University Press, 2011, vii, 184 p.

D’CRUZE, Shani et Louise A. JACKSON. Women, Crime and Justice in England Since 1660. Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2009, viii, 227 p.

FECTEAU, Jean-Marie. La liberté du pauvre : crime et pauvreté au XIXe siècle québécois. Montréal, VLB éditeur, 2004, 455 p. (livre en main)

FRIEDMAN, Lawrence Meir. Crime and Punishment in American History. New York, Basic Books, 1993, 577 p. 

FYSON, Donald. Magistrats, police et société : la justice criminelle ordinaire au Québec et au Bas-Canada (1764-1837).Montréal, Hurtubise, 2010, 592 p. 

FYSON, Donald. « The Judicial Prosecution of Crime in the Longue Durée: Quebec, 1712–1965 ». Jean-Marie FECTEAU et Janice HARVEY, dir. La régulation sociale entre l’acteur et l’institution : Pour une problématique historique de l’interaction. Québec, Presse de l’Université du Québec, 2005, p. 85-119. 

LAWRENCE, Paul. «The Historiography of Crime and Criminal Justice». Paul KNEPPER et Anja JOHANSEN, dir. The Oxford Handbook of the History of Crime and Criminal Justice. New York, Oxford University Press, 2016, p. 24–37.

MCMAHON, Richard. «Histories of Interpersonal Violence in Europe and North America, 1700-Present». Paul KNEPPER et Anja JOHANSEN, dir. The Oxford Handbook of the History of Crime and Criminal Justice. New York, Oxford University Press, 2016, p. 111‑131.

POUTANEN, Mary Anne. Beyond Brutal Passions: Prostitution in Early Nineteenth-Century Montreal. Montreal, McGill-Queen’s University Press, 2015, xviii, 409 p.

ROUSSEAUX, Xavier. « A History of Crime and Criminal Justice in Europe ». Sophie BODY-GENDROT et al., dir. The Routledge Handbook of European Criminology. New York, Routledge, 2013, p.38-54.

VAN DER HEIJDEN, Manon. «Women and Crime 1750-2000». Paul KNEPPER et Anja JOHANSEN, dir. The Oxford Handbook of the History of Crime and Criminal Justice. New York, Oxford University Press, 2016, p. 250-267.  

ZEDNER, Lucia. Women, Crime, and Custody in Victorian England. Oxford, Oxford University Press, 2002 (1991), 372 p. 

Histoire des femmes

BAILLARGEON, Denyse. Brève histoire des femmes au Québec. Montréal, Les Éditions du Boréal, 2012, 281 p.

BRANDT, Gail Cuthbert et alCanadian Women: A History. 3e éd. Toronto, Nelson Education, 2011, 560 p.

DUBINSKY, Karen et Lynne MARKS. «Beyond Purity: A Response To Sangster». Left History,  4,1 (1996), p. 205-220.

IACOVETTA, Franca et Linda KEALEY. «Women’s History, Gender History and Debating Dichotomies». Left History, 4,1 (1996), p. 221-237.

KEOUGH, Willeen G. et Lara CAMPBELL. Gender History: Canadian Perspectives. Toronto, Oxford University Press, 2014, 432 p. 

PURVIS, June. «”A Glass Half Full”? Women’s History in the UK». Women’s History Review, 27,1 (2018), p. 88-108.

SANGSTER, Joan. «Beyond Dichotomies: Re-Assessing Gender History and Women’s History in Canada». Left History, 3,1 (1995), p.109-121.

THÉBAUD, Françoise. «The History of Women and Gender: French Perspectives on the Last Twenty Years». Women’s History Review, 27,1 (2018), p. 41-47.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.