Catégories
Uncategorized

Billet de deuxième ronde : Dessiner mon paysage historiographique

François Dubé

Afin de répondre adéquatement à la problématique qui guide ma recherche, je devrai avoir recours à diverses approches historiques. Un rappel de cette problématique s’impose avant toute autre chose : de quelle manière la culture politique de la diaspora irlandaise installée au Bas-Canada au début du XIXe siècle a-t-elle influencé l’implication de cette communauté dans le cadre des conflits politiques ayant culminé avec les Insurrections des patriotes? La réflexion ayant mené à ce billet ne fut pas des plus aisées tant ce sujet semble être à la croisée d’une panoplie d’approches historiques. Cette démarche m’aura toutefois permis de bien voir que certaines approches joueront un rôle déterminant dans l’analyse de mes sources tandis que d’autres pourront s’avérer utiles mais à un bien moindre degré. Ce billet présentera dans un premier temps les trois grandes approches que j’ai décidé de privilégier puis identifiera ensuite quelques travaux incontournables pour aborder le sujet de l’implication politique de la communauté irlandaise. Enfin, je proposerai un plan de veille scientifique qui guidera la suite de mes démarches.

Les domaines de savoir liés au sujet :

Dans un premier temps, il allait de soi que le champ de la culture politique allait jouer un rôle central dans ma recherche. En effet, ce champ me permettra notamment d’aborder le passé politique commun des sujets d’origine irlandaise. En abordant la culture politique de cette diaspora, je pourrai mettre en contexte les formes de mobilisation politique privilégiées par ceux-ci en fonction de leur héritage commun. Il me semble bien que les évènements vécus par ces immigrants en Irlande avant leur arrivée au Bas-Canada aient dû influencer, d’une manière ou d’une autre, leur réaction face à la situation politique au moment de leur établissement. L’étude de la culture politique de cette communauté permettra donc de voir si les expériences passées partagées par les Irlandais (notamment une expérience coloniale à l’égard de la Grande-Bretagne) ont eu des répercussions dans les affaires politiques du Bas-Canada. Le champ de la culture politique sera également nécessaire afin de contextualiser le discours politique des rédacteurs irlandais du Vindicator qui se sont succédé, soit Daniel Tracey et Edmund Bailey O’Callaghan. Je crois qu’il sera enrichissant de s’attarder au passé de ces deux hommes afin de connaître leur bagage personnel et d’ainsi mieux comprendre les positions politiques qui ont pu en résulter.

La question de la culture politique partage certains traits communs avec l’histoire sociale des idées que je privilégierai également dans le cadre de ma recherche. Tout comme le champ de la culture politique, l’histoire sociale des idées me permettra de mieux saisir les origines de la pensée politique de D. Tracey et E.B. O’Callaghan. Cependant, ce champ me permettra de centrer mes recherches sur des éléments différents qui ont forgé l’attitude politique de ces hommes soit leurs lectures, leurs correspondances et leurs contacts avec certaines idées politiques en vogue (notamment le républicanisme et l’humanisme civique). D’une manière plus générale, l’histoire sociale des idées me permettra d’aborder l’imprégnation des idées politiques au sein d’une communauté précise. Dans mon cas, je m’intéresserai à la diaspora irlandaise installée au Bas-Canada au cours des premières décennies du XIXe siècle. Je pourrai ainsi étudier les différentes idéologies avec lesquelles cette communauté fut en contact et voir, en fonction de leurs diverses actions politiques (participation au scrutin, usage de la violence, création d’associations), si ces courants de pensée ont pu influencer leurs gestes. Enfin, j’ai cru pertinent d’inscrire ma recherche dans le cadre de l’histoire sociale des idées car cette approche me permettra de traiter correctement de mon objet d’étude principal qui n’est nul autre qu’un groupe social.

L’approche de l’histoire comparée a pour sa part été privilégiée dans le cadre de ma recherche puisque je devrai forcément porter un regard sur les évènements qui sont survenus en Irlande au cours de la période pour comprendre le discours du Vindicator dont les références à la lutte d’émancipation des catholiques menée par Daniel O’Connell sont omniprésentes. De plus, le regard porté sur l’Irlande devra aussi s’intéresser aux évènements antérieurs à la décennie 1830 afin de saisir les fondements de la culture politique des Irlandais qui sont venus s’installer au Bas-Canada. Ma recherche pourra ainsi s’intéresser à la rébellion des Irlandais Unis de 1798 et étudier sa potentielle influence sur la culture politique de la diaspora qui m’intéresse. À ce stade de la recherche, j’ai bien l’impression que le cadre atlantique s’imposera à mon étude en raison de la nature comparative mentionnée ici. En effet, les enjeux de transport, de communication et d’échanges dans le monde atlantique s’avéreront critiques pour comprendre la manière dont se diffusaient les idées à l’époque. Le cadre atlantique permettra ainsi de prendre en considération les diverses influences existantes à l’époque en ne prenant pas seulement en considération le rôle de Londres puisque, comme certains auteurs l’ont démontré depuis les années 1990, la métropole britannique ne fut pas la seule puissance à influencer les idéologies politiques en vogue au Bas-Canada.

Les travaux importants pour mon sujet :

Source : Louis Georges Harvey, Le printemps de l’Amérique française : Américanité, anticolonialisme et républicanisme dans le discours politique québécois, 1805-1837, Montréal, Boréal, 2005, 296 p.

À l’issue de mes premières explorations bibliographiques, certains ouvrages se sont démarqués par leur pertinence et par l’apport considérable qu’ils offrent au propos de ma recherche. Je tiens tout d’abord à souligner le travail exceptionnel de l’historien Louis-Georges Harvey qui fut en bonne partie à l’origine des réflexions qui m’ont mené à choisir ce projet de recherche. Dans son ouvrage Le Printemps de l’Amérique française[1], Harvey présente à travers une analyse rigoureuse des journaux patriotes l’influence importante de l’américanité, de l’anticolonialisme et du républicanisme dans le discours patriote de l’époque. Au-delà du caractère marquant de sa thèse qui a grandement fait évoluer l’historiographie des Insurrections de 1837-1838, cet ouvrage s’avère pertinent pour le propos de ma recherche puisqu’il offre un exemple de qualité concernant la manière de traiter efficacement les sources issues de la presse de l’époque. De surcroit, les travaux d’Harvey l’ont aussi mené à se pencher, cette fois dans le cadre d’un article publié dans Les Cahiers des dix, sur le cas de la représentation de l’Irlande dans la presse anglophone de la colonie[2]. L’analyse qu’il fait du discours du Vindicator et de celui de ses rivaux de langue anglaise s’avère intéressante pour le propos de ma recherche puisqu’il aborde ma source tout en la mettant en perspective dans le contexte de la colonie. Ensuite, le premier tome de l’Histoire sociale des idées au Québec[3] d’Yvan Lamonde sera utile à la recherche puisqu’il s’agit d’une porte d’entrée efficace pour se familiariser avec les courants de pensée en vogue à l’époque et les moyens de diffusion de ces idées. Pour aborder la culture politique des patriotes, l’ouvrage collectif dirigé par Julie Guyot et Charles-Philippe Courtois s’avère des plus instructif[4]. Il s’agit d’un ouvrage de référence qui visait à faire le bilan des connaissances recueillies autour de la question de la culture politique des patriotes. La parution relativement récente de cet ouvrage (2012) et les nombreuses pistes de recherches qu’il offre rendent cette étude très utile pour la recherche. Le survol historiographique de Robert Grace portant sur les Irlandais au Québec[5] constituera également un point de départ pour ma recherche car il présente non seulement les travaux qui ont été menés sur la communauté à laquelle je m’intéresse tout particulièrement, mais offre aussi une riche bibliographie commentée sur le sujet. Je pourrai ainsi orienter mes lectures pour en connaître davantage sur les Irlandais du Bas-Canada grâce à cet ouvrage.

Plan de veille scientifique :

Portrait d’Edmund Bailey O’Callaghan
(1797-1880)

Afin de contribuer à mes réflexions sur les discours politiques en vogue au Bas-Canada au cours de la décennie précédant les Insurrections de 1837-1838, la lecture de l’ouvrage Le concept de liberté au Canada à l’époque des Révolutions atlantiques[6] pourra s’avérer pertinente. Je m’attends notamment à en apprendre davantage sur la signification du concept de liberté pour les hommes de cette époque. Cette lecture me permettra ainsi de mieux comprendre les journaux que j’aurai à analyser dans le cadre de ma recherche. J’ai aussi l’intention de faire la lecture des ouvrages The Declaration of Independence : A Global History[7] et The Age of Revolution in Global Context[8] afin de parfaire ma connaissance des enjeux mondiaux de l’époque et de la diffusion des idées à travers celui-ci. Des lectures plus spécifiques portant sur les rédacteurs du Vindicator pourront aussi me permettre de mieux saisir les expériences vécues par ces hommes et les marques de ces expériences qui pourraient être perceptibles à travers leurs écrits (je pense notamment à l’ouvrage O’Callaghan : the making and unmaking of a rebel[9] et la thèse de doctorat Edmund Bailey O’Callaghan : Irish Patriote[10]). Enfin, je crois que de plus amples lectures s’avèreront nécessaires afin de me permettre de brosser un portrait fidèle de la communauté irlandaise installée au Bas-Canada durant les premières décennies du XIXe siècle.


[1] Louis Georges Harvey, Le printemps de l’Amérique française : Américanité, anticolonialisme et républicanisme dans le discours politique québécois, 1805-1837, Montréal, Boréal, 2005, 296 p.

[2] Louis Georges Harvey, « “L’exception irlandaise” : la représentation de l’Irlande et des Irlandais dans la presse anglophone du Bas-Canada, 1823-1836 », Les Cahiers des dix, n°65 (2011), p. 117‑139.

[3] Yvan Lamonde, Histoire sociale des idées au Québec, 1760-1896, Saint-Laurent, Fides, 2000, 572 p.

[4] Charles-Philippe Courtois et Julie Guyot (dir.), La culture des patriotes, Québec, Septentrion, 2012, 228 p.

[5] Robert J. Grace, The Irish in Quebec : An Introduction to the Historiography, Québec, Institut québécois de recherche sur la culture, 265 p.

[6] Michel Ducharme, Le concept de liberté au Canada à l’époque des révolutions atlantiques, 1776-1838, Montréal, McGill-Queen’s University Press, 2010, 350 p.

[7] David Armitage, The Declaration of Independence : A Global History, Cambridge, Harvard University Press, 2008, 300 p.

[8] David Armitage et Sanjay Subrahmanyam (dir.), The Age of Revolution in Global Context, 1760-1840, Eastbourne, Palgrave Macmillan, 2010.

[9] Jack Verney, O’Callaghan : the making and unmaking of a rebel, Ottawa, Carleton University Press, 1994, 258 p.

[10] Robert Charles Daley, « Edmund Bailey O’Callaghan : Irish Patriote », Ph.D., Montréal, Concordia University, 1986, 483 p.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.