Catégories
Uncategorized

Billet de deuxième ronde : Dessiner mon paysage historiographique

Lucie Arbour

Au cours de ma lecture dirigée, j’ai rassemblé dans ma bibliothèque Zotero une cinquantaine de références en lien avec mon sujet. Depuis, j’y ai ajouté périodiquement de nouvelles trouvailles faites au fil de mes lectures, qui ont inévitablement fait grandir ma liste de travaux étiquetés « à lire plus tard ». Fatalement, « plus tard » est devenu « maintenant ». Ma pile de lectures est tout de même un peu allégée, puisque j’ai déjà lu plusieurs ouvrages essentiels lors de ma lecture dirigée.

Comme je l’ai mentionné dans mon dernier billet, mon sujet s’insère dans une approche d’histoire transnationale. Il peut être relié à quatre champs de recherche plus précis : l’histoire des fondations philanthropiques états-uniennes, l’histoire de l’aide à la transition démocratique, l’histoire de la société civile en Europe centrale et l’étude de la diffusion des normes.

Les philanthropies états-uniennes 

Avant de m’attaquer au Rockefeller Brothers Fund (RBF), j’ai évidemment dû lire sur l’histoire des fondations philanthropiques états-uniennes dans leur ensemble. Je me suis d’abord penchée sur l’ouvrage Philanthropy in America de l’historien Olivier Zunz[1]. Il s’agit d’un incontournable pour comprendre les liens existants entre le contexte états-unien et le développement de la philanthropie moderne. Ce livre m’a également été utile pour comprendre les grandes lignes directrices de l’action des fondations philanthropiques les plus importantes ainsi que leur évolution à travers le temps. J’ai aussi consulté des ouvrages plus orientés sur l’aspect international de la philanthropie, tel l’ouvrage collectif d’Hammack et d’Heydemann[2]. En plus de contenir deux chapitres portant spécifiquement sur l’action des fondations philanthropiques dans l’ancienne Union soviétique, cet ouvrage propose d’importantes bases théoriques pour comprendre le rôle des fondations dans la mondialisation et dans la diffusion des normes.  

L’aide à la transition démocratique 

Juan J. Linz et Wallace Sayre Professor Alfred Stepan, Problems of Democratic Transition and Consolidation: Southern Europe, South America, and Post-Communist Europe, JHU Press, 1996, 508 p.

La démocratisation est un champ de recherche dominé principalement par les politologues et les spécialistes des relations internationales. Parmi les ouvrages classiques, notons celui de Linz et Stepan[3], qui cherchent à expliquer les différentes variables du processus de démocratisation à travers plusieurs études de cas. Toutefois, comme il s’agit d’un champ très vaste, je me suis concentrée sur les études portant plus spécifiquement sur l’aide à la transition démocratique dans l’ancien bloc de l’Est. L’ouvrage For Democracy’s Sake de Kevin Quigley[4] m’a été particulièrement utile pour comprendre les stratégies des grandes fondations philanthropiques en Europe centrale. 

La société civile en Europe centrale 

Mon sujet m’amène également à lire sur la société civile en Europe centrale dans le but de comprendre le contexte dans lequel le RBF intervient. J’ai récemment entamé The Weakness of Civil Society in Post-Communist Europe[5], un ouvrage qui était cité à quelques reprises dans mes lectures précédentes. L’auteur, Marc Morjé Howard, cherche à expliquer la faiblesse de la société civile dans les pays de l’ancien bloc de l’Est en adoptant une approche comparative. Je me suis en outre beaucoup penchée sur les rares ouvrages traitant des mouvements environnementaux en Europe centrale qui étaient disponibles en anglais ou en français. Je pense notamment à l’ouvrage collectif dirigé par Baker et Jehlička[6], qui traite de l’effet de la transition sur l’environnement ainsi que du rôle des organisations environnementales dans la région. 

La diffusion des normes

Sarah Elizabeth Mendelson et John K. Glenn, The Power and Limits of NGOs : a Critical Look at Building Democracy in Eastern Europe and Eurasia, New York, Columbia University Press, 2002, 264 p.

Cette section de mon bilan historiographique m’entraîne sur le terrain des sciences politiques. En effet, mon sujet m’amène à me pencher sur le rôle des réseaux transnationaux — dont les fondations philanthropiques font partie — dans la diffusion des normes. J’ai d’abord lu les textes classiques en relations internationales, dont International Norm Dynamics and Political Change de Finnemore et Sikkink[7]. Cet article m’a permis de découvrir les théories sur les mécanismes à l’origine de la diffusion des normes ainsi que leur rôle dans les changements politiques. J’ai également consulté des textes moins théoriques, comme l’ouvrage collectif de Mendelson et Glenn[8]. Celui-ci explore le rôle des ONG dans les changements à l’échelle national. Deux chapitres s’intéressent plus spécifiquement aux ONG environnementales en Russie et au Kazakhstan ainsi qu’à leur relation avec l’international. Bien qu’il ne s’agisse pas des pays visés par mon projet, plusieurs conclusions des auteurs sont intéressantes à prendre à compte pour ma recherche. 

Plan de veille et veillées à prévoir 

Quand j’aurai terminé l’ouvrage d’Howard, j’espère pouvoir m’attaquer au livre The Rebirth of Civil Society : The Development of the Nonprofit Sector in East Central Europe and the Role of Western Assistance de Siegel et Yancey[9]. Publié en 1992 et édité par le RBF lui-même, il s’agit pour moi d’une source à mi-chemin entre la référence et l’archive. Je dois cependant réorienter mes lectures actuelles vers les publications traitant du RBF, puisque j’ai récemment prévu une entrevue avec un ancien directeur de programme de la fondation qui a travaillé en Europe centrale. Comme celle-ci doit avoir lieu vers la fin novembre, j’ai réorganisé mes lectures pour être en mesure de lire ce qui était nécessaire à la préparation de l’entrevue en premier.


[1] Olivier Zunz, Philanthropy in America : A History, Princeton, N.J, Princeton University Press, 2012, 381 p.

[2] David C. Hammack et Steven Heydemann, Globalization, Philanthropy, and Civil Society: Projecting Institutional Logics Abroad, Bloomington, Indiana University Press, 2009, 304 p.

[3] Juan J. Linz et Wallace Sayre Professor Alfred Stepan, Problems of Democratic Transition and Consolidation: Southern Europe, South America, and Post-Communist Europe, JHU Press, 1996, 508 p.

[4] Kevin F. F. Quigley, For Democracy’s Sake: Foundations and Democracy Assistance in Central Europe, Woodrow Wilson Center Press, 1997, 220 p.

[5] Marc Morjé Howard, The Weakness of Civil Society in Post-Communist Europe, Cambridge, U.K, Cambridge University Press, 2003, 206 p.

[6] Susan Baker et Petr Jehlička, Dilemmas of Transition : the Environment, Democracy and Economic Reform in East Central Europe, London, Frank Cass, 1998, 214 p.

[7] Martha Finnemore et Kathryn Sikkink, « International Norm Dynamics and Political Change », International Organization, 52, 4 (1998), p. 887‑917.

[8] Sarah Elizabeth Mendelson et John K. Glenn, The Power and Limits of NGOs : a Critical Look at Building Democracy in Eastern Europe and Eurasia, New York, Columbia University Press, 2002, 264 p.

[9] Daniel David Siegel et Jenny Yancey, The Rebirth of Civil Society: The Development of the Nonprofit Sector in East Central Europe and the Role of Western Assistance, Rockefeller Brothers Fund, 1992, 84 p.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.