Catégories
Uncategorized

Billet de deuxième ronde : Dessiner mon paysage historiographique

Émile Laplante

Vers un champ de recherche

Lorsque j’ai fait le dépôt de mon projet de recherche pour la demande d’admission à la maîtrise, je me disais que mon projet couvrirait des champs de recherche variés : histoire politique, histoire militaire, histoire économique et histoire socioculturelle. Je croyais que ces champs de recherche me permettraient d’aborder mon sujet, et toute la littérature qui l’entoure, d’une manière originale tout en faisant référence à ses différents aspects. Après tout, j’étudie la participation de la Chine à la Guerre du Viêtnam et la Chine y a participé de plusieurs manières, donc pourquoi ne pas étudier le sujet sous tous ses angles ?

Durant les derniers mois, j’ai lu. J’ai compris certaines choses, certaines plus évidentes que d’autres. La plus évidente, bien sûr, était ma naïveté, lorsque j’ai envoyé mon projet de recherche à M. Saunier. Il est impossible d’aborder un tel sujet avec tous ces champs de recherche sans errer dans l’excès. La moins évidente des choses que j’ai apprises, c’est qu’au final mon projet portait davantage sur l’histoire des relations internationales.

Vous allez me dire : ça t’a pris six mois y arriver ! Mais bon… au moins j’y suis arrivé !

L’évolution du champ de recherche

Où j’en suis maintenant ? L’histoire des relations internationales était auparavant perçue comme une histoire diplomatique. On cherchait « dans quelque document ultra-secret ou dans quelque correspondance très privée l’explication convaincante du jeu mené par les brillants négociateurs »[1]. On étudiait les événements diplomatiques, les rencontres, les négociations, bref le travail des grands hommes politiques.

Puis, ce champ de recherche a évolué. L’histoire économique est apparue comme une partie intrinsèque de l’histoire des relations internationales. Parce que le monde devenait de plus en plus interconnecté, interdépendant, et donc axé sur l’économie (capitaliste), ses acteurs devenaient également de plus en plus influents[2].

Aujourd’hui, l’histoire des relations internationales se définit à la fois comme une histoire diplomatique et une histoire économique. Les acteurs politiques négocient et mettent en place les accords, traités, concessions et législations qui encadrent et régissent les relations interétatiques, comme auparavant, mais ces actions sont maintenant présentées comme étant en réponse à des intérêts économiques nationaux.

Ma recherche, maintenant résolument ancrée dans l’histoire des relations internationales, étudie donc le jeu des hommes politiques, comme avec l’événementielle diplomatique d’antan, mais cette fois en prenant en compte l’influence prépondérante du jeu des acteurs économiques[3].

Les sources

Pour ce qui est des ouvrages, je dirais qu’il n’y a pas pour ma recherche d’ouvrage particulièrement important, mais plutôt un ensemble d’ouvrages. Il s’agit de ceux réalisés par des historiens qui collaborent avec le CWIHP[4]. Je pense ici à Chen Jian, à Odd Arne Westad, à Jim Hershberg, à Xiaobing Li et à Qiang Zhai[5]. Qu’il s’agisse de monographies ou d’articles scientifiques, leurs ouvrages sont particulièrement pertinents, car ils couvrent l’ensemble de la période que j’étudie, c’est-à-dire de 1966 à 1969. Ils abordent toujours leur thème respectif sous un angle qui me permet ensuite d’élaborer de nouvelles idées, de corroborer des interprétations déjà connues et d’obtenir de l’information déterminante pour ma recherche.

Ces ouvrages bénéficient du contexte duquel ils ont émergé. Ce contexte est académique. Ces historiens œuvrent tous au sein de départements universitaires d’histoire. Mais ce contexte en est également un de collaboration scientifique. Un historien, par exemple Qiang Zhai, a vu son ouvrage, China and the Vietnam Wars, 1950-1975, décortiqué, analysé et commenté par d’autres historiens. Il a également tiré avantage du fait que sa collaboration au CWIHP lui a permis de se rendre en Asie et d’avoir accès à des fonds d’archive, inaccessibles au commun des mortels. Les autres ouvrages ont également bénéficié de ce contexte.

Le plan de veille

Mon plan de veille à trois étapes : lire, lire et lire.

Je travaille actuellement sur ma banque de données. J’en suis à décortiquer les bibliographies des ouvrages jugés importants. Si un titre me semble pertinent, je l’analyse selon ses critères internes et externes. Mon objectif est de constituer une bibliographie pertinente, volumineuse et variée. Cette dernière me permettra d’avancer mon bilan historiographique.

Bibliographie

Historiographie

DELACROIX, Christian. Historiographies: concepts et débats. Gallimard, 2010, 1325 p.

GIRAULT, René. Être historien des relations internationales. Publications de la Sorbonne, 1998, 444 p.

Articles scientifiques

HERSHBERG, James, et Chen Jian. « Reading and Warning the Likely Enemy: China’s Signals to the United States about Vietnam in 1965 », The International History Review, vol. 27, no. 1, 2005, pp. 47-84.

JIAN, Chen. « China’s Involvement in the Vietnam War, 1964-69 », The China Quarterly, no. 142, 1995, pp. 356-387.

JIAN, Chen. China, the Vietnam War, and the Sino-American rapprochement, 1968-1973, dans Odd Arne Westad et Sophie Quinn-Judge, sous la dir. de, The Third Indochina War: conflict between China, Vietnam and Cambodia, 1972-79, New York, Routledge, 2006, p. 32-63.

ZHAI, Qiang. « Opposing Negotiations : China and the Vietnam Peace Talks, 1965-1968 », Pacific Historical Review, vol. 68, no. 1, 1999, pp. 21-49.

ZHAI, Qiang. Reassessing China’s Role in the Vietnam War: Some Mysteries Explored, dans Xiaobing Li et Honhshan Li, sous la dir. de, China and the United States: A new Cold War History, New York, University Press of America, 1998, p. 97-112.

Monographies

HERSHBERG, James. Marigold: The Lost Chance for Peace in Vietnam. Stanford University Press, 2012, 936 p.

JIAN, Chen. China’s Road to the Korean War: The Making of the Sino-American Confrontation. Columbia University Press, 1995, 361 p.

JIAN, Chen. Mao’s China and the Cold War. University of North Carolina Press, 2001, 422 p.

LI, Xiaobing. Building Ho’s Army: Chinese Military Assistance to North Vietnam. University Press of Kentucky, 2019, 297 p.

LI, Xiaobing. The Cold War in East Asia. Routledge, 2017, 353 p.

LI, Xiaobing. The Dragon in the Jungle: The Chinese Army in the Vietnam War. Oxford University Press, 2020, 345 p.

WESTAD, Odd Arne. The Global Cold War: Third World Interventions and the Making of Our Times. Cambridge University Press, 2007, 388 p.

ZHAI, Qiang. China and the Vietnam Wars, 1950-1975, Chapel Hill, University of North Carolina Press, 2000, 303 p.


[1] René Girault, Être historien des relations internationales, Publications de la Sorbonne, 1998, p. 38.

[2] Ibid., p. 45. 

[3] Ibid., p. 40.

[4] Cold War International History Projet du Woodrow Wilson Center.

[5] Les ouvrages pertinents de ces auteurs sont dans la bibliographie.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.