Catégories
Uncategorized

Billet de deuxième ronde : Dessiner mon paysage historiographique

Katherine Fournier

Le marquage corporel lors du pacte diabolique qui est décrit dans les exempla médiévaux relève de plusieurs champs de recherches. Pour n’en nommer que quelques-uns, on peut penser à ceux liés à la conception du corps et de la personne. Ensuite, ceux des représentations et des usages du diable, sans oublier bien sûr les recherches sur les exempla.

Le corps

Dans l’optique de mon projet, il est crucial de comprendre comment on se représentait le corps et l’âme dans la personne, puisque mon hypothèse repose sur ce lien entre corporel et spirituel. Pour ce faire, l’ouvrage Corps et âmes une histoire de la personne au Moyen Âge de Jérôme Baschet est particulièrement intéressant, car celui-ci propose à la fois une étude anthropologique, comparative et iconographique des conceptions médiévales du corps et de l’âme. Baschet avait déjà commencé son exploration du sujet dans son ouvrage sur la civilisation féodale du Moyen Âge, où il y dédiait un chapitre explicatif. Cette fois, il pousse son analyse plus loin et examine, entre autres, la dualité non dualiste du corporel et du spirituel. En d’autres mots, la manière dont le corps et l’âme sont en coexistence l’un avec l’autre, sans entrer en opposition.   

Le diable et le pacte

Le diable est le principal acteur du pacte et il faut connaitre l’évolution du personnage dans la théologie pour pouvoir comprendre la volonté de l’utiliser comme figure dans les exempla moralisateurs et d’en faire un outil, à la fois de répression de l’hérésie, mais qui pousse également au repentir. Dans son ouvrage, Lucifer. The Devil in the Middle Ages, Jeffrey B. Russell explore en profondeur la figure diabolique dans le monde médiéval, qu’il développe de manière à la fois thématique et chronologique. Dans un premier temps, l’auteur analyse la naissance de Lucifer, à partir du folklore païen jusqu’au haut Moyen Âge. Puis, il se penche sur la conception de plus en plus structurée du personnage dans la théologie, ainsi que dans la littérature et le théâtre. Ceci sert à souligner le décalage entre la figure amusante et presque inoffensive du haut Moyen Âge et celle effrayante et menaçante du bas Moyen Âge. Le pacte est un élément important de ma recherche, puisqu’il s’agit de l’outil utilisé par le diable et par lequel les victimes reçoivent la marque qui les identifie comme coupables. En ce sens, l’ouvrage d’Alain Boureau, Satan Hérétique, est particulièrement intéressant. Il est la somme de plusieurs articles et exposés préalablement réalisés par l’auteur. Dans cet ouvrage, Boureau présente l’élaboration de la théologie du pacte, c’est-à-dire de l’aboutissement d’une réflexion de plus en plus complexe qui vient structurer les modalités de celui-ci.

L’exemplum

L’exemplum était l’outil par lequel les prédicateurs s’adressaient aux foules sous forme anecdotique et c’est également le type de source sur lequel j’ai décidé de fonder ma recherche. Dans cette optique, l’œuvre de Jean Thiebaut Welter, L’exemplum dans la littérature religieuse et didactique du Moyen Âge, est une bonne base en ce qui concerne les exempla, car il englobe les origines, les types, les buts et les usages de l’exemplum. Dans le même ordre d’idée, Marie Anne Polo de Beaulieu, Pascal Collomb et Jacques Berlioz ont publié en 2010 un ouvrage regroupant plusieurs études d’historiens sur le sujet de l’exemplum. Le Tonnerre des exemples explore plusieurs facettes des exempla, notamment ceux de type monastique et biblique, en plus de donner des précisions sur la fonction de l’usage de l’exemplum dans la civilisation médiévale. Dans Formes dialoguées dans la littérature exemplaire du Moyen Âge, Polo de Beaulieu rassemble des actes de colloque où des historiens se questionnent sur le thème du dialogue et des exempla, permettant entre autres de souligner les effets de l’exemplum lors des prédications, c’est-à-dire la persuasion et la mémorisation simple, ainsi qu’une certaine réflexion personnelle de la part des auditeurs.

Plan de veille

Il faudra étoffer la bibliographie sur le corps avec d’autres ouvrages qui ont déjà été identifiés, mais que je n’ai pas encore sous la main, notamment La mémoire du prédicateur, Recherche sur la mémorisation des récits exemplaires (XIIIe – XVe siècles) de Jean-Claude Schmitt où j’espère trouver des informations concernant les exempla, mais aussi la prédication. De plus, il faudra ajouter à ma bibliographie des travaux sur les marques corporelles, dont celui de Denis Bruna Piercings. Sur les traces d’une infamie médiévale. Il me faudra également ajouter des travaux sur le salut de l’âme et les hérésies. De plus, il me reste à explorer le site AHLOMA qui regroupe diverses études anthropologiques du Moyen Âge. 


Bibliographie

Corps

BASCHET, Jérôme. Corps et âmes. Une histoire de la personne au Moyen Âge. France. Flammarion, 2016, 408 p.

SCHMITT, Jean-Claude. Le corps des images. Essais sur la culture visuelle au Moyen Âge, Paris, Gallimard, 2002, 446 p.

Prédication

BÉRIOU, Nicole et Franco MORENZONI. Prédication et liturgie au Moyen Âge. Belgique. Éditions Brepols, 2008, 416 p.

BRUNA, Denis. Piercing. Sur les traces d’une infamie médiévale. Paris, Textuel, 2001, 158 p.

Exempla

BERLIOZ, Jacques; COLLOMB, Pascale et Marie Anne POLO DE BEAULIEU. Le tonnerre des exemples. Rennes. Presses universitaires de Rennes, 2010, 423 p.

BREMOND, Claude; LE GOFF, Jacques et Jean-Claude SCHMITT. L’exemplum. Turnhout. Brepols, 1982, 166 p.

PAYEN, Jean-Charles. Le motif du repentir dans la littérature française médiévale (Des origines à 1230). Genève. Librairie Droz, 1967, 648 p.

POLO DE BEAULIEU. Formes dialoguées dans la littérature exemplaire du Moyen Âge. Paris. H. Champion, 2012, 494 p.

SCHMITT, Jean-Claude. « La mémoire du prédicateur, Recherche sur la mémorisation des récits exemplaires (XIIIe – XVe siècles) », Temps, mémoire, tradition au Moyen Âge, acte du XIIIe congrès de la Société des historiens médiévistes de l’enseignement supérieur public, Aix-en-Provence, 4-5 juin 1983, Université de Provence, p. 157-183

WELTER, Jean Thiébaut. L’exemplum dans la littérature religieuse et didactique du Moyen Âge. New York. AMS Press, 1973, 561 p.

Le diable

BOUREAU, Alain. « Satan hérétique : l’institution judiciaire de la démonologie sous Jean XXII », Médiévales, n° 44, printemps 2003, p. 17-46.

BOUREAU, Alain. Le pape et les sorciers : une consultation de Jean XXII sur la magie en 1320. Rome. École française de Rome, 2004, 143p.

BOUREAU, Alain. Satan the heretic. The Birth of Demonology in the Medieval West. États-Unis. Chicago Press, 2006, 255 p.

Le diable au Moyen Âge (doctrines, problèmes moraux, représentations), Senefiance n°6, Université de Provence, 1979, 532 p.

MUCHEMBLED, Robert. Une histoire du diable XIIe – XXe siècle. Allemagne. Éditions du Seuil, 2000, 400 p.

RUSSELL B. Jeffrey. Lucifer. The Devil in the Middle Ages. États-Unis. Cornell University Press, 1984, 356 p.

RUSSELL B., Jeffrey et Alberto FERREIRO. The devil, heresy and witchcraft in the middle ages. Leiden. Koninklijke Brill, 2008, 388 p.


David Rochette

Dans le cadre de mes recherches pour l’écriture de mon mémoire, j’ai constaté qu’il y avait énormément de sources et qu’il était donc nécessaire de diviser celles-ci selon leurs champs historiques respectifs afin de facilité ma collecte d’information. Pour l’instant, les champs que j’ai identifiés sont ceux de l’histoire politique et diplomatique canadienne, la politique économique, ainsi que l’histoire impériale britannique. En effet, tous ces champs touchent d’une façon ou d’une autre à mon sujet qui est centré sur la politique étrangère du dominion du Canada et chacun d’eux apporte une perspective différente.

Histoire politique et diplomatique canadienne

            Ce domaine est le premier auquel on pense lorsqu’on entend le sujet de mon mémoire, c’est donc pourquoi j’ai commencé par celui-ci. La lecture des différents ouvrages m’a permis de me faire une bonne image d’ensemble des évènements afin de me préparer aux études plus précises qui traitent d’autres domaines. L’ouvrage qui a été le plus important dans ce champ est celui de Tim Cook intitulé Warlords : Borden, Mackenzie King and Canada’s World Wars, puisque l’auteur traite en détail de la politique étrangère du dominion et de la motivation du gouvernement dans ses efforts diplomatiques[1]. Cette monographie explique habilement le contexte des années des gouvernements de Borden et de Mackenzie King, tout en mettant en évidence les avancées vers le statut de nation que le dominion a fait durant cette période. En lisant Cook, on parvient aussi à saisir toute l’importance de l’impact de la politique intérieure sur la politique étrangère du Dominion, puisque l’on voit que cette dernière est toujours pensée dans le but d’atténuée les tensions au sein de la nation. On retrouve aussi cet aspect dans Ernest Lapointe and Quebec’s Influence on Canada’s Foreign Policy de John MacFarlane[2].

L’ouvrage Warlords de Tim Cook qui a été essentiel dans ma recherche (source: https://www.penguinrandomhouse.ca/books/417241/warlords-by-tim-cook/9780143177784)

Je suis également allé chercher des ouvrages plus précis, c’est-à-dire Mackenzie King and the Atlantic Triangle de Charles P. Stacey[3] et Le ministère des affaires extérieures du Canada vol.1 : Les années de formation, 1909-1946 écrit par John Hilliker[4]. Ces deux ouvrages m’ont permis de me concentrer sur ce qui m’intéresse le plus pour mon mémoire, c’est-à-dire les relations entre les États-Unis, le Dominion du Canada, ainsi que la Grande-Bretagne. La pertinence de ces ouvrages s’explique par le fait que non seulement ils présentent la perspective canadienne, mais ils montrent également la façon dont les deux autres puissances percevaient les Canadiens à l’époque. Ceci est essentiel, puisque c’est directement en lien avec l’approche centre-périphérie que j’utiliserai pour la rédaction de mon mémoire.

Politique économique

À première vue, la politique économique pourrait sembler faire partie de l’histoire politique canadienne en générale. Cependant, ce domaine est relativement complexe étant donné la densité de son contenu. Néanmoins, ce domaine reste essentiel à la compréhension de mon sujet, puisque les relations diplomatiques entre le Dominion, les États-Unis et la Grande-Bretagne commencent à être importante sur des bases économiques, entre autres étant donné la faillite qui guette Londres dès la Première Guerre mondiale. C’est donc en quelques sorte par le biais de différents accords commerciaux avec les deux grandes puissances que la Canada développe petit à petit des relations plus cordiales avec ces dernières. C’est d’ailleurs ce que j’ai pu constater en faisant la lecture de l’ouvrage Canadian-American Relations in Wartime from the Great War to the Cold War de Robert D. Cuff et de Jack L. Granatstein[5]. En effet, la première moitié de cet ouvrage s’attarde aux principaux accords avec les États-Unis et les impacts que ceux-ci ont sur les relations diplomatiques avec Washington ainsi qu’avec Londres. Les auteurs démontrent également à quel point l’aspect économique est important dans la compréhension des relations diplomatiques canadiennes, puisque les traités permettent entre autres au Canada de se faire une place dans la sphère d’influence nord-américaine.

Mise en veille scientifique

D’abord, j’ai prévu consulter des ouvrages qui s’attardent particulièrement à Mackenzie King, afin de mieux saisir l’impact de ses relations personnelles sur la politique étrangère canadienne. Je pense notamment à Mackenzie King: Widening the Debate de John English et John O. Stubbs[6], ainsi qu’à A Very Double Life de Charles P. Stacey[7]. Vous aurez sans doute remarqué que je ne me suis pas attardé à l’histoire impériale et c’est tout simplement parce que je n’ai pas encore fait des recherches poussées sur le sujet. Ce qui m’attend pour la suite de mes lectures est donc de me pencher plus en détail sur ce domaine et aussi sur celui de l’économie, puisque je n’ai pas vraiment consulté d’autres ouvrages que celui mentionné plus haut. Dans ce cas-ci je pensais surtout aller vers des ouvrages qui analysent plus précisément certains traités comme la déclaration de Hyde Park ou encore le Ordnance Department-IMB agreement de 1917. Je m’attends d’ailleurs à trouver des informations qui mettront l’accent sur l’hypothèse que la distanciation avec l’empire britannique commence tout d’abord par une distanciation économique qui cause un rapprochement avec les États-Unis.

L’ouvrage A Very Double Life de C.P. Stacey qui apporte une nouvelle perspective sur la vie de Mackenzie King par l’étude détaillée de son journal personnel (source: https://www.amazon.ca/Very-Double-Life-Private-Mackenzie/dp/1459502965/ref=sr_1_4?dchild=1&qid=1604349448&refinements=p_27%3AC.P.+Stacey&s=books&sr=1-4)

[1] Tim Cook, Warlords: Borden, Mackenzie King and Canada’s World Wars, Toronto, Penguin Canada Books inc., 2013, 370 p.

[2] John MacFarlane, Ernest Lapointe and Quebec’s Influence on Canada’s Foreign Policy, Toronto, University of Toronto Press, 1999, 270 p.

[3] Charles P. Stacey, Mackenzie King and the Atlantic Triangle, Toronto, Maclean-Hunter Press, 1976, 68 p.

[4] John Hilliker, Le ministère des affaires extérieures du Canada vol.1 : Les années de formation, 1909-1946, Ottawa, Presses de l’Université d’Ottawa, 2017, 382 p.

[5] Robert D. Cuff & Granatstein, Jack L., Canadian-American Relations in Wartime from the Great War to the Cold War, Toronto, A.M. Hakkert Ltd., 1977, 166 p.

[6] John English & Stubbs, John O., Mackenzie King: Widening the Debate, Toronto, Macmillan, 1978, 216 p.

[7] Charles P. Stacey, A Very Double Life, Halifax, Formac, 2013, 223 p.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.