Catégories
Uncategorized

Billet de deuxième ronde : Dessiner mon paysage historiographique

Aimée Dion

Domaines du savoir liés à mon sujet:

À titre de rappel, ma problématique vise à comprendre comment la Première Guerre mondiale agit sur les nationalismes en Irlande et au Canada français au début XXe siècle. Le nationalisme relève d’une idéologie particulière qui permet de mobiliser la nation. La culture de guerre véhiculée par les autorités impériales s’appuie ainsi sur les nationalismes existants en Irlande et au Canada français pour mobiliser aux fins de la guerre. La guerre totale nécessitant la mobilisation de ressources matérielles et humaines, les autorités représentant l’Empire britannique emploient divers moyens pour atteindre ce but, dont les affiches de guerre qui visent à engendrer la mobilisation du peuple à contribuer à l’effort de guerre national. Par le biais de la culture politique, les affiches de guerre puisent dans la mémoire historique pour représenter les codes et référents culturels nationaux. Le vocabulaire et les mots-clés employés, les formules répétitives, la référence aux symboles et aux traditions sociales qui figurent dans les affiches font office d’un code visuel pour inciter le public cible à adhérer au message envoyé par les autorités. Cette approche me permettra d’étudier mes sources et elle sera secondée par l’histoire militaire et la culture de guerre pour montrer la pluralité des cultures politiques qui se déploient entre 1914-18. Il s’agit de voir à travers l’étude des affiches de guerre ce qui diverge entre les nationalismes irlandais et canadien-français et d’étudier pourquoi les citoyens décident de s’enrôler. Ces affiches arrivent à toucher une corde sensible chez certains citoyens qui rejoignent l’effort de guerre.

L’histoire comparée me servira pour mettre en parallèle mes deux objets d’étude historiques, soit l’histoire canadienne-française et l’histoire irlandaise. Cela me permettra de relever les éléments de similitude et de différences entre ces milieux historiques différents pour en dégager des conclusions plus vastes. Cela permet aussi de remettre en cause les « évidences historiques » par la comparaison, donc pour voir ce qui appartient singulièrement au Canada français ou à l’Irlande. Cette approche me servira pour répondre à ma question de recherche, soit l’impact de la Première Guerre mondiale sur les nationalismes de ces sociétés respectives et donc d’expliquer la divergence de destinées politiques.

Résultats des premières explorations bibliographiques :

L’ouvrage de Simon Jolivet, Le vert et le bleu, et celui de Garth Stevenson, Parallel Paths, apportent des contributions importantes au domaine de l’histoire comparée. Ces auteurs abordent la question d’autonomie canadienne-française et irlandaise et montrent la pluralité des appartenances ethniques et nationales de ces communautés. L’ouvrage, Genèse des nations et des cultures du monde, de Gérard Bouchard propose des pistes méthodologiques d’histoire comparée en faisant la différence entre les modèles référentiel et intégral. Il souligne la faiblesse relative de l’histoire comparative québécoise et des silences de l’historiographie québécoise.

L’histoire de la culture politique est abordée dans l’article de Jeffrey Cormier et Philippe Couton, « Civil Society, Mobilization, and Communal Violence » qui fait l’étude des trajectoires historiques du Québec et de l’Irlande pour expliquer pourquoi l’Irlande est placée sur la voie vers l’indépendance après la Première Guerre mondiale tandis que la situation au Québec retrouve la normalité. Ces auteurs analysent les expériences de désobéissance civile partagées de ces sociétés et montrent l’importance du contexte politique quant à l’éclatement de sentiments nationalistes plus radicaux. L’histoire du nationalisme rattachée à la culture politique est étudiée par John Hall et Siniša Malesevic dans l’ouvrage Nationalism and war. Celui-ci renseigne sur les débats théoriques qui lient la guerre et le nationalisme, ainsi que sur les thèmes de l’impérialisme et de la conscription. Les auteurs font l’étude des différentes identités ethniques impériales qui coexistent au sein de l’Empire britannique, montrant des liens d’attachement des dominions blancs, dont le Canada, à l’Empire, de même que l’examen du rôle du nationalisme dans la Première Guerre mondiale.

Sous-jacente à ce domaine se trouve l’histoire de la mémoire qui me permettra de comprendre l’importance d’événements historiques passés dans la formation du nationalisme. Garth Stevenson rédige l’article « The Politics of Remembrance » et établit cinq fonctions de la mémoire historique en se référant à huit événements marquants des histoires québécoise et irlandaise pour expliquer leur prédominance dans l’imaginaire collectif de ces sociétés. Ces fonctions de la mémoire historique me serviront de clé de lecture pour analyser les affiches de guerre et me permettront d’analyser comment le rapport de ses sociétés à leur passé permet d’édifier des sentiments nationalistes. L’article « Contested Terrain » de Ronald Rudin me renseignera quant à l’histoire de la mémoire et sur l’historiographie des lieux de mémoire. Celui-ci fait l’étude de l’histoire publique et de l’utilisation des monuments du passé aux fins politiques du présent. Son étude des stratégies mises en œuvre par les loyalistes à l’Empire, mais aussi par les gens contre me sera utile lors de l’analyse des affiches de guerre et des façons dont les autorités et les groupes rebelles font appel à l’histoire pour engager le soutien du public.

Plan de veille scientifique :

J’agrémenterai ces recherches avec des études portant sur l’historiographie irlando-québécoise (King, 2010). En ce qui a trait à la culture politique, j’envisage faire la lecture d’articles qui font l’état des lieux quant aux recherches et postulats généraux dans ce domaine (Berstein, 1992). Quant à la culture de guerre, je m’appuierai sur des ouvrages qui analysent la mémoire de la Première Guerre mondiale (Vance, 1997) et de l’historiographie militaire canadienne (Pouliotte 1996 ; Djebala, 2014). Cela m’amènera à faire des lectures d’abord sur l’apport du Québec à la guerre (Courtois et Veyssière, 2015 ; Giguère, 2019)), puis sur les contributions de l’Irlande à celle-ci (Jolivet, Comeau et Milot, 2005 ; Pennell, 2013). Cela me permettra d’en dégager l’impact de la guerre sur le développement du nationalisme canadien-français (Bellavance, 1995), puis sur la partition irlandaise (Hennessey, 1998 ; Fitzpatrick, 2015). Je me fierai également à des ouvrages portant sur la mémoire historique en Irlande (Colantonio, 2014 ; McBride, 2001) et sur les liens qu’arbore l’Irlande avec l’impérialisme britannique (Jeffery, 1996). Enfin, je me servirai de lectures qui approfondissent la thématique du nationalisme minoritaire et du nationalisme en Irlande (Colantonio, 2012 ; Boyce, 1991). Je devrai également me renseigner sur l’usage politique des images pour mieux comprendre la portée mobilisatrice des affiches de guerre (Choko, 1994) et de l’usage de propagande et contre-propagande en Irlande (Wiel, 2006).

Bibliographie: 

L’histoire comparée:

JOLIVET, Simon. Le vert et le bleu : identité québécoise et identité irlandaise au tournant du XXe siècle. [Montréal], Presses de l’Université de Montréal, 2011, 292 p.

STEVENSON, Garth. Parallel paths : the development of nationalism in Ireland and Quebec. Montreal, McGill-Queen’s University Press, 2006, 437 p.

BOUCHARD, Gérard. Genèse des nations et cultures du nouveau monde : essai d’histoire comparée. Montréal, Boréal, 2001, 503 p., Coll. Boréal compact.

KING, Jason. « L’historiographie irlando-québécoise : conflits et conciliations entre Canadiens français et Irlandais ». Bulletin d’histoire politique, 18, 3 (2010), p. 13‑36.

La mobilisation: 

CORMIER, Jeffrey et Phillipe COUTON. « Civil Society, Mobilization, and Communal 

Violence »: The Sociological Quarterly, 45, 3 (2004), p. 487‑508.

La mémoire:

STEVENSON, Garth. « The Politics of Remembrance in Irish and Quebec Nationalism ». 

Canadian Journal of Political Science/Revue canadienne de science politique, 37, 4 

(2004), p. 903‑925.

RUDIN, Ronald. « Contested Terrain: Commemorative Celebrations and National Identity in Ireland and Quebec ». La nation dans tous ses états : le Québec en comparaison. Montréal, L’Harmattan, 1997, p. 183‑204.

COLANTONIO, Laurent. « Une mémoire en partage ? La Grande Guerre en Irlande, Shared memory ? The Great War in Ireland ». Matériaux pour l’histoire de notre temps, 113‑114 (2014), p. 118‑124.

MCBRIDE, Ian. History and memory in modern Ireland. Cambridge, Cambridge University Press, 2001, 278 p.

Le nationalisme: 

HALL, John A. et Siniša MALEŠEVIĆ. Nationalism and war. Cambridge, Cambridge 

University Press, 2013, 371 p.

COLANTONIO, Laurent. « Nationalismes et mouvements nationaux en Irlande ». Bulletin d’histoire politique, 21, 1 (2012), p. 15‑30.

La culture politique: 

BERSTEIN, Serge. « L’historien et la culture politique ». Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 35, 1 (1992), p. 67‑77.

VANCE, Jonathan Franklin William. Death so noble : memory, meaning and the first World War. Vancouver, UBC Press, 1997, 319 p.

L’histoire militaire canadienne: 

POULIOTTE, Jean François. « L’historiographie militaire francophone au Canada ». Bulletin d’histoire politique, 4, 4 (1996), p. 53‑61.

DJEBABLA, Mourad. « Historiographie francophone de la Première Guerre mondiale: écrire la Grande Guerre de 1914–1918 en français au Canada et au Québec ». Canadian Historical Review, 95, 3 (2014), p. 407‑416.

COURTOIS, Charles Philippe et Laurent VEYSSIÈRE. Le Québec dans la Grande Guerre : engagements, refus, héritages. Québec, Québec, Septentrion, 2015, 212 p.

GIGUÈRE, Richard et al. Nous nous souviendrons : le Québec dans la première guerre 

mondiale : sacrifice, détermination, victoire : 1914-1919. [Québec, Québec], Presses de l’Université Laval, 2019, 312 p.

L’Irlande dans la Première Guerre mondiale : 

JOLIVET, Simon, Robert COMEAU et Micheline MILOT. « L’importance de l’Irlande à la 

veille de l’armistice, 1917-1918 ». Bulletin d’histoire politique, 13, 3 (2005), p. 201‑218.

PENNELL, Catriona. « La Grande-Bretagne et l’Irlande dans la Première Guerre mondiale ». Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 120 (2013), p. 43‑55.

BELLAVANCE, Marcel et al. « La guerre dans la définition et le développement du nationalisme canadien-français, 1914-1918 et 1939-1945 ». Bulletin d’histoire politique, 3, 3‑4 (1995), p. 110‑122.

HENNESSEY, Thomas. Dividing Ireland : World War One and partition. London, G. Routledge, 1998, 280 p.

FITZPATRICK, David. « Irish consequences of the Great War ». Irish Historical Studies, 39, 156 (2015), p. 643‑658.

JEFFERY, Keith. An Irish empire? : aspects of Ireland and the British empire. Manchester, Manchester University Press, 1996, 224 p., Coll. Studies in imperialism.

L’utilisation politique des images: 

CHOKO, Marc H. Affiches de guerre canadiennes : 1914-1918, 1939-1945. Laval, Québec, Éditions du Méridien, 1994, 199 p.

WIEL, Jérôme aan de. « Propagande et « contre-propagande » en Irlande pendant la Première Guerre mondiale ». Revue LISA, 4, 3 (2006), p. 4‑16.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.