Catégories
Uncategorized

Travail de fin d’année

Projet de mémoire, 2020-2021

Balabinrm, CC BY-SA 4.0 https://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0, via Wikimedia Commons

Catégories
Uncategorized

Billet huitième ronde. Bye bye HST 6000

Émile Laplante

J’ai l’impression que certains aspects de mon projet de recherche se sont précisés depuis l’automne dernier. Cela dit, après deux sessions de HST-6000, je ne sais pas si ce sont les aspects de mon projet plus que mon projet de recherche en tant que tel qui s’est précisé et, du coup, certains aspects semblent plus précis.

Parmi les éléments qui apparaissent plus précisément, je crois que le plus important est ma problématique. Prenez la première entrée de blogue : « en étudiant le passage de la relation sino-vietnamienne d’une position de fraternité à l’une d’animosité, l’étendue de l’engagement chinois, en ce qui a trait au conflit, devient éloquente ». Je ne sais pas trop ce qu’il y a d’éloquent là-dedans, mais bon… Aujourd’hui, si quelqu’un me demandait d’écrire une ou deux phrases pour expliquer ce dont je travaille sur, j’écrirais : « j’essaie de réaliser une étude des relations internationales axée sur la relation bilatérale entre l’État chinois et l’État nord-vietnamien en prenant pour objet d’étude la politique étrangère vietnamienne du gouvernement chinois entre 1966 et 1969 ». Ça me semble un peu plus précis… Du moins, je l’espère !

Un autre aspect qui s’est précisé est le rôle du corpus de sources dans ma recherche. À un certain point au cours des deux dernières sessions, j’avais l’impression que je devais faire travailler mes sources afin qu’elles corroborent avec la littérature existante. J’avais également l’impression qu’afin de réaliser un projet de recherche pertinent, il me fallait une quantité phénoménale de sources. Je me disais que les centaines de sources mises en ligne par le CWIHP, je devais les consulter et les prendre en considération. Au bout du compte, ce qui semble davantage pertinent pour moi, c’est que mes quarante-six sources possèdent amplement de contenu pour réaliser un projet de recherche et, peut-être l’aspect le plus important, c’est que mes sources n’aient pas besoin d’être forcées à mettre de l’avant quoi que ce soit, puisqu’elles le font déjà par elles-mêmes.

Pour la prochaine année, il est évident que j’ai encore beaucoup de boulot à faire. J’ai plusieurs ouvrages que je n’ai pas eu le temps de consulter en entier et qui mériteraient cela. J’espère également qu’en réalisant ces lectures supplémentaires, je serai en mesure de peaufiner ma méthode d’analyse. Je crois être dans la bonne direction, mais certains ajustements devront être faits. À cet effet, j’espère que la consultation des ouvrages me permettra de soit valider l’état actuel de ma problématique ou, au contraire, de la modifier en considération de mes futures découvertes.

Pour la consultation des sources, j’attends de voir si dans les ouvrages que j’ai besoin de consulter certains d’entre eux font mention de méthodologie. Très peu des ouvrages qui se trouvent dans ma bibliothèque actuelle font état de la méthodologie employée et, du coup, j’espère que ceux que j’ai à consulter offriront davantage d’indices. Cela dit, durant les derniers mois, j’ai consulté, consulté et consulté mes sources, alors mon programme de travail pour les prochains mois consiste davantage à lire, lire et lire.

Au plaisir de vous… lire.

Catégories
Uncategorized

Billet septième ronde. Rapport d’étape et état des lieux. (2)

Meggie Sue Cadrin

Faire le point

Depuis la publication du dernier billet, j’ai fait le ménage dans ma liste de lecture et j’ai amorcé la recherche dans mes sources. Concrètement, dans les dernières semaines, j’ai participé à une rencontre étudiante organisée par le CHRS lors de laquelle nous avons discuté des archives judiciaires. J’ai pu tirer de bons conseils et ressources grâce à l’intervention de plusieurs chercheurs étudiants. Le CHRS m’a aussi offert de l’assistance pour l’utilisation du logiciel FileMaker.

Épiphanies et trouvailles

Dans le dernier mois, j’ai notamment lu l’article de Martin Dufresne sur la réforme de la justice pénale bas-canadienne et plus précisément sur le cas des assauts communs à Québec. Cet article a été un tournant dans ma recherche puisqu’il s’agissait véritablement du premier article qui s’alignait directement avec mon projet. L’aspect comparé de cet article a aussi facilité ma compréhension du fonctionnement du système de justice pénale avant et après la réforme. 

J’ai aussi beaucoup travaillé dans mes sources. J’ai terminé de recenser les cas de femmes accusées de violence mineure dans les registres des actions pénales de la Cour du Recorder pour les années 1860 et 1870. J’ai aussi découvert l’existence d’un registre contenant une liste de mandats d’arrestations et de convocations à comparaître. Il s’agit d’une autre source intéressante à ajouter à mon corpus. En date d’aujourd’hui (07/03/2021), j’ai aussi terminé de recueillir les informations du registre d’arrestations pour l’année 1850. 

À venir…

Dans les prochaines semaines, je me concentrerai sur le dépouillement des registres d’arrestations pour 1860 et 1870. J’ai contacté les Archives de la Ville de Québec pour certaines numérisations et ils ont été d’une grande aide. Je pense que je devrai prendre un rendez-vous pour aller consulter différents documents en personne. Je pense aussi préciser la périodicité de ma recherche à un intervalle de 5 ans plutôt que 10 ans. La criminalité féminine connue est difficilement observable dans les archives, et je pense que l’étudier sur un plus petit intervalle serait pertinent. Même si je veux continuer mes recherches en archives, je pense qu’il est important que je commence à travailler sur l’ébauche du dernier travail de cette session. 

Catégories
Uncategorized

Billet sixième ronde. Rapport d’étape et état des lieux. (1)

Lucie Arbour

La critique des sources a été éprouvante. L’analyse de mon échantillon m’a notamment pris plus de temps que ce que j’avais envisagé. Résultat ? Un 31 janvier et un 1er février très caféinés. 

Représentation artistique de mon état mental, 1er février 2021.

Après la tempête…

Je me remets tranquillement de cet effort herculéen – nécessaire de par ma mauvaise gestion du temps, certes. Après deux jours de congés (mérités ?), j’ai réorganisé ma liste de lecture. Dans le prochain mois, je compte me concentrer sur les travaux portant sur les fondations philanthropiques états-uniennes. J’ai déjà lu la plupart des ouvrages classiques ; je compte donc maintenant m’attaquer aux articles ainsi qu’aux thèses, que j’ai jusqu’à maintenant légèrement négligés. Par la suite, je raffinerai ma bibliographie concernant la diffusion des normes avant de continuer mes lectures sur ce sujet. Ce deuxième objectif risque toutefois, en toute franchise, d’être relégué au mois de mars. 

Évidemment, ma principale difficulté demeure l’accès à mes sources. Il est en effet peu probable que je puisse me rendre au Rockefeller Archives Center avant l’été. La date fatidique de cette visite est constamment repoussée — un supplice de Tantale des plus frustrant pour une historienne. J’hésite pour l’instant à utiliser de nouveau le service de numérisation, malgré les coûts et les délais associés. Je compte d’abord en discuter avec mon directeur dans la semaine à venir. 

En attendant, je suis présentement en train de bâtir un dossier pour les Comités d’éthique de la recherche avec des êtres humains de l’Université Laval (CÉRUL) pour obtenir l’autorisation de mener d’autres entretiens avec William S. Moody. J’aimerais réaliser avec lui une série de quatre entretiens thématiques répartis sur la prochaine année. Le matériel récolté me permettra de mieux comprendre mes sources écrites tout en constituant en lui-même une source précieuse pour répondre à ma problématique. 

Pour l’instant, je donne à ma cafetière un peu de répit — jusqu’à la prochaine remise.  

Catégories
Uncategorized

Billet cinquième ronde. Mon bilan, mon programme

François Dubé

Mon programme de travail pour l’hiver

Le premier exercice qui occupera mon attention au cours du mois de janvier 2021 consistera à clarifier et à définir la méthodologie que je mobiliserai dans le cadre de mon projet de recherche. Je devrai, au cours de cette étape de ma recherche, effectuer de nombreuses lectures de nature méthodologique afin de me familiariser avec les différentes méthodes d’analyse de contenu. Ces lectures devraient me permettre de cerner la manière à privilégier dans le traitement de mes sources afin de collecter des données ayant une valeur scientifique. Une fois que ma méthodologie aura été peaufinée par mes lectures, je mettrai à l’épreuve cette dernière en l’appliquant à un échantillon de mon corpus. Cela me permettra notamment de constater si ma méthode est viable et peut fournir des données significatives en fin de compte.

Les mois de février et de mars devraient pour leur part être consacrés au traitement de mon corpus de source selon la méthodologie retenue précédemment. Ce travail devrait me permettre de récolter certaines données tout en confirmant sur un plus large échantillon si ma méthode est réalisable. Cette étape sera forcément entrecoupée de lectures me permettant d’affiner ma compréhension des enjeux sur lesquels je tomberai au cours de l’analyse de mes sources. Je profiterai également de ce moment pour faire des lectures qui me seront utiles afin de cerner avec plus de précision la place de ma recherche au sein de l’historiographie.

La fin du mois de mars et le début du mois d’avril seront pour leur part consacrés au travail de rédaction de la page Wikipédia qui me permettra de reformuler ma méthodologie et de me replonger dans la définition de mon sujet de recherche. Cette étape devrait me permettre de coucher sur le papier (ou plutôt à l’écran) une version révisée de la définition de mon projet de mémoire. En effet, ce travail sera l’occasion pour moi de revisiter, à l’issue du chemin parcouru depuis septembre 2020, mon sujet de recherche, sa place au sein de l’historiographie, ma problématique, mes sources et ma méthodologie. Cet exercice me permettra également de présenter pour la première fois les grandes lignes de ma recherche.

Les grandes lignes de ma démarche

Pour l’instant, ma démarche devrait consister à effectuer à la fois une analyse de contenu et de discours du Vindicator. L’analyse de contenu consistera à mesurer la proportion de la surface des nouvelles accordées aux évènements touchant l’Irlande, les colonies et les autres régions du monde. Le logiciel Adobe Acrobat Reader permet de faire ce type de calcul sans avoir à consulter mes journaux sous leur forme originale, soit celle du papier. Cette analyse menée sur une longue période devrait me permettre de cerner statistiquement l’évolution de la couverture médiatique du Vindicator au fil du temps. Cela devrait ainsi me permettre de voir si les affaires irlandaises sont venues à perdre ou encore à prendre de l’importance au fil des années au sein des publications du journal montréalais. Toutefois, afin de limiter la marge d’erreur provenant du fait que la couverture médiatique des évènements irlandais n’était pas uniquement influencée par l’intérêt porter par les rédacteurs du journal à cet égard (nous pouvons notamment penser au fait qu’il ait pu y avoir des périodes durant lesquelles l’Irlande ne produisait pas ou peu de nouvelles de grande importance), il nous sera nécessaire de reproduire la même démarche avec un journal local dont les positions politiques étaient près de celles du Vindicator. Les relations étroites existantes entre le Vindicator et La Minerve ainsi que le fait que ces journaux ont paru sans interruption durant la période à l’étude rendent le choix de La Minerve assez logique afin de mener cette comparaison.

En ce qui a trait à l’analyse de discours du Vindicator, celle-ci sera menée en mettant à profit le logiciel WordCruncher. Ce logiciel permet notamment de calculer le coefficient de relation direct entre deux textes et de mener une analyse de cooccurrence. Ce logiciel de traitement de données me sera ainsi utile afin de déterminer la part des influences du Vindicator provenant soit du Bas-Canada ou de l’Irlande. Pour arriver à des résultats illustratifs du poids des référents irlandais et bas-canadiens sur le discours du Vindicator, ma démarche consistera à compiler sous forme de texte les éditoriaux de nature politique inclus dans le Vindicator, dans La Minerve (pour la part de référent bas-canadiens) et dans le Dublin Evening Post (pour la part de référent irlandais).

Il me reste toujours à mener des réflexions quant à la période exacte qui fera l’objet de mon étude et à la méthode d’échantillonnage dont j’aurai recours pour rendre mon projet réalisable dans le contexte d’un projet de mémoire.


Catégories
Uncategorized

Billet quatrième ronde. Que faire ? Mettre mes sources au travail.

Katherine Fournier

Traitement des sources

Le traitement de mes sources se fera principalement par une analyse de texte. Pour démontrer à quoi une telle analyse pourrait ressembler, je peux prendre l’exemple d’un récit d’Étienne de Bourbon.

« Item, j’ai entendu de la bouche de maître Nicolas de Flavigny, archevêque de Besançon, qu’un homme riche soudain tomba dans la plus sombre misère. Il allait, sans but, désespéré, quand le diable se présenta à lui sous forme humaine lui disant que s’il voulait le servir et lui prêter hommage, il le ferait devenir riche. Il lui prêta hommage et mit sa main droite entre les mains du diable pour conclure le pacte. Elle devint noire comme du charbon. Ni les lavages ni d’autres moyens ne purent la faire redevenir blanche. Il servit longtemps le diable, mais conscient de sa faute il chercha refuge dans la confession que le diable lui avait interdite. Il se confessa en pleurant. Sa main retrouva sa couleur première. » [1]

Une analyse des critères externe de l’exemplum (auteur, recueil, etc.) permet de  m’informer sur la pertinence de la source quant à mon travail. Dans ce cas-ci, Étienne de Bourbon est un dominicain du XIIIe siècle qui écrit en pleine période d’essor de l’exemplum. Son ouvrage, le Tractatus de diversis materiis praedicabilibus dont est tiré l’exemplum ci-dessus, est un manuscrit contenant plus de 3000 récits englobant une grande partie de la vie chrétienne médiévale. L’objectif du Dominicain était de séparer son ouvrage en sept parties représentant les sept dons du Saint-Esprit. Toutefois, il mourut avant l’achèvement de son ouvrage. Le manuscrit original est perdu depuis le XVIe siècle, mais les récits réunis par Étienne de Bourbon ont malgré tout subi une grande diffusion dans l’Europe médiévale. Les exempla furent empruntés et réutilisés par d’autres prédicateurs, en partie ou complètement, marquant ainsi le début d’un usage plus courant des exempla dans les prédications. En ce qui concerne l’auteur et le recueil, l’ouvrage d’Étienne de Bourbon est particulièrement intéressant à explorer, non seulement parce que son auteur a été très prolifique sur le plan de la rédaction d’exempla, mais aussi parce que ses récits, malgré l’inachèvement du manuscrit, ont pour thèmes plusieurs facettes de la vie chrétienne.

Après avoir repéré un recueil ou un auteur intéressant, il me faudra lire le recueil ou le manuscrit pour délimiter quels exempla seront utiles à ma recherche. Pour ce faire, il faudra procéder à une analyse interne de la source et en faire ressortir les grands thèmes. On observe d’abord la présence du diable, attiré par la faiblesse d’un homme riche devenu pauvre, qui lui offre de faire un pacte. L’homme rend alors hommage au diable en mettant sa main droite entre les siennes. On observe alors deux éléments importants : celui du pacte diabolique en tant que tel, mais aussi celui du rituel d’hommage diabolique calqué sur celui de l’hommage vassalique féodal. Un autre élément présent dans le texte et pertinent pour ma recherche est la présence d’une transformation corporelle. La main qui servit à rendre hommage au diable change de couleur pour devenir noire. Ainsi, le récit tente de démontrer que le pacte diabolique entraine des conséquences corporelles sur la personne, venant ainsi rejoindre la pensée de Jérôme Baschet sur la dualité de l’âme et du corps.

Ce récit est présent dans la troisième partie de l’ouvrage, c’est-à-dire celle qui se consacre aux œuvres de pénitence. Parmi celles-ci, on compte la confession, qui occupe une place importante dans l’exemplum ci-dessus. En effet, c’est par la confession que la main de l’homme redevient blanche. Un des canons du concile de Latran de 1215 exigeait en effet que les individus se confessent au moins une fois par an à leur curé. L’objectif d’Étienne de Bourbon dans la rédaction de cet exemplum est donc de doter les prédicateurs de récits pouvant persuader les foules de l’utilité de la confession. On dit de la confession qu’elle lave et purge, qu’elle libère et protège, ce qui peut être observé dans les dernières lignes de l’exemplum où la main noire est blanchit par la confession de l’homme. Ceci vient rejoindre mon hypothèse selon laquelle la marque sur l’âme se traduit par une marque corporelle.

L’exemplum ci-dessus répond à tous mes critères quant à sa pertinence par rapport à ma recherche, mais il se peut aussi que je trouve des exempla qui présentent seulement quelques éléments ayant rapport avec mon sujet. Par exemple, un exemplum de Bernardin de Sienne mentionne un avare qui, à la suite d’un pacte diabolique, conservait les hosties pour les mettre dans sa ruche. À part le pacte, il semble ne pas y avoir de corrélation avec mon sujet. Pourtant il faut penser que l’hostie était alors considérée comme le corps du Christ. Il s’agit donc d’un corps et sa transformation dans la ruche pourrait se rattacher à mon hypothèse concernant les transformations corporelles.

Calendrier et outils

En ce qui concerne le calendrier, mon premier objectif pour le mois de janvier sera de lire le Dialogus magnus visionum ac miraculorum de Césaire de Heisterbach, un manuscrit du début du XIIIe siècle qui s’adresse autant aux nouveaux convertis qu’aux prédicateurs. Puis, le Tractatus de diversis materiis predicabilibus d’Étienne de Bourbon qui renferme plus de 3000 exempla. Ensuite, le Sermones feriales et communes, ainsi que le Sermones vulgares Jacques de Vitry, un recueil comportant plusieurs exempla. Jacques de Vitry a contribué à généraliser l’emploi de l’exemplum dans la prédication. À cela s’ajoute aussi la lecture du De miraculis de Pierre le Vénérable, puisque celui-ci mentionne le diable à de nombreuses reprises dans son recueil. Finalement, le Ci nous dit, écrit par un auteur anonyme du XIVe siècle et qui contient de nombreux exempla reliés à la vie morale chrétienne. L’Index Exemplorum de Tubach sera aussi une bonne manière de repérer des exempla concernant le diable ou le pacte, qui m’auraient échappé. Il s’agit d’un index qui présente des résumés d’exemplum, annotés et organisés par ordre alphabétique. Il sera donc question, pour le mois prochain, de lire ces recueils, mais également d’en faire une analyse externe, donc de préciser l’auteur des textes, à qu’ils s’adressent et leur diffusion interne ou externe. Une fois ces informations recueillies, les bases seront mises pour une analyse interne des documents. Les mois suivants serviront donc à identifier les exempla qui pourront être pertinents dans ma recherche et à les rassembler. Je compte me créer un corpus de sources en utilisant le logiciel Tropy. Celui-ci me permettra d’importer des exempla dans une base de données personnelle et d’y ajouter les informations que j’aurais recueillies dans mes analyses externes et internes.


[1] Étienne de Bourbon, Tractatus de diversis materiis praedicabilibus, t. III, De dono scientie, traduction de Jacques Berlioz, publié dans Jean-Claude Schmitt, Prêcher d’exemples, Récits de prédicateurs du Moyen Âge, France, Édition Stock, 1985, p.91-92

Catégories
Uncategorized

Billet de présentation : mon projet en 300 caractères

Lucie Arbour

Je veux définir comment l’intervention d’un acteur extérieur — le Rockefeller Brothers Fund — a contribué à modeler la façon de concevoir l’action environnementale dans l’ancien bloc de l’Est. Je veux aussi analyser comment cette intervention s’inscrit dans une démarche plus large de démocratisation.

Meggie Sue Cadrin

Je veux analyser les tensions sociales au sein de la population diverse et flottante de Québec en étudiant principalement le rapport des femmes avec la justice pénale du XIXe siècle. Je veux apprendre sur les femmes s’étant retrouvées devant les autorités pour leur présumée implication, complète ou partielle, dans des crimes de violence dite « mineure ».

Aimée Dion

Je veux comprendre l’impact de la Première Guerre mondiale sur la formation des nationalismes canadien-français et irlandais. Par l’étude des affiches de guerre, j’analyserai pourquoi l’Empire britannique peine à maintenir son autorité devant la radicalisation de l’opinion publique.

François Dubé

Je veux comprendre le rôle qu’a joué la communauté irlandaise au Bas-Canada dans le contexte des tensions politiques du début du XIXe siècle. Je veux savoir si le bagage culturel de cette communauté a mené un nombre significatif d’Irlandais à s’impliquer activement dans la lutte des réformistes bas-canadiens.

Katherine Fournier

Je veux analyser les punitions corporelles émanant du pacte avec le diable et relatées dans les récits médiévaux à saveur anecdotique. Je veux aussi comprendre comment celles-ci ont été utilisées par les prédicateurs comme outil moralisateur dans le but d’éduquer la population sur l’importance du repentir et de réprouver certains groupes de la société.

Tommy Labonté

Je veux comprendre la perception de la peine de mort au Bas-Canada. Je veux analyser l’évolution de la mentalité vis-à-vis l’exécution des patriotes de 1838-1839. Je veux exposer les différences dans l’application de la loi britannique selon les différentes colonies.

Émile Laplante

Je veux comprendre pourquoi la position du gouvernement chinois à l’égard de la Guerre du Viêtnam change drastiquement durant les années de conflit. L’idée est qu’en étudiant le passage de la relation sino-vietnamienne d’une position de fraternité à l’une d’animosité, l’étendue de l’engagement chinois, en ce qui a trait au conflit, devient éloquente.

Thomas Pauvret

David Rochette

Je veux analyser la politique étrangère canadienne durant l’entre-deux-guerres et déterminer si c’était un moyen pour le pays de mettre de l’avant son indépendance. Je désire également déterminer la place que le Canada occupait au sein de la communauté internationale, notamment au niveau de la prise de décision à la suite de la Première Guerre mondiale.

Catégories
Uncategorized

Projet de mémoire 2020-2021 Université Laval

Conçus par les étudiants à la maitrise en histoire du Département des sciences historiques de l’Université Laval au cours de l’année 2020-2021, ce blog comprendra, sous la forme d’un journal de bord, les réflexions de ces étudiants tout au long de leur cheminement de recherche, de la détermination d’un sujet jusqu’à la production d’un texte introductif qui présentera l’armature de leur mémoire. L’exercice du journal de bord incitera les étudiants à soumettre leurs stratégies de recherche en histoire, leurs hypothèses de travail, leurs obstacles rencontrés au moment de la recherche, leurs solutions à ceux-ci, etc. Dès lors, par le partage en commun de leurs réflexions, ce blog se veut un lieu où ils pourront échanger sur leur expérience commune de chercheur, développant ainsi des collaborations et une émulation dans la collégialité.