Catégories
Uncategorized

Les femmes et la justice pénale à Québec (1815-1870) : implication dans les crimes de violence mineure

Meggie Sue Cadrin

LE SUJET

Le soir du 31 octobre 1860, Catherine O’Brien est arrêtée[1] pour ivresse et pour avoir agressé le sous-constable Marcotte dans l’exercice de ses fonctions. Ce qui aurait pu être qu’une simple arrestation pour désordre public devient alors un incident de violence mineure. Détenue probablement à la station de police, O’Brien est ensuite amenée devant la Cour du Recorder le 2 novembre 1860. Le Recorder la condamne à 20 $ d’amende ou deux mois d’emprisonnement[2]. Sans doute incapable de payer, elle est écrouée dans la prison commune de Québec[3] le jour même, et est libérée le 17 janvier 1861. L’expérience judiciaire de Catherine O’Brien est loin d’être « typique ». En réalité, ce ne sont pas toutes les femmes arrêtées qui sont formellement accusées et encore moins emprisonnées. Ce cas illustre néanmoins l’entièreté du processus judiciaire par lequel passent plusieurs femmes accusées de violence mineure.

La prison commune de Québec sur la rue Saint-Stanislas, vers 1830
Source : James Pattison Cockburn, Bibliothèque et Archives Canada, no d’Acc 1970-188-329

Dans ce mémoire, je m’intéresserai à la criminalité féminine et au système de justice pénale québécois du XIXe siècle. Ma recherche portera précisément sur l’implication des femmes dans les crimes de violence dite « mineure » à Québec entre 1815 et 1870.  

La ville de Québec, au XIXe siècle, est l’un des ports les plus importants de l’Amérique du Nord.  À partir de 1815, la population accroît au rythme d’importantes vagues d’immigration provenant majoritairement de la Grande-Bretagne et transitant par la ville de Québec. Les activités portuaires et l’immigration provoquent une diversification de la population où les tensions sociales entrainent de multiples conflits qui se retrouvent fréquemment devant les tribunaux[4]. L’année 1870 conclue la recherche puisqu’à cette période, la ville de Québec vit un important ralentissement économique et démographique[5]. Dans son ensemble, l’étude du XIXe siècle permet d’observer la transition entre l’ancien régime et la modernité, en ce qui a trait à la justice pénale[6]. Ces années sont aussi marquées par l’avènement d’une économie industrielle qui influence profondément les rapports sociaux de l’époque[7].


[1]   Archives de la ville de Québec (A.V.Q.), Série QC1 (Sécurité publique), Registre d’arrestations de 1860, QC1‑11 1433.

[2]   A.V.Q., Série FF (Recorder), Registre des actions pénales de 1860, 2FF 3, p.228.

[3]   Bibliothèque et Archives nationales du Québec, centre d’archives de Québec (BAnQ-Q), Fonds Ministère de la Justice, E17, S1, Registre d’écrou de la prison de Québec de 1860.

[4]   Donald Fyson, Magistrats, police et société : la justice criminelle ordinaire au Québec et au Bas Canada (1764-1837), Montréal, Hurtubise, 2010, p.544.   

[5]   Marc Vallières, Québec, Québec, Presses de l’Université Laval, 2010, p. 96.

[6]   Fyson, Magistrats, p.37.

[7]   Denyse Baillargeon, Brève histoire des femmes au Québec, Montréal, Les Éditions du Boréal, 2012, p.57.

Catégories
Uncategorized

Billet première ronde. Que faire ? Préciser mon questionnement

François Dubé

Genèse du projet :

La première question qui s’est posée au moment de choisir mon sujet de recherche à la maîtrise concernait mes champs d’intérêt. Ayant été captivé par les thématiques liées à l’Europe contemporaine et aux Révolutions atlantiques au cours de mon baccalauréat, il allait de soi que mon projet s’y intéresse. C’est à l’automne 2019 que je suis tombé sur la piste des Insurrections des patriotes en effectuant un travail de synthèse élaborée dans le cadre d’un cours portant sur l’Empire britannique. En m’intéressant à l’évolution du discours patriote, j’en suis venu à me familiariser avec les principaux auteurs ayant traité du sujet. L’ouvrage Le Printemps de l’Amérique française de Louis-George Harvey (2005) m’a particulièrement marqué par sa démarche qui mettait bien en lumière les influences internationales, notamment étasuniennes, ayant pesé sur les acteurs de l’époque et sur leur pensée politique. Les courtes mentions de l’implication de leaders patriotes irlandais ont toutefois attisé ma curiosité au sujet de l’implication générale de cette diaspora. Ayant suivi un cours sur l’histoire de l’Irlande contemporaine au baccalauréat, je n’ai pas pu m’empêcher de constater que la situation des Canadiens français au Bas-Canada était semblable sur certains aspects avec celle des sujets catholiques d’Irlande. J’en suis donc venu à me demander si le bagage culturel de la communauté irlandaise installée au Bas-Canada avait pesé sur leur implication dans le cadre des conflits politiques du début du XIXe siècle.

Problématique et questions partielles :

Pour l’instant, ma problématique se décline ainsi : de quelle manière la culture politique de la diaspora irlandaise installée au Bas-Canada au début du XIXe siècle a-t-elle influencé l’implication de cette communauté dans le cadre des conflits politiques ayant culminé avec les Insurrections des patriotes? Afin de répondre à ma problématique, une grille de questionnement orientera ma recherche : quel rôle a joué la diaspora irlandaise du Bas-Canada dans le développement du discours réformiste au cours de la première moitié du XIXe siècle? Que révèle l’étude du journal d’opinion The Irish Vindicator en ce qui a trait à la culture politique de la communauté irlandaise au Bas-Canada? Comment le bagage culturel, le contexte impérial et les référents politiques irlandais ont-ils agi sur le développement du discours réformiste bas-canadien? De quelle manière l’appartenance religieuse des nouveaux arrivants a-t-elle influencé leur intégration au combat politique dans la colonie bas-canadienne?

Hypothèse :

Pour l’instant, il semble probable que la culture politique des Irlandais installés au Bas-Canada ait influencé le positionnement et le discours de cette communauté à l’égard des affaires de la colonie. La publication bihebdomadaire du journal The Irish Vindicator entre 1828 et 1837 à Montréal semble avoir permis aux émigrants irlandais de maintenir un contact avec leur mère patrie et d’ainsi rester aux faits des enjeux politiques de l’Irlande de l’époque. De plus, je crois qu’il est probable que les éditeurs du Vindicator aient cherché à mobiliser la communauté irlandaise en faveur du mouvement patriote en présentant des injustices propres à l’Irlande et en tirant des liens entre ces évènements et ceux ayant cours au Bas-Canada. Il semblerait donc que les enjeux politiques propres à l’Irlande du XIXe siècle se soient directement répercutés sur l’arène coloniale du Bas-Canada, notamment à travers les publications du Vindicator, et ont par conséquent alimenté un discours anticolonial réformiste. Le rôle de premier plan occupé par le rédacteur du Vindicator, l’irlandais Edmund Bailey O’Callaghan, en tant que bras droit de Louis-Joseph Papineau semble aussi mettre en lumière la volonté du mouvement réformiste de s’attirer l’appui de cette communauté dont le poids démographique était en hausse marquée au cours de la décennie 1830. Enfin, les comparaisons faites entre Papineau et le leader nationaliste Daniel O’Connell semblent témoigner d’une réelle connaissance des enjeux politiques irlandais au Bas-Canada et d’une mobilisation de ces enjeux dans une perspective partisane. L’expérience des patriotes au Bas-Canada s’inspirerait donc de leur lecture des évènements se déroulant en Irlande depuis 1798.

Approches de recherche :

Ma recherche propose une démarche comparative afin de mettre en lien les enjeux politiques irlandais et bas-canadiens du début du XIXe siècle. J’étudierai les Insurrections dans un contexte transnational et atlantique, une approche privilégiée également par L.-G. Harvey dans Le Printemps de l’Amérique française (2005). Ma recherche pourra ainsi replacer le discours du Vindicator dans le contexte international de l’évolution des idées et combler les vides en ce qui a trait à l’insertion de l’histoire bas-canadienne dans un monde atlantique et impérial. Mon mémoire s’inscrira dans la trame de l’histoire politique puisqu’il étudiera les discours politiques et la presse partisane du début du XIXe siècle. De plus, en abordant la culture politique des Irlandais installés au Bas-Canada, ma recherche traitera de l’histoire sociale des idées, notamment en s’interrogeant sur l’importance de l’imprégnation du discours patriote au sein de cette diaspora.