Catégories
Uncategorized

Billet quatrième ronde. Que faire ? Mettre mes sources au travail.

Katherine Fournier

Traitement des sources

Le traitement de mes sources se fera principalement par une analyse de texte. Pour démontrer à quoi une telle analyse pourrait ressembler, je peux prendre l’exemple d’un récit d’Étienne de Bourbon.

« Item, j’ai entendu de la bouche de maître Nicolas de Flavigny, archevêque de Besançon, qu’un homme riche soudain tomba dans la plus sombre misère. Il allait, sans but, désespéré, quand le diable se présenta à lui sous forme humaine lui disant que s’il voulait le servir et lui prêter hommage, il le ferait devenir riche. Il lui prêta hommage et mit sa main droite entre les mains du diable pour conclure le pacte. Elle devint noire comme du charbon. Ni les lavages ni d’autres moyens ne purent la faire redevenir blanche. Il servit longtemps le diable, mais conscient de sa faute il chercha refuge dans la confession que le diable lui avait interdite. Il se confessa en pleurant. Sa main retrouva sa couleur première. » [1]

Une analyse des critères externe de l’exemplum (auteur, recueil, etc.) permet de  m’informer sur la pertinence de la source quant à mon travail. Dans ce cas-ci, Étienne de Bourbon est un dominicain du XIIIe siècle qui écrit en pleine période d’essor de l’exemplum. Son ouvrage, le Tractatus de diversis materiis praedicabilibus dont est tiré l’exemplum ci-dessus, est un manuscrit contenant plus de 3000 récits englobant une grande partie de la vie chrétienne médiévale. L’objectif du Dominicain était de séparer son ouvrage en sept parties représentant les sept dons du Saint-Esprit. Toutefois, il mourut avant l’achèvement de son ouvrage. Le manuscrit original est perdu depuis le XVIe siècle, mais les récits réunis par Étienne de Bourbon ont malgré tout subi une grande diffusion dans l’Europe médiévale. Les exempla furent empruntés et réutilisés par d’autres prédicateurs, en partie ou complètement, marquant ainsi le début d’un usage plus courant des exempla dans les prédications. En ce qui concerne l’auteur et le recueil, l’ouvrage d’Étienne de Bourbon est particulièrement intéressant à explorer, non seulement parce que son auteur a été très prolifique sur le plan de la rédaction d’exempla, mais aussi parce que ses récits, malgré l’inachèvement du manuscrit, ont pour thèmes plusieurs facettes de la vie chrétienne.

Après avoir repéré un recueil ou un auteur intéressant, il me faudra lire le recueil ou le manuscrit pour délimiter quels exempla seront utiles à ma recherche. Pour ce faire, il faudra procéder à une analyse interne de la source et en faire ressortir les grands thèmes. On observe d’abord la présence du diable, attiré par la faiblesse d’un homme riche devenu pauvre, qui lui offre de faire un pacte. L’homme rend alors hommage au diable en mettant sa main droite entre les siennes. On observe alors deux éléments importants : celui du pacte diabolique en tant que tel, mais aussi celui du rituel d’hommage diabolique calqué sur celui de l’hommage vassalique féodal. Un autre élément présent dans le texte et pertinent pour ma recherche est la présence d’une transformation corporelle. La main qui servit à rendre hommage au diable change de couleur pour devenir noire. Ainsi, le récit tente de démontrer que le pacte diabolique entraine des conséquences corporelles sur la personne, venant ainsi rejoindre la pensée de Jérôme Baschet sur la dualité de l’âme et du corps.

Ce récit est présent dans la troisième partie de l’ouvrage, c’est-à-dire celle qui se consacre aux œuvres de pénitence. Parmi celles-ci, on compte la confession, qui occupe une place importante dans l’exemplum ci-dessus. En effet, c’est par la confession que la main de l’homme redevient blanche. Un des canons du concile de Latran de 1215 exigeait en effet que les individus se confessent au moins une fois par an à leur curé. L’objectif d’Étienne de Bourbon dans la rédaction de cet exemplum est donc de doter les prédicateurs de récits pouvant persuader les foules de l’utilité de la confession. On dit de la confession qu’elle lave et purge, qu’elle libère et protège, ce qui peut être observé dans les dernières lignes de l’exemplum où la main noire est blanchit par la confession de l’homme. Ceci vient rejoindre mon hypothèse selon laquelle la marque sur l’âme se traduit par une marque corporelle.

L’exemplum ci-dessus répond à tous mes critères quant à sa pertinence par rapport à ma recherche, mais il se peut aussi que je trouve des exempla qui présentent seulement quelques éléments ayant rapport avec mon sujet. Par exemple, un exemplum de Bernardin de Sienne mentionne un avare qui, à la suite d’un pacte diabolique, conservait les hosties pour les mettre dans sa ruche. À part le pacte, il semble ne pas y avoir de corrélation avec mon sujet. Pourtant il faut penser que l’hostie était alors considérée comme le corps du Christ. Il s’agit donc d’un corps et sa transformation dans la ruche pourrait se rattacher à mon hypothèse concernant les transformations corporelles.

Calendrier et outils

En ce qui concerne le calendrier, mon premier objectif pour le mois de janvier sera de lire le Dialogus magnus visionum ac miraculorum de Césaire de Heisterbach, un manuscrit du début du XIIIe siècle qui s’adresse autant aux nouveaux convertis qu’aux prédicateurs. Puis, le Tractatus de diversis materiis predicabilibus d’Étienne de Bourbon qui renferme plus de 3000 exempla. Ensuite, le Sermones feriales et communes, ainsi que le Sermones vulgares Jacques de Vitry, un recueil comportant plusieurs exempla. Jacques de Vitry a contribué à généraliser l’emploi de l’exemplum dans la prédication. À cela s’ajoute aussi la lecture du De miraculis de Pierre le Vénérable, puisque celui-ci mentionne le diable à de nombreuses reprises dans son recueil. Finalement, le Ci nous dit, écrit par un auteur anonyme du XIVe siècle et qui contient de nombreux exempla reliés à la vie morale chrétienne. L’Index Exemplorum de Tubach sera aussi une bonne manière de repérer des exempla concernant le diable ou le pacte, qui m’auraient échappé. Il s’agit d’un index qui présente des résumés d’exemplum, annotés et organisés par ordre alphabétique. Il sera donc question, pour le mois prochain, de lire ces recueils, mais également d’en faire une analyse externe, donc de préciser l’auteur des textes, à qu’ils s’adressent et leur diffusion interne ou externe. Une fois ces informations recueillies, les bases seront mises pour une analyse interne des documents. Les mois suivants serviront donc à identifier les exempla qui pourront être pertinents dans ma recherche et à les rassembler. Je compte me créer un corpus de sources en utilisant le logiciel Tropy. Celui-ci me permettra d’importer des exempla dans une base de données personnelle et d’y ajouter les informations que j’aurais recueillies dans mes analyses externes et internes.


[1] Étienne de Bourbon, Tractatus de diversis materiis praedicabilibus, t. III, De dono scientie, traduction de Jacques Berlioz, publié dans Jean-Claude Schmitt, Prêcher d’exemples, Récits de prédicateurs du Moyen Âge, France, Édition Stock, 1985, p.91-92

Catégories
Uncategorized

Billet de troisième ronde. Que faire ? Cerner mes premières sources

Meggie Sue Cadrin

Les sources principales 

Dans le cadre de mon mémoire, je pense que l’un des gisements de source évidents est les archives judiciaires dans leur ensemble. Considérant mon cadre spatio-temporel, c’est-à-dire la ville de Québec, entre 1815 et 1870, je commencerai mes recherches dans le fonds de la Cour des sessions générales de la paix du district de Québec (TL31, S1, SS1) et dans le fonds de la Cour du Recorder (série FF). Le fonds de la Cour des sessions générales de la paix couvre la période entre 1800 et 1908. La Cour du Recorder, quant à elle, est instaurée en 1856 et est l’ancêtre de la Cour municipale de la ville de Québec. Ce fonds servira donc à étudier les 14 dernières années de ma période. L’étude de ces deux fonds d’archives permettra de mieux comprendre l’activité criminelle féminine de l’époque.

Je rechercherai également dans le fonds des archives de la ville de Québec et plus précisément dans la série Sécurité Publique (QC-1). L’étude de cette série permet d’intercepter les données qui ne se retrouvent pas dans les archives judiciaires officielles puisque ce ne sont pas toutes les plaintes et arrestations qui se retrouvent devant les tribunaux. Il faut donc aller au-delà de ce qui se retrouve devant les cours pour d’avoir une vision presque exhaustive de la criminalité féminine. 

Aperçu d’une lettre du chef de police en date du 18 juin 1855.
Cette lettre sert de rapport et liste les noms de policiers en fonction.
Source : Service du greffe et des archives de la ville de Québec 
(dossier: Q-C1-01-B-1370-08)

Finalement, j’irai faire des recherches dans les archives de la prison commune de Québec puisque l’étude de l’emprisonnement de la femme criminelle me permettra de mieux comprendre ce que représente, pour certaines, la « finalité » de leur traitement judiciaire.

Centre d’archives de Québec, 
E17 (1960-01-036/1571), 
Registre de la prison de Québec 
(femmes et hommes), 
1838-1843, vol. 3, f. 115
https://www.banq.qc.ca/archives/genealogie_histoire_familiale/ressources/bd/instr_prisons/prison/

Les sources « inattendues » 

Pour l’instant, je pense que les sources qui pourraient être intéressantes à ajouter à mon corpus sont des coupures de journaux quotidiens. Comme discuté dans mon bilan historiographique, la criminalité féminine n’est pas si fréquente au 19e siècle et dans certains cas, elle attire particulièrement l’attention de la population ordinaire. Cette curiosité pour les femmes « déviantes » et criminelles a peut-être donc inspiré l’écriture de rubriques. Ces sources ne sont pas judiciaires et rejoignent un peu plus l’aspect social de ma recherche.

Localisation, accessibilité, forme et contenu

Le fonds d’archives de la Cour des sessions générales de la paix se retrouve à la BAnQ de Québec. Considérant son ampleur, il est possible de consulter l’outil de recherche Thémis 2 afin de cibler les dossiers qui sont les plus pertinents. Je m’attends à retrouver dans ce fonds des enquêtes du coroner, des témoignages ainsi que d’autres documents qui permettent d’avoir une idée du fonctionnement de cette cour. Les archives de la prison commune de Québec se retrouvent également à la BAnQ de Québec. Ce fonds contient plusieurs informations sur l’expérience des prisonniers. Les registres d’écrou contenus dans ce fonds sont aussi intéressants puisqu’ils fournissent des informations sur l’identité des prisonniers. Compte tenu des conditions sanitaires actuelles, je pense que l’accessibilité à la BAnQ est restreinte et qu’il faut prendre rendez-vous pour une consultation sur place. 

Le fonds de la Cour du Recorder se retrouve aux archives de la ville de Québec et je m’intéresserai surtout aux police/penal books puisqu’ils consignent plusieurs informations sur les arrestations et les procès. L’outil de recherche fourni par le service du greffe et des archives facilitera la sélection des sources. La série Sécurité publique se retrouve également aux archives de la ville de Québec. Un outil de recherche a également été fourni et je m’intéresserai notamment aux registres de plaintes et arrestations ainsi qu’aux rapports d’activités quotidiennes. Lorsque j’ai contacté le service du greffe et des archives de la ville de Québec, ils m’ont informée qu’ils priorisaient la numérisation des archives, mais qu’ils prenaient des rendez-vous pour les consultations sur place également. 

Défis entourant les sources

De manière générale, je pense que mes sources comprennent plusieurs défis par leur fragilité au niveau du format, mais aussi du contenu. L’étude de la criminalité peut être délicate par moment et je crois que je dois approcher ces sources avec une certaine sensibilité. Évidemment, les limites physiques de ces sources sont aussi importantes. Je pense principalement aux registres d’écrou qui doivent être manipulés avec grand soin. 

L’ampleur de mon corpus sera un autre défi important et je devrai adopter un système d’organisation efficace pour ne pas me perdre dans les nombreux dossiers judiciaires. Il est aussi certain que la situation sanitaire actuelle compliquera la recherche en archives. La majorité de mon corpus, si ce n’est pas l’entièreté, n’est pas numérisée. Il faudra donc que je contacte les centres afin d’évaluer ma situation et prendre rendez-vous pour une consultation sur place. Le fait que toutes les requêtes se font à distance complique aussi l’accessibilité à l’aide des archivistes. Néanmoins, je sais que mon directeur de recherche a une importante base de données qu’il est prêt à me partager afin de faciliter ma recherche. Il m’a également conseillé de contacter certains de ses étudiants afin de voir s’ils seraient prêts à me partager leur propre base de données. 

Catégories
Uncategorized

Billet de deuxième ronde : Dessiner mon paysage historiographique

Comment condenser ses lectures en 750 mots : c’est un échec pour ma part.

Force est d’admettre que la production demeure un reflet de la conjoncture de l’époque à laquelle elle est produite. C’est pourquoi il faut se méfier lorsqu’on dit que tout a été dit sur les rébellions et la peine capitale. Évidemment, certains champs de recherche ont vu beaucoup d’encre couler dans les dernières décennies. On a eu droit à des études basées sur les causes et conséquences économiques des événements. Plusieurs abordent également la question ethnique et certains mettent l’accent sur les questions politiques.

La peine capitale

La conception d’une bibliographie étant un exercice en continue tout au long d’une recherche historique, j’ai effectué une recherche en lien avec mon plan préliminaire. Comme la première partie s’articule autour des notions de peines capitales au Canada et dans l’Empire britannique, j’ai commencé avec un chapitre de l’ouvrage de Donald Fyson intitulé Violence, Order, and Unrest. A History of British North America, 1749-1876[1]. Ce chapitre m’a fourni des détails empiriques sur les 141 exécutions qui ont eu lieu à Québec entre 1759 et 1876.  C’est ainsi que j’ai pris en considération la thèse de Norbert Elias sur le « civilising process » et sur son application dans les études portant sur la violence étatique[2]. J’ai également consulté une autre étude de Fyson sur la peine capitale : « La peine capitale au Québec, 1759-1869 : modèle européen ou spécificité coloniale ? »[3]. Dans une perspective plus large, j’ai également consulté l’ouvrage de Richard Ward qui aborde l’histoire globale des exécutions[4] ainsi que celui de Ken Leyton-Brown qui est plus spécifique aux exécutions au Canada[5].

Les crimes et les procès des patriotes

Pour resserrer l’étau de ma recherche, j’ai aussi cherché des études sur la loi martiale et les procès. C’est l’ouvrage collectif de F. Murray Greenwood et Barry Wright qui m’a semblé le plus pertinent pour commencer[6]. J’ai aussi consulté l’article de Jean Marie-Fecteau sur les conditions d’application de la loi martiale lors des rébellions[7].

Contexte général

Les représentations des crimes dans l’imaginaire collectif au Québec est très bien étayé dans la thèse d’Alex Gagnon[8]. Pour ce qui est du contexte politique du milieu des années 1850, j’ai consulté l’ouvrage de Jean-Paul Bernard, Les Rouges[9]. J’ai aussi regardé du côté des études sur le contexte religieux et j’ai trouvé l’ouvrage de Nadia F. Eid, Le clergé et le pouvoir politique au Québec[10]. J’ai finalement regardé certaines études qui effectuaient une comparaison avec des pendaisons ultérieurs et postérieurs à celles des patriotes[11].

Évidemment, il y a plusieurs ouvrages généraux sur les rébellions des patriotes. J’en ai déjà consulté plusieurs, mais il me restera à choisir ceux qui seront utile à mon mémoire. Le travail bibliographique à remettre me laissera plus d’espace pour vous en dire plus.


[1] Donald FYSON, « The Spectacle of State Violence : Exécutions in Quebec, 1759-1872 », dans Violence, Order and Unrest. A History of British North America, 1749-1876, Toronto, University of Toronto Press, 2019, p.383-407.

[2] Ibid, p. 384.

[3] Donald FYSON, « La peine capitale au Québec, 1759-1869 : modèle européen ou spécificité coloniale ? », dans Adapter le droit et rendre la justice aux colonies : Thémis outre-mer (XVIe-XIXe siècles), Dijon, Éditions universitaires de Dijon, 2015, p.229-240.

[4] Richard WARD, A Global History of Execution and the Criminal Corpse, United Kingdom, Palgrave Macmillan, 2015, 313p.

[5] Ken LEYTON-BROWN, The Practice of Execution in Canada, Vancouvers, UBC Press, 2010, 205p.

[6] F. MURRAY GREENWOOD and Barry WRIGHT, Canadian State Trials II, Rebellion and Invasion in the Canadas, 1837-1839, Toronto, University of Toronto Press, 1996, 500 p.

[7] Jean-Marie FECTEAU, « Mesures d’exception et règle de droit : Les conditions d’application de la loi martiale au Québec lors des rébellions de 1837-1838 », Revue de droit de McGill, Vol. 32, no. 3, (1987), p.465-496.

[8] Alex GAGNON, « La communauté du dehors. Imaginaire social et représentations du crime au Québec [XIXe – Xxe siècle) », Thèse, Montréal, Université de Montréal, 2015, 589 p.

[9] Jean-Paul BERNARD, Les Rouges – Libéralisme, nationalisme et anticléricalisme au milieu du XIXe siècle, Montréal, Presses de l’Université du Québec, 1971, 395 p.

[10] Nadia F. EID, Le clergé et le pouvoir politique au Québec, une analyse de l’idéologie ultramontaine au milieu du XIXe siècle, Montréal, éditions Hurtubise, 1978, 320 p.

[11] Je pense ici à J.M. BUMSTED, « Another look at the Ruel Trial for Treason », dans Canadian State Trials III, Political Trials and Security Measures, 1840-1914, Toronto, University of Toronto Press, 1996, p.411-450 ; James Kelly, « Punishing the Dead: Execution and the Executed Body in Eighteenth-Century Ireland », dans A Global History of the Execution and the Criminal Corpse, Vancouvers, Palgrave Macmillan, 2015, p. 37-70 ; F. MURRAY GREENWOOD, « The General Court Martial at Montreal, 1838-9: Operation and the Irish Comparison », dans Canadian State Trials II, Rebellion and Invasion in the Canadas, 1837-1839, Toronto, University of Toronto Press, 1996, p. 279-324.

Catégories
Uncategorized

Billet première ronde. Que faire ? Préciser mon questionnement

François Dubé

Genèse du projet :

La première question qui s’est posée au moment de choisir mon sujet de recherche à la maîtrise concernait mes champs d’intérêt. Ayant été captivé par les thématiques liées à l’Europe contemporaine et aux Révolutions atlantiques au cours de mon baccalauréat, il allait de soi que mon projet s’y intéresse. C’est à l’automne 2019 que je suis tombé sur la piste des Insurrections des patriotes en effectuant un travail de synthèse élaborée dans le cadre d’un cours portant sur l’Empire britannique. En m’intéressant à l’évolution du discours patriote, j’en suis venu à me familiariser avec les principaux auteurs ayant traité du sujet. L’ouvrage Le Printemps de l’Amérique française de Louis-George Harvey (2005) m’a particulièrement marqué par sa démarche qui mettait bien en lumière les influences internationales, notamment étasuniennes, ayant pesé sur les acteurs de l’époque et sur leur pensée politique. Les courtes mentions de l’implication de leaders patriotes irlandais ont toutefois attisé ma curiosité au sujet de l’implication générale de cette diaspora. Ayant suivi un cours sur l’histoire de l’Irlande contemporaine au baccalauréat, je n’ai pas pu m’empêcher de constater que la situation des Canadiens français au Bas-Canada était semblable sur certains aspects avec celle des sujets catholiques d’Irlande. J’en suis donc venu à me demander si le bagage culturel de la communauté irlandaise installée au Bas-Canada avait pesé sur leur implication dans le cadre des conflits politiques du début du XIXe siècle.

Problématique et questions partielles :

Pour l’instant, ma problématique se décline ainsi : de quelle manière la culture politique de la diaspora irlandaise installée au Bas-Canada au début du XIXe siècle a-t-elle influencé l’implication de cette communauté dans le cadre des conflits politiques ayant culminé avec les Insurrections des patriotes? Afin de répondre à ma problématique, une grille de questionnement orientera ma recherche : quel rôle a joué la diaspora irlandaise du Bas-Canada dans le développement du discours réformiste au cours de la première moitié du XIXe siècle? Que révèle l’étude du journal d’opinion The Irish Vindicator en ce qui a trait à la culture politique de la communauté irlandaise au Bas-Canada? Comment le bagage culturel, le contexte impérial et les référents politiques irlandais ont-ils agi sur le développement du discours réformiste bas-canadien? De quelle manière l’appartenance religieuse des nouveaux arrivants a-t-elle influencé leur intégration au combat politique dans la colonie bas-canadienne?

Hypothèse :

Pour l’instant, il semble probable que la culture politique des Irlandais installés au Bas-Canada ait influencé le positionnement et le discours de cette communauté à l’égard des affaires de la colonie. La publication bihebdomadaire du journal The Irish Vindicator entre 1828 et 1837 à Montréal semble avoir permis aux émigrants irlandais de maintenir un contact avec leur mère patrie et d’ainsi rester aux faits des enjeux politiques de l’Irlande de l’époque. De plus, je crois qu’il est probable que les éditeurs du Vindicator aient cherché à mobiliser la communauté irlandaise en faveur du mouvement patriote en présentant des injustices propres à l’Irlande et en tirant des liens entre ces évènements et ceux ayant cours au Bas-Canada. Il semblerait donc que les enjeux politiques propres à l’Irlande du XIXe siècle se soient directement répercutés sur l’arène coloniale du Bas-Canada, notamment à travers les publications du Vindicator, et ont par conséquent alimenté un discours anticolonial réformiste. Le rôle de premier plan occupé par le rédacteur du Vindicator, l’irlandais Edmund Bailey O’Callaghan, en tant que bras droit de Louis-Joseph Papineau semble aussi mettre en lumière la volonté du mouvement réformiste de s’attirer l’appui de cette communauté dont le poids démographique était en hausse marquée au cours de la décennie 1830. Enfin, les comparaisons faites entre Papineau et le leader nationaliste Daniel O’Connell semblent témoigner d’une réelle connaissance des enjeux politiques irlandais au Bas-Canada et d’une mobilisation de ces enjeux dans une perspective partisane. L’expérience des patriotes au Bas-Canada s’inspirerait donc de leur lecture des évènements se déroulant en Irlande depuis 1798.

Approches de recherche :

Ma recherche propose une démarche comparative afin de mettre en lien les enjeux politiques irlandais et bas-canadiens du début du XIXe siècle. J’étudierai les Insurrections dans un contexte transnational et atlantique, une approche privilégiée également par L.-G. Harvey dans Le Printemps de l’Amérique française (2005). Ma recherche pourra ainsi replacer le discours du Vindicator dans le contexte international de l’évolution des idées et combler les vides en ce qui a trait à l’insertion de l’histoire bas-canadienne dans un monde atlantique et impérial. Mon mémoire s’inscrira dans la trame de l’histoire politique puisqu’il étudiera les discours politiques et la presse partisane du début du XIXe siècle. De plus, en abordant la culture politique des Irlandais installés au Bas-Canada, ma recherche traitera de l’histoire sociale des idées, notamment en s’interrogeant sur l’importance de l’imprégnation du discours patriote au sein de cette diaspora.

Catégories
Uncategorized

Billet de présentation : mon projet en 300 caractères

Lucie Arbour

Je veux définir comment l’intervention d’un acteur extérieur — le Rockefeller Brothers Fund — a contribué à modeler la façon de concevoir l’action environnementale dans l’ancien bloc de l’Est. Je veux aussi analyser comment cette intervention s’inscrit dans une démarche plus large de démocratisation.

Meggie Sue Cadrin

Je veux analyser les tensions sociales au sein de la population diverse et flottante de Québec en étudiant principalement le rapport des femmes avec la justice pénale du XIXe siècle. Je veux apprendre sur les femmes s’étant retrouvées devant les autorités pour leur présumée implication, complète ou partielle, dans des crimes de violence dite « mineure ».

Aimée Dion

Je veux comprendre l’impact de la Première Guerre mondiale sur la formation des nationalismes canadien-français et irlandais. Par l’étude des affiches de guerre, j’analyserai pourquoi l’Empire britannique peine à maintenir son autorité devant la radicalisation de l’opinion publique.

François Dubé

Je veux comprendre le rôle qu’a joué la communauté irlandaise au Bas-Canada dans le contexte des tensions politiques du début du XIXe siècle. Je veux savoir si le bagage culturel de cette communauté a mené un nombre significatif d’Irlandais à s’impliquer activement dans la lutte des réformistes bas-canadiens.

Katherine Fournier

Je veux analyser les punitions corporelles émanant du pacte avec le diable et relatées dans les récits médiévaux à saveur anecdotique. Je veux aussi comprendre comment celles-ci ont été utilisées par les prédicateurs comme outil moralisateur dans le but d’éduquer la population sur l’importance du repentir et de réprouver certains groupes de la société.

Tommy Labonté

Je veux comprendre la perception de la peine de mort au Bas-Canada. Je veux analyser l’évolution de la mentalité vis-à-vis l’exécution des patriotes de 1838-1839. Je veux exposer les différences dans l’application de la loi britannique selon les différentes colonies.

Émile Laplante

Je veux comprendre pourquoi la position du gouvernement chinois à l’égard de la Guerre du Viêtnam change drastiquement durant les années de conflit. L’idée est qu’en étudiant le passage de la relation sino-vietnamienne d’une position de fraternité à l’une d’animosité, l’étendue de l’engagement chinois, en ce qui a trait au conflit, devient éloquente.

Thomas Pauvret

David Rochette

Je veux analyser la politique étrangère canadienne durant l’entre-deux-guerres et déterminer si c’était un moyen pour le pays de mettre de l’avant son indépendance. Je désire également déterminer la place que le Canada occupait au sein de la communauté internationale, notamment au niveau de la prise de décision à la suite de la Première Guerre mondiale.

Catégories
Uncategorized

Projet de mémoire 2020-2021 Université Laval

Conçus par les étudiants à la maitrise en histoire du Département des sciences historiques de l’Université Laval au cours de l’année 2020-2021, ce blog comprendra, sous la forme d’un journal de bord, les réflexions de ces étudiants tout au long de leur cheminement de recherche, de la détermination d’un sujet jusqu’à la production d’un texte introductif qui présentera l’armature de leur mémoire. L’exercice du journal de bord incitera les étudiants à soumettre leurs stratégies de recherche en histoire, leurs hypothèses de travail, leurs obstacles rencontrés au moment de la recherche, leurs solutions à ceux-ci, etc. Dès lors, par le partage en commun de leurs réflexions, ce blog se veut un lieu où ils pourront échanger sur leur expérience commune de chercheur, développant ainsi des collaborations et une émulation dans la collégialité.