Categories
Uncategorized

Billet de troisième ronde. Que faire ? Cerner mes premières sources

Meggie Sue Cadrin

Les sources principales 

Dans le cadre de mon mémoire, je pense que l’un des gisements de source évidents est les archives judiciaires dans leur ensemble. Considérant mon cadre spatio-temporel, c’est-à-dire la ville de Québec, entre 1815 et 1870, je commencerai mes recherches dans le fonds de la Cour des sessions générales de la paix du district de Québec (TL31, S1, SS1) et dans le fonds de la Cour du Recorder (série FF). Le fonds de la Cour des sessions générales de la paix couvre la période entre 1800 et 1908. La Cour du Recorder, quant à elle, est instaurée en 1856 et est l’ancêtre de la Cour municipale de la ville de Québec. Ce fonds servira donc à étudier les 14 dernières années de ma période. L’étude de ces deux fonds d’archives permettra de mieux comprendre l’activité criminelle féminine de l’époque.

Je rechercherai également dans le fonds des archives de la ville de Québec et plus précisément dans la série Sécurité Publique (QC-1). L’étude de cette série permet d’intercepter les données qui ne se retrouvent pas dans les archives judiciaires officielles puisque ce ne sont pas toutes les plaintes et arrestations qui se retrouvent devant les tribunaux. Il faut donc aller au-delà de ce qui se retrouve devant les cours pour d’avoir une vision presque exhaustive de la criminalité féminine. 

Aperçu d’une lettre du chef de police en date du 18 juin 1855.
Cette lettre sert de rapport et liste les noms de policiers en fonction.
Source : Service du greffe et des archives de la ville de Québec 
(dossier: Q-C1-01-B-1370-08)

Finalement, j’irai faire des recherches dans les archives de la prison commune de Québec puisque l’étude de l’emprisonnement de la femme criminelle me permettra de mieux comprendre ce que représente, pour certaines, la « finalité » de leur traitement judiciaire.

Centre d’archives de Québec, 
E17 (1960-01-036/1571), 
Registre de la prison de Québec 
(femmes et hommes), 
1838-1843, vol. 3, f. 115
https://www.banq.qc.ca/archives/genealogie_histoire_familiale/ressources/bd/instr_prisons/prison/

Les sources « inattendues » 

Pour l’instant, je pense que les sources qui pourraient être intéressantes à ajouter à mon corpus sont des coupures de journaux quotidiens. Comme discuté dans mon bilan historiographique, la criminalité féminine n’est pas si fréquente au 19e siècle et dans certains cas, elle attire particulièrement l’attention de la population ordinaire. Cette curiosité pour les femmes « déviantes » et criminelles a peut-être donc inspiré l’écriture de rubriques. Ces sources ne sont pas judiciaires et rejoignent un peu plus l’aspect social de ma recherche.

Localisation, accessibilité, forme et contenu

Le fonds d’archives de la Cour des sessions générales de la paix se retrouve à la BAnQ de Québec. Considérant son ampleur, il est possible de consulter l’outil de recherche Thémis 2 afin de cibler les dossiers qui sont les plus pertinents. Je m’attends à retrouver dans ce fonds des enquêtes du coroner, des témoignages ainsi que d’autres documents qui permettent d’avoir une idée du fonctionnement de cette cour. Les archives de la prison commune de Québec se retrouvent également à la BAnQ de Québec. Ce fonds contient plusieurs informations sur l’expérience des prisonniers. Les registres d’écrou contenus dans ce fonds sont aussi intéressants puisqu’ils fournissent des informations sur l’identité des prisonniers. Compte tenu des conditions sanitaires actuelles, je pense que l’accessibilité à la BAnQ est restreinte et qu’il faut prendre rendez-vous pour une consultation sur place. 

Le fonds de la Cour du Recorder se retrouve aux archives de la ville de Québec et je m’intéresserai surtout aux police/penal books puisqu’ils consignent plusieurs informations sur les arrestations et les procès. L’outil de recherche fourni par le service du greffe et des archives facilitera la sélection des sources. La série Sécurité publique se retrouve également aux archives de la ville de Québec. Un outil de recherche a également été fourni et je m’intéresserai notamment aux registres de plaintes et arrestations ainsi qu’aux rapports d’activités quotidiennes. Lorsque j’ai contacté le service du greffe et des archives de la ville de Québec, ils m’ont informée qu’ils priorisaient la numérisation des archives, mais qu’ils prenaient des rendez-vous pour les consultations sur place également. 

Défis entourant les sources

De manière générale, je pense que mes sources comprennent plusieurs défis par leur fragilité au niveau du format, mais aussi du contenu. L’étude de la criminalité peut être délicate par moment et je crois que je dois approcher ces sources avec une certaine sensibilité. Évidemment, les limites physiques de ces sources sont aussi importantes. Je pense principalement aux registres d’écrou qui doivent être manipulés avec grand soin. 

L’ampleur de mon corpus sera un autre défi important et je devrai adopter un système d’organisation efficace pour ne pas me perdre dans les nombreux dossiers judiciaires. Il est aussi certain que la situation sanitaire actuelle compliquera la recherche en archives. La majorité de mon corpus, si ce n’est pas l’entièreté, n’est pas numérisée. Il faudra donc que je contacte les centres afin d’évaluer ma situation et prendre rendez-vous pour une consultation sur place. Le fait que toutes les requêtes se font à distance complique aussi l’accessibilité à l’aide des archivistes. Néanmoins, je sais que mon directeur de recherche a une importante base de données qu’il est prêt à me partager afin de faciliter ma recherche. Il m’a également conseillé de contacter certains de ses étudiants afin de voir s’ils seraient prêts à me partager leur propre base de données. 

Categories
Uncategorized

Billet de deuxième ronde : Dessiner mon paysage historiographique

Comment condenser ses lectures en 750 mots : c’est un échec pour ma part.

Force est d’admettre que la production demeure un reflet de la conjoncture de l’époque à laquelle elle est produite. C’est pourquoi il faut se méfier lorsqu’on dit que tout a été dit sur les rébellions et la peine capitale. Évidemment, certains champs de recherche ont vu beaucoup d’encre couler dans les dernières décennies. On a eu droit à des études basées sur les causes et conséquences économiques des événements. Plusieurs abordent également la question ethnique et certains mettent l’accent sur les questions politiques.

La peine capitale

La conception d’une bibliographie étant un exercice en continue tout au long d’une recherche historique, j’ai effectué une recherche en lien avec mon plan préliminaire. Comme la première partie s’articule autour des notions de peines capitales au Canada et dans l’Empire britannique, j’ai commencé avec un chapitre de l’ouvrage de Donald Fyson intitulé Violence, Order, and Unrest. A History of British North America, 1749-1876[1]. Ce chapitre m’a fourni des détails empiriques sur les 141 exécutions qui ont eu lieu à Québec entre 1759 et 1876.  C’est ainsi que j’ai pris en considération la thèse de Norbert Elias sur le « civilising process » et sur son application dans les études portant sur la violence étatique[2]. J’ai également consulté une autre étude de Fyson sur la peine capitale : « La peine capitale au Québec, 1759-1869 : modèle européen ou spécificité coloniale ? »[3]. Dans une perspective plus large, j’ai également consulté l’ouvrage de Richard Ward qui aborde l’histoire globale des exécutions[4] ainsi que celui de Ken Leyton-Brown qui est plus spécifique aux exécutions au Canada[5].

Les crimes et les procès des patriotes

Pour resserrer l’étau de ma recherche, j’ai aussi cherché des études sur la loi martiale et les procès. C’est l’ouvrage collectif de F. Murray Greenwood et Barry Wright qui m’a semblé le plus pertinent pour commencer[6]. J’ai aussi consulté l’article de Jean Marie-Fecteau sur les conditions d’application de la loi martiale lors des rébellions[7].

Contexte général

Les représentations des crimes dans l’imaginaire collectif au Québec est très bien étayé dans la thèse d’Alex Gagnon[8]. Pour ce qui est du contexte politique du milieu des années 1850, j’ai consulté l’ouvrage de Jean-Paul Bernard, Les Rouges[9]. J’ai aussi regardé du côté des études sur le contexte religieux et j’ai trouvé l’ouvrage de Nadia F. Eid, Le clergé et le pouvoir politique au Québec[10]. J’ai finalement regardé certaines études qui effectuaient une comparaison avec des pendaisons ultérieurs et postérieurs à celles des patriotes[11].

Évidemment, il y a plusieurs ouvrages généraux sur les rébellions des patriotes. J’en ai déjà consulté plusieurs, mais il me restera à choisir ceux qui seront utile à mon mémoire. Le travail bibliographique à remettre me laissera plus d’espace pour vous en dire plus.


[1] Donald FYSON, « The Spectacle of State Violence : Exécutions in Quebec, 1759-1872 », dans Violence, Order and Unrest. A History of British North America, 1749-1876, Toronto, University of Toronto Press, 2019, p.383-407.

[2] Ibid, p. 384.

[3] Donald FYSON, « La peine capitale au Québec, 1759-1869 : modèle européen ou spécificité coloniale ? », dans Adapter le droit et rendre la justice aux colonies : Thémis outre-mer (XVIe-XIXe siècles), Dijon, Éditions universitaires de Dijon, 2015, p.229-240.

[4] Richard WARD, A Global History of Execution and the Criminal Corpse, United Kingdom, Palgrave Macmillan, 2015, 313p.

[5] Ken LEYTON-BROWN, The Practice of Execution in Canada, Vancouvers, UBC Press, 2010, 205p.

[6] F. MURRAY GREENWOOD and Barry WRIGHT, Canadian State Trials II, Rebellion and Invasion in the Canadas, 1837-1839, Toronto, University of Toronto Press, 1996, 500 p.

[7] Jean-Marie FECTEAU, « Mesures d’exception et règle de droit : Les conditions d’application de la loi martiale au Québec lors des rébellions de 1837-1838 », Revue de droit de McGill, Vol. 32, no. 3, (1987), p.465-496.

[8] Alex GAGNON, « La communauté du dehors. Imaginaire social et représentations du crime au Québec [XIXe – Xxe siècle) », Thèse, Montréal, Université de Montréal, 2015, 589 p.

[9] Jean-Paul BERNARD, Les Rouges – Libéralisme, nationalisme et anticléricalisme au milieu du XIXe siècle, Montréal, Presses de l’Université du Québec, 1971, 395 p.

[10] Nadia F. EID, Le clergé et le pouvoir politique au Québec, une analyse de l’idéologie ultramontaine au milieu du XIXe siècle, Montréal, éditions Hurtubise, 1978, 320 p.

[11] Je pense ici à J.M. BUMSTED, « Another look at the Ruel Trial for Treason », dans Canadian State Trials III, Political Trials and Security Measures, 1840-1914, Toronto, University of Toronto Press, 1996, p.411-450 ; James Kelly, « Punishing the Dead: Execution and the Executed Body in Eighteenth-Century Ireland », dans A Global History of the Execution and the Criminal Corpse, Vancouvers, Palgrave Macmillan, 2015, p. 37-70 ; F. MURRAY GREENWOOD, « The General Court Martial at Montreal, 1838-9: Operation and the Irish Comparison », dans Canadian State Trials II, Rebellion and Invasion in the Canadas, 1837-1839, Toronto, University of Toronto Press, 1996, p. 279-324.