La Guerre du Viêtnam (1955-1975) : une étude des intérêts de la République Populaire de Chine (RPC) entre 1966 et 1969

Pilotes de la République Démocratique du Viêtnam avec des MiG-17. La base aérienne a été construite par des ingénieurs et des travailleurs chinois. Les avions russes étaient acheminés jusqu’au Viêtnam par le gouvernement chinois.

Le sujet

La Guerre du Viêtnam se déroule de 1955 à 1975. Ce conflit également nommé Deuxième Guerre d’Indochine oppose les États-Unis à la République Démocratique du Viêtnam (RDV, 1945-1976). Les combats armés au Viêtnam durent pendant près de vingt ans. La deuxième moitié de la décennie 1960 constitue une période charnière du conflit en raison de l’intensification de la présence militaire américaine dans la région à partir de 1964.  

La République Populaire de Chine (RPC) participe à la Guerre du Viêtnam en octroyant un soutien politique, militaire et économique à la RDV. Entre 1966 et 1969, des membres des gouvernements chinois et nord-vietnamien communiquent entre eux. Ces communications se déroulent notamment lors de rencontres bilatérales. Pour la RPC, le chef de l’État Mao Zedong et le Premier Ministre Zhou Enlai occupent des rôles prépondérants. Ces derniers dirigent à maintes reprises les rencontres bilatérales avec la RDV. D’autres membres du Parti Communiste de Chine (PCC) participent aussi à certaines rencontres, par exemple le ministre des Affaires Étrangères Chen Yi et le Vice-Président du Comité Central du PCC (CC PCC) Kang Sheng. La situation est similaire pour la RDV. Le Président Hô Chi Minh et le Premier Ministre Pham Van Dong prennent fréquemment part aux conversations avec le gouvernement chinois. D’autres membres du Parti Communiste du Viêtnam (PCV) participent également aux rencontres, par exemple le ministre de la Défense, Vo Nguyen Giap, et Le Duc Tho, un membre affluent du PCV. Ces rencontres s’insèrent dans ce que les dirigeants chinois et nord-vietnamiens nomment la « brotherly alliance between comrades ».

Mao Zedong et Ho Chi Minh, Pékin, Mai 1965. Xinhua News Agency.

La participation de la RPC entre 1966 et 1969

Dès 1956, les acteurs gouvernementaux de la RPC et de la RDV établissent un traité de coopération qui demeure en place jusqu’à la fin de 1965. Ce traité octroie au gouvernement de la RDV plus de 320 millions de yuans et un soutien sous plusieurs formes. Par ce traité, la RPC contribue par exemple à la formation de soldats nord-vietnamiens dans les académies militaires chinoises. Au début de 1966, une nouvelle entente de coopération sino-nord-vietnamienne est ratifiée. Cette entente stipule que le gouvernement chinois s’engage à verser 600 millions de yuans en biens au gouvernement de la RDV. Les dirigeants chinois s’engagent aussi à envoyer des spécialistes, des ingénieurs et des équipements militaires à la RDV. Ces derniers apporteront des conseils et de la stabilité à l’effort de guerre nord-vietnamien. Ils se chargeront également de reconstruire certaines installations au Viêtnam, par exemple ferroviaires et routières. Entre 1966 et 1969, ce sont plus de 320 mille soldats de l’Armée Populaire de Libération (APL) qui se rendent au Viêtnam afin de contribuer à l’effort de guerre de la RDV.

Mao Zedong et Ho Chi Minh, 1955. Xinhua News Agency.

Le soutien chinois à la RDV va toutefois au-delà de ces contributions. Lors des rencontres bilatérales sino-nord-vietnamiennes tenues entre 1966 et 1969, le gouvernement chinois conseille le gouvernement de la RDV. Les conseils prodigués ont pour objectif d’aider le gouvernement de la RDV dans son conflit avec les Américains. Se faisant, les dirigeants chinois abordent une variété d’aspects relatifs à l’effort de guerre nord-vietnamien. Ils abordent, par exemple, les techniques militaires à employer dans les combats au Viêtnam ainsi que les manières dont le gouvernement nord-vietnamien émet sa propagande communiste à l’interne. À d’autres occasions, le gouvernement chinois conseille également le gouvernement de la RDV dans sa stratégie politique à employer à l’interne et à l’international afin de désavantager la position américaine au Viêtnam. Un thème est toutefois récurrent durant les rencontres bilatérales tenues entre 1966 et 1969, à savoir les négociations de la RDV avec les États-Unis. La RDV doit-elle négocier ou, au contraire, éviter les négociations ?